JESUS COMMENTE LE DE PROFUNDIS (PSAUME 130) ET LE MISERERE (PSAUME 51).
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

JESUS COMMENTE LE DE PROFUNDIS (PSAUME 130) ET LE MISERERE (PSAUME 51).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

JESUS COMMENTE LE DE PROFUNDIS (PSAUME 130) ET LE MISERERE (PSAUME 51).

Message  Invité le Mar 13 Déc 2011 - 15:35

De Profundis, Psaume 130

Des profondeurs, je crie vers toi, Seigneur :
écoute mon appel ! Que ton oreille se fasse attentive au cri de ma prière.
Si tu retiens les fautes, Seigneur, qui donc subsistera ?
Mais près de toi se trouve le pardon : je te crains et j'espère.
Mon âme attend le Seigneur, je suis sûr de sa parole ;
Mon âme attend plus sûrement le Seigneur qu'un veilleur n'attend l'aurore.
Puisque auprès du Seigneur est la grâce, l'abondance du rachat,
C'est lui qui rachètera Israël de toutes ses fautes.

Rendons gloire au Père tout-puissant, à son Fils, Jésus-Christ, le Seigneur,
à l'Esprit qui habite en nos coeurs.
Pour les siècles des siècles. Amen.



Miserere (Psaume 51)

Pitié pour moi, Dieu, en ta bonté,
en ta grande tendresse efface mon péché,
lave-moi tout entier de mon mal
et de ma faute purifie-moi.

Car mon péché, moi, je le connais,
ma faute est devant moi sans relâche ;
contre toi, toi seul, j'ai péché,
ce qui est mal à tes yeux, je l'ai fait.

Pour que tu montres ta justice quand tu parles
et que paraisse ta victoire quand tu juges.
Vois : mauvais je suis né,
pécheur ma mère m'a conçu.

Mais tu aimes la vérité au fond de l'être,
dans le secret tu m'enseignes la sagesse.
Ôte mes taches avec l'hysope, je serai pur ;
lave-moi, je serai blanc plus que neige.

Rends-moi le son de la joie et de la fête :
qu'ils dansent, les os que tu broyas !
Détourne ta face de mes fautes,
et tout mon mal, efface-le.

Dieu, crée pour moi un coeur pur,
restaure en ma poitrine un esprit ferme ;
ne me repousse pas loin de ta face,
ne m'enlève pas ton esprit de sainteté.

Rends-moi la joie de ton salut,
assure en moi un esprit magnanime.
Aux rebelles j'enseignerai tes voies,
vers toi reviendront les pécheurs.

Affranchis-moi du sang, Dieu, Dieu de mon salut,
et ma langue acclamera ta justice ;
Seigneur, ouvre mes lèvres,
et ma bouche publiera ta louange.

Car tu ne prends aucun plaisir au sacrifice ;
un holocauste, tu n'en veux pas.
Le sacrifice à Dieu, c'est un esprit brisé ;
d'un coeur brisé, broyé, Dieu, tu n'as point de mépris.

En ton bon vouloir, fais du bien à Sion :
rebâtis les remparts de Jérusalem !
Alors tu te plairas aux sacrifices de justice
-holocauste et totale oblation-
alors on offrira de jeunes taureaux sur ton autel.


COMMENTAIRES DU DE PROFUNDIS ET DU MISERERE
( Maria Valtorta, tome 2, chapitre 99 pages 579/585 )


Paroles de Jésus :

« Mes enfants dans le Seigneur, la fête de la Purification est maintenant imminente, et Moi, Lumière du monde, je vous y envoie, préparés avec le minimum nécessaire pour bien la célébrer . C'est la première lumière de fête d'où vous tirerez la lumière pour toutes les autres. Il serait bien sot celui qui prétendrait allumer une foule de lumières sans avoir la possibilité d'allumer la première.

Et encore bien plus sot serait celui qui prétendrait commencer sa sanctification par des choses plus ardues, en négligeant ce qui est à la base
de l'édifice immuable de la perfection : le Décalogue.


On lit dans les Macchabées que Judas avec les siens, ayant, grâce à la protection du Seigneur, repris le Temple et la Cité, détruisit les autels des dieux étrangers et leurs sanctuaires et purifia le Temple. Puis il dressa un autre autel, se procura du feu avec les pierres à feu, offrit les sacrifices, fit brûler l'encens, posa les lumières et les pains de proposition. Puis tous prosternés par terre, ils supplièrent le Seigneur de faire en sorte de ne plus les faire pécher, ou bien, si par leur faiblesse ils seraient de nouveau tombés dans le péché, qu'ils soient traités avec une miséricorde divine. Et ceci arriva le 25 du mois de Casleu (novembre).

Réfléchissons et appliquons ce récit à nous-mêmes, car toute parole de l'histoire d'Israël, et donc du peuple élu, a un sens spirituel. La vie est toujours un enseignement. La vie d'Israël est un enseignement non seulement pour les jours de la terre, mais aussi pour la conquête des jours éternels.

" Ils détruisirent les autels et les sanctuaires païens " :

C'est la première opération, celle que je vous ai indiquée de faire, en vous nommant les dieux individuels qui se substituent au Dieu vrai : les idolâtries des sens, de l'or, de l'orgueil, les vices capitaux qui mènent à la profanation, à la mort de l'âme et du corps et au châtiment de Dieu. Je ne vous ai pas écrasés sous les innombrables formules qui maintenant oppriment les fidèles et forment un prétendu rempart à la vraie Loi, alourdie, cachée sous des tas et des tas de défenses toutes extérieures. En l'alourdissant, ils conduisent le fidèle à perdre de vue la linéaire, claire et sainte voix du Seigneur qui dit de :

" Ne pas blasphémer. Ne pas être idolâtre. Ne pas profaner les fêtes.
Ne pas déshonorer ses parents. Ne pas tuer. Ne pas commettre l'impureté. Ne pas voler. Ne pas mentir. Ne pas envier le bien d'autrui.
Ne pas désirer la femme d'autrui ".
Dix " non ". Pas un de plus.
Et ce sont les dix colonnes du temple de l'âme.
Au-dessus resplendit l'or du précepte saint entre tous :
" Aime ton Dieu. Aime ton prochain ".
C'est le couronnement du temple. C'est la protection des fondements.
C'est la gloire du constructeur.

Sans l'amour, personne ne pourrait obéir aux dix commandements et les colonnes tomberaient : toutes ou quelques unes et le temple s'écroulerait complètement ou en partie. Mais de toutes façons il ne serait que ruines et ne pourrait plus accueillir le Très Saint. Faites ce que je vous ai dit, en abattant les trois concupiscences. Donnez franchement un nom à votre vice comme Dieu use de franchise pour vous dire : " Ne faites pas ceci et cela ". Inutile de subtiliser sur les termes.

Celui qui a un amour plus fort que celui qu'il donne à Dieu, quel que soit cet amour, est un idolâtre. Qui nomme Dieu en faisant profession de Le servir et ensuite Lui désobéit, est un rebelle. Celui qui par cupidité travaille le sabbat est un profanateur et il est un méfiant et présomptueux. Celui qui refuse de secourir ses parents, en alléguant des prétextes, même s'il affirme que ce sont des ressources données à Dieu, est haï de Dieu qui a établi pères et mères à son image sur la terre. Celui qui tue est toujours un assassin. Celui qui commet l'impureté est toujours un luxurieux. Celui qui dérobe est toujours un voleur. Celui qui ment est toujours abject. Celui qui veut ce qui ne lui appartient pas est toujours un gourmand qui a la faim la plus exécrable. Celui qui profane la couche nuptiale est toujours un être immonde.


(suite ci-dessous)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Mais sa miséricorde n'a pas attendu que vous criiez pitié. Elle a prévenu votre désir...

Message  Invité le Mar 13 Déc 2011 - 15:54

Paroles de Jésus :

Il en est ainsi.
Et je vous rappelle qu'après l'érection du veau d'or survint la colère du Seigneur; après l'idolâtrie de Salomon le schisme qui divisa et affaiblit Israël; après avoir accepté l'hellénisme et même après l'avoir bien accueilli par l'entremise de Juifs indignes sous Antiochus Epiphane, on a vu surgir nos malheurs actuels spirituels, économiques et nationaux.

Je vous rappelle que Nadab et Abiu, faux serviteurs de Dieu, furent frappés par Jéhovah. Je vous rappelle que la manne tombée le sabbat n'était pas sainte. Je vous rappelle Cam et Absalon. Je vous rappelle le péché de David au détriment d'Urie et celui d'Absalon au détriment d'Amnon. Je vous rappelle la fin d'Absalon et celle de Amnon. Je vous rappelle le sort du voleur Héliodore, et de Simon et de Ménélaus. Je vous rappelle la fin honteuse des deux calomniateurs qui avaient produit un faux témoignage contre Suzanne. Et je pourrais continuer sans fin de pareils exemples. Mais, revenons aux Macchabées.

" Et ils purifièrent le Temple ".

Il ne suffit pas de dire : " Je détruis ". Il faut dire: " Je purifie ".
Je vous ai dit comment l'homme se purifie: par un repentir humble et sincère. Il n'est pas de péché que Dieu ne pardonne si le pécheur est réellement repenti. Ayez foi dans la Bonté Divine. Si vous pouvez arriver à comprendre ce qu'est cette Bonté, même si vous aviez sur vous tous les péchés du monde, vous ne fuiriez pas loin de Dieu, mais plutôt vous courriez à ses pieds car seul le Très Bon peut pardonner ce que l'homme ne pardonne pas.

" Et ils élevèrent un autre autel ".

Oh ! n' essayez pas de tromper le Seigneur. Ne soyez pas faux dans vos actions. Ne mélangez pas Dieu et Mammon. Vous auriez un autel vide : celui de Dieu. Car il est inutile d'élever un nouvel autel s'il subsiste encore des restes de l'autre.
Ou Dieu, ou l'idole. Choisissez.

" Et ils allumèrent le feu avec la pierre et l'amadou ".

La pierre, c'est la ferme volonté d'appartenir à Dieu. L'amadou, c'est le désir d'anéantir par tout le reste de votre vie, jusqu'au souvenir de votre péché dans le coeur de Dieu. Voici alors que jaillit le feu : l'amour.
Car le fils qui cherche à réconforter, par toute une vie d'honneur, le père qu'il a offensé, que fait-il, sinon aimer le père en voulant que son fils le réjouisse, lui qui autrefois était cause de larmes et à présent de joie ?

Et maintenant, arrivés à cet état, vous pouvez offrir les sacrifices, brûler de l'encens, apporter des lumières et des pains. Les sacrifices ne seront pas odieux à Dieu, et agréables Lui seront au contraire les prières, l'autel sera vraiment éclairé, riche des aliments de votre offrande journalière. Vous pourrez prier en disant: " Sois pour nous un protecteur ", car Lui sera votre ami.

Mais sa miséricorde n'a pas attendu que vous criiez pitié. Elle a prévenu votre désir et vous a envoyé la Miséricorde pour vous dire : " Espérez. Je vous le dis : Dieu vous pardonne. Venez au Seigneur ".

(Suite ci-dessous)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Il y a déjà un autel parmi vous : l'autel nouveau.

Message  Invité le Mar 13 Déc 2011 - 16:11

Paroles de Jésus :

Il y a déjà un autel parmi vous : l'autel nouveau.

De lui jaillissent des fleuves de lumière et de pardon. Ils se répandent comme l'huile, guérissent, donnent la force. Croyez en la parole qui vient de lui. Pleurez avec Moi sur vos péchés. Comme le lévite dirige le choeur, je dirige vos voix vers Dieu et Il ne repoussera pas votre gémissement s'il est uni à ma voix. Avec vous je m'anéantis, Frère des hommes par la chair, Fils du Père par l'esprit, et je dis pour vous, avec vous: "De ce profond abîme où Moi-l'Humanité, je suis tombé, je crie vers Toi, Seigneur. Ecoute la voix de celui qui se regarde et soupire, et ne ferme pas tes oreilles à mes paroles. C'est horrible de me voir, ô Dieu. Horrible je suis aussi à mes yeux ! Et que serai-je aux tiens ? Ne regarde pas mes fautes, Seigneur, car autrement je ne pourrai me tenir en ta présence, mais use envers moi de ta miséricorde. Tu l'as dit : " Je suis la Miséricorde ". Et je crois en ta parole. Mon âme, blessée et abattue, se confie à Toi, se fie à tes promesses, et de l'aube à la nuit, de la jeunesse à la vieillesse j'espérerai en Toi ...

Coupable d'homicide et d'adultère, réprouvé de Dieu, David obtint pourtant son pardon après avoir crié au Seigneur : ..Aie pitié, non pas à cause de mon respect, mais pour l'honneur de ta miséricorde qui est infinie. Et à cause d'elle, efface mon péché. Il n'y a pas d'eau qui puisse laver mon coeur si elle n'est pas puisée dans les eaux profondes de ta sainte bonté. Lave-moi par elle de mon iniquité et purifie-moi de ma souillure. Je ne nie pas mon péché et je reconnais même ma faute et elle est toujours devant moi comme un témoin qui m'accuse. J'ai offensé l'homme dans le prochain et en moi-même, mais je regrette surtout d'avoir péché contre Toi. Et que cela te dise que je reconnais que Tu es juste en tes paroles et que je crains ton jugement qui triomphe de toute puissance humaine. Mais considère, ô Eternel, que je suis né dans le péché et que pécheresse était celle qui m'a conçu, et que aussi Tu m'as aimé au point d'en arriver à me dévoiler ta sagesse et que Tu me l'as donnée comme maîtresse pour comprendre les mystères de tes plus sublimes vérités. Et si Tu as tant fait pour moi, dois-je craindre de Toi ? Non, je ne crains pas. Asperge-moi avec l'amertume de la douleur et je serai purifié. Lave-moi par les larmes et je deviendrai comme la neige alpine. Fais-moi entendre ta voix, et ton serviteur humilié exultera, parce que ta voix est joie et gaieté, même si elle réprimande. Tourne ton visage vers mes péchés. Ton regard effacera mon iniquité. Le coeur que Tu m'as donné a été profané par Satan et par la faiblesse de mon humanité. Crée en moi un coeur nouveau qui soit pur, et détruis ce qui est corruption dans les viscères de ton serviteur, pour que règne uniquement en lui un esprit droit. Mais ne me chasse pas de ta présence et ne m'enlève pas ton amitié parce que seul le salut qui vient de Toi est joie pour mon âme, et ton esprit souverain est le réconfort de celui qui est humilié. Fais que je devienne celui qui va parmi les hommes en disant : Considérez comme le Seigneur est bon. Allez sur ses routes et vous serez bénis comme je le suis, moi avorton et qui redeviens fils de Dieu par la grâce qui renaît en moi. Et les impies se convertirons à Toi. Le sang et la chair se révoltent et crient en moi. Libère-moi, ô Seigneur , salut de mon âme et je chanterai tes louanges. Je ne savais pas, mais maintenant j'ai compris. Ce n'est pas un sacrifice de béliers que Tu veux, mais l'holocauste d'un coeur contrit. Un coeur contrit et humilié t'est plus agréable que les béliers et les moutons, parce que Tu nous as créés pour Toi, et Tu veux que nous nous en souvenions et te rendions ce qui est à Toi. Sois pour moi bienveillant dans ta grande bonté et reconstruis ma Jérusalem qui est aussi la tienne : celle d'un esprit purifié et pardonné sur lequel on puisse offrir le sacrifice, l'oblation et l'holocauste pour le péché en action de grâce et de louange. Et que chacun de mes nouveaux jours soit une hostie de sainteté qui se consume sur ton autel pour monter avec le parfum de mon amour jusqu'à Toi ".


(suite ci-dessous)
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Venez ! Allons vers le Seigneur !

Message  Invité le Mer 14 Déc 2011 - 4:16

Venez ! Allons vers le Seigneur ! Moi devant, vous à ma suite.

Allons aux eaux salutaires, aux pâturages saints, allons vers les terres de Dieu.

Oubliez le passé. Souriez à l'avenir.
Ne pensez pas à la boue, mais regardez les étoiles.
Ne dites pas : " Je suis ténèbre ", mais dites: " Dieu est Lumière ".

Je suis venu vous annoncer la paix, dire aux paisibles la Bonne Nouvelle, guérir ceux qui ont le coeur brisé par trop de choses, annoncer la liberté à tous les esclaves, et en premier lieu ceux de Mammon, libérer ceux qui sont prisonniers de leurs concupiscences.

Je vous dis : l'année de grâce est arrivée. Pour vous, ne pleurez pas par la tristesse qu'éprouve le pécheur. Ne pleurez pas, vous qui êtes exilés du Royaume de Dieu. Aux cendres je substitue l'or et l'huile aux larmes. Je vous revêts d'habits de fête pour vous présenter au Seigneur et dire :

" Voici les brebis que Tu m'as envoyé chercher. Je les ai visitées et rassemblées, je les ai comptées, j'ai cherché celles qui étaient dispersées et je te les ai amenées en les arrachant aux nuages et aux brouillards. Je les ai prises au milieu de tous les peuples, je les ai réunies de toutes les régions pour les conduire à la Terre qui n'est plus la terre et que Tu as préparée pour elles, ô Père Saint, pour les amener sur les cimes paradisiaques de tes fertiles montagnes où tout est lumière et beauté, le long des rivières des célestes béatitudes où se rassasient de Toi les esprits aimés de Toi. Je suis allé aussi à la recherche de celles qui étaient blessées, j'ai guéri les fractures, j'ai refait les forces des faibles, je n'ai pas laissé de côté une seule brebis. Et celle que les loups avides des sens avaient le plus mise à mal, je me la suis mise, comme un joug d'amour sur les épaules et je la dépose à tes pieds, Père Bienveillant et Saint, parce qu'elle ne peut plus marcher, qu'elle ne connaît pas tes paroles et que c'est une pauvre âme que poursuivent les remords et les hommes, un esprit qui regrette et tremble, une eau poussée et repoussée par le flot sur le rivage. Elle vient pleine de désirs, retenue par la connaissance d'elle même... Ouvre-lui ton sein, Père qui es Tout Amour, pour qu'en Toi elle trouve la paix cette créature perdue. Dis-lui : ' Viens '. Dis-lui: ' Tu es à Moi '. Elle a appartenu à tout un monde, mais elle en a la nausée et la peur. Elle dit : ' Chaque patron est un sicaire dégoûtant ''.

Fais qu'elle puisse dire : Ce Roi à moi m'a donné la joie d'être prise !.

Elle ne sait pas ce que c'est que l'amour.
Mais, si Tu l'accueilles, elle saura ce qu'est cet amour céleste,
amour nuptial entre Dieu et l'esprit humain.


Et comme un oiseau délivré des cages des hommes cruels, elle s'élèvera, s'élèvera toujours plus haut, jusqu'à Toi, au Ciel, dans la joie, dans la gloire, en chantant :

"J'ai trouvé Celui que je cherchais.
Mon coeur n'a pas d'autre désir. En Toi, je me repose et je jubile,
Seigneur Eternel, je suis bienheureuse, dans les siècles des siècles ! ".


Allez. Avec un esprit nouveau, célébrez la fête de la Purification. Et que la lumière de Dieu s'allume en vous. »

Jésus a été irrésistible, à la fin de son discours. Un visage de lumière aux yeux rayonnants, un sourire et un ton de voix qui sont d'une douceur inconnue.
Les gens sont comme fascinés et ne bougent pas jusqu'à ce qu'il répète :


" Allez. La paix soit avec vous."

avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: JESUS COMMENTE LE DE PROFUNDIS (PSAUME 130) ET LE MISERERE (PSAUME 51).

Message  Octo le Dim 5 Fév 2012 - 17:20

@ Tous :

Les psaumes "De Profundis" et "Miserere" sont importants à lire et à méditer pour bien cheminer en Dieu !

Octo !

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16998
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum