La justice (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles).
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

La justice (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles).

Aller en bas

La justice (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles). Empty La justice (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles).

Message  Invité le Mar 1 Nov 2011 - 16:15

La justice
Dans la société humaine il y a des vices et des passions, des difficultés et des imperfections de tout genre, il y a des omissions de toute sorte, mais il existe aussi des vertus qui sont pratiquées à divers degrés d'intensité. Parmi ces dernières il y a la Justice.
La Justice est une vertu dont tout le monde parle, dont tout le monde se fait le défenseur, pour laquelle tout le monde prétend plaider.
La réalité est bien différente de celle que l'on proclame bruyamment.
Je te le dis, mon fils, s'il est une vertu qui est maltraitée et piétinée, c' est , bien la vertu de Justice. Cela se produit même dans mon Eglise, et non seulement de la part des fidèles, mais souvent de la part de mes prêtres et assez souvent de la part des Pasteurs.
Fait étrange : le monde a une particulière estime pour cette vertu et cependant il ne la pratique guère. Si cela n'était que le fait du monde, dont le Malin est le Prince ! Malheureusement, même dans l'Eglise, mon Corps mystique, cette vertu est offensée.
Comment donc ? Parce que pour la pratiquer on a un besoin essentiel d'autres vertus : l'humilité et l'amour. Sans ces deux vertus, la Justice ne peut subsister dans l'âme humaine. Lorsque tu vois la Justice gravement blessée et l'injustice triomphante, comme cela arrive fréquemment, tu peux considérer que la cause première en est le manque d'humilité et d'amour.
Habitude de vie

J'ai dit que dans l'Eglise, mon Corps mystique, la vertu de Justice est blessée, parfois gravement, non seulement à la base mais également au sommet.
Combien d'âmes souffrent à cause de ce mal qui atteint mon Eglise ! Citer des faits, des cas particuliers ? Non, mon fils, car ils sont si fréquents qu'on pourrait dire raisonnablement : la violation de la justice est devenue une habitude de vie.
Mais il y a une injustice qui crie vengeance devant Dieu : c'est la trahison perpétrée continuellement par l' inconséquence de ceux qui ont des responsabilités fondamentales et personnelles dans mon Eglise.
Cependant, ils ne pourront pas se soustraire au jugement particulier et personnel de Dieu. Le fait de dire qu'ils ont suivi le courant ne servira pas à justifier leur conduite. En ce siècle, ils ont transformé en habitude de vie des ambitions, des présomptions et des erreurs de tout genre. Ils ne se sont même pas rendu compte qu'ils faisaient fausse route !
Il a été dit clairement que d'une confrontation entre ma vie et la leur résulterait un contraste irréfutable. Cette confrontation, la plupart n'osent pas la faire. A-t-on peur ? Mais si elle ne se fait pas maintenant, cette confrontation sera faite au Jugement, lorsqu'il ne sera accordé aucune possibilité de rattrapage !

Sous terre

Moi Jésus, J'ai dit que les cheveux que vous avez sur la tête me sont connus; J'ai dit que Je récompenserais même un seul verre d'eau donné à un pauvre par amour de Moi; mais J'ai dit aussi que Je demanderais compte même d'une seule parole oiseuse.
A Moi tout est connu; à Moi rien n'échappe. Je ne serais pas la Miséricorde infinie et la Justice infinie s'il n'en était pas ainsi.
Mais qui, mon fils, pense à cela ? Les saints, seulement les saints ! Qui n'est pas saint n'a pas le temps de penser aux choses fondamentales de la vie. Qui ne tend pas à la sainteté est comme celui qui construit sa maison sur le sable.
Celui qui recherche la sainteté, par contre, s'empresse de construire l'édifice de sa propre sanctification sur le roc solide.
Fils, n'ai-Je pas raison d'insister pour que vous priiez et répariez ? Que de motifs de prières et de réparation n'y a-t-il pas dans mon Eglise !
Je te bénis. Je connais l'amertume dont ton âme est remplie; un jour cette amertume sera transformée en joie. Toi, maintenant, tu dois rester sous terre à pourrir. Tu n'es pas compris, mon enfant ? Est-ce que Je le fus, Moi, ton Jésus ?

Je te bénis.
(Source : Editions du Parvis – Confidences de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles – 1990 – chapitre 141 (pages 283/284).
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum