Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ?

+56
Saint François d'assise
MBULA ALFRED
Veilleur4D
Carole
charles!
HosannaEmmanuel
sycier
avt98
JPBachand
clochette
Ocken
jaimeMarie
Hauber Jean-Claude
JeCrois
benoit-1
CHELON
nadine
ami de la Miséricorde
Caroline-Sidonie
B Gérald
Solstice
VousAvec
Terruob
LDN
mandonnaud
Charzelle
Angebizi
métys
ToutPourJésus
Enseuqud
Axielle
tchouk
Hpets
pro humilitate
mire
Yoyo2222
le_boisdamien
Célestine
pourtegal
antoine
Marlène
edouard
lemarsouin
Ginou Saliba
Francine-2
tolot
Burnouted
Boue-Bye !
ChrisD
stjeanlagneau
Bobestparti
blitzel
pax et bonum
Anne-Marie2
Admin
denyse brazeau
60 participants

Page 81 sur 100 Précédent  1 ... 42 ... 80, 81, 82 ... 90 ... 100  Suivant

Aller en bas

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 Empty Re à Admin

Message  Veilleur4D Dim 23 Fév 2014 - 15:31

Bonsoir Admin,

C'est vrai, tout cela n'est pas très clair, mais je pense que, quelque part, c'est ma façon de pleurer sur les divisions qui tourmentent le monde. J'essaierai à l'avenir de mettre de l'ordre dans tout ça. Au besoin, je répondrai à vos questions si vous jugez utile de m'en poser. Que Dieu vous garde tous. Merci de votre réaction.

_________________
ma devise dans le Seigneur: Ut operatur eut (Gn 1,28)
Veilleur4D
Veilleur4D
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.
Troisième Demeure : J'évite tous les péchés.

Messages : 250
Date d'inscription : 10/01/2014
Age : 69
Localisation : Belgique

Revenir en haut Aller en bas

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 Empty Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ?

Message  Admin Lun 24 Fév 2014 - 19:30

L'ACCUEIL DES DIVORCÉS-REMARIÉS, LE CASSE-TÊTE DES CARDINAUX !


Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 L-accu10
Samedi à Rome, les cardinaux (au centre, le cardinal Gerhard Müller)
se retrouvent après deux jours de discussions sur la famille.


(24 février 2014) - La place, dans l'Église catholique, des personnes divorcées et remariées a été le sujet le plus débattu par les cardinaux réunis en consistoire extraordinaire sur la famille, jeudi et vendredi. L'idée d'un chemin de pénitence a été discutée, mais l'absence de consensus montre un Collège cardinalice divisé, à qui le pape a demandé instamment de lui « demeurer proche ». ROME De notre envoyé spécial permanent

MAILLARD Sébastien

Des couples s'embrassent face à Saint-Pierre. Au bout d'une rue surplombant le Vatican, le point de vue est couru pour admirer, en amoureux, les lignes saisissantes de beauté de la basilique. Quel regard pose en retour l'Église sur tous ces couples plus ou moins solides, à l'engagement par moments vacillant, sinon inexistant, à la tête d'une famille parfois recomposée, et qui viennent frapper à sa porte? C'est la redoutable question dont ont dû se saisir 150 cardinaux du monde entier, convoqués par le pape François en consistoire extraordinaire, en fin de semaine dernière. La famille a été l'unique sujet à l'ordre de ces deux jours de discussion à huis clos, au regret de certains cardinaux.

« La famille aujourd'hui est dépréciée, elle est maltraitée, et ce qui nous est demandé, c'est de reconnaître combien il est beau, vrai et bon de former une famille, d'être une famille aujourd'hui; combien c'est indispensable pour la vie du monde, pour l'avenir de l'humanité », a justifié le pape dans son adresse ouvrant le consistoire, demandant aux cardinaux de chercher « la pastorale que nous devons mettre en oeuvre dans les conditions actuelles ».

Les difficultés des personnes divorcées qui se sont remariées hors de l'Église et se retrouvent privées de l'accès aux sacrements, en particulier de l'Eucharistie, ont été le sujet de la plupart des 69 interventions. « Ce fut la question la plus abordée par les cardinaux », confirment plusieurs sources. Avec chacun sa réponse devant cet épineux problème. « Évidemment, les théologiens ont parlé en théologiens, les canonistes, en canonistes », observe le cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon. Entre vérité et charité, entre le droit canon et la souplesse pastorale de son respect, entre fidélité à la parole du Christ et à la miséricorde de Dieu, la question des divorcés remariés, même si elle reste très occidentale, cristallise les tiraillements de l'Église, devenant un casse-tête juridique et un crève-coeur pastoral.

Les cardinaux quittaient la salle de réunion du Vatican vendredi soir sans cacher leur impression d'être encore devant une « nébuleuse », selon l'expression de l'un d'eux parlant aussi de « crise ». « Nous sommes au seuil d'un chemin de patience », résume le cardinal Reinhard Marx, archevêque de Munich.

De fait, comme l'a rappelé le pape François en conclusion, ce consistoire sur la famille s'inscrit dans une démarche de deux ans sur ce thème, jalonnée de deux synodes, au terme desquels il devra prendre une décision. Le cadre ainsi posé n'est pas celui d'une négociation technique entre parties devant déboucher sur un compromis, mais d'avancer selon le discernement cher au pape jésuite, qui veut épargner un déchirement au sein de l'Église catholique sur cette question. Son souci d'associer les sensibilités de divers continents se retrouve dans son choix des trois cardinaux pour présider le Synode d'octobre prochain sur la pastorale familiale: André Vingt-Trois, archevêque de Paris, Luis Antonio Tagle, archevêque de Manille (Philippines) et Raymundo Damasceno Assis, archevêque d'Aparecida (Brésil).

 Flèche droite  Il faut que les cardinaux « trouvent un consensus, non un compromis sur la question », a aussi appuyé le cardinal Walter Kasper dans un entretien au quotidien Il Messaggero, vendredi. C'est lui qui a ouvert le consistoire, à la demande du pape. Le cardinal Marx lui avait conseillé de faire appel à ce théologien allemand respecté de 80 ans, coauteur d'un texte ouvert à l'accueil des divorcés remariés publié en 1993 outre-Rhin. Cette fois, au cours d'un exposé de deux heures devant les cardinaux, Walter Kasper a évoqué leur réadmission au terme d'un chemin de pénitence (lire ci-dessous).

Mais le chaleureux hommage public du pape, le lendemain, à l'intervention du cardinal allemand laisse entendre que celle-ci est loin d'avoir convaincu ses pairs. Faciliter les actes de nullité du mariage, objet de fréquents recours aux États-Unis, semble encore moins faire consensus, plusieurs jugeant cette solution hypocrite. Le cardinal Christoph Schönborn est quant à lui intervenu pour rappeler la douleur des enfants devant tout divorce.

Sachant qu'il faudra du temps, le cardinal Roger Etchegaray sort de ce consistoire en sentant malgré tout « pointer un début de solution ». « La miséricorde est le premier nom de Dieu », rappelle le cardinal français de 91 ans, insistant: « Depuis le péché, s'est montré l'amour, enveloppé du manteau de la miséricorde. »

Au-delà des questions de la famille qui les divisent, le pape François a dit en public aux cardinaux d'éviter « intrigues, bavardages, cercles, favoritismes, préférences », dans son homélie hier. « Restons unis », les a-t-il instamment priés à la fin. « Je vous demande de me demeurer proche », a-t-il encore insisté, trahissant des prises de distance à son égard près d'un an après son élection. À l'angélus qui a suivi, il leur a encore demandé de travailler à l'unité de l'Église.

Encadré(s) :

Un chemin de pénitence ?

L'introduction du consistoire: Dans son texte lu aux cardinaux en ouverture du consistoire jeudi (mais non rendu public), le cardinal Walter Kasper a évoqué l'idée d'un chemin de pénitence, accompagné par l'Église, qui pourrait être proposé aux divorcés remariés en vue de leur accès aux sacrements.Le précédent historique: Cette idée fait référence à la réintégration au IIIe siècle des « lapsi », ces chrétiens qui, à l'inverse des martyrs, avaient renié leur foi sous la menace des persécutions, mais que l'Église avait ensuite accueillis après un temps de pénitence. « La défaillance d'un mauvais choix ne peut être dispensée de repentance personnelle. Il existe la rémission des péchés », a justifié le théologien allemand au quotidien italien, Il Messaggero, du 21 février.

©️ 2014 la Croix, No 39818. Tous droits réservés.

SOURCE :

http://www.la-croix.com/Religion/Actualite/L-accueil-des-divorces-remaries-le-casse-tete-des-cardinaux-pendant-le-consistoire-2014-02-23-1111006



Dernière édition par Admin le Mar 25 Fév 2014 - 15:17, édité 4 fois

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66343
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 Empty Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ?

Message  stjeanlagneau Mar 25 Fév 2014 - 5:20


Merci Admin,

toutes ces discussions m'inquiètent, et n'auraient jamais eu lieu sous le pontificat du Bienheureux JP 2 et de Benoit XVI.
Cela résulte d'une grande perte de la Foi, chez bon nombre de personnes, y compris les catholiques.

 Bye Bye ! 

stjeanlagneau
stjeanlagneau
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 27850
Date d'inscription : 04/05/2011
Age : 56
Localisation : BRETAGNE

Revenir en haut Aller en bas

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 Empty Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ?

Message  Admin Mar 25 Fév 2014 - 14:55

@ Stjeanlagneau :

stjeanlagneau a écrit:
Merci Admin,

toutes ces discussions m'inquiètent, et n'auraient jamais eu lieu sous le pontificat du Bienheureux JP 2 et de Benoit XVI.
Cela résulte d'une grande perte de la Foi, chez bon nombre de personnes, y compris les catholiques.

 Bye Bye ! 


Vous avez bien raison. Juste le fait de débattre du sujet laisse à penser qu'on vise à accepter à la Sainte Table des personnes qui sont des adultères publics !

 Flèche 

À cet égard, j'ai relevé la phrase suivante qui a l'air innoncente, mais quand on l'analyse correctement laisse voir le TOTALITARISME qui se cache derrière cette démarche.

Voici la phrase en question :

« Il faut que les cardinaux « trouvent un consensus, non un compromis sur la question », a aussi appuyé le cardinal Walter Kasper dans un entretien au quotidien Il Messaggero, vendredi. »

Et voici ce qu'on dit du consensus sur Wikipédia :

Christophe Pacific a écrit:

Enjeux et difficultés du consensus :

Selon Christophe Pacific, à vouloir éliminer le conflit dans la démarche de recherche de consensus, nous éludons l'opportunité de le dépasser. Nous sacrifions un meilleur possible au profit d'une démocratie du moindre mal. Les décisions pluridisciplinaires, qu'elles soient issues d'un staff médical, d'un comité d'éthique ou d'une instance politique internationale, succombent aujourd'hui au chant du consensus. A contrario, le dissensus assure, par le lien fécond de la parole, le souffle éthique d'une société. Il y a davantage de possibles dans un conflit que dans un consensus.

Le consensus cherche à sacraliser de nouvelles normes dans une société en crise de rituel. La réalité nous montre que l’étoffe du consensus est tissée de soumission librement consentie, de nécessités et de jeux de pouvoir liés de près à des plaisirs immédiats. À force d’habitude, l’exigence de certitude, de vérité, le processus substitue le poison au remède. Le consensus sonne le glas de l’éthique. Poursuivant l’unanimité, la sympathie naturelle entre les éléments de la nature entre eux comme le décrivait Cicéron, le consensus diabolise le conflit et cherche expressément à l’éliminer du fait de son chaos apparent. Le besoin d’ordre normatif tend à rechercher l’exclusion du risque d’égarement, la menace d’une possible logique contraire, il totalise le besoin de vérité commune. À ce stade, la démocratie est en danger car il est nécessaire qu’une démocratie nous permette de nous égarer sans nous perdre. La réflexion démocratique doit pouvoir envisager tous les possibles et c’est dans cette projection qu’une démocratie se rend brillante. La certitude, elle, présente le chemin comme un paradigme sécurisant qui, de par le sentiment de confort qu’elle nous procure nous confine dans une pensée arrêtée, sans issue. L’unanimité du consensus recherche la puissance de cohésion contre le risque déstabilisant d’une controverse. En voulant se débarrasser de la différence et en la diabolisant comme un danger sociopathique, la démocratie pourrait se complaire dans l’incomplétude en fabriquant de la sympathie artificielle. Si le consensus n'est pas un poison en soi, la recherche à tout prix de ce dernier est une démarche totalitaire, alors se pose comme incontournable en termes d'éthique le Principe du conflit nécessaire.

SOURCE :

http://fr.wikipedia.org/wiki/Consensus


Ce qu'il faut bien comprendre, ici, c'est qu'en imposant le consensus comme François le fait ici, il impose le choix du "moindre mal" alors qu'en regard de la Vérité un Mal reste un Mal et qu'un Mal condamné par les Commandements de Dieu restera toujours un Mal qui conduira toujours à l'Enfer Éternel !

À cet égard, je renvois nos lecteurs au brillant texte publié récemment par l'Abbé Guy Pages sur la "Communion de Désir" :

- http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/t16665-la-communion-de-desir-pour-les-divorces-remaries-ou-adultere-public#262095

Bref, ici, François nous sert une pirouette comme seuls sont capables d'en faire les Théoriciens de la Dialectique, qu'ils soient dans les Partis Communistes ou dans les Loges Maçonniques !

Bref, cette imposture que le Pape François impose aux Cardinaux à travers la notion de consensus conduira inévitablement à un nivellement par le bas car, sans le dire, ce qui est visé, ici, c'est d'accueillir à la Sainte Table les divorcés-remariés !

Si cela se faisait, sachons qu'on dénaturera ainsi trois Sacrements indélébiles :

1. Celui du Mariage, qui est indissoluble;

2. Celui de la Pénitence, car en acceptant les divorcés-remariés à la Sainte Table, on laisse entendre que des adultères publics, - des fornicateurs, dirait Saint Paul -, n'ont pas besoin de se repentir de leur Péché de Fornication pour communier au Corps du Christ;

3. Et celui de l'Eucharistie pour les mêmes raison que le point numéro deux.

Bref, on s'attaque, ici, à trois Sacrements très importants, - et incontournables - de la Religion Catholique, ce qui ouvrira ensuite la porte à d'autres abus du même genre et, par voie de conséquence, à la Nouvelle Religion Mondiale que nous concoctent dans les coulisses du Vatican les Loges Maçonniques Écclésiastiques !

Sachons-le !

L'Administrateur


Dernière édition par Admin le Mar 25 Fév 2014 - 22:01, édité 3 fois

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66343
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 Empty Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ?

Message  Admin Mar 25 Fév 2014 - 15:05

LA COMMUNION DE DÉSIR POUR LES "DIVORCÉS-REMARIÉS OU ADULTÈRE PUBLIC ?

Alors que se prépare à Rome pour le mois d'octobre un synode sur la famille, la revue de l’archidiocèse de Paris, Paris Notre Dame, dans sa livraison du 28 novembre 2013 (n°1502, p.6), s’intéresse à la situation des « divorcés-remariés » à travers un article consacré à l’association Miséricorde et Vérité dont la vocation est de proposer « aux personnes, remariées ou non, un itinéraire spirituel pour qu’elles prennent conscience qu’elles demeurent au cœur de l’Église. »[1] Si le manque crasse de formation sérieuse à la doctrine du mariage catholique lors des préparations au sacrement explique que des personnes abandonnées et non « remariées » puissent douter demeurer au cœur de l’Église, ce qui choque dans cette formulation est que leur condition soit traitée au même titre que celle des personnes dites « remariées » (civilement). Que révèle cette assimilation et comment est-il possible de demeurer au cœur de l’Église lorsque l’on est « remarié » ?
L’expression utilisée dans cet article ‒ et jusque dans les documents du magistère romain ‒ de « Divorcé-remarié » est un véritable oxymore, puisqu’au regard de la Foi il n’y a pas plus de « divorcés » que ce qu’il y a de « remariés », le mariage étant, comme chacun sait, indissoluble : « Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas. » (Mt 19.6). En fait « divorcés-remariés » signifie : « adultères publics ». [2] Je ne considére pas ici le cas des personnes qui, pour diverses raisons, demeurent sous le même toit tout en ayant pris l'engagement de vivre chastement, ni de tous ceux qui, malgré les apparences contraires, ne sont pas adultères, tout simplement parce que l'article en question ne les évoque pas. Je n'entrerai pas non plus ici dans la considération de certaines situations existentielles : il est trop facile de faire jouer « les bons sentiments » au détriment de la charité, qui est amour de la vérité : « Si quelqu’un vient à Moi sans Me préférer à son conjoint ou même à sa propre vie, il ne peut pas être mon disciple. » (Lc 14.26).Judas iscariot wa 1
Au début de l’article, le père Metzinger, vicaire épiscopal pour la pastorale de la famille de l’archidiocèse de Paris, dément que l’Église rejette les adultères publics, comme certains certainement s’en plaignent. « La vérité […], c’est de leur faire prendre conscience qu’ils sont toujours membres de l’Église. » dit-il. Cette affirmation n'est pas fausse dans la mesure où le péché n’annule pas le baptême, mais elle laisse croire que leur péché affecte si peu l'appartenance à l’Église de ces personnes qu'elles peuvent toujours « bénéficier de la grâce des sacrements »… comme si de rien n'était finalement. De quoi dès lors pourraient-elles encore se plaindre ? Ce que cache ce discours, c’est que tous les baptisés n’appartiennent pas à l’Église de la même façon : il y a ceux qui lui appartiennent comme à la vigne des rameaux vivants et féconds, et il y a ceux qui lui appartiennent comme des sarments secs, destinés, à moins du travail de la pénitence et du miracle de la conversion, au feu éternel (Jn 15.6). Le bénifice de la grâce des sacrements n'est pas du même ordre pour ceux qui participent aux sacrements en état de grâce et pour ceux qui n'y participent pas. La présence des adultères publics lors de l'offrande du sacrifice eucharistique, et à d'autres cérémonies, comme aussi l'usage des sacramentaux (qu'à la différence des excommuniés déclarésles pécheurs publics de ce type peuvent utiliser), et toutes les actions moralement bonnes de dévouement au prochain qu'ils peuvent accomplir, sont une occasion de grâce actuelle pour eux, des dispositions à recevoir à nouveau le Salut, par mode d'impétration, même si ces actions ne sont pas méritoires, puisque non faites en état de grâce (Jn 15.5)C’est en ce sens que j’interprète cette même affirmation dans les textes du Magistère ordinaire récent, par exemple dans la Lettre de la Congrégation pour la Doctrine de la foi Sur l’accès à la communion eucharistique de la part des fidèles divorcés remariés disant que ceux-ci : « ne sont en rien exclus de la communion ecclésiale. »[3]. Car enfin, si l’adultère est un péché mortel, on ne voit pas que les adultères participent à la communion ecclésiale autrement, ou alors celle-ci, contrairement à sa définition, ne serait pas une, ou serait, elle-aussi, morte. Reste donc que le Magistère ne voit la participation des adultères publics à la communion ecclésiale que sous le registre de la potentialité, attentant du processus de conversion mené à son terme, le passage à son actualité. Dans le cas contraire, elle n’aura été qu’une participation virtuelle. Mais ne pas le dire, ici ou là, n’est-ce pas très gravement contribuer à l’égarement les âmes ?
L’association, soutenue par la Pastorale familiale, se propose « de ‘ramener la paix dans les cœurs’ jusqu’au moment où les personnes acceptent leur situation et peuvent prendre une part active à la vie de l’Église, sans être en rébellion. ». Un tel objectif, semble-t-il dire autre chose que la volonté de tranquilliser des âmes tourmentées par leur état de damnation... afin qu’elles y restent ? N'est-ce pas choquant de lire que l’Église, qui n'a pas d'autre but que le salut des âmes, veuille que les adultères publics « acceptent leur situation » ?  Comment pourront-ils vouloir en changer s'ils doivent l'accepter ? Et quel témoignage est ainsi donné aux personnes abandonnées par leur conjoint mais fidèles aux promesses de leur mariage ? Comment la pastorale de la famille peut-elle se justifier d’aider « les personnes divorcées, remariées ou non » à « vivre de manière différente leur appartenance à l’Église » ? Y aurait-il deux manières de vivre l’appartenance à l’Église : une en étant fidèle et l’autre en étant infidèle ? 
7541312799384

Bruno et Anny Perrin « divorcés et engagés dans une nouvelle union depuis seize ans » sont appelés à titre de témoins de cette autre manière d’appartenir à l’Église... Et voici leur témoignage : « Dieu nous réconforte et nous comble autrement ». Comment ? « Par la communion de désir ».


La communion de désir, encore appelée communion spirituelle, voilà donc la notion sur laquelle s’appuie la présente pastorale des adultères publics. Elle leur fait manifestement croire qu’ils peuvent, par la communion de désir, « bénéficier de la grâce des sacrements », au point d'en être « comblés », accéder à l’essentiel de la vie chrétienne de sorte qu’à côté de cet essentiel (qui pour tout baptisé fidèle est la vie divine elle-même), leur péché s’en trouve nécessairement réduit à des dimensions anecdotiques… La proposition faite aux adultères publics de  « la communion de désir », pour appartenir au Magistère ordinaire récent de l’Église[4], pose problème, car, en effet, celle-ci n’est pas, et n’a jamais été, le moyen de communier de ceux qui ne sont pas en état de grâce, mais de ceux qui sont empêchés de le faire pour des raisons indépendantes de leur volonté, comme c’est le cas pour les prisonniers, les malades, etc. En dehors de toute participation souhaitée mais physiquement impossible au Sacrifice de Jésus, Dieu peut donner les fruits de cette participation qui, pour être seulement désirée, n’en est pas moins réelle à Ses yeux, Lui qui tient pour spirituellement acquis ce qui est librement désiré (Mt 6.21 ; 5.28). Toutefois, cette communion, comme toute communion, exclut nécessairement l’attachement au péché, aussi vrai que participer dignement à l’Eucharistie, c’est donner sa vie au Père, et donc, par Jésus, avec Jésus et en Jésus, mourir au monde pécheur… On ne voit pas que l’on puisse à la fois s’unir au Christ dans le mystère de Sa mort (1 Co 11.26) et se refuser à Lui, violer le sacrement de mariage, « signe et instrument efficace » de Son Amour indissoluble parce qu’irrévocable (Mt 19.6 ; 5.32), et prétendre s’unir à Lui : « Qui n’est pas avec Moi est contre Moi » (Mt 12.30). Raison pour laquelle l’Église primitive demandait aux pécheurs publics de quitter l’église après la liturgie de la Parole, consciente que n’étant pas en état de grâce ils ne pouvaient pas s’unir à l’offrande du Sacrifice de Jésus, ni donc en recevoir les fruits par la communion. Aujourd’hui les adultères publics sont invités à participer à la Messe et à en recevoir la grâce[5].
Petites coupures 2003 08 g


Ce que les adultères publics peuvent ainsi malheureusement comprendre est que ne pouvoir physiquement prendre part au sacrement[6] n’aurait en définitive que peu d’importance pour eux puisqu’ils ne seraient en cela privés que de la « théâtralité » des sacrements, de l'aspect public de la liturgie de l'Eglise, des « apparences » de la communion eucharistique mais non de sa « substance ». Or, on ne voit pas en quoi le fait de ne pas pouvoir recevoir les « espèces » de l’Eucharistie permettrait d’en recevoir la substance… Ou on peut communier ou on ne le peut pas. Ou on est en état de grâce ou on ne l’est pas. Mais si on peut communier, c’est toujours à la substance du sacrement qu’on le peut, c'est-à-dire au Christ Lui-même, réellement présent sous les apparences des espèces consacrées. Personne ne communie jamais aux seules apparences, sinon pour sa condamnation (1 Co 11.27-31) ! Communier au Corps du Christ implique toujours et nécessairement de le faire spirituellement, c’est à dire d’accueillir le Christ tel qu’Il est en Lui-même, avec foi et par amour, et non pas seulement avec ses dents, comme sauraient aussi le faire les chiens ! « Ne donnez pas ce qui est sacré aux chiens ! » (Mt 7.6).
Comment comprendre que l’on en soit arrivé, de fait, à présenter la communion spirituelle comme compatible avec le péché ?[7] Parce que la vie spirituelle est invisible aux yeux de ceux qui n’ont pas l’Esprit du Christ, elle pourrait leur être présentée comme la nuit enchantée servant à vivre cachés ce qu’ils ne peuvent vivre au grand jour ? Parce que la vie spirituelle est invisible aux yeux de chair, elle permettrait de tromper les innocents sur son contenu ? Pas vu, pas pris ? Mais pour qui a l’Esprit du Christ, la vie spirituelle n’est pas le monde de la religiosité New-Age, faite d’imagination et livrée à la subjectivité. Elle est aussi réelle que ce qu’elle contient la substance même des réalités du monde visible : « Ce que vous aurez lié sur la terre sera lié dans les Cieux, et tout ce que vous délierez sur la terre sera délié dans les Cieux. » (Mt 18.18)...
« En renonçant à la communion sacramentelle, nous communions à la croix du Christ. » confessent Bruno et Anny, accusant ainsi non seulement l’Église de blesser le Christ par la demande qu’elle leur fait de ne pas communier, mais encore le Christ de Se contredire, Lui qui a dit : « Qui vous écoute, M’écoute. » (Lc 10.16 ; Mt 18.18)… Si l’Église, par sa discipline, fait porter au Christ une croix, et si les adultères publics sont les saints qui portent avec Lui cette croix, quel est le rôle des responsables de la pastorale familiale ?[8]
Si « Ce que confesse la foi, les sacrements le communiquent » (CEC n°1692), qu'est-ce que la foi qui n’a pas besoin de sacrements pour communiquer ce qu'elle confesse ? Est-ce encore la foi ? Quel est le sens de l’excommunication (Can 915) si l’excommunié peut quand même « bénéficier de la grâce des sacrements » ? [9] Qu’est-ce qui est véritablement important : les sacrements ou la grâce qu’ils donnent ? S’il en est ainsi que l’on puisse « bénéficier de la grâce des sacrements » tout en vivant dans le péché, qu’est-ce que le péché ? Et qu’est-ce que la grâce ? 
Bref, en donnant aux personnes qui ne sont objectivement pas en état de grâce, le conseil de communier spirituellement, non seulement on court le risque de les encourager à demeurer dans leur situation objective de péché, mais on fausse leur relation ‒ et celle de toute l’Église ‒ au Mystère de Jésus-Eucharistie, laissant croire qu'Il donnerait ce que Son Église interdit ... A moins que ce ne soit l’Église qui veuille aujourd’hui donner ce que son Seigneur interdit ? [10]
Prions pour le prochain Synode sur la famille, car le temps s'y annonce houleux. Que Dieu nous préserve de la pastorale amie de la « dureté de cœur » (Mt 19.8) !
Abbé Guy Pagès



[1] J’avais déjà à l’occasion d’un semblable article paru dans la même revue le 10 avril 2008 et intitulé « Divorcés-remariés : vivre sa foi au grand jour » fait entendre une semblable critique, manifestement en vain… Je la réitère donc.
[2] « Ce qui n’est pas nommé, n’existe pas. » (Ilhan Berk), aussi, « un homme voulant être honnête, digne d'être respecté et par ses enfants et par ses contemporains, se doit, notamment, de ne plus rien écrire désormais, ni signer, ni publier d'aucune façon aucune phrase constituant, selon lui, une déformation de la vérité » (Soljenitsyne, Moscou, le 12 février 1974). Aujourd’hui comme alors, dans le monde et dans l’Église, « A une époque de supercherie universelle, dire la vérité est un acte révolutionnaire. » (George Orwell, 1984). Seule la Vérité libère (Jn 8.32), ce qui faisait dire au Pape Pie XII : « Le premier don de l'amour (...), celui qui s'impose le plus évidemment, c'est celui qui consiste à servir la vérité, toute la vérité, à dévoiler et à réfuter l'erreur, sous quelque forme, sous quelque masque ou déguisement qu'elle se présente. » (Encyclique Mit Brennender Sorge, n°36).
[3] La Documentation Catholique, n°2103, 6 novembre 1994, p.931.
[4] Cf. par exemple : Lettre de la Congrégation pour la Doctrine de la foi aux évêques de l’Église catholique, Sur l’accès à la communion eucharistique de la part des fidèles divorcés remariés : « Il faut aider les fidèles à approfondir leur compréhension de la valeur de leur participation au sacrifice du Christ dans la messe, de la communion spirituelle, de la prière, de la méditation de la parole de Dieu, des œuvres de charité et en faveur de la justice. » (La Documentation Catholique, n°2103, 6 novembre 1994, p.931) ;
Recommandations du Conseil pontifical pour la famille, La pastorale des divorcés remariés : « Témoin et gardien du signe matrimonial, l’évêque – ainsi que les prêtres, ses collaborateurs –, désireux de conduire son peuple vers le salut et le vrai bonheur, ne manquera pas [...] d'amener la communauté chrétienne à une compréhension plus approfondie de l’importance de la piété eucharistique, comme par exemple : la visite au Très Saint Sacrement, la communion spirituelle, l’adoration du Très Saint Sacrement. » (La Documentation Catholique, n°2156, 16 mars 1997, p.261) ;
Document de la Commission familiale de l’Épiscopat, Les divorcés remariés dans la Communauté chrétienne : « Toutefois, ceux qui ne peuvent pas recevoir ces sacrements peuvent accueillir les dons du Christ dans la prière, dans un souci de conversion permanente, dans la communion spirituelle et par une vie remplie de charité. », La Documentation Catholique, n°2054, 19 juillet 1992, p.709.
[5] « Il faut aider les fidèles [le terme « fidèles » est ici curieusement choisi pour désigner les adultères publics…] à approfondir leur compréhension de la valeur de leur participation au sacrifice du Christ dans la messe, de la communion spirituelle, de la prière, de la méditation de la parole de Dieu, des œuvres de charité et en faveur de la justice. » Lettre de la Congrégation pour la Doctrine de la foi aux évêques de l’Église catholique, Sur l’accès à la communion eucharistique de la part des fidèles divorcés remariés, La Documentation Catholique, n°2103, 6 novembre 1994.
[6] Car il reste encore cet ordre des choses, cette armature de la vie chrétienne léguée par la Tradition, qui résiste, mais pour combien de temps encore ? Ne voit-on pas en effet des évêques appeler de plus en plus ouvertement, comme fin 2013 en Allemagne, à ce que les adultères publics reçoivent la communion même physiquement ?
[7] Que révèlent entre mille autres faits similaires les récentes obsèques de Lucien Neuwirth, la bénédiction du remariage civil de baptisés déjà sacramentellement mariés, le rituel de bénédiction que leur a concocté Mgr Doré en 2004, les évêques allemands voulant donner la communion eucharistique aux adultères publics, et plus largement les directives liturgiques de Redemptionis Sacramentum superbement ignorées, si la relation à Jésus-Eucharistie est « source et sommet de la vie chrétienne » (LG 11) ? 
[8] Peut-on les imaginer se rendre ensemble à la Messe du martyr de saint Jean-Baptiste…
[9] Certes, ils bénéficient de « de la grâce des sacrements » parce que l'Eglise prie à la Messe pour la conversion des pécheurs.
[10] Certains invoquent en effet « le pouvoir qu’a l’Église d’absoudre tous les péchés » pour justifier le retour en grâce des adultères publics, comme si l'Eglise pouvait pardonner un péché sans que celui-ci soit d'abord condamné, abandonné et autant que possible réparé par son auteur... L'Eglise ne peut pas défaire ce que Dieu a fait (Mt 19.6). Il n'y a pas de salut en dehors de la conversion et de la pénitence (Mt 3.8 ; 4.17 ; 11.20 ; Lc 13.3,5). Quant au fait que le canon 8 du concile de Nicée (325) fasse une condition aux Novatiens d'admettre le remariage doit s'entendre certainement du cas de ceux qui, après leur baptême, ont conclu de nouvelles noces. «  En tout cas, l'Eglise ne peut construire sa doctrine et sa pratique sur des hypothèses exégétiques incertaines. Elle doit s'en tenir à l'enseignement clair du Christ. » (Joseph Ratzinger, Préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, Sur la pastorale des fidèles divorcés remariés, n°1). Cf. aussi : Sur l'indissolubilité du mariage et le débat sur les divorcés remariés civilement et les sacrements, S. Exc. Mgr Gerhard Ludwig Müller,  Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi.

SOURCE : http://www.islam-et-verite.com/blog/liturgie/la-communion-de-desir-pour-les-divorces-remaries.html

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66343
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 Empty Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ?

Message  Admin Mar 25 Fév 2014 - 17:59

@ Tous :

Voici un Message du Ciel donné par le Seigneur Jésus au Père Melvin concernant le mariage :

Père Melvin a écrit:

« Je vous appelle Mon frère Melvin et tous Mes frères et sœurs à enseigner aux Chrétiens la vraie doctrine sur le mariage. Tous devraient accepter qu'une fois qu'ils sont mariés, leur mariage doit durer jusqu'à la mort. Personne ne devrait être d'accord avec la séparation ou le divorce. Cependant, aujourd'hui beaucoup qui sont mariés finissent par le divorce pour toute sorte de problème même s'ils ne sont pas sérieux. La raison pour la plupart du temps est que ces gens n'ont pas de relation avec Moi, leur Sauveur. Si vous ne vivez pas avec Moi alors vous vivez avec le malin et il va détruire toutes les grandes choses que vous avez accomplies. Le mariage est un merveilleux mode de vie et autant le mari que la femme devrait s'aimer et se pardonner chaque jour. Ils doivent Me demander chaque jour de bénir leur mariage et de leur donner les grâces et la force pour protéger leur mariage tous les jours de leur vie.

Ne prêtez pas serment en tant que Mon disciple. Seul le diable peut vous pousser à faire une telle chose. Tout ce qui est nécessaire est un oui ou un non sincère.

Je vous aime tous. »

SOURCE :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/t16947-pere-melvin-24fevrier-2014-je-vous-appelle-a-enseigner-aux-chretiens-la-vraie-doctrine-sur-l#270944


Comprenne qui pourra !

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66343
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 Empty Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ?

Message  Admin Mar 25 Fév 2014 - 20:29

@ Tous :

Voici un autre Message du Ciel donné par Jésus au Père Melvin :

Jésus a écrit:

« Je sais que vous acceptez les dix commandements de Dieu Mon frère Melvin et tous Mes frères et soeurs qui croyez en Moi. Oui, tous Mes disciples doivent suivre parfaitement les commandements. Il y a un commandement qui dit, « Tu ne commettras pas d'adultère. » Aujourd'hui beaucoup brisent ce commandement en couchant avec des femmes bien qu'ils ne soient pas mariés. Ceci est un péché grave et si vous ne vous en repentez pas vous ne serez pas sauvés. J'ai dit dans la Bible que si votre oeil est pour vous une occasion de chute, vous devez l'arracher et si votre main est pour vous une occasion de chute, vous devez le couper. Que veux-Je dire avec ceci ? Veux-je littéralement arracher votre oeil ou couper votre main ? Non, ce n'est pas ce que Je veux dire. Je veux vous dire combien le péché mortel est grave et que vous ne devez jamais commettre un tel péché. J'ai utilisé le mot « Gehenne » et ce mot signifie l'enfer. Tous ceux qui commettent le péché mortel et ne se repentent pas, iront sûrement en enfer car cette personne s'est d'elle-même coupée de Moi. Je vous appelle tous à rester près de Moi et d'éviter tout péché en particulier les péchés graves que J'appelle le péché mortel. Vous ne pouvez pas être Mon ami, si vous suivez le malin. Revenez à Moi dès que possible et dites "Non" à tout péché et vous serez bénis de Mon amour, Ma paix et Ma joie. Priez chaque jours et allez à l'église régulièrement chaque dimanche. Je vous aime tous. »

SOURCE :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/t16943-pere-melvin-23-fevrier-2014-je-sais-que-vous-acceptez-les-dix-commandements-de-dieu#270735


- Bis : « Comprenne qui pourra ! »

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66343
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 Empty Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ?

Message  Admin Mar 25 Fév 2014 - 21:54

LE PAPE FRANÇOIS, UN PAPE D'ENFER !

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 Couv1210


Un titre qui en dit long !

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66343
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 Empty Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ?

Message  Ginou Saliba Mar 25 Fév 2014 - 21:57

@ Admin:

 Bise Applaudir 

_________________
La Parole ! Est une lampe à mes pieds, et une lumière sur mon sentier.Paix ! 
Ginou Saliba
Ginou Saliba
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 5974
Date d'inscription : 13/11/2012

Revenir en haut Aller en bas

Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 Empty Re: Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ?

Message  Admin Mer 26 Fév 2014 - 12:30

LE CARDINAL PHILIPPE BARBARIN NOUS PARLE DE LA QUESTION DES DIVORCÉS-REMARIÉS !


Le nouveau Pape François serait-il le Faux-Prophète annoncé par le "Livre de l'Apocalypse" ? - Page 81 Images15


« Je résumerais bien l’ensemble du travail sur « amour et vérité se rencontrent ». Évidemment, aujourd’hui, la situation du mariage dans le monde a beaucoup changé. Donc, la parole de l’Église doit beaucoup se renouveler en demandant à Dieu la grâce d’arriver à faire opérer cette rencontre entre l’amour et la vérité. Du coup, le cadeau, comme dit l’onction, ce sera la justice et la paix. Plutôt que d’aller butter sur « Est-ce qu’on va enfin donner la permission à ceux qui sont divorcés remariés d’aller communier ? C’est une injustice qu’on ne la leur donne pas ». Si vous buttez immédiatement sur le problème dans son point ultime, ça se cabre. Donc, moi je pense qu’il faut reprendre les choses profondément en amont et après, montrer aux gens que c’est un appel à leur liberté et non pas un règlement qu’on leur fait tomber dessus. Dans leur réponse libre à cette parole de Dieu, ils donneront un très beau témoignage et leur amour grandira.

Vous avez donc évoqué la question des divorcés remariés, une question délicate et sensible qui a été abordée. Il y avait là différents points de vue. Comment les discussions se sont-elles déroulées ?

C’était 80-90% des interventions qui touchaient la question des divorcés remariés. On voit bien qu’aujourd’hui, c’est la question la plus difficile et la plus douloureuse. Et il ne suffit pas de dire « moi, je suis rigoriste, moi, je suis laxiste ». C’est une impasse ce genre de discussion . Ce qui est important, c’est de dire « il y a incontestablement une parole de vérité qui vient de la Bible et il y a incontestablement un amour de Dieu pour tous les hommes, quel qu’ils soient et quel que soit leur situation ». C’est pour cela que si vous vous situez uniquement du point de vue réglementaire, c’était interdit et maintenant, ça va être permis. « Oui, l’Église s’ouvre, elle devient enfin attentive à nos vies, à nos conditions, elle renonce à ces vieux principes, etc.. ». C’est absurde parce ce qui est quelque chose de conjoncturel dans la vie de l’Église peut changer. Mais quelque chose qui vient directement de la parole de Dieu et qui touche les situations de vie ne va pas tellement changer, c’est-à-dire qu’on sait que le mystère de l’alliance entre l’homme et la femme est directement greffé, si je puis dire, à l’histoire de l’alliance avec l’humanité. Alors, il y a des pistes possibles. Par exemple, le Pape a dit lui-même, il y a déjà assez longtemps, qu’ on pourrait regarder comment font les orthodoxes . Mais pour la majorité des catholiques, lorsqu’ils regardent les catholiques, ils disent : vous voyez les orthodoxes, ils peuvent se remarier ». On sait bien que non. Si vous connaissez les orthodoxes, vous savez que chez les orthodoxes, quand il y a un remariage, on les reçoit, on les bénit. La célébration est pénitentielle, vous n’avez pas été fidèle à la parole de Dieu mais rassurez-vous, Dieu vous aime quand même. Et ce n’est pas un sacrement . On peut trouver les manières, ça dépend de la liberté qu’on laisse. Par exemple, on peut dire aux gens : « voilà quelle est la doctrine de l’Église et ce n’est pas à nous d’entrer jusque dans les détails de tout. Que chacun voit avec son père spirituel, avec son curé, avec son évêque.

Il y a sur ce thème comme sur les autres thématiques abordées durant les discussions un consensus ou le regard est très différent que l’on vienne du continent européen, africain, asiatique ?

Vous pouvez avoir un consensus et un regard très différent. Je pense qu’au fond, il y a un consensus. C’est pour cela que je l’ai résumé avec cette phrase du psaume 84. Le consensus, c’est que la charité est première. Notre mission à nous, c’est de faire comprendre aux hommes que l’amour de Dieu leur est toujours offert, que l’amour de Dieu les suit et les poursuit toujours, dans quelque périphérie où il se trouve, comme dirait le Pape François. Ça, c’est vraiment le point fondamental. Et la parole de vérité qui est dite et qui parfois, est difficile à avaler pour nous est encore une marque d’amour et non pas un châtiment, une punition, une sanction, etc.. Alors ça, c’est difficile parce que dès ça se dégrade un tant soit peu, en règlement, comme je le disais là toute à l’heure, du coup,c’est perçu comme une sanction. Or, là où nous avons à trouver les mots, c’est de dire que « cette parole-là, je te le promets, est un chemin d’amour pour toi , un chemin d’amour de Dieu dans ton cœur. Laisse-le faire. Fais-lui confiance. Ça va batailler un peu en toi. Bon, ça arrive mais tu peux être certain que ce sera un chemin de croissance d’amour ou un chemin de vérité ». Alors, là-dessus, c’est vrai que les perspectives étaient très différentes et quand c’est les Philippines qui parlent, ce n’est pas tout à fait comme lorsque c’est Ouagadougou qui parle. Le fait que les points de vue soient très différents, ne veut pas dire une majorité et une minorité. Je pense que dans une rencontre comme celle que nous venons de vivre, il y a à la fois consensus et un son incroyable. Donc, c’est vrai qu’il y a quelque chose d’extraordinairement varié.

Quel a été le climat de ce consistoire ? Comment le définiriez-vous ?

C’est un moment fraternel et en même temps, on est un peu frustré parce que chacun parle 5-6-7 minutes, ça fait 80 interventions les unes après les autres. Il n’y a pas vraiment de discussions entre nous. On parle avec les proches, avec celui qui est devant, celui qui est derrière mais c’est vrai que cela manque de contacts fraternels. Il y a les petites pauses café : on a un truc à dire à quelqu’un donc on fonce sur lui, on lui dit « tu sais que…j’ai envie de te dire que… » mais c’est un petit peu lourd dans une après-midi, d’écouter 25 interventions. On fait attention à tout le monde, il y en a beaucoup qui ont des idées nouvelles et intéressantes donc on prend des notes mais c’est quand même encore une formule qui ne s’est pas encore trouvée ou qui doit encore se chercher. Donc, le climat est bon et fraternel, il n’y a pas de doutes là-dessus. On est d’une certaine manière content de se revoir. On a aussi besoin de ces contacts fraternels, on a des choses à se dire, on s’invite mutuellement,.. Enfin, c’est vrai qu’il y a une certaine fraternité. »

SOURCE :

http://www.riposte-catholique.fr/perepiscopus/vatican/consistoire-80-90-des-interventions-touchaient-la-question-des-divorces-remaries


Dernière édition par Admin le Mer 26 Fév 2014 - 12:40, édité 2 fois

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66343
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Page 81 sur 100 Précédent  1 ... 42 ... 80, 81, 82 ... 90 ... 100  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum