Le "Jour du Seigneur", la "Fin des Temps", la "Fin du Monde", etc. ! - Page 2
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Le "Jour du Seigneur", la "Fin des Temps", la "Fin du Monde", etc. !

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Le "Jour du Seigneur", la "Fin des Temps", la "Fin du Monde", etc. !

Message  Invité le Jeu 5 Aoû 2010 - 8:26

@ Herman

vous avez raison de lire ce livre de Raoul AUCLAIR, il est tout simplement magnifique

violaine
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

N'exagérons pas

Message  Invité le Jeu 5 Aoû 2010 - 9:41

Magnifique, je n'irai pas jusque là. Je suis assez séduit par le texte cet auteur, sauf lorsqu'il s'enhardit à affirmer que l'Eglise se condamnerait elle-même en condamnant ce millénarisme auquel lui croit et pas Elle. Pour mémoire, citons un décret du 11 juillet 1941 du Saint Office:
Le système du millénarisme même mitigé – à savoir, qui enseigne que, selon la vérité catholique, le Christ Seigneur, avant le jugement final, viendra corporellement sur cette terre pour régner, que la résurrection d’un certain nombre de justes ait eu lieu, ou n’ait pas eu lieu – ne peut être enseigné avec sûreté
Téméraire aussi lorsqu'il s'aventure à prétendre, comme tout bon protestant ou témoin de Jéhova:
L’avons-nous assez dit : la clef la plus cachée de l’Ecriture est de la savoir lire en toute clarté, en toute simplicité, selon le sens littéral !
Cela dit, il est intéressant en ce qu'il permet de distinguer "fin des temps" (avant l'enchaînement de Satan) et "fin du monde" (jugement dernier), même si je ne comprends pas bien à quoi serviraient ces mille ans de règne temporel et spirituel du Christ sur Terre qu'on nous annonce...

Je vous renvoie à un article sur le même sujet, dont je ne partage pas la conclusion mais plutôt la réponse de Saint Augustin (qu'on y récuse sans raison):
Saint Augustin a écrit: à propos de la question par laquelle tu demandes s’il faut croire que, à la venue du Seigneur, ce sera bientôt le jugement, je pense que la foi du Symbole suffit, par laquelle nous confessons que le Christ viendra de la droite du Père pour juger les vivants et les morts ; puisque c’est la raison même de sa venue, que ferait-il d’autre dès sa venue, sinon ce pour quoi il est venu ?

http://www.apocatastase.com/index.php?option=com_content&view=article&id=149&Itemid=67
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Raoul Auclair fut une révélation pour moi !

Message  Octo le Jeu 5 Aoû 2010 - 10:11

Herman a écrit:@ Octo.

Ici, je retiens tout de A à Z, y compris le message de La Salette, car tout est conforme aux Ecritures, sans manipulations ni fioritures. Je constate avec plaisir que l'auteur se méfie des interprétations symbolistes qui dénaturent le Message : " la clef la plus cachée de l’Ecriture est de la savoir lire en toute clarté, en toute simplicité, selon le sens littéral ! " . [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Je ne connaissais pas l'oeuvre de Marcel Auclair mais je sais que je vais me la procurer.
Mille merci pour cette précieuse référence. [Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Herman.

@ Herman :

D'abord, Herman, j'aimerais faire une petite correction :

Vous avez écrit "Marcel Auclair" pensant sans doute inconsciemment à Marcelle Auclair, l'auteur de la vie de Thérèse d'Avila. Mais il s'agit, bien sûr, de Raoul Auclair !

Perso, quand je me suis converti à l'Église Catholique, je m'intéressait aux questions liées à la Fin des Temps. C'est de cette manière que, graduellement, je me suis réconcilié avec l'Enseignement de cette Église deux fois millénaires ! Et au fil de ce cheminement, je suis tombé "par hasard" sur les oeuvres de Raoul Auclair qui, pendant des années, fut mon mentor par ses oeuvres sur l'eschatologie et l'Apocalypse. Ce fut pour moi une révélation et j'ai lu à peu près tous ses livres !

Aussi, puis-je comprendre votre emballement à l'égard des extraits de l'oeuvre de Raoul Auclair que j'ai posté sur ce Forum ! Et je ne puis que vous encourager à vous les procurer, T-O-U-T-E-S, à les lire et, ensuite, à venir nous en parler... ! Voyez, Herman, comme je suis opportuniste...! Cool man !

Octo !




Dernière édition par Octo le Ven 25 Mar 2011 - 13:48, édité 1 fois

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16998
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Lancinante controverse.

Message  Herman le Jeu 5 Aoû 2010 - 10:28

@ Tarcisius :

Lancinante controverse, assurément, vu que l'Eglise n'a pas tranché. Pourtant, l'Ecriture est plutôt claire là-dessus : Ap.20,4 : (...) Ils revinrent à la vie et ils régnèrent avec le Christ pendant mille ans.

On peut évidemment être tenté de partager les doutes de St.Augustin : à quoi peuvent bien servir ces mille ans de règne (que les Témoins de Jéhovah présentent en effet trop souvent comme une sorte de Reich) mais notre incompréhension nous autorise-t-elle à gommer les textes ? Je n'oserais pas l'affirmer, tout au contraire, tenant beaucoup à rester fidèle à mes critères scripturaux.

Quant au littéralisme des interprétations, c'est vrai qu'il ne saurait être prôné dans un sens absolu mais il me semble de rigueur en première approche, sauf à prouver le contraire.

J'ai une question à vous poser, à vous qui semblez fort bien informé et avez une démarche nettement logique : qu'en pense St.Thomas d'Aquin, pour autant qu'il ait traité ce sujet ? Merci d'avance de votre réponse s'il y a lieu.
NB : je dois m'absenter maintenant et ne pourrai vous lire ou vous répondre avant demain.

Grand merci pour vos interventions que j'apprécie volontiers.

Herman.

@ Octo :

Encore mille merci : soyez sûr que je vais dévorer tout ce que pourrai trouver des oeuvres de Raoul Auclair et que je ferai part de mes remarques. J'ai du retard sur vous : ma "conversion" est sûrement plus récente. Je vais tâcher de brûler les étapes. Fraternellement vôtre,

Herman.
avatar
Herman
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 118
Date d'inscription : 23/07/2010
Localisation : Belgique / Wallonie

Revenir en haut Aller en bas

Présentation de Raoul Auclair et de son oeuvre !

Message  Octo le Jeu 5 Aoû 2010 - 10:58

Raoul Auclair : le poète de la Fin des Temps

Premières années

C’est à Ambrault, en France, qu’est né Raoul, le 4 mars 1906. Toute sa jeunesse se passe en ce milieu, auprès de ses bons parents et de son frère cadet, Robert. Le 10 mai 1932, il épouse Suzanne Delacroix, à Saint-Pierre-de-Montrouge, à Paris. À partir de 1941, Raoul est attaché à l’O.R.T.F. (Office de Radio-Télévision Française) pour lequel il écrit plusieurs pièces dramatiques dont il dirige lui-même la réalisation en ondes.

Raoul manie en effet la langue française avec une rare élégance et un style littéraire unique, auquel s’ajoute un élan poétique et mystique. Âgé d’environ quarante ans, Raoul commence à écrire ses premiers livres: Le Livre des Cycles (1947), Le Crépuscule des Nations (1949) et Les Centuries de Nostradamus (1958). Il fait découvrir au lecteur le Sens de l’Histoire, dans la lumière prophétique: c’est l’eschatologie ou l’étude des fins dernières de l’homme et du monde. «L’Eschatologie, ce sont les jalons que Dieu a fixés, où doit passer le monde et qui va là où Dieu, de toute éternité, le destine et le mène», sans pour autant «porter atteinte au seul et extraordinaire, merveilleux et terrible privilège de l’homme: il est libre» (Histoire et Prophétie, p. 9). Toute la pensée de Raoul se trouve concentrée dans ses premiers écrits, pensée qu’il mûrira au fil des années et développera dans des ouvrages ultérieurs.

La Dame de tous les Peuples

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]

Pendant ce temps, il continue à se documenter sur tout ce qui touche la Vierge. Le 19 février 1966, au Théâtre du Tertre, à Paris, Raoul donne une conférence qu’il consacre aux apparitions de Marie à Amsterdam: c’est un succès tel que sa conférence est aussitôt traduite en plusieurs langues, marquant par là l’ouverture au monde des messages de la Dame de tous les Peuples.

1967 semble marquer une étape importante dans sa carrière d’écrivain, si l’on considère la publication de ses ouvrages qui se succèdent à partir de cette date: Les Épiphanies de Marie (1967), où Raoul souligne le caractère eschatologique des grandes apparitions de la Vierge Marie; une nouvelle traduction des messages de La Dame de tous les Peuples (1967); Kérizinen (1968); La Prophétie des Papes (1969); La Fin des Temps (1973); Histoire et Prophétie (1973), livre couronné par l’Académie française; Prophétie de Catherine Emmerich pour notre Temps (1974); Le Jour de Yahvé (1975); une réédition revue et augmentée des Centuries de Nostradamus (1975) et Mystère de l’Histoire (1977).

Raoul et l’Armée de Marie

Par les événements providentiels, Dieu réunit ceux qu’Il choisit pour accomplir un Dessein d’amour. C’est la Dame de tous les Peuples qui allait être le lien entre cet auteur – jusque-là réservé à une élite intellectuelle et aristocratique – et Son Oeuvre, l’Armée de Marie, dont Elle l’invitait, avec les petits, à devenir un témoin privilégié. Peu de temps après la fondation de l’Armée de Marie*****, le 28 août 1971, Raoul prend connaissance de cette Oeuvre.

Son ouverture d’esprit et sa clairvoyance sont étonnantes: déjà, il perçoit la nécessité de l’Armée de Marie en ce temps où l’Église s’engage dans la plus périlleuse tourmente de son histoire: «Jamais Pape ne fut à ce point abandonné. Et s’il est ainsi abandonné, c’est qu’en lui et sur lui tombe l’heure de l’Abandon de l’agonie au jardin des Oliviers. Car, où passa la Tête, Jésus, vont passer maintenant les Membres, l’Église. Bénie soit donc cette Armée de Marie qui, pour obéir à Marie, se veut de demeurer fidèle au Pape. C’est la grande exigence actuelle. Mais c’est aussi, hélas, la grande rareté. (...)» (Vie d’Amour VIII, chap. 25, lettre du 24 déc. 1971).

Raoul est aussi celui que le Seigneur a préparé pour comprendre Vie d’Amour] dont il commence la lecture le 13 mai 1976. À ce jour, Vie d’Amour n’est pas encore publiée et seules quelques personnes de l’Équipe mariale ont eu le privilège d’en prendre connaissance. Malgré sa science spirituelle et littéraire, Raoul s’efface devant le mystère qu’il perçoit: «Donc, j’ai lu. Et je me dis: pourquoi, toi, misérable – le sentiment de ma misère n’est que trop réel et trop souvent m’étreint –, oui, pourquoi, une fois de plus, t’est-il donné la grâce d’être le témoin direct du mystère de Dieu en oeuvre dans une âme privilégiée? (...) Je voyais, jusque-là, dans l’Armée de Marie, un beau, un bon, un utile et opportun mouvement destiné à faire un contrepoids de prière à la masse énorme du péché de la terre. Et, certes, c’est aussi cela, mais dans une dimension et nécessité surnaturelles que “Vie d’Amour” à présent me découvre. (...)»

S’adressant à l’auteur [Marie-Paule] de Vie d’Amour, il écrit: «C’est cela, votre “Vie d’Amour” : une Configuration et Configuration en Marie, la première et totale Configurée. Alors, ceux qui vous liront – et ce ne seront plus les rares privilégiés d’aujourd’hui – verront le sceau de Dieu apposé, en signes prophétiques, sur votre vie de femme, témoignant dans le temps des desseins éternels. Si donc le Seigneur Jésus-Christ vous fit devoir d’écrire votre vie, c’est qu’Il veut proposer ce récit, cet exemple et ce mystère à toutes les âmes de bonne volonté» (Vie d’Amour XII, chap. 42, lettre du 20 mai 1976).

Après le décès de son épouse, le 26 février 1976, Raoul est invité, l’année suivante, à faire une tournée de conférences à travers le Canada et les États-Unis, sous les auspices de l’Armée de Marie.

La bénédiction de Fils de Marie

Dans l’Armée de Marie, les premiers collaborateurs de Marie-Paule reçoivent une bénédiction spéciale. Durant son séjour, Raoul reçoit, le 25 mars 1977, la bénédiction de Fils de Marie: «Que la Trinité Bienheureuse et la Vierge Marie vous bénissent et fassent descendre sur vous une plénitude de grâces afin que vous deveniez le plus grand théologien de tous les temps.» Il revient à Québec l’année suivante, cette fois pour y demeurer, se donnant tout entier à l’Armée de Marie.

Un collaborateur dévoué et un conférencier éclairé

La collaboration de Raoul à l’Oeuvre se concrétise d’abord par la rédaction de textes pour le journal Marie qui a succédé à la petite revue L’Armée de Marie.
Pendant ce temps, Raoul poursuit ses conférences à travers la province, toujours dans le cadre des cérémonies de l’Armée de Marie. Ses interventions éclairantes sur le mystère de la Co-Rédemption et de l’incarnation mystique contribuent à la préparation des membres à la lecture de Vie d’Amour.

Le 13 mai 1979 paraît le premier volume Vie d’Amour, pour lequel Raoul a écrit une préface exprimant sa pensée qui projette un éclairage merveilleux sur le mystère qu’enveloppe cette Vie d’Amour.

Un grand théologien

Dès son premier séjour au pays, Raoul est invité occasionnellement à rencontrer le Cardinal Maurice Roy qui l’interroge sur ses livres, sur l’Armée de Marie et également sur la mission de Marie-Paule. Le Cardinal Roy estime beaucoup Raoul dont il reconnaît la valeur intellectuelle et spirituelle. Par deux fois, il parle même de lui comme d’un «grand théologien». En octobre 1980, le Cardinal s’adresse à un Père Dominicain français venu prêcher une retraite aux Chevaliers de Marie et lui dit: «L’Armée de Marie a son théologien: Monsieur Raoul Auclair.» Quelques mois plus tard, en mars 1981, Raoul est invité à une nouvelle entrevue avec le Cardinal, à laquelle sont également présents les Pères Philippe Roy, Denis Laprise et Victor Rizzi. À un certain moment, au cours de la discussion, le Cardinal se tourne vers Raoul et lui dit: «Et vous, Monsieur Auclair, qui êtes théologien, qu’en pensez-vous?» Enfin, lors d’une autre visite que Raoul lui fait, le Cardinal lui dit avec insistance: «Veillez bien, Monsieur Auclair», comme s’il lui conférait une autorité pour veiller au bon développement de l’Armée de Marie.

Rédacteur en chef de L’Étoile

De 1971 à 1976, la revue L’Armée de Marie donnait une formation spirituelle intense à ses membres, mettant aussi l’accent sur la réforme intérieure personnelle. En 1976, la revue cédait la place au journal [Marie. Selon l’évolution de l’Armée de Marie qui, par Raoul, en mars 1977, s’est affiliée à la Milice de Jésus-Christ, de Paris, le journal Marie, en 1979, devient L’Étoile et Raoul en est le rédacteur en chef. Fidèle collaborateur, il continue à faire bénéficier les membres de l’Armée de Marie de ses connaissances mariales, les sensibilisant toujours plus au rôle eschatologique de Marie en cette fin des temps.

Directeur des Éditions Stella

Depuis son arrivée à Québec, Raoul a publié, aux Éditions Stella dont il est le Directeur: Sainte Catherine de Sienne (1980); Le Secret de la Salette (1981); Eschatologie de notre Temps (1982); La Dame de Tous les Peuples - Ouverture à l’intelligence des messages (1982: une nouvelle édition revue et augmentée); L’Apocalypse (I) (1984); L’Apocalypse (II)(1985); L’Homme Total dans la Terre Totale (1985); Tous ces mystères dans le Mystère de Marie (1987); et L’Apocalypse (III) (1987).

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
4 décembre 1985 -
Raoul remet au Pape son dernier livre édité:
L’Homme Total dans la Terre Totale


L’Homme Total dans la Terre Totale

C’est en 1985 que Raoul publie ce qui constitue le chef-d’oeuvre de ses écrits: L’Homme Total dans la Terre Totale, que Séverin Batfroi, brillant écrivain de France, présente comme étant le plus extraordinaire de ses livres: «Jamais à ce jour, pareil travail de synthèse n’avait été aussi réussi.(...) L’Homme Total dans la Terre Totale échappe à tout “système philosophique” qui emprisonne la pensée dans le carcan arbitraire d’un dogmatisme sophistique et sophistiqué. Revenant à la pureté originelle des textes sacrés, Raoul Auclair entreprend un véritable travail d’exégèse à partir des sources mêmes du mystère universel. (...) Aussi bien, on ne peut le nier, nous nous trouvons ici en présence d’une oeuvre dont la dimension toute particulière n’est cependant pas sans rapports avec le “phénomène prophétique” . (...) De poète qu’il est, Raoul Auclair devient parfois visionnaire et théologien d’une nouvelle avancée de la foi. (...)

«Grâce au présent ouvrage, Raoul nous prouve que l’histoire de l’Univers et celle de l’homme sont étroitement liées, et il n’est point d’autre rédemption que celle, globale, du monde, pour laquelle l’être humain est tout à la fois le révélateur et le catalyseur.(...)»

Fils de Marie dans la Communauté

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
À l'âge de 81 ans, en 1987, Raoul Auclair se consacre à Dieu
et devient le Frère Raoul dans la Communauté des Fils de Marie,
à Québec


Le 13 octobre 1987, Raoul confirme son désir de devenir Religieux Fils de Marie. Préparé depuis longtemps, c’est le 15 octobre au soir, en la fête de sainte Thérèse d’Avila, qu’il reçoit l’habit, désirant garder le nom secret de Père Marie du Rosaire qu’il a pris en entrant dans la Famille des Fils et Filles de Marie. Tout était dans le Plan de Dieu: le 13 octobre, c’est l’anniversaire de la dernière apparition de Marie à Fatima où Elle a dit qu’Elle était Notre-Dame du Rosaire. De plus, l’on se souvient que Raoul était, de 1960 à 1980, Commandeur du Rosaire dans la Milice de Jésus-Christ, en France. Il a tant écrit sur Marie, et spécialement sur Notre-Dame du Rosaire.

Hommages à Raoul Auclair

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
1988 = Âgé de 82 ans,
le frère Raoul continue à écrire sur l'Apocalypse


À plusieurs reprises, durant toutes ces années, le travail exceptionnel de Raoul fut souligné d’une façon spéciale: en 1984, dans le cadre d’un pèlerinage de l’Armée de Marie, en France et en Italie, organisé «en l’honneur de l’Apocalypse». À cette occasion, Raoul recevait la reproduction, en émail sur cuivre, de l’emblème officiel du pèlerinage: l’Agneau de l’Apocalypse. Trois ans plus tard, au cours du pèlerinage en l’honneur de la Sainte Croix, du 16 au 25 septembre 1987, en Italie, Raoul reçoit la médaille du mérite littéraire pour ses oeuvres eschatologiques et mariales. Enfin, en 1994, Marie-Paule ou Mère Paul-Marie, fondatrice de la Communauté des Fils et Filles de Marie, rend un troisième hommage public à Raoul pour rappeler l’oeuvre accomplie par «cet homme d’envergure littéraire qui, ayant compris le message mystérieux de Vie d’Amour , n’a pas hésité à quitter Paris, ses amis, sa grande renommée d’écrivain en ces lieux de haute aristocratie où il évoluait, pour, avec les petits que nous sommes, venir vivre en Nouvelle-France des moments sublimes, en prenant connaissance des interventions célestes et de leur réalisation» (Le Royaume, nº 99, mai-juin 1994, p. 11).

Les dernières années

Le 18 avril 1992, âgé alors de 86 ans, le Frère Raoul emménage au Centre de l’Immaculée où il est entouré de l’affection et des soins de ses confrères. Ses derniers jours s’écoulent paisiblement jusqu’au 26 décembre 1996, au moment où il est transporté d’urgence à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus, à Québec, à la suite d’un sérieux malaise. Quatorze jours après, le 8 janvier 1997, à 16h25, Dieu rappelle à Lui Son serviteur. Il avait 90 ans et 10 mois.

Le Pavillon Raoul-Auclair

C’est en l’an 2000 qu’était inauguré le complexe Spiri-Maria, à Lac-Etchemin, qui perpétue la mémoire de trois précieux collaborateurs de l’Oeuvre mariale: le Père Philippe Roy, Raoul Auclair et Mme Lucienne Poulin, qui y ont chacun un Pavillon faisant figure de musée. Le Pavillon Raoul-Auclair nous permet d’admirer le goût raffiné de l’écrivain, lui-même artiste à ses heures; on y retrouve les oeuvres d’art et une partie du mobilier de son appartement de la 26e Rue, à Québec, entre autres son bureau de travail et sa bibliothèque.

***

Une biographie plus complète, des textes et des témoignages sur Raoul Auclair sont offerts dans un numéro spécial du journal Le Royaume, n° 115, février 1997.

Pour toute autre information, rejoignez-nous par courrier électronique à:

© 1998 - Tous droits réservés : PAVILLON RAOUL AUCLAIR INC., Québec, Canada

SOURCE :

*****À noter, toutefois, que le groupe de l'Armée de Marie a connu des dérives sectaires tellement importantes vers la fin de l'an 2000 que l'Archevêque de Québec, suite à plusieurs avertissements, a prononcé en septembre 2007 la peine d'excommunication à l'égard de ce groupe, peine qui fut évidemment approuvée par Rome et Benoït XVI !


Dernière édition par Octo le Jeu 5 Aoû 2010 - 15:26, édité 1 fois

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16998
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

L'excommunication de la Communauté de L'Armée de Marie !

Message  Octo le Jeu 5 Aoû 2010 - 11:15

@ Tous :

Concernant l'excommunication de l'Armée de Marie, voici un article qui en retrace les grandes lignes :

L'Armée de Marie est frappée d'excommunication
Mardi, 11 Septembre 2007


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La bannière de l'Armée de Marie


La « Communauté de la Dame de tous les Peuples », mieux connu sous le nom de L’Armée de Marie, a forcé les autorités ecclésiales catholiques à sévir à l’endroit du mouvement dont le siège social est situé dans l’archidiocèse de Québec.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Marie-Paule Giguère, la fondatrice de l'Armée de Marie


Suite à des consultations auprès des évêques du Canada et auprès de la Congrégation pour les instituts de vie consacrée et les sociétés de vie apostolique, la Congrégation pour la doctrine de la foi (responsable au Saint-Siège pour toutes les questions de foi et de morale) a émis une déclaration d’excommunication à l’endroit de membres de L’Armée de Marie. Cette annonce a été faite avec l’approbation du pape Benoît XVI.

Malgré les avertissements répétés des évêques canadiens, dont le cardinal Marc Ouellet, archevêque de Québec, des membres de L’Armée de Marie ont participé à des ordinations interdites et non reconnues par l’Église catholique. Ces offenses ont contraint la Congrégation à publier la déclaration « vu la gravité de la situation, et en l’absence de solution alternative. »

La liste des personnes frappées d’excommunication inclut le Père Jean-Pierre Mastropietro, qui a procédé aux pseudo-ordinations; les individus qu’il a prétendument ordonnés comme diacres et prêtres; les membres du mouvement et de ses œuvres associées qui ont posé un acte de schisme en participant à ces ordinations invalides et qui ont continué à fréquenter ce groupe et ce, malgré l’avertissement prononcé le 26 mars 2007 par le cardinal Ouellet. La déclaration établit que les excommunications sont latae sententiae, c’est-à-dire automatiques. Elle conclut que quiconque sciemment et délibérément adhère à la doctrine de L’Armée de Marie encourt l’excommunication latae sententiae.

La Congrégation souhaite que cette déclaration apporte toute la clarté voulue concernant L’Armée de Marie . « C’est notre espérance que la clarification fournie par la présente déclaration rendra service à ceux dont la foi peut être blessée par le groupe schismatique afin qu’ils demeurent fidèles à l’Église catholique. »

Un long processus

La déclaration d’excommunication fait suite à un long processus, notamment les nominations de commissaires pontificaux auprès des prêtres associés à L’Armée de Marie : Mgr Gilles Cazabon, O.M.I., évêque de Saint-Jérôme, a assumé ce mandat jusqu’en 2003 avant que ne lui succède Mgr Terrence Prendergast, S.J., depuis peu archevêque d’Ottawa. Dans une lettre qu’elle lui a adressée, la Congrégation pour la doctrine de la foi a d’ailleurs tenu à exprimer à Mgr Prendergast sa reconnaissance pour ses efforts visant à éviter cette situation de schisme.

En 2001, la Conférence des évêques catholiques du Canada avait publié une note doctrinale confirmant que les enseignements de L’Armée de Marie étaient contraires aux fondements de la doctrine de l’Église catholique.

En mars 2007, le Cardinal Ouellet déclarait, dans un avis public, que les responsables de L’Armée de Marie s’étaient exclus de la communion de l’Église catholique, que les enseignements particuliers du mouvement étaient faux et que ses activités ne pouvaient être fréquentées ni soutenues par des catholiques.

SOURCE : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16998
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Raoul Auclair, un témoin de la Tradition !

Message  Octo le Jeu 5 Aoû 2010 - 11:47

Hommage à [Ce passage a été supprimé par l'Administration] - Trois témoins de la Tradition : [Ce passage a été supprimé par l'Administration], Raoul Auclair, [Ce passage a été supprimé par l'Administration]
Conférence à Paris le 23 novembre 2003,
par Charles RIDOUX


Trois témoins de la Tradition


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image][Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
De gauche à droite : 1. [Ce passage a été supprimé par l'Administration], 2. Raoul Auclair, 3. [Ce passage a été supprimé par l'Administration]

(.....)

Mais c’est chez Raoul Auclair que l’on rencontre, de la manière la plus spectaculaire, une véritable illumination qu’il eut en 1941, à l’âge de 35 ans, à la terrasse d’un café à Marseille. Le temps d’une fraction de seconde, une illumination lui a fait comprendre qu’il aurait à écrire sur la « connaissance divine » et que cette connaissance lui serait, en quelque sorte, révélée au fil de l’écriture. On peut ajouter aussi comme des signes d’une orientation providentielle de sa vie et de son œuvre les propos de Marthe Robin qui lui avait dit qu’il avait une mission à remplir et le fait que sa communion solennelle eut lieu le 13 mai 1917, jour de la première apparition de Marie à Fatima, qui vient comme marquer du sceau marial sa destinée terrestre. Marie-Paule, la fondatrice de l’Armée de Marie, association à laquelle Raoul Auclair fut attaché durant ses dernières années, apporte un témoignage très précieux et détaillé à propos de cette illumination ; elle rapproche notamment ce phénomène de l’embrasement semblable que connut, au XIIe siècle, sainte Hildegarde de Bingen :.

« A l’âge de 42 ans et 7 mois, une lumière et un éclat éblouissant, me venant du ciel entr’ouvert, pénétra tout mon esprit, tout mon cœur et tout mon être… Et tout à coup, j’eus l’intelligence des Psaumes, des Évangiles et des autres livres catholiques, tant de l’Ancien que du Nouveau Testament. » [4].

Marie-Paule précise que c’est à partir de ce jour que Raoul Auclair, qui de longues années durant garda le plus grand secret sur son illumination, entreprit la rédaction de son Livre des Cycles, dont il écrivit les 144 chapitres tout d’un trait, sans calcul et sans recherche.

Né le 4 mars 1906 dans l’Indre, Raoul Auclair sera attaché, à partir de 1941, à la radio française et se fera connaître par une série d’émissions consacrées aux apparitions mariales. Après la Seconde Guerre mondiale paraissent ses premiers ouvrages qui éclairent le sens de l’histoire à la lumière des prophéties : Le Livre des Cycles (1947), Le Crépuscule des Nations (1949) et Les Centuries de Nostradamus (1958). 1967 semble marquer une étape importante dans sa carrière d’écrivain. En cette année, les éditions Beauchesne publient les textes sur les apparitions de Marie que Raoul Auclair a écrits pour l’ORTF dans un recueil intitulé : Les Épiphanies de Marie. Raoul est le premier à y souligner le caractère eschatologique des grandes apparitions de la Vierge Marie. Pendant les dix années qui suivent, Raoul Auclair produit de nombreuses œuvres à caractère eschatologique et marial : Kérizinen (1968) ; La Prophétie des Papes (1969) ; La Fin des Temps (1973) ; Histoire et Prophétie (1973), livre couronné par l’Académie Française ; Prophétie de Catherine Emmerich pour notre Temps (1974) ; Le Jour de Yahvé (1975) ; une réédition revue et augmentée des Centuries de Nostradamus (1975) et Mystère de l’Histoire (1977).

Jean Phaure, étant de ceux qui suivent avec attention le développement de cette œuvre, écrit dans Atlantis :

D’un livre à l’autre, Raoul Auclair continue d’élaborer la plus magistrale et la plus actuelle exégèse des apocalypses de Daniel et de saint Jean. Actuelle, oui, car bien des aspects de la crise que nous traversons aujourd’hui s’éclairent magistralement à cette lecture. Et ceci par l’harmonie d’un style à la fois précis et musical que nous apprécions depuis plusieurs années.

L’abbé André Richard, directeur de L’Homme Nouveau, commente en ces termes les Épiphanies de Marie en juillet 1967 :

L’auteur, Raoul Auclair, n’est ni un théologien, ni un exégète de profession. C’est un laïc qui mange, mâche et rumine le pain de l’Écriture, à la manière d’un Claudel, et comme peut le faire le plus humble chrétien, sans aucun mépris pour les théologiens ou exégètes de profession, mais avec la liberté de l’enfant de Dieu, et dans l’esprit de l’Église.

En septembre 1976, après la mort de son épouse survenue quelques mois plus tôt, Raoul offre ses services à l’Armée de Marie, dont il deviendra oblat le 15 août 1981. ». Tous les articles de Raoul parus dans L’Étoile, organe de cette association, seront rassemblés en deux volumes : ses écrits à caractère eschatologique dans Eschatologie de notre Temps (1982) et ses écrits mariaux dans Tous ces mystères dans le Mystère de Marie (1987). Peu de temps après son arrivée à Québec en 1978, Raoul créait sa propre maison d’édition : les Éditions Stella. Il y publie deux œuvres écrites au temps où il travaillait à l’ORTF : Sainte Catherine de Sienne (1980) et Le Secret de la Salette (1981). Le 27 novembre 1984, Raoul Auclair présente à ses lecteurs le premier tome de L’Apocalypse ; deux autres tomes suivront, le tout couvrant l’interprétation des seize premiers chapitres, mais, pour des raisons mystérieuses, la parution du tome IV n’a jamais eu lieu. En 1985, Raoul Auclair publie un autre de ses ouvrages majeurs : L’Homme Total dans la Terre Totale. Voici comment Séverin Batfroi - un des collaborateurs d’Atlantis - présente, dans Le Royaume, ce dernier livre de Raoul Auclair :

Revenant à la pureté originelle des textes sacrés, Raoul Auclair entreprend un véritable travail d’exégèse à partir des sources mêmes du mystère universel. Grâce au présent ouvrage, Raoul nous prouve que l’histoire de l’Univers et celle de l’homme sont étroitement liées, et il n’est point d’autre rédemption que celle, globale, du monde, pour laquelle l’être humain est tout à la fois le révélateur et le catalyseur.

Le 13 octobre 1987, Raoul Auclair confirme son désir de devenir Religieux Fils de Marie. Il reçoit l’habit, gardant le nom secret de Père Marie du Rosaire qu’il a pris en entrant dans la Famille des Fils et Filles de Marie. Le 8 janvier 1997, il est rappelé à Dieu, à l’âge de 90 ans et 9 mois.

Rappelons en deux mots ce qu’est l’Armée de Marie, suivant la brochure de présentation intitulée Manuel de l’Armée de Marie :

L’Armée de Marie a pour but de revivifier la vie intérieure de ses membres par la réforme personnelle pour rayonner ensuite dans un apostolat fécond. (…) L’Armée de Marie poursuit ce but par une attention à trois points particuliers, soit la dévotion eucharistique dans une liturgie authentique, la dévotion mariale selon la doctrine de saint Louis-Marie Grignon de Montfort et le service de l’Église dans le respect à son Pasteur suprême et aux autres Évêques [5] (…) L’Armée de Marie est une armée pacifique dont les armes sont la prière, l’esprit de renoncement et de sacrifice, la charité et la pratique des vertus, tout spécialement l’humilité et la pureté. L’Armée de Marie puise sa spiritualité dans les Saintes Écritures, en particulier dans les Évangiles ; les documents du Concile Vatican II – spécialement Lumen Gentium -, Signum Magnum et les encycliques ; le Traité de la vraie dévotion à la Sainte Vierge ; les œuvres de saint Jean de la Croix, sainte Thérèse d’Avila, sainte Thérèse de l’Enfant-Jésus et saint Maximilien Kolbe.

Si la mission de Raoul Auclair a été d’interpréter la Fin des Temps à la lumière du grand cycle de Daniel inauguré en 603 av. J.-C. avec le songe du roi Nabuchodonosor ayant la vision de la statue d’or, d’argent, d’airain et de fer que le prophète interprète comme signifiant la succession des Empires en conformité avec la doctrine traditionnelle des Quatre Ages qui se retrouvent dans maintes civilisations, Jean Phaure se présente lui-même comme un témoin d’une période qui se situe au terme de ce grand cycle de Daniel, achevé en 1917, année fatidique marquée, au mois d’octobre, par deux événements de portée eschatologique : l’avènement du communisme en Russie et l’apparition miraculeuse de la Vierge à Fatima :

Douloureux honneur que d’appartenir à une Humanité finissante qui ne sait pas sa fin prochaine, qui ne veut pas le savoir – et de le dire pourtant, car il faut qu’en cette époque certaines choses soient dites, aussi inconfortables soient-elles. Dans le demi-siècle à venir les événements les plus brutaux, les plus inconcevables, à la fois maléfiques et bénéfiques, vont éclater – et ce n’est qu’alors que la plupart s’apercevront que certains les avaient prévus. [6].

(.....)

[Le lien suivant a été supprimé par l'Administration]


Dernière édition par Octo le Ven 6 Aoû 2010 - 19:10, édité 1 fois

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16998
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Témoignage : mon ami Raoul Auclair !

Message  Octo le Jeu 5 Aoû 2010 - 14:00

TÉMOIGNAGE : MON AMI RAOUL AUCLAIR !
par Dominique Poulain


Beaucoup ont connu Raoul Auclair par l’Armée de Marie. Pour moi, ce fut l’inverse: c’est Raoul qui me fit connaître l’Armée de Marie. Il y a vingt ans, je commençais à m’intéresser à la spiritualité à travers des lectures un peu désordonnées qui avaient débuté par des livres de «métaphysique bouddhiste» de pacotille... Puis mon professeur de philosophie, une dame extraordinaire, m’avait intéressé à Aristote et saint Thomas d’Aquin, et aussi à des auteurs contemporains qui eurent une grande importance pour notre Raoul: René Guénon et Léon Bloy.

Un jour que j’étais en vacances, on vint me proposer d’aider des handicapés à suivre une retraite en Foyer de Charité (dont j’ignorais tout) en poussant leurs fauteuils roulants. Je dis oui, je partis pour le Foyer, où j’appris que j’étais supposé suivre moi-même la retraite... et ce fut une illumination: la découverte de la spiritualité de saint Louis-Marie Grignion de Montfort et de Marthe Robin, la redécouverte du chapelet...

Je n’eus de cesse d’y entraîner mes parents et mes amis. Au bout d’un ou deux ans, c’était chose faite. Un ami particulièrement enthousiaste et dynamique, après deux retraites avec nos amis handicapés et un pèlerinage avec eux à Banneux et Beauraing comme brancardier, décida au retour de nous réunir pour un chapelet hebdomadaire dans sa paroisse.

C’était à l’automne de 1976. Au printemps, nous (trois amis) avions découvert une oeuvre passionnante: celle d’Anne-Catherine Emmerich, dont nous avions aussitôt acheté les volumes des Visions. Puis, au début de l’été, j’avais avisé à la librairie de L’Homme Nouveau, à Paris, un autre livre concernant Anne-Catherine: Visions d’Anne-Catherine Emmerich pour notre temps. Nous nous précipitâmes sur cet ouvrage dont l’auteur était un certain «Raoul Auclair», totalement inconnu pour nous.

La lecture du livre nous bouleversa. Je clamai alors que c’était le livre le plus extraordinaire que j’eusse jamais lu. Aussitôt, nous fîmes l’achat de tous les ouvrages disponibles de ce Raoul Auclair. Nous étions en train de les dévorer méthodiquement lorsque nous organisâmes ce chapelet hebdomadaire dans la paroisse de mon ami... à Palaiseau, au sud de Paris.

Le chapelet fut annoncé à la fin de la messe d’un dimanche de novembre. Agréablement surpris par cette initiative mariale venant d’un jeune de la paroisse, un paroissien aborda mon ami à la sortie de la messe: «Je connais un Monsieur qui habite près d’ici et qui serait intéressé par votre initiative. Souhaitez-vous le rencontrer? Il s’appelle Raoul Auclair.»

Mon ami manqua défaillir. Il accepta d’enthousiasme, et courut me téléphoner. Je crus vivre un rêve. Non seulement Raoul Auclair, dont nous ne savions rien, était encore en vie, mais il demeurait à deux pas de chez nous. Et il nous invitait chez lui, pour le mardi soir suivant!

La rencontre de Raoul fut un enchantement. Il nous fit visiter sa belle maison dessinée selon ses plans, emplie de livres et de beaux objets réunis tout au long de sa vie, par exemple ces étonnants tableaux qu’il composait lui-même avec des algues ramassées sur la plage. Il nous installa dans de profonds fauteuils et nous parla toute la soirée des sujets qu’il exposait dans ses livres. C’était comme un conte de fées... Il connaissait, comme nous, Bloy et Guénon, mais aussi Joseph de Maistre et bien d’autres. Il nous fit entrer plus profondément dans le mystère du grand combat de la fin des temps. Au moment de le quitter à une heure avancée, nous avions remarqué sur son bureau un journal. Le titre en était Marie. C’était le premier numéro du journal de l’Armée de Marie, dont nous n’avions jamais entendu parler. «Oui, dit Raoul, il s’agit d’une oeuvre mariale de Québec, dont je vais avoir à m’occuper...» Il nous dit que si nous voulions bientôt le revoir, il serait présent à deux célébrations où il nous invitait à le retrouver: le premier vendredi du mois à Saint-Eustache, à Paris, avec la «Milice de Jésus-Christ» dont il faisait également partie, et une prochaine assemblée de l’Armée de Marie à la chapelle de la Médaille Miraculeuse, rue du Bac.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Façade de la résidence de Raoul, à Lozère-sur-Yvette,
vallée de Chevreuse, dans la banlieue parisienne.
Raoul qui avait étudié l’architecture, en avait fait les plans


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Raoul aimait beaucoup les fleurs et chaque année il préparait,
avec goût, un arrangement floral soigné, entourant sa résidence


Ce fut le début d’un engrenage dont nous ne sommes jamais sortis, l’un de mes deux amis et moi: vingt ans de vie au sein de l’Oeuvre mariale, où j’eus même le bonheur de rencontrer celle qui deviendrait mon épouse. Vraiment, je dois tout à Raoul! Il fut dans ma vie l’instrument de la Providence, et quel instrument!

Nous revîmes Raoul. Hélas! pas pour longtemps: en février 1977, trois mois seulement après notre première rencontre, notre ami s’envolait pour le Québec... dont il ne devait revenir que par intermittence. Veuf depuis un an, il se consacrait pleinement à l’Oeuvre mariale, après avoir parlé de Marie depuis des décennies. «L’Armée de Marie se reconnaîtra à ce signe: sa fidélité à Rome et au Pape!» Cette phrase, devise de l’Oeuvre, Raoul l’avait soulignée dans un de ses volumes, écrit bien des années avant la fondation de l’Armée de Marie...

Nous profitions autant que possible de ses brefs passages où il réunissait plusieurs amis. Puis les visites de Raoul en France s’espacèrent. C’était toujours de bonnes surprises. Un soir, le téléphone sonnait: c’était Raoul qui était de passage à Palaiseau et m’invitait à venir dîner chez lui. Ou bien je le retrouvais à la Milice de Jésus-Christ, un premier vendredi à Saint-Eustache, et je le raccompagnais chez lui. Il s’arrêtait en route chez un bon traiteur et faisait quelques emplettes pour le dîner (le «souper», en québécois).

Dîner chez Raoul était toujours une fête. De tradition familiale, il était excellent cuisinier! Il y avait bonne chère et bon vin, en qualité plutôt qu’en quantité, toujours avec simplicité. L’essentiel était la longue conversation à bâtons rompus qui suivait.

Un soir, il me dit: «Il y a des coprins chevelus qui ont poussé sur ma pelouse. Veux-tu une omelette aux champignons?» Cette omelette aux champignons de Raoul, toute simple, faite avec les savoureux coprins du jardin, voilà un souvenir inoubliable dont je lui reparlais à chaque rencontre, le faisant rire de bon coeur à ces souvenirs...

Puis Raoul ne revint plus. On le rencontrait à chaque pèlerinage, à Rome, à Lourdes, à Paris... mais il était devenu «Canadien». Il devint même... Fils de Marie! Changement de continent, changement de vie.

En 1990, je franchis l’Atlantique avec mon épouse et son frère. Raoul avait reconstitué, au rez-de-chaussée de l’immeuble en face du 2040, 26e Rue, à Québec (résidence de l’Armée de Marie), sa petite thébaïde de Palaiseau: les livres, les oeuvres d’art, l’essentiel était là. Même la fidèle perruche, témoin de la composition de tant d’ouvrages extraordinaires.

Raoul nous fit les honneurs de son petit appartement, nous versa la liqueur (au sens européen du terme), versa aussi une larme au moment de nous voir partir.

Je le revis encore en Italie, au pèlerinage à Rieti. Il attendait les grands «événements», pour lui imminents. «Il n’y a plus de temps!» disait-il. Puis deux ans après, à Venise et en Autriche. Diminué, Raoul était maintenant accompagné en permanence. Je passai une demi-heure à converser avec lui, sur la place Saint-Marc, au milieu des pigeons. Enfin, l’an dernier à Québec. On ne pouvait plus soutenir une conversation suivie, tant sa mémoire le trahissait, mais jamais Raoul ne me parut si joyeux. Son âme était déjà en partance pour l’au-delà. Son corps s’attardait encore parmi nous...

«Viens, bon et fidèle serviteur. Entre dans la joie de ton Maître...» À 90 ans passés, Raoul méritait son billet pour l’au-delà... Comme son maître Léon Bloy, il est parti au moment où frappent les trois coups de la pièce dont il attendait le lever de rideau depuis toujours... (Bloy, ce prophète eschatologique, est mort le 3 novembre 1917, dans les jours de la Révolution bolchevique, de la Déclaration Balfour et du Grand Miracle de Fatima...)

Écrivain et auteur dramatique reconnu dans les années 1960 et 1970, Raoul Auclair avait progressivement sombré dans l’oubli, se consacrant désormais à cette Oeuvre si méprisée et décriée, dont il avait préparé les âmes à la venue par ses écrits. Marie l’enveloppa d’une nuée et le prit auprès d’Elle. Il continuera à rayonner discrètement aux yeux de ses Chevaliers, avant que ses oeuvres reviennent sur le devant de la scène quand le moment sera venu.

Cette France qu’il affectait de vouloir oublier, l’a en retour bien oublié. Je n’ai rien vu dans aucun journal. Sa mort est passée inaperçue aux yeux du monde. Comme il nous manque déjà, Frère Raoul! Qu’importe; aux yeux de ses amis, Raoul Auclair est toujours parmi nous, avec son sourire et son regard d’enfant.

Jésus avait dit au Docteur angélique: «Tu as bien parlé de moi, Thomas.» La Dame de tous les Peuples peut désormais dire à notre ami: «Tu as bien parlé de moi, Raoul.»

Dominique Poulain, Achères, France

30 janvier 1997

SOURCE : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16998
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Témoignage : Raoul Auclair et son coeur d'enfant !

Message  Octo le Jeu 5 Aoû 2010 - 14:22

TÉMOIGNAGE : RAOUL AUCLAIR ET SON COEUR D'ENFANT !
par Léo Bourget


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
De sa résidence, Raoul appréciait cet étang
ou «lac» de Lozère, dont il était copropriétaire


Raoul Auclair vient de nous quitter durant l’octave de l’Épiphanie, fête qu’il aimait tant, la fête des Rois, comme on disait autrefois. Pour Raoul Auclair, l’Épiphanie était la manifestation, la réalisation prochaine d’un des plus grands mystères de la Bonne Nouvelle, celui du règne du Pater «sur la terre comme au ciel». C’était, bien sûr, la fête des Rois, mais des Rois mages, des rois sages, des rois-prêtres du sacerdoce royal pour le Royaume de mille ans (un Jour) du Septième Jour. C’était aussi la fête du ROI, du CHRIST-ROI. C’était encore la fête du secret du ROI: Marie, Marie-Reine, la Jérusalem céleste qui descend du ciel sur la terre afin que le royaume qui est en nous soit enfin entre nous pour que nous puissions entrer purifiés, groupés et pardonnés dans le Royaume de gloire définitif, celui des siècles des siècles.

Déjà, en 1949, en terminant son livre Le Crépuscule des Nations, Raoul a ajouté une petite phrase laconique et pleine d’espérance: «Le 6 janvier, dans le désir et l’attente de la Grande Épiphanie.» Il est enfin réalisé le voeu du grand chevalier du Rosaire, du grand Chevalier de Marie.

Mais comment savait-il que le Royaume était proche? Voici sa pensée:

«Le sens de l’histoire? Oui. Mais à condition de restituer à ces mots leur double acception de direction et de signification: et c’est l’eschatologie. Sous l’apparente anarchie de l’histoire règne un ordre profond. D’une part le déterminisme des actes des hommes, mais d’autre part l’axe inflexible de la Détermination divine. De leur confrontation se dégage l’évidence de lois cycliques, au demeurant exprimées symboliquement et numériquement dans les Écritures sacrées. Mais ce regard synoptique n’est possible que lorsque l’histoire parvient à un terme. Et nous sommes à l’un d’eux, et des plus solennels, et des plus décisifs: la fin des temps. La fin du monde? Non, la fin d’un monde.

«Chacun, plus ou moins confusément, éprouve cette angoisse et ressent ce mystère; mais il est possible de percevoir quelle surnaturelle rigueur règne sous ce chaos humain, quelle clarté il y a dans ces ombres, quelle espérance se lève au-dessus de tant de menaces.

«À l’exégèse biblique, assise fondamentale de ce livre, l’auteur confronte les diverses traditions, montrant combien tous les cycles se rejoignent à leur terme pour, tous ensemble, aboutir à notre temps.

«Notre monde a six mille ans, six Jours de mille ans (Ps 89, 4; 2 P 3, 8); il lui reste donc un Jour (Ap 20, 2) pour que s’achève la Semaine de l’ère présente. Mais avant ce grand Dimanche, image temporelle de la Jérusalem éternelle, il nous faut traverser les heures douloureuses et terribles du jugement et de la purification. Et tels sont les temps de la Fin des temps.»

Pour avoir une «vision» du temps, il faut la Révélation. La vision de l’aigle de la terre mesure l’Espace. Les aigles de l’Écriture survolent le temps du fleuve du temps. Ils sont trois aigles dans la Bible, «saisis» par l’Esprit pour survoler le fleuve du temps et décrire les événements antérieurs au Règne: Daniel, Ézéchiel et le Grand Aigle Jean. Ils ont chacun un livre: un livre fermé, un livre roulé et un petit livre. Les deux premiers couvrent le temps de notre génération, le dernier celui du Jour de Yahvé ou de l’Apocalypse. Lorsque ces livres s’ouvrent et se lisent, c’est parce que l’Esprit du Seigneur souffle où il veut, quand il veut et sur qui il veut.

Le temps ne se mesure pas sans une référence et la seule référence valable est la Révélation. La naissance du Christ est l’axe fixe, inébranlable, à partir duquel il se mesure en avant et en après. Le temps se mesure en cycle. Un cycle est complet en soi et doit s’enchaîner. Il n’est pas linéaire. Mais pour faire comprendre avec nos sens terrestres, nous devons déployer un cycle et cela peut nous donner une lecture de gauche à droite ou inversement. La Tradition veut que Dieu parle aux hommes pour qu’ils lisent de droite à gauche.

La dernière vision que Lucie (de Fatima) a eue, en 1929 à Tuy, donne une synthèse de la semaine de notre Génération, synthèse donnée par Marie elle-même pour la Russie d’abord et dans une seconde façon homothétique (agrandie) à tout le mystère. Pour en pénétrer tout le sens et la symbolique du tableau de la couronne d’étoiles, il faut lire La Fin des Temps, de Raoul Auclair.

Il est parti sans bruit dans la lumière du Royaume, «l’aigle» qu’on aimait. Mais son oeuvre, par contre, ne partira pas et aura l’effet du tonnerre au temps voulu par Dieu. Sept mille pages d’exégèse biblique serrée qui s’étend de la Genèse à l’Apocalypse, c’est beaucoup de pain sur la planche pour des générations d’exégètes. Mais les «Himalayas de glose» ne réussiront pas à mieux faire comprendre ce que les petits bergers aujourd’hui ont déjà saisi: «Ce n’est pas nouvelle révélation, mais la découverte de ce qui avait été scellé sept fois et enveloppé trois fois d’un voile.» Et tout cela est écrit dans un style incomparable de clarté, de précision, de simplicité, de poésie et d’un sublime lyrisme. Mais laissons ces réflexions à d’autres, ses pairs, qui ont les compétences requises pour évaluer son oeuvre. Ils lui rendront sans aucun doute un juste hommage. Rendre un hommage de gratitude à cet accélérateur spirituel appartient à ses amis. Ses amis étaient légion et certains, non sans raison, le trouvaient difficile. Ils ignoraient, ceux-là, l’impatience de Raoul Auclair pour ceux qu’il considérait comme «pas assez simples pour être bergers et pas assez sages pour être mages». Aujourd’hui, c’est bien connu, les bergers sont rares et les mages encore plus. Quel était le secret de ses nombreux amis? Il se trouvait dans le livre des Proverbes et dans l’Évangile: «Je prends mes délices avec les enfants des hommes», et «Laissez venir à moi les petits enfants.» Les petits enfants... et voilà le secret de polichinelle, normalement connu de tous, mais ici des enfants seulement. Oui, les enfants, ceux qui avaient ou avaient su conserver ou encore retrouver un coeur d’enfant. Bye Bye ! Un coeur non pas puéril, mais dénué d’artifices. Un coeur ouvert aux grandes vérités éternelles: l’Amour et la Sagesse. Un coeur capable de s’émerveiller devant une simple fleur, humble reflet de la Beauté et de l’Harmonie de la Création. Un coeur enfin capable de laisser jaillir spontanément le chant de l’âme reconnaissante de tous les enfants de Dieu pour rejoindre celui de Marie dans le Magnificat: «Il a fait pour moi des merveilles, Saint est son Nom.» Et ceci n’a rien à voir avec le merveilleux.

Un coeur ouvert ou fermé, un coeur sensible ou indifférent, voilà les signes qui permettaient à Raoul Auclair de déceler ses amis. Raoul Auclair, dans sa préface de La Fin des Temps, mentionne qu’il laisse couler les perles entre ses doigts tout en mangeant sa pomme – son talent d’écrivain. Il savait très bien ce que l’Évangile interdit de faire avec les perles. Ses amis savaient qu’il avait, en plus de ses dons, l’Esprit du Seigneur.

Léo Bourget, Charlesbourg

SOURCE : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]


Dernière édition par Octo le Jeu 5 Aoû 2010 - 14:47, édité 1 fois

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16998
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Témoignage : Récit d'une conversion !

Message  Octo le Jeu 5 Aoû 2010 - 14:44

TÉMOIGNAGE : D'UNE SEULE PAROLE, RAOUL AUCLAIR ME CONVERTI !
par Gilles Couture

Notre ami Raoul est décédé le 8 janvier 1997, dans l’octave de l’Épiphanie. Il avait quatre-vingt-dix ans et dix mois. Il s’est éteint à seize heures vingt-cinq, à l’Hôpital de l’Enfant-Jésus de Québec, en présence de son prêtre, le Père Victor Rizzi, et du Frère Renaud Vallerand qu’il appelait affectueusement son «ange gardien». Comme d’autres de ses amis, je l’avais accompagné quelques heures dans son agonie en contemplant son visage aimé et enserrant ses mains gonflées par l’urémie. J’espérais l’aider à soulager ses douleurs et calmer son angoisse. L’après-midi de sa mort, en vaquant à mes occupations coutumières, je savais que Raoul se mourait et je craignais d’arriver en retard pour recueillir, moi aussi, son dernier souffle; j’en avais demandé la grâce, mais je me présentai à l’hôpital trente minutes trop tard. C’était dans la nature des choses. Je remerciai Dieu d’être là pour lui faire mes derniers adieux, lui demander sa bénédiction et le remercier encore une fois de m’avoir accueilli dans son intimité, après avoir servi d’instrument à ma conversion.


[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
Raoul Auclair dans son cercueil


C’était, il y a bientôt vingt ans, le 3 avril 1977, et j’en avais trente. L’Église célébrait le Jour des Rameaux, à l’entrée de la Semaine Sainte. Il y avait quinze ans que j’avais renié le Christ, l’Immaculée et l’Église, après avoir souillé l’Eau sacrée de mon Baptême. Raoul avait été invité par l’Armée de Marie à venir donner une série de conférences au Québec. À ce moment, il résidait encore en France et était membre d’honneur de l’association de la revue Atlantis (revue d’archéologie scientifique et traditionnelle). Jacques d’Arès, directeur de la revue, informé par Raoul, lui proposa d’inviter les abonnés du Québec à venir assister à ses conférences. Ce que Raoul fit en m’expédiant une invitation personnelle écrite sur la page frontispice du journal Marie de mars 1977, dont le titre était «La Dame de tous les Peuples».

Le journal n’éveilla pas mon intérêt, mais j’acceptai l’invitation, car je présumais, à tort, que la conférence porterait sur des sujets tels l’Alchimie ou l’héritage des cultures anciennes propres à la revue Atlantis. La conférence devait avoir lieu vers les deux heures de l’après-midi, à l’auditorium de l’Hôpital de l’Enfant-Jésus (le lieu du commencement et de la fin de ma relation terrestre avec Raoul). J’arrivai en même temps que lui et nos yeux se croisèrent juste avant d’entrer dans la salle. Je reconnus immédiatement en cet homme le conférencier attendu, sans pourtant l’avoir jamais vu, ni en personne ni en photo. Sa prestance et surtout l’intensité de son regard attirèrent mon attention.

Je pénétrai dans la salle et jetai un coup d’oeil circulaire à l’intérieur. Je vis, exprimé avec les pensées et les mots d’alors, un groupe de bonnes femmes qui jasaient et me crus tombé dans un piège. À l’entrée se tenaient quelques dames et, bien que je portasse à l’époque une grosse barbe et les cheveux très longs, l’une d’elles (je sus par la suite qu’il s’agissait de Clémence Dumas, accompagnée de Fernande Levasseur) me salua poliment et me demanda si je voulais m’abonner au journal Marie, que je reconnus d’ailleurs comme celui de l’invitation. Je répondis négativement tout en blaguant, car je ne m’intéressais pas à la religion et je n’étais pas pratiquant. Clémence insista et dit sur un ton qui n’admettait pas de réplique: «Abonnez-vous, vous ne le regretterez pas.» Agacé mais aussi gagné par sa gentillesse et son assurance, j’acceptai.

Ébranlé, je commençais à ressentir une souffrance intérieure que je ne connaissais pas.

Puis ce fut l’heure de la conférence. Le Père Philippe Roy annonça Raoul Auclair, de Paris, éminent écrivain français, poète, philosophe, conférencier, théologien marial. Plus tard, il s’honorera seulement et surtout du titre de «Chevalier de Marie».

Raoul s’avança au micro. L’assistance s’absorba dans un silence impressionné. Puis, Raoul prenant la parole dit d’une voix forte et inspirée: «Prenez garde qu’on ne vous séduise» (Mt 24, 4).

À l’instant, j’étais converti. Quinze ans d’une vie de renégat venaient de fondre dans l’illumination de cet «instant d’éternité». Et cela (je le dis pour qu’on ne s’y trompe point) sans soubresaut physique, sans aucune exaltation psychique, comme si rien ne s’était passé. Je le dis pour rendre hommage à Raoul et pour rendre témoignage à la Vérité. Oui, dans l’instant, sans réflexion et sans effort, j’avais retrouvé la foi en tout ce que la Sainte Église catholique croit et enseigne.

Raoul, en prophète, continua sur le thème de la fin des temps et des apparitions eschatologiques mariales. Je buvais à torrents ses paroles si anciennes et pourtant si nouvelles pour moi.

Merci, ami Raoul; en exprimant ma reconnaissance, je jette un regard spirituel dans les eaux supérieures si magistralement décrites dans tes livres et je te rends grâces ainsi qu’à Dieu et à Marie pour la résurrection de mon corps spirituel, un miracle plus grand que la résurrection d’un corps physique. Et je sais que je le dois aux paroles inspirées de Raoul et aux souffrances de tant d’âmes qui ont prié pour moi. Beaucoup d’entre nous ont aussi été saisis par les écrits de Raoul Auclair, appelé à devenir le plus grand théologien de tous les temps, selon sa formule de bénédiction de fils de Marie expressément écrite dans Vie d’Amour.

Je laisse à d’autres le soin de parler de l’écrivain. J’ai lu ses livres et toujours ils ont nourri mon âme et mon esprit. Je m’en tiendrai à l’homme simple et joyeux que j’ai connu. Si je m’étonnais de l’inconcevable nouveauté et de la grandeur de ce qu’il écrivait, et voulais m’enquérir de l’origine de son inspiration, il répondait humblement que la connaissance de «ces choses» lui avait été donnée par Dieu, comme une science infuse. Marie suscitera bien, un jour d’entre les jours, une âme qui écrira sa biographie et soulèvera le voile recouvrant la part de mystères qui entoure Raoul Auclair. Mais ce qui lui appartient en propre, c’est son style, sa manière de dire ces sublimes vérités. Et quelle magnifique écriture toute en jeux de mots et en correspondances avec la beauté et l’ordre de l’Oeuvre divine de la Création.

Raoul Auclair est, avec Léon Bloy qu’il appelait son père spirituel, un des plus grands écrivains catholiques français de ce siècle.

La terre entière admirera dans l’avenir son oeuvre d’écrivain eschatologique, mais qui se souviendra de l’homme intelligent, généreux, sensible? Qui se souviendra de ses éclats de rire francs et sonores quand le Français distingué se moquait avec humour du rustre Québécois? Que ce soit dans la chaleur de son salon de l’appartement de la 26e Rue, à Limoilou, ou à la table des bons restaurants de la capitale, ou encore lors des repas amicaux au sein de nos familles, Raoul devisait simplement avec nous. Nous étions charmés par sa délicatesse et son érudition de Français de France dont nous nous moquions un peu pour donner le change.

Dès lors que nous étions en contact avec la personnalité attachante de Raoul, nous nous sentions toujours grandis et atteints par la noblesse de ses manières.

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
1985 - Dans son salon, à Québec, Raoul Auclair mélomane,
prend quelques moments de détente


Nous avons pu aussi apprécier ses nombreuses qualités humaines, car Raoul était un mélomane averti, un botaniste, un cuisinier et un artiste. Il nous faisait découvrir la beauté de la nature dans tout ce qu’elle a de beau, de bon, de vrai. Il nous faudrait retracer les principaux événements qui ont jalonné sa vie en France, avant son installation au Québec, pour découvrir la richesse étonnante des rapports qu’il entretint avec les grands de ce monde comme avec plusieurs mystiques authentiques.

Il est impossible d’offrir un portrait achevé de l’homme émérite que fut Raoul, dans un court hommage posthume; il suffit peut-être de dire que Raoul Auclair fut un homme prédestiné et qu’il vécut en homme total en nous révélant une Terre totale. Maintenant qu’il nous a introduits dans la compréhension des chemins qui mènent de Dieu jusqu’à l’Homme, il nous reste sans doute à nous enquérir de la voie qui va de l’Homme jusqu’à Dieu.

Un vif sentiment de gratitude m’envahit en pensant à Raoul qui, de Là-Haut, embrasse de son regard d’aigle nos misères et voit se dérouler le mystère de la Co-Rédemption. L’on estimera toute la délicatesse de Raoul en lisant la dédicace de L’HOMME TOTAL DANS LA TERRE TOTALE, qu’il écrivit pour mon fils de 14 ans dont il nous fit l’honneur d’accepter le parrainage. Elle dit ceci: «Un jour tu liras ce livre et tu y trouveras l’âme de ton parrain. Et moi, je te regarderai du balcon du ciel.»

L’histoire de la conversion d’une âme, éblouie par la parole lumineuse de Raoul Auclair, n’est-elle pas un message d’espoir aux parents dont les enfants se sont éloignés de Dieu? Si vous avez une fille ou un fils engouffré dans les ténèbres et enserré dans la gueule de Satan (et ce n’est pas là une image), ne désespérez jamais. J’y étais dans ces ténèbres, malheureux comme une pierre, et le miracle s’est produit. Votre enfant aussi est malheureux, et croyez qu’à l’heure de l’Immaculée il lavera son vêtement dans le sang de l’Agneau. Je témoigne de cela en hommage à Raoul Auclair, en hommage à la Dame de tous les Peuples et pour mes frères et soeurs de la Famille des Fils et Filles de Marie qui peut-être trouveront là une raison d’espérer.

En terminant, adressons au prophète Raoul ce que disait au prophète Daniel l’homme vêtu de lin qui était au-dessus des eaux du fleuve: «Et toi, va jusqu’à la Fin; tu te reposeras, et tu te lèveras pour recevoir ton lot à la Fin des jours» (Dn 12, 13).

Gilles Couture, St-Rédempteur

SOURCE : [Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
avatar
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16998
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 3 Précédent  1, 2, 3  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum