Mes prêtres, je les veux pleins de vie (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles)
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Mes prêtres, je les veux pleins de vie (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles)

Aller en bas

Mes prêtres, je les veux pleins de vie (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles) Empty Mes prêtres, je les veux pleins de vie (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles)

Message  Invité Ven 14 Oct 2011 - 6:53

5 mai 1975
De mes prêtres Je veux une active participation à ma Rédemption. Je les veux avec Moi sur le Calvaire. Beaucoup se refusent à me suivre dans ma douloureuse montée.
Mes prêtres, Je les veux priant et opérant avec Moi dans l'Eucharistie; quelques-uns ne croient même pas à ma Présence sur les autels; d'autres me négligent et m'oublient; d'autres -nouveaux Judas -me trahissent.
Mes prêtres, Je les veux constructeurs de mon Règne dans les âmes, et non dévastateurs de mon Règne ! Je veux de mes prêtres l'amour, parce que Moi Je les aime infiniment de toute éternité.
L'âme de l'amour est la souffrance : on aime dans la mesure où l'on souffre. Mais aujourd'hui, beaucoup fuient la souffrance, et par conséquent l'amour.
Fils, Je veux mes prêtres instruits, responsables et conscients de leur rôle dans le Corps mystique.
Je les veux pleins de Vie: vibrants de grâce, de foi, d'amour et par conséquent, de souffrance.
Que de temps perdu, que de bien non accompli, que d'obstacles et d'entraves dans mon Corps mystique ! Quel gaspillage de surnaturel... parce que beaucoup n'ont comme support que peu de foi, d'espérance et d'amour.
Mes pauvres prêtres qui vont à tâtons dans l'obscurité, Je les aime et Je veux leur conversion. Fils, t'étonnes-tu donc si pour eux Je te demande de souffrir un peu et de prier ?

Je vous veux conscients de votre vocation
Je vous ai choisis avec une particulière prédilection et un grand amour. Je veux mes prêtres conscients de leur participation à mon Sacrifice, non pas symbolique mais réel. Cela comporte union et fusion de ma souffrance et de la leur. Non pas un formalisme extérieur, mais la splendide et terrible réalité : la Sainte Messe !
Le prêtre doit s'unir à Moi dans l'offrande de Moi-même à mon Père. Qu'est-elle, cette messe du prêtre dépourvu de cette connaissance et de cette conviction ?
Pense, mon fils, quelles dignité, grandeur et puissance J'ai données à mes prêtres ! Le pouvoir de transsubstancier le pain et le vin en Moi-même : en mon Corps, en mon Sang, en tout Moi-même.
Dans leurs mains, chaque jour se répète le prodige de l' Incarnation.
Je les ai constitués dépositaires et distributeurs des fruits divins du Mystère de la Rédemption. Je leur ai conféré le pouvoir divin de remettre ou de retenir les péchés des hommes.

Comme mon Père putatif, Je les ai constitués mes gardiens sur la terre. Mais pour beaucoup, quelle différence entre l'amour avec lequel me traitait saint Joseph et leur insouciance envers Moi dans le tabernacle !
Fils, à mes prêtres J'ai confié le devoir d'annoncer ma Parole. Mais de quelle façon s'exerce cet important devoir du ministère sacerdotal ? En témoigne la stérilité qui, en général, accompagne la prédication.
A mes prêtres est confiée la tâche de lutter contre les forces obscures de l'enfer. Mais qui se soucie de le faire ? De chasser les démons ? Pour faire cela il faut tendre à la sainteté; de même aussi, pour guérir les malades sont nécessaires prières et mortifications.
Mon fils, mes prêtres, Je les veux saints, parce qu'ils doivent sanctifier. Ils ne doivent pas s'appuyer sur les moyens humains comme beaucoup le font. Ils ne doivent pas mettre leur confiance dans les créatures, mais dans mon Coeur Miséricordieux et dans le Coeur Immaculé de ma Mère.
Les prêtres sont mes vrais ministres, mais ils n'ont pas, à l'exception d'un petit nombre, conscience de cette dignité.
Ils sont mes ambassadeurs, accrédités par Moi auprès des hommes, des familles et des peuples.

Le sacerdoce est un service

Les prêtres sont réellement participants de mon éternel sacerdoce. Le prêtre est protagoniste, dans le Corps mystique, de grands faits et événements surnaturels.
Les prêtres doivent être des hosties qui se donnent et s'immolent pour le salut de leurs frères.
C'est un grave péché de penser sauver les âmes avec ses propres ressources humaines d'intelligence et d'activité. Toute activité extérieure du prêtre qui est dépourvue de foi, d'amour, de souffrance et de prière est nulle et vaine.
Le sacerdoce est un service. Celui qui sert se différencie de celui qui est servi. Il ne s'identifie pas avec les personnes servies. Le prêtre doit se différencier des âmes qui lui sont confiées, comme le berger se différencie de son troupeau.
Si les prêtres voyaient la grandeur de leur dignité, la sublime et surnaturelle puissance dont ils sont revêtus (comme le voyait François d'Assise), ils auraient pour eux-mêmes et leurs confrères un grand et dévot respect.
Malheureusement, quelques-uns ne pensent qu'à eux, m'oubliant, Moi. Beaucoup d'autres vont avec le monde, sachant cependant que le monde n'est pas de Dieu mais de Satan.
Quelques-uns me trahissent, d'autres démolissent mon Règne dans les âmes, en semant erreurs et hérésies. D'autres sont arides, par carence de la sève vitale de l'âme, l'amour, dont la vraie âme est la souffrance.
Tu dois donc prier et t'offrir avec une tangible correspondance à mes invitations à la réparation, à la pénitence, à la prière, afin que tous mes prêtres se convertissent. Oui, qu'ils se convertissent et que chacun prenne sa place dans le Corps mystique «ad majorem Dei gloriam» (pour la plus grande gloire de Dieu) et pour le salut des âmes.

Renouvellement réel

A ma question sur ce qu'il entendait précisément en disant: «Je veux mes prêtres priant et opérant avec Moi dans l'Eucharistie», voici la réponse : Qu'est-ce que J'ai fait et qu'est-ce que Je fais, Moi, dans le Sacrifice de la Croix et de la Sainte Messe ? Comment ai-Je prié le Père ? «Père, s'il est possible, que ce calice passe loin de Moi, mais que ta volonté s'accomplisse et non la mienne. » N'oublie pas (comme beaucoup l'oublient) que le Sacrifice de la Sainte Messe est le réel renouvellement du Sacrifice de la Croix.
Dans le Sacrifice de la Croix, il y a ma prière au Père, unie à l'anéantissement de ma volonté, anéantissement total. Il y a l'offrande totale de Moi-même avec un acte d'infini Amour et d'infinie Souffrance. Il y a l'immolation de Moi-même pour les âmes.
Le prêtre qui s'unit et que Je veux uni à Moi dans cette offrande, participe plus que jamais à mon sacerdoce. Il n'est jamais autant prêtre que lorsqu'il accomplit cela avec Moi.
Gaspillage de surnaturel
Combien de Saintes Messes privées de cette communion vitale, de cette union intime et féconde !
L'amour envers Dieu et l'amour envers le prochain, le prêtre l'atteste dans l'acte le plus important de sa journée, lorsque de façon responsable, en union avec Moi, il s'anéantit lui-même dans l'efficace offrande de sa volonté au Père, et accepte de s'immoler pour les âmes pour lesquelles Moi, Je m'immole sans cesse.
En somme : le prêtre doit, dans la Sainte Messe, réellement se donner avec Moi au Père, pour être par le Père donné aux âmes.
Cela doit précéder toute activité du prêtre; sinon il y a gaspillage de temps et de surnaturel; sinon est rendue stérile, dans sa racine, chacune de ses activités.
Fils, si Je te faisais voir comment sont célébrées beaucoup, beaucoup de Messes, tu en demeurerais épouvanté au point d'en mourir ...

C'est pourquoi, Je te répète : Je veux mes prêtres priant et opérant comme Je le fus et le suis. C'est seulement de cette façon qu'ils deviendront, pour eux et pour leurs frères, des instruments de vraie rénovation spirituelle.
(Source : Editions du Parvis – Confidences de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles – 1990 – chapitre 77 pages 154/157)
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum