Le prêtre, un autre Christ (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles).
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Le prêtre, un autre Christ (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles).

Aller en bas

Le prêtre, un autre Christ (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles). Empty Le prêtre, un autre Christ (message de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles).

Message  Invité Ven 14 Oct 2011 - 8:08

30 novembre 1976
Chaque prêtre doit être une âme-victime. Cette affirmation suscitera chez beaucoup de la surprise, chez d'autres de l'étonnement, chez d'autres de l'incrédulité, c'est-à-dire que cette vérité provoquera des réactions diverses, correspondant aux divers états d'âme de ceux qui liront ce message.
Cependant, Je maintiens fermement que chaque prêtre doit être une victime. En effet, mon fils, ai-Je été, oui ou non, la Victime par excellence? Dis-Moi, mon fils, est-ce que Je ne suis pas la Victime pure, sainte et immaculée qui a apaisé la colère divine, qui a satisfait à la divine Justice?
Et qui est le prêtre, sinon «alter Christus» ? Qui sont les prêtres, sinon mes naturels corédempteurs, et quelle corédemption serait donc possible, sinon en se faisant victime, comme Moi Je me suis fait victime pour votre salut ?

N'ai-Je pas été, Moi souverain Prêtre et en même temps Victime qui me suis immolé pour la vie du monde ?

Se fondre avec la Victime divine

S'il n'est pas présent au Saint Sacrifice avec la ferme et effective volonté de s'offrir au Père céleste, en union avec Moi, pour la rémission des péchés, raison d'être du sacrifice offert, le prêtre vide pratiquement son sacerdoce de son essence, dénaturant et déformant la nature du caractère sacerdotal, mutilant son sacerdoce de son but...
Fils, mais qu'ont donc fait les Pasteurs et les éducateurs s'ils n'ont pas été capables d'introduire dans l'âme des "appelés" la connaissance de la nature, de l'essence, du but du caractère sacerdotal ?
Deux époux qui accèdent au mariage sans en connaître la nature et le but ne sont-ils pas deux pauvres malheureux ? Un clerc qui accède au sacerdoce sans en connaître à fond l'essence, la nature et le but est bien plus qu'un pauvre malheureux, puisque il met en péril non seulement son âme, mais un grand nombre d'âmes liées à son sacerdoce dans le plan de l'économie divine.
Le prêtre, non seulement doit être victime, mais devient victime de par la nature de son sacerdoce; si par la suite, il refuse cet état de victime, il devient, comme Judas, un traître vis-à-vis du mystère de la Rédemption.
Heureux celui qui, conscient de la grandiose et sublime vocation et mission sacerdotale, docilement se livre à l'amour infini de Dieu qui a daigné le tirer de la poussière de la terre pour l'élever à la plus grande et sublime dignité à laquelle une créature puisse aspirer .
Heureux celui qui, conscient d'avoir été fait «vase d'élection», s'efforce, avec le Christ, de Le suivre sur le Calvaire pour fondre ses souffrances avec celles de la Victime divine, pour être ensuite, avec la Victime trois fois sainte, libérateur de tant et tant d'âmes du joug et de la brutale tyrannie de Satan. Heureux ce prêtre qui n'accepte ni pacte ni compromis avec les ennemis de Dieu, avec les ennemis de l'Eglise et avec les ennemis de son âme et de sa conscience.
Heureux ce prêtre qui refuse toute collaboration avec les forces obscures de l'enfer et marche sur la voie de la perfection et de la sainteté, selon le précepte « Soyez saints! »; car si un tel précepte de sainteté s'applique à tous, il est clair et évident qu'il s'applique de façon toute particulière à mes ministres, lesquels doivent être saints pour sanctifier.
Que dire alors de la formation donnée dans les séminaires d'aujourd'hui ? Mon fils, quelle effrayante distorsion n'y voit-on pas, au nom d'un progrès et d'une évolution subversive, contrastant nettement avec mes exemples et mes enseignements.
Pasteurs, qui avez assisté et assistez passivement à une telle perversion spirituelle, ne croyez pas échapper à vos très graves responsabilités; vos sophismes ne serviront pas à fermer les yeux de Dieu.
Bientôt vous verrez de vos yeux et bientôt vous paierez de votre poche, pour tout le mal que vous n'avez pas su ou voulu empêcher, pour tout le bien que vous n'avez pas accompli.

Je te bénis, mon fils.
(Source : Editions du Parvis – Confidences de Jésus à ses prêtres et à ses fidèles – 1990 – chapitre 78 pages 157/159).
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum