Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter. - Page 73
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Page 73 sur 75 Précédent  1 ... 38 ... 72, 73, 74, 75  Suivant

Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Ven 30 Mar 2018 - 13:08

Gaza: 12 Palestiniens tués dans les affrontements avec l'armée israélienne
Par Le Figaro Mis à jour le 30/03/2018 à 18:02 Publié le 30/03/2018 à 18:01
Au moins 12 Palestiniens de la bande de Gaza ont été tués vendredi par l'armée israélienne lors d'affrontements entre soldats israéliens et manifestants aux abords de la barrière frontalière, selon un nouveau bilan du ministère de la Santé palestinien.

Les forces israéliennes ont dit avoir tiré à balles réelles après que des Palestiniens, proches de la frontière, ont lancé des pierres et des bombes incendiaires en direction des soldats.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Sam 14 Avr 2018 - 9:34

Une explosion dans le sud de Gaza fait 4 morts
Par Le Figaro.fr avec Reuters Mis à jour le 14/04/2018 à 15:17 Publié le 14/04/2018 à 15:14
Une explosion s'est produite dans le sud de la bande de Gaza provoquant la mort de quatre Palestiniens, indique le ministère local de la Santé, samedi. Le personnel médical dépêché sur place, dans la région de Rafah, a indiqué que cette explosion était le résultat d'une attaque d'Israël.

Un porte-parole militaire a déclaré que l'armée israélienne n'avait pas connaissance d'une explosion et qu'elle n'était pas impliquée dans cet incident. Des habitants présents à la morgue locale ont identifié les quatre victimes comme des membres du djihad islamique palestinien.

Les violences se multiplient dans la bande de Gaza depuis le 30 mars lorsque des Palestiniens ont manifesté le long de la frontière avec Israël. Depuis le début de cette contestation, l'armée israélienne a tué 31 Palestiniens et en a blessé plusieurs centaines d'autres.

Les manifestants ont installé des toiles de tente près de la frontière fermée dans le cadre d'un mouvement baptisé "La Grande Marche du Retour" par lequel les réfugiés réclament de reprendre possession d'un territoire jugé ancestral qui compose aujourd'hui Israël.


Egypte/Sinaï: 14 jihadistes et 8 soldats tués
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 14/04/2018 à 13:34 Publié le 14/04/2018 à 13:31
Quatorze jihadistes et huit soldats égyptiens ont été tués samedi matin lors d'une attaque contre un camp militaire dans la péninsule du Sinaï, a annoncé l'armée. Les 14 jihadistes se sont fait exploser à l'extérieur du camp après avoir été empêchés d'y pénétrer, a précisé l'armée.

Un peu plus tôt samedi, l'armée avait annoncé que 27 jihadistes avaient été tués ces derniers jours lors d'une opération antiterroriste dans le Sinaï, où est implantée la branche égyptienne du groupe Etat islamique (EI). Six jihadistes ont été tués dans un bombardement aérien et 12 dans une fusillade avec les forces de police, a indiqué l'armée, qui n'a pas précisé comment les neuf autres avaient péri.

Dans un communiqué, l'institution militaire a également précisé que 114 suspects avaient été arrêtés et qu'un camp d'entraînement avait été détruit. Elle n'a pas fait état de pertes dans les rangs des forces de sécurité lors de ces interventions qui s'inscrivent dans le cadre d'une vaste opération antiterroriste lancée début février dans le Sinaï, où une importante insurrection jihadiste s'est développée depuis la destitution par l'armée du président islamiste Mohamed Morsi en 2013.

Plus de 100 jihadistes et au moins 22 membres des forces de sécurité ont été tués depuis le début de cette opération "Sinaï 2018", selon des chiffres officiels. Samedi également, le président Abdel Fattah al-Sissi a prolongé de trois mois l'état d'urgence qui avait été décrété en avril 2017, selon un décret publié au journal officiel.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Sam 21 Avr 2018 - 7:49

Nicaragua: au moins dix morts dans des manifestations
AFP
Modifié le 21/04/2018 à 13:17 - Publié le 21/04/2018 à 09:44 | AFP
ABONNEZ-VOUS
Nicaragua: au moins dix morts dans des manifestationsNicaragua: au moins dix morts dans des manifestations ©️ AFP
Au moins dix personnes ont été tuées au Nicaragua dans de violentes manifestations contre une réforme des retraites, a déclaré vendredi la vice-présidente Rosario Murillo, en affichant la volonté du gouvernement de renouer le dialogue.

"Au moins dix personnes sont mortes" jeudi et vendredi durant ces manifestations qu'elle a qualifiées "d'émeutes" organisées par des individus cherchant "à briser la paix et l'harmonie".

Environ 80 personnes ont été également été blessées dans ces manifestations, les plus violentes depuis l'arrivée au pouvoir de Daniel Ortega il y a 11 ans.

Mme Murillo a ajouté que le gouvernement était disposé à discuter de la proposition d'augmenter les contributions des employeurs et des salariés au système de retraites, à l'origine de la vague de protestation.

Des étudiants affrontent la police anti-émeute à Managua durant des manifestations contre une réforme des retraites, le 19 avril 2018 au Nicaragua
©️ AFPDes étudiants affrontent la police anti-émeute à Managua durant des manifestations contre une réforme des retraites, le 19 avril 2018 au Nicaragua ©️ AFP
Le président Daniel Ortega, qui ne s'est pas montré en public pendant la crise, doit formellement annoncer samedi que "le dialogue reste ouvert" et que "tous les sujets sont sur la table", a ajouté la vice-présidente.

Le leader de la principale organisation patronale, José Aguerri, avait appelé plus tôt à éviter que le "sang continue de couler" et à reprendre les discussions, tout en soutenant les manifestants.

Les protestations se sont durcies vendredi, au troisième jour de mobilisation, avec des barricades érigées, des heurts avec la police et des dégradations de bâtiments gouvernementaux, à Managua et dans d'autres villes du pays.

Quatre chaînes de télévision indépendantes ont été empêchées par le gouvernement jeudi de couvrir les manifestations.

Au moins neuf journalistes ont été blessés dans les défilés, selon le Comité pour la protection des journalistes, basé à New York.

Cette mobilisation semble avoir pris par surprise le gouvernement, qui jusqu'ici était parvenu à contenir les mécontentements grâce à l'influence du parti au pouvoir dans les sphères publique et militaire.

"C'est une protestation qui vient de la base, pas d'un parti politique" et "je crois que le gouvernement n'a pas anticipé cette réaction", a déclaré à l'AFP Oscar René Vargas, un expert en politique.

21/04/2018 13:16:58 - Managua (AFP) - ©️ 2018 AFP
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Lun 23 Avr 2018 - 11:14

Gaza: 40 Palestiniens tués depuis le début de la mobilisation à la frontière israélienne
AFP
Modifié le 23/04/2018 à 17:08 - Publié le 23/04/2018 à 10:10 | AFP
ABONNEZ-VOUS
Gaza: 40 Palestiniens tués depuis le début de la mobilisation à la frontière israélienneGaza: 40 Palestiniens tués depuis le début de la mobilisation à la frontière israélienne ©️ AFP / SAID KHATIB
Deux Palestiniens ont succombé à des blessures causées par des tirs israéliens, a annoncé lundi le ministère de la Santé dans la bande de Gaza, portant à 40 le nombre de Palestiniens tués depuis le début d'un mouvement de protestation à la frontière avec Israël.

Ce décompte de l'AFP est réalisé à partir d'informations fournies par les autorités sanitaires gazaouies.

Abdullah Chamali, 20 ans, est décédé après avoir été grièvement blessé au ventre vendredi lors d'affrontements entre manifestants et soldats israéliens. Les violences ce jour-là ont fait cinq morts palestiniens, dont un adolescent de 15 ans.

Tahrir Wahba, 18 ans, est mort après avoir été blessé par balle à la tête le 6 avril dans le sud de l'enclave, selon la même source.

La très grande majorité des 40 personnes tuées l'ont été par des tirs de soldats postés sur la barrière de sécurité qui sépare Israël de l'enclave. Quelques-uns sont morts dans des frappes de l'artillerie ou de l'aviation israéliennes.

Des centaines de Palestiniens ont par ailleurs été blessés, par balle ou par inhalation de gaz, selon les secours.

Des dizaines de milliers de Palestiniens de la bande de Gaza, territoire coincé entre Israël, l'Egypte et la Méditerranée, se rassemblent depuis le 30 mars près de la frontière pour la "Marche du retour", qui revendique le droit des Palestiniens à retourner sur les terres dont ils ont été chassés ou qu'ils ont fuies à la création d'Israël en 1948. Ce mouvement est prévue pour durer jusqu'à la mi-mai.

Un Palestinien se tient derrière des barbelés dans un des camps de tentes montés le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël à l'occasion de la "Marche du retour", le 22 avril 2018 près de Khan Younès
©️ MAHMUD HAMS AFPUn Palestinien se tient derrière des barbelés dans un des camps de tentes montés le long de la frontière entre la bande de Gaza et Israël à l'occasion de la "Marche du retour", le 22 avril 2018 près de Khan Younès ©️ MAHMUD HAMS AFP
Ils dénoncent aussi le blocus de Gaza imposé depuis plus de dix ans par Israël pour contenir le mouvement islamiste Hamas, qui dirige ce territoire et auquel il a livré trois guerres depuis 2008.

Lors des manifestations, certains Palestiniens se détachent du gros des protestataires pour lancer des pierres ou des engins incendiaires sur les soldats, faire rouler vers eux des pneus enflammés ou essayer de forcer le barrage de barbelés placé en amont de la barrière.

L'utilisation de balles réelles par les soldats israéliens a fait l'objet de critiques d'organisations de défense des droits de l'Homme, et suscité des demandes d'enquêtes indépendantes de la part de l'ONU et de l'UE.

L'armée dit n'ouvrir le feu que lorsque c'est nécessaire, pour protéger ses soldats ou la barrière de sécurité. Aucun blessé n'a été signalé dans ses rangs.

Les secours palestiniens évacuent un manifestant blessé lors d'affrontements avec les soldats israéliens le 20 avril près de la frontière entre la bande de Gaza et Israël. ©️ MOHAMMED ABED AFP/ArchivesLes secours palestiniens évacuent un manifestant blessé lors d'affrontements avec les soldats israéliens le 20 avril près de la frontière entre la bande de Gaza et Israël. ©️ MOHAMMED ABED AFP/Archives
Par ailleurs, les Brigades Ezzedine al-Qassam ont annoncé dans un communiqué la mort d'un de leurs membres dans une explosion. Mohammed al-Maqadma, 55 ans, a été tué par un projectile explosif tiré par un groupe hostile au Hamas, a indiqué la branche armée du mouvement islamiste, sans plus de précision.

Un enfant a été blessé dans cette explosion survenue dans le nord du territoire, a dit le ministère gazaoui de la Santé.

23/04/2018 17:07:19 - Gaza (Territoires palestiniens) (AFP) - ©️ 2018 AFP
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Mar 24 Avr 2018 - 14:09

Nigeria: 2 prêtres et 16 fidèles assassinés dans une église
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 24/04/2018 à 19:38 Publié le 24/04/2018 à 19:34
Deux prêtres catholiques et au moins 16 fidèles ont été tués dans l'attaque d'une église attribuée à des éleveurs dans le centre du Nigeria, où les affrontements intercommunautaires se multiplient ces derniers mois, a appris l'AFP auprès de la police aujourd'hui. L'attaque, menée par une trentaine d'hommes armés, s'est produite tôt ce matin, au cours d'une messe de funérailles dans le village de Mbalom, selon le patron de la police de l'Etat de Benue, Fatai Owoseni.

"Des bandits suspectés d'être des éleveurs ont attaqué Mbalom, tuant deux révérends pères" dans l'église pendant la cérémonie funéraire, a-t-il déclaré à la presse. "Nous avons récupéré 16 corps (de fidèles) et ceux des deux prêtres sur les lieux de l'attaque", a ajouté M. Owoseni, précisant que la police "fouillait toute la zone" pour retrouver les coupables et les traduire en justice. Le diocèse de Makurdi, capitale de l'Etat de Benue, a confirmé l'attaque et la mort des prêtres Joseph Gor et Felix Tyolaha dans un communiqué condamnant les violences.

Selon Terhemen Angor, un habitant de Mbalom, l'office venait de démarrer vers 5H30 locales (4H30 GMT) à l'église St Ignatius "quand des tirs rapprochés ont commencé à résonner". "Les gens ont commencé à courir et à crier", a-t-il raconté à l'AFP, affirmant qu'une vingtaine de personnes avaient été "abattues de sang-froid", et de nombreuses autres blessées. Les assaillants ont ensuite attaqué le village, "pillant plus de 60 maisons, des terres agricoles et des greniers alimentaires", a-t-il dit, affirmant que la population terrorisée avait fui vers des localités voisines.

» LIRE AUSSI : Nigeria : Boko Haram rend à leurs parents une centaine d'écolières enlevées en février

Le président Muhammadu Buhari a condamné des "crimes odieux", promettant que les coupables devraient "payer pour avoir commis ce sacrilège", dans un communiqué diffusé cet après-midi. "Violer un lieu de culte, tuer des prêtres et des fidèles est non seulement ignoble, diabolique et satanique, mais cela vise à alimenter le conflit religieux et à plonger nos communautés dans des bains de sang sans fin", a-t-il déclaré. La tension était palpable à Makurdi (située à une cinquantaine de km de Mbalom), où des centaines de jeunes en colère sont descendus dans les rues pour protester après les tueries, incendiant des pneus et bloquant la circulation, a constaté un correspondant de l'AFP. La police est intervenue pour les disperser à coups de gaz lacrymogènes.

Les Etats du centre du Nigeria sont régulièrement touchés par des affrontements meurtriers pour l'accès à la terre et à l'eau entre agriculteurs sédentaires de confession chrétienne et éleveurs nomades, majoritairement peuls et musulmans, accusés de saccager les fermes agricoles avec leurs troupeaux. Ce conflit séculaire pour les ressources, aggravé par l'explosion démographique dans le pays le plus peuplé d'Afrique (180 millions d'habitants) prend depuis plusieurs mois une tournure identitaire et religieuse.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Ven 27 Avr 2018 - 14:08

Mali: 12 civils tués près de la frontière avec le Niger
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 27/04/2018 à 19:04 Publié le 27/04/2018 à 18:58
Douze civils touareg, dont des personnes âgées et des enfants, ont été tués hier dans le nord-est du Mali, à la frontière avec le Niger, a appris l'AFP aujourd'hui de sources concordantes. Les affrontements sont fréquents dans cette zone entre des djihadistes ayant prêté allégeance au groupe Etat islamique (EI) et deux groupes armés principalement touareg, le Gatia et le MSA, parfois associés à la force française Barkhane et à l'armée malienne.

Une "horde de malfrats (arrivés) sur 16 motos" a "fait irruption dans un campement à Aklaz", près de la ville d'Anderamboukane, et a "ouvert le feu sur les civils", ont affirmé dans des communiqués successifs le MSA (Mouvement pour le salut de l'Azawad, issu de l'ex-rébellion) et le Gatia (Groupe d'autodéfense touareg Imghad et alliés, pro-Bamako). "Parmi les victimes, on dénombre des enfants en bas âge et des personnes âgées", ajoutent le MSA et le Gatia, faisant état de "12 civils de la communauté Idaksahak" (touareg) "assassinés".

» LIRE AUSSI : Mali : des soldats français blessés dans une attaque à Tombouctou

Ce bilan, ainsi que la présence parmi les victimes de "vieillards" et de mineurs, a été confirmé à l'AFP sous le couvert de l'anonymat par une source officielle malienne dans la ville de Ménaka en contact avec les responsables locaux à Anderamboukane. Une patrouille du MSA a pris en chasse les assaillants vendredi matin, a précisé le groupe, qui affirme avoir mis "hors d'état de nuire quatre malfrats" et saisi "des armes et des engins roulants", mais déplore un tué et un blessé parmi ses combattants. Le lieu de l'attaque est situé "dans une zone de repos des terroristes et autres bandits", a expliqué à l'AFP Souleymane Diallo, un enseignant de Menaka.

La Mission de l'ONU au Mali (Minusma), a indiqué le 12 avril avoir reçu des informations "d'une particulière gravité" faisant état notamment "d'exécutions sommaires d'au moins 95 personnes" lors d'opérations antijihadistes menées dans la région de Menaka "par une coalition de groupes armés", dont le Gatia et le MSA. Les deux groupes avaient démenti, dénonçant des "allégations scandaleuses et honteuses".

Depuis le lancement en 2013 d'une intervention militaire française, les groupes djihadistes ont été dispersés et en grande partie chassés du nord du Mali dont ils avaient pris le contrôle. Mais des zones entières du pays échappent au contrôle des forces maliennes, françaises et de l'ONU, régulièrement visées par des attaques, malgré la signature en 2015 d'un accord de paix, censé isoler définitivement les djihadistes, dont l'application accumule les retards.. Depuis 2015, ces attaques se sont étendues au centre et au sud du Mali et le phénomène déborde sur les pays voisins, en particulier le Burkina Faso et le Niger.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Mar 1 Mai 2018 - 13:40

Bangui: au moins 16 morts
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 01/05/2018 à 18:52 Publié le 01/05/2018 à 18:49
Au moins 16 personnes ont été tuées et 96 blessées au cours d'échanges de tirs mardi à Bangui dans le quartier musulman du PK5 entre un groupe armé et les forces de sécurité intérieures, selon des sources concordantes. Parmi les morts figurent un policier, un prêtre et un enfant. 96 personnes ont été blessées, a-t-on appris de sources médicales.

Les tirs, qui ont commencé à 12h30 (10h30 GMT), se sont terminés en fin d'après-midi. Un membre de la milice du "général" Force, revenant du quartier Fatima, proche du PK5, a forcé un barrage des forces de sécurité intérieures, qui ont ouvert le feu sur lui, entraînant une riposte de ce groupe, selon des sources sécuritaires et des sources au PK5. L'arrestation de cet homme appartenant à la milice du "général" Force a déclenché la riposte envers les forces de sécurité intérieures, a affirmé de son côté Vladimir Monteiro, porte-parole de la mission de l'ONU en Centrafrique (Minusca). "La Minusca a déployé des patrouilles pour sécuriser la zone et les autres points névralgiques de Bangui".

En début d'après-midi, des foules en colère se sont rassemblées à différents endroits de la ville, comme devant l'hôpital communautaire situé sur l'avenue Boganda, dans le quartier Lakouanga (sud) et au PK0 (sud). La Minusca dit avoir envoyé une patrouille à Lakouanga, où une mosquée a été incendiée par des manifestants, a indiqué M. Monteiro.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Dim 6 Mai 2018 - 8:35

Attentat contre un centre électoral en Afghanistan: au moins 12 morts
AFP
Publié le 06/05/2018 à 14:21 | AFP
ABONNEZ-VOUS
Attentat contre un centre électoral en Afghanistan: au moins 12 mortsAttentat contre un centre électoral en Afghanistan: au moins 12 morts ©️ AFP / Sabrina BLANCHARD
Au moins 12 personnes ont été tuées et 33 blessées dimanche par l'explosion d'une bombe dans un centre d'enregistrement pour les élections législatives dans l'est de l'Afghanistan, selon les autorités.

L'engin a explosé dans une tente utilisée comme centre d'inscription dans l'enceinte d'une mosquée, a déclaré à l'AFP le chef de la police de la province de Khost, Abdul Hanan.

"Une foule de gens qui sortaient de la mosquée s'étaient rassemblés pour s'enregistrer" en vue de ces élections annoncées pour le 20 octobre, a-t-il raconté.

Le directeur adjoint des services de santé de la province, Gul Mohammad Mangal, a précisé à l'AFP que l'attentat avait fait 12 morts et 33 blessés et que le bilan pourrait encore s'alourdir.

"Certains blessés sont dans un état critique et les ambulances continuent à amener des gens", a-t-il expliqué.

Cette nouvelle attaque survient six jours après un double attentat qui a fait 25 morts à Kaboul, dont neuf journalistes parmi lesquels le chef des photographes de l'AFP en Afghanistan Shah Marai. Un reporter de la BBC, Ahmad Shah, a par ailleurs été tué cette semaine dans une autre attaque dans la province de Khost.

Les violences sont le principal obstacle à l'organisation des législatives d'octobre, qui seront les premières depuis 2010 et auraient dû avoir lieu il y a trois ans. Ce scrutin sera par ailleurs le premier dans le pays depuis la présidentielle de 2014, préalable à celle de 2019.

Le 22 avril, un attentat suicide revendiqué par le groupe Etat islamique (EI) contre un centre d'enregistrement électoral à Kaboul avait fait une soixantaine de morts. Quatre jours plus tôt, des talibans armés avaient attaqué et incendié un autre centre dans la province orientale de Gor et enlevé trois employés et deux policiers qui avaient été libérés le lendemain.

Les autorités ont mis en place quelque 7.000 centres d'inscription dans l'espoir d'enregistrer les 14 millions d'Afghans adultes pour voter aux législatives.

Dans certaines provinces, elles font voler des avions pour larguer des tracts incitant la population à s'inscrire. Une campagne bat son plein à la radio et à la télévision, et les fonctionnaires bénéficient d'un jour de congé pour aller s'enregistrer.

Mais samedi, trois semaines après le début du processus qui doit s'étendre sur deux mois, la Commission électorale indépendante (IEC) comptabilisait à peine plus de 1,2 million d'inscrits.

06/05/2018 14:20:44 - Khost (Afghanistan) (AFP) - ©️ 2018 AFP

Violences au Cachemire: 10 morts, dont un universitaire
AFP
Publié le 06/05/2018 à 14:32 | AFP
ABONNEZ-VOUS
Violences au Cachemire: 10 morts, dont un universitaireViolences au Cachemire: 10 morts, dont un universitaire ©️ AFP / HABIB NAQASH
Cinq insurgés présumés, parmi lesquels un universitaire, ont été abattus dimanche par l'armée indienne au Cachemire, et cinq civils ont trouvé la mort lors de manifestations qui ont suivi, a annoncé la police locale.

Alertés par une dénonciation sur la présence de rebelles présumés retranchés dans une maison, les forces armées indiennes sont intervenues dans le village de Badigam, dans le district de Shopian, au sud de Srinagar, la capitale de la région, a expliqué le directeur général de la police, Shesh Paul Vaid.

Les insurgés ont refusé de se rendre, entraînant de violents échanges de coups de feu. Cinq ont été tués, a expliqué à l'AFP le responsable policier.

Un appel à se rendre avait été lancé en particulier à un sociologue universitaire, Mohammad Rafi Bhat, qui avait rejoint vendredi les rangs des rebelles. "Nous avons fait venir son père pour le persuader de se rendre, mais comme les autres, il a refusé", selon Shesh Paul Vaid.

Un blessé conduit dans un hôpital de Srinagar, la capitale du Cachemire indien, où la tension est vive entre les forces de New Delhi et les insurgés. Le 6 mai 2018. ©️ HABIB NAQASH AFPUn blessé conduit dans un hôpital de Srinagar, la capitale du Cachemire indien, où la tension est vive entre les forces de New Delhi et les insurgés. Le 6 mai 2018. ©️ HABIB NAQASH AFP
L'université du Cachemire, où il enseignait, a fermé pour deux jours, selon un communiqué de l'établissement.

Parmi les cinq insurgés tués figurait également un commandant du Hizbul Mujahideen, un groupe important de rebelles, toujours selon Shesh Paul Vaid.

Des milliers de personnes sont descendues dans les rues dans le sud du Cachemire à la suite de cet incident pour manifester leur soutien aux insurgés tués et dénoncer le contrôle de l'Inde sur la région, les forces gouvernementales ouvrant le feu pour disperser la foule, ont indiqué des témoins et un représentant de la police.

Un médecin de l'hôpital de Shopian a fait état de centaines de personnes nécessitant des soins. "Nos capacités sont au maximum. Nous ne disposons plus de médicaments de première nécessité. Il n'y a plus d'ambulances", a-t-il dit à l'AFP.

Un autre porte-parole de la police, s'exprimant sous le couvert de l'anonymat, a évoqué quant à lui une trentaine de personnes blessées au moins.

Le couvre-feu a été instauré dimanche à Srinagar, la capitale du Cachemire indien, et les liaisons internet fermées dans la majeure partie de la région.

Le plateau himalayen du Cachemire est de facto divisé entre l'Inde et le Pakistan. Depuis la Partition de 1947, New Delhi et Islamabad se déchirent pour son contrôle, un conflit dont découle une insurrection séparatiste dans la partie indienne.

Trois insurgés présumés et un civil avaient été tués samedi lors d'une fusillade à Srinagar.

06/05/2018 14:31:29 - Srinagar (Inde) (AFP) - ©️ 2018 AFP
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Jeu 10 Mai 2018 - 0:33

Somalie: 11 morts dans une explosion sur un marché
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 09/05/2018 à 21:52 Publié le 09/05/2018 à 21:45
Au moins 11 personnes ont été tuées et dix blessées aujourd'hui dans une explosion sur un marché très fréquenté d'une petite ville située au nord de Mogadiscio. "Nous avons confirmé la mort de 11 personnes et plus de dix autres sont blessées dans l'explosion", a déclaré à l'AFP par téléphone un responsable sécuritaire régional, Mohamed Abdikarim.

Les sources interrogées par l'AFP ignoraient ce soir si l'explosion était le fait d'un kamikaze ou d'un engin piégé dissimulé dans les détritus du marché de Wanlaweyn, une petite ville située à environ 70 km au nord de Mogadiscio. "Certains des blessés sont très grièvement atteints et ils ont été admis à l'hôpital de Wanlaweyn", a poursuivi le responsable sécuritaire.

» LIRE AUSSI : Somalie : au moins 358 morts après un attentat d'une ampleur sans précédent

L'explosion s'est déroulée dans l'après-midi, à une heure de forte affluence sur le marché où de nombreux habitants se pressaient pour acheter du khat, une plante euphorisante très prisée des Somaliens. Les feuilles de khat, un arbuste poussant en Afrique orientale et dans la Péninsule arabique, doivent être mastiquées longuement pour procurer des effets euphorisants similaires à ceux des amphétamines.

"Il y avait beaucoup de monde au marché quand a eu lieu l'explosion. Nous n'avons pas toutes les informations mais plus de 10 personnes ont été tuées et beaucoup d'autres blessées", a rapporté à l'AFP un habitant de la bourgade, Ismail Ali. "C'était le chaos dans le marché. Il y a eu des morts, des blessés. J'ai vu des corps déchiquetés de civils et il y a aussi des membres des forces de sécurité parmi les victimes", a décrit un autre témoin, Mohamed Dahir.

L'attentat n'a pas été revendiqué ce soir. La quasi-totalité de ce type d'attaques en Somalie est le fait des insurgés islamistes radicaux shebab, qui sont présents dans cette partie du pays. Ces derniers ont juré la perte du gouvernement fédéral, soutenu par la communauté internationale et les 20.000 hommes de la force de l'Union africaine en Somalie (Amisom). Chassés de Mogadiscio en 2011, ils ont ensuite perdu l'essentiel de leurs bastions. Mais ils contrôlent toujours de vastes zones rurales d'où ils mènent des opérations de guérilla et des attentats-suicides.

» LIRE AUSSI : Somalie : un attentat dans un hôtel de Mogadiscio fait 27 morts
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Voici le temps pour l'ouverture du second Sceau, car les guerres vont augmenter.

Message  antoine le Dim 13 Mai 2018 - 0:35

Indonésie: 8 morts, 38 blessés dans des attaques contre des églises
AFP
Publié le 13/05/2018 à 06:10 | AFP

Indonésie: 8 morts, 38 blessés dans des attaques contre des églisesIndonésie: 8 morts, 38 blessés dans des attaques contre des églises ©️ AFP / JUNI KRISWANTO
u moins huit personnes ont été tuées et 38 blessées dimanche dans des attentats à la bombe, dont une attaque suicide, contre des églises à Surabaya en Indonésie, pays musulman le plus peuplé au monde, a indiqué la police.

Les trois attaques ont été perpétrées dans trois endroits différents à dix minutes d'intervalle, la première explosion s'étant produite à 07H30 (00H30 GMT), a précisé la police de Surabaya, deuxième ville d'Indonésie, dans l'est de l'île de Java.

"Il y a eu des attaques contre trois églises", a déclaré un porte-parole de la police locale, Frans Barung Mangera, précisant que deux policiers figuraient parmi les blessés. Ces attaques n'ont pas été revendiquées.

Au moins l'un des assaillants qui ont fait exploser leurs bombes à l'église catholique Santa Maria a été tué.

"Quatre personnes ont été tuées à l'église Santa Maria", a déclaré M. Mangera, ajoutant que quatre autres avaient péri à l'extérieur.

Ces attaques interviennent quelques jours après qu'un policier et un détenu ont été tués au cours de violents affrontements dans une prison de haute sécurité dans la banlieue de la capitale Jakarta. Le groupe jihadiste Etat islamique (EI) avait revendiqué l'incident mais la police indonésienne avait écarté l'implication de ce dernier.

Les événements de dimanche surviennent aussi à quelques jours du début du ramadan dans le monde musulman.

En état d'alerte
L'intolérance religieuse a augmenté ces dernières années en Indonésie, pays de 260 millions d'habitants dont près de 90 % sont de confession musulmane, mais qui compte aussi des minorités comme les chrétiens, hindous et bouddhistes.

D'autres attaques visant des églises se sont produites ces dernières années à travers l'archipel d'Asie du Sud-Est.

En février, la police était parvenue à neutraliser un homme armé d'une épée qui avait attaqué en pleine messe une église à Sleman, sur l'île de Java, blessant quatre personnes dont un prêtre.

En 2016, un adolescent était entré dans une église remplie de fidèles à Medan, sur l'île de Sumatra, s'était approché du prêtre et l'avait légèrement blessé au couteau à un bras. Il avait tenté de faire exploser un objet avant d'être maîtrisé par des fidèles.

Un extrémiste islamiste avait été condamné en septembre dernier à la réclusion criminelle à perpétuité en Indonésie pour une attaque meurtrière au cocktail Molotov perpétrée en 2016 contre une église avec des complices d'un groupe soutenant l'EI.

Les autorités sont en état d'alerte depuis les attentats suicide et attaques armées à Jakarta en janvier 2016, qui avaient coûté la vie à quatre civils. Les quatre assaillants avaient été tués dans ces attaques revendiquées par l'EI, les premières de cette ampleur en Indonésie depuis 2009.

L'Indonésie avait été précipitée dans sa propre "guerre contre le terrorisme" par les attentats de Bali, île la plus touristique du pays où ces attaques avaient fait 202 morts, parmi lesquels de nombreux étrangers. Les autorités avaient ensuite lancé une offensive majeure contre les extrémistes islamistes et affaibli ainsi les réseaux les plus dangereux, selon des experts. Mais l'organisation jihadiste Etat islamique (EI) est parvenue à mobiliser de nouveau la frange extrémiste indonésienne.

13/05/2018 06:09:34 - Surabaya (Indonésie) (AFP) - ©️ 2018 AFP

Agression au couteau en plein Paris : un mort et quatre blessés
L'assaillant, armé d'un couteau, a attaqué cinq personnes dans la soirée du samedi 12 mai, dans le deuxième arrondissement de la capitale, près de l'Opéra.
PAR LE POINT.FR, AVEC AFP
Modifié le 12/05/2018 à 23:09 - Publié le 12/05/2018 à 22:00 | Le Point.fr
Un individu armé a blessé des passants à Paris.
Un individu armé a blessé des passants à Paris.

Une personne a été tuée et quatre blessées samedi soir dans le centre de Paris par un homme armé d'un couteau, qui a été abattu par des policiers, a-t-on appris auprès de la préfecture de police. L'agression a eu lieu dans le IIe arrondissement parisien, près de l'Opéra, en plein coeur de la capitale, rue Monsigny, dans un quartier de bars, restaurants et théâtres très fréquenté le samedi soir. L'homme a agressé au couteau cinq personnes, dont une est morte, aux abords de la rue Saint-Augustin, a indiqué la préfecture de police. Quatre personnes ont été blessées : deux ont été transportées en "urgence absolue" à l'hôpital, deux en "urgence relative", selon cette source.

Sur son compte Twitter, la Préfecture de police de Paris précise que "5 personnes" ont été agressées : "une victime est décédée, deux sont blessées grièvement et deux sont blessées légèrement. L'agresseur est décédé". La brigade criminelle de la police judiciaire de Paris a été saisie, a-t-on appris de source judiciaire. Les motivations de l'agresseur étaient inconnues et la piste terroriste n'est pas établie pour l'heure. Un important périmètre de sécurité a été mis en place dans un secteur bouclé où ont convergé un nombre impressionnant de véhicules de police, de pompiers et de secours.

Menace terroriste constante
Selon nos sources, l'auteur des coups de couteau s'est dirigé vers un policier en lui demandant instamment de lui tirer dessus. L'homme aurait dit : "tire, tire, je vais te planter". Le fonctionnaire de police aurait fait usage de son pistolet à impulsion électrique, mais sans effet, avant de lui tirer dessus avec son arme de service. Selon quatre touristes russes, l'assaillant aurait également crié "Allah Akbar" avant de s'en prendre à une victime. Il a été abattu à hauteur du numéro 10 de la rue de Monsigny. Les victimes ont été agressées dans le même secteur.

Sur Twitter, le ministre de l'Intérieur a salué "le sang froid et la réactivité des forces de police qui ont neutralisé l'assaillant". "Mes premières pensées vont aux victimes de cet acte odieux", a-t-il ajouté. La brigade criminelle a été saisie, a-t-on appris de source judiciaire. Cette attaque intervient alors que la France vit sous une constante menace terroriste. La dernière attaque meurtrière, le 23 mars à Carcassonne et à Trèbes (Aude), avait porté à 245 le nombre de victimes tuées dans les attentats sur le sol français depuis 2015.

Réactions politiques en cascades
"Pensées pour les victimes de l'attaque qui a frappé le coeur de Paris ce soir. Ma reconnaissance aux forces de police qui ont neutralisé l'assaillant. Face à la menace, nous devons rester vigilants et unis", écrit Benjamin Griveaux, porte-parole du gouvernement sur son compte Twitter. De son côté, Marine Le Pen, présidente du FN exprime son "soutien à nos forces de l'ordre qui ont neutralisé un assaillant islamiste à Paris". Et d'affirmer : "Le peuple français ne se contentera plus de commentaires. Ce sont des actes qui sont attendus".

Manuel Valls, député LREM et ex-Premier ministre, déplore une "agression terrible dans le quartier de l'Opéra à Paris", exprime sa "solidarité totale avec les victimes et leurs proches", son "soutien aux forces de l'ordre dont [il] salue une nouvelle fois la réactivité, le sang-froid et le professionnalisme" et appelle à "ne pas baisser la garde !".



"Pensées émues pour les proches et les familles. Hommage au sang-froid des forces de l'ordre. L'horreur frappe une nouvelle fois la France, une nouvelle fois la République sera plus forte que la douleur", écrit Olivier Faure, premier secrétaire du PS, quand Valérie Pécresse, présidente LR de l'Ile-de-France dénonce une "odieuse agression rue Monsigny à Paris" et "salue la réactivité des forces de l'ordre qui ont neutralisé l'assaillant".
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 73 sur 75 Précédent  1 ... 38 ... 72, 73, 74, 75  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum