Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde. - Page 46
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Page 46 sur 46 Précédent  1 ... 24 ... 44, 45, 46

Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Jeu 5 Juil 2018 - 13:11

Somalie: 17 morts dans des affrontements
Par Le Figaro.fr avec Reuters Mis à jour le 05/07/2018 à 15:31 Publié le 05/07/2018 à 15:29
Des combats entre islamistes du mouvement Al Chabaab et des miliciens tribaux ont fait au moins 17 morts depuis hier dans le secteur de Harardhere, dans le centre de la Somalie, rapportent aujourd'hui des habitants.

» LIRE AUSSI - Somalie : au moins 358 morts après un attentat d'une ampleur sans précédent

Al Chabaab contrôle le secteur de Harardhere mais des affrontements opposent régulièrement le groupe islamiste à des milices locales. Selon la radio somalienne, les derniers combats ont été provoqués par la volonté d'Al Chabaab d'enrôler dans ses rangs des jeunes de la région.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Mer 11 Juil 2018 - 12:13

Pakistan: 20 morts dans un attentat-suicide
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 11/07/2018 à 08:15 Publié le 11/07/2018 à 08:12
Au moins 20 personnes, dont un influent homme politique local, ont été tuées dans cette nuit lors d'un attentat contre une réunion électorale revendiqué par les talibans, selon un nouveau bilan aujourd'hui. L'attentat, qui s'est produit dans la ville de Peshawar, dans le nord-ouest du Pakistan, est le plus meurtrier dans le pays depuis le début de la campagne électorale pour les législatives prévues le 25 juillet.

Il a été perpétré lors d'une réunion du Awami National Party (ANP), formation qui a déjà été la cible d'insurgés islamistes pour avoir manifesté son opposition à des groupes comme les talibans. "Le bilan est passé à 20 morts et 63 blessés, dont 35 se trouvent toujours dans deux hôpitaux de Peshawar", a déclaré mercredi à l'AFP le chef de la police de la ville, Qazi Jameel. Ce nouveau bilan a été confirmé par un responsable de l'hôpital de Peshawar, Zulfiqar Babakhel. Selon le chef de l'équipe de déminage, Shafqat Malik, le kamikaze, âgé d'environ 16 ans, portait sur lui 8 kg d'explosifs et 3 kg de plombs et billes. "D'après les premiers éléments de l'enquête, c'était une attaque-suicide dont Haroon Bilour était la cible", a indiqué à l'AFP Shafqat Malik, un responsable de la police en faisant référence à un des candidats de l'ANP aux élections.

Un autre haut responsable de la police, Kaukab Farooqi, a confirmé que Haroon Bilour avait été tué dans cette attaque. Selon la police l'explosion est survenue au moment où l'homme politique s'apprêtait à s'adresser à quelque 200 partisans. Mohammad Khorasani, un porte-parole du groupe Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), les talibans pakistanais, a revendiqué l'attaque, précisant que les insurgés avaient "déjà déclaré la guerre" à l'ANP et appelant le public à s'en tenir éloigné sous peine d'être "responsable de sa propre perte".

Haroon Bilour, avocat de profession, appartenait à une influente famille politique de la province de Khyber-Pakhtunkhwa dont Peshawar est la capitale. Son père, Bashir Bilour, également un homme politique connu, avait été tué dans un attentat-suicide en 2012. Des avocats de Peshawar ont annoncé une grève pour protester et faire le deuil de leur collègue. Des commerçants locaux ont également annoncé une grève. La veille, un porte-parole de l'armée pakistanaise avait indiqué que des menaces planaient sur la campagne pour les législatives du 25 juillet et que plus de 370.000 hommes seraient déployés le jour du vote.
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Ven 13 Juil 2018 - 11:21

Une frappe aérienne dans l'est de la Syrie fait au moins 54 morts
Par Le Figaro.fr avec Reuters Mis à jour le 13/07/2018 à 13:42 Publié le 13/07/2018 à 08:22
Une frappe aérienne visant une zone de l'est de la Syrie, à quelques kilomètres de la frontière avec l'Irak, a fait 54 victimes, dont 28 civils et des militants du groupe Etat islamique (EI), a déclaré aujourd'hui l'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH). La plupart des civils morts étaient irakiens, a dit par téléphone Rami Abdulrahman, directeur de l'OSDH, ajoutant que la frappe avait vraisemblablement été menée par la coalition internationale sous commandement des Etats-Unis combattant l'Etat islamique ou par des forces irakiennes agissant de concert avec elle.

Plus tôt dans la matinée, l'agence de presse publique syrienne SANA et le journal al-Watan, en faveur du régime du président Bachar al Assad, avaient rapporté que la coalition était responsable de la frappe. Personne de la coalition n'était joignable dans l'immédiat.
La coalition lutte pour venir à bout des derniers vestiges de l'Etat islamique en soutien aux Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance arabo-kurde.

Nicaragua: quatre policiers et un manifestant tués
Par Le Figaro.fr avec AFP Mis à jour le 13/07/2018 à 06:55 Publié le 13/07/2018 à 06:52
Quatre policiers et un manifestant ont été tués jeudi lors de heurts à Morrito, dans le sud-est du Nicaragua, pays où les violences ont fait plus de 260 morts en trois mois de manifestations contre le président Daniel Ortega, a-t-on appris de source humanitaire.

"Cinq personnes ont été tuées dans des affrontements à Morrito, dont quatre policiers et un manifestant", a dit à l'AFP sans fournir davantage de détails, Vilma Nunez, la présidente du Centre nicaraguayen des droits de l'homme (Cenidh).

Selon des informations préliminaires, les incidents se sont produits lorsque des manifestants ont marché à proximité d'un commissariat de police.

La dirigeante d'un mouvement de la société civile, Francisca Ramirez, a affirmé que les manifestants ont été "attaqués par des paramilitaires" et que certains d'entre eux, qui étaient armés, ont riposté par des tirs.

La police n'a pas pour l'instant commenté ces incidents, mais auparavant, à plusieurs reprises, elle a accusé les manifestants anti-Ortega d'appartenir à des "gangs criminels" auteurs de meurtres, de vols et d'enlèvements.

Morrito, une localité de 6.000 habitants, se trouve dans une région agricole où généralement les paysans sont armés pour protéger leurs terres.

LIRE AUSSI - Le Nicaragua s'enfonce dans la violence

Les manifestations au Nicaragua ont éclaté le 18 avril contre une réforme du système des retraites, abandonnée par le pouvoir, mais elles se sont poursuivies pour réclamer le départ du président Ortega, au pouvoir depuis 2007 et pour la troisième période consécutive. Ce dernier est accusé d'avoir instauré une dictature avec son épouse et vice-présidente, Rosario Murillo.

Daniel Ortega a accusé les manifestants de fomenter un "coup d'Etat".
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Re: Très peu de parties du monde seront préservées des guerres et des rumeurs de discorde.

Message  antoine le Dim 15 Juil 2018 - 3:38

Nicaragua: nuit de terreur pour les étudiants assiégés dans une Eglise
AFP
Modifié le 15/07/2018 à 09:33 - Publié le 15/07/2018 à 07:33 | AFP
ABONNEZ-VOUS
Nicaragua: nuit de terreur pour les étudiants assiégés dans une EgliseNicaragua: nuit de terreur pour les étudiants assiégés dans une Eglise ©️ AFP / INTI OCON
"Les balles sifflaient au-dessus de nos têtes", raconte, visage couvert, un des 200 étudiants rescapés d'une attaque des forces progouvernementales contre une église de Managua, qui a fait deux morts samedi, dans un nouvel épisode des violences qui secouent le Nicaragua depuis trois mois.

Après le début de l'attaque menée par des paramilitaires vendredi vers midi, les étudiants, d'abord retranchés au sein de l'Université nationale autonome du Nicaragua (UNAN), la principale du pays, ont vécu près de 20 heures de terreur dans l'église de la Divine Miséricorde, où ils avaient trouvé refuge, à l'est de la capitale.

Les paramilitaires, visages masqués, "nous ont attaqués sans pitié, et ont essayé par deux fois de brûler l'église alors que nous étions à l'intérieur", détaille à l'AFP le jeune homme, qui par précaution préfère être appelé "el Negro" ("le Noir").

L'opération, menée avec des armes de guerre, a fait deux morts et 14 blessés, selon le cardinal de Managua, Mgr Leopoldo Brenes, qui a mené la mission d'évacuation des étudiants assiégés.

"Ils n'ont pas respecté l'église, ni l'image de la Vierge ni celle du Christ, ils ont tout détruit, les murs sont criblés" de balles, a ajouté l'étudiant.

Les étudiants ont finalement bravé les tirs à l'aube, samedi: "Nous sommes sortis pour éteindre le feu qui embrasait l'église, avec tout le monde à l'intérieur", a déclaré le jeune homme, attendant avec impatience de retrouver sa mère, qu'il n'a plus vue depuis deux mois.

"Beaucoup d'impuissance"
Auparavant, à l'université, il a ressenti avec ses camarades le souffle de l'explosion d'une grenade qui a démoli la porte d'entrée, ouvrant le passage aux paramilitaires qui les ont délogés.

Malgré les moments d'extrême tension, "je n'ai pas eu peur, mais j'ai ressenti beaucoup d'impuissance parce qu'ils nous attaquaient avec des fusils d'assaut AK47, des (fusils de sniper) Dragunov et des grenades; nous n'avions que des mortiers artisanaux et des barricades", raconte un autre étudiant.

"Ils ont tué Gerald Velázquez d'un tir à la tête, nous ne pouvions rien faire et nous l'avons perdu", a déclaré, atterré, ce jeune homme de 22 ans, préférant rester anonyme, et déterminé à continuer la lutte pour que le président Daniel Ortega quitte le pouvoir.

Les étudiants sont le fer de lance d'un mouvement massif de protestation déclenché le 18 avril contre le président Ortega, 72 ans, arrivé à la tête du Nicaragua en 2007, après l'avoir déjà dirigé de 1979 à 1990.

Il est accusé d'avoir mis en place avec son épouse Rosario Murillo, vice-présidente, une "dictature" marquée par la corruption et le népotisme, et d'avoir violemment réprimé les manifestations des opposants réclamant son départ, ou des élections anticipées.

"Ils nous ont coupé l'électricité, et ils ont commencé à nous tirer dans la tête (...) J'ai vu tomber un de mes camarades de classe (Velázquez). Comme il faisait nuit, nous avons appris seulement au matin qu'un autre camarade avait trouvé la mort", raconte un autre étudiant, titubant, jambe bandée.

Avant le siège mené par la police et les groupes pro-gouvernementaux, l'UNAN constituait le dernier bastion de la révolte estudiantine, les jeunes manifestants ayant décidé de quitter les locaux de l'Université Polytechnique (UPOLI).

"J'étais à l'UPOLI, mais après avoir quitté les lieux, je ne savais pas où aller. J'ai vu mourir de nombreux camarades à mes côtés, je ne peux pas rester les bras croisés", déclare un étudiant ingénieur, disant s'appeler Geyko et être âgé de 24 ans.

Applaudis à la sortie
Grâce à l'intervention du clergé, les étudiants ont finalement réussi à sortir de l'église assiégée samedi matin. Devant l'édifice, se trouvaient le cardinal Brenes et des membres de la Commission interaméricaine des Droits de l'Homme (CIDH) et du Haut Commissariat de l'ONU aux Droits de l'Homme.

Deux bus plein d'étudiants, accompagnés d'ambulances de la Croix-Rouge transportant les blessés, ont fait leur entrée dans les jardins de la cathédrale de Managua, accueillis par la clameur de centaines de familles et amis, applaudissant en larmes.

Au milieu des cris de soutien de la foule, le père de Gerald Velázquez, l'un des étudiants abattus, est arrivé à la cathédrale pour récupérer le cadavre de son fils.

Au total, plus de 270 personnes ont trouvé la mort et quelque 2.000 ont été blessées dans les violences qui secouent le Nicaragua depuis trois mois, selon la Commission interaméricaine des droits de l'homme (CIDH).

15/07/2018 09:32:17 - Managua (AFP) - ©️ 2018 AFP
avatar
antoine
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.
Septième Demeure : C'est l'Union transformante. Je vis la chasteté et la charité parfaites.

Messages : 2802
Date d'inscription : 13/08/2011

Revenir en haut Aller en bas

Page 46 sur 46 Précédent  1 ... 24 ... 44, 45, 46

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum