Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !"
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !"

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Aller en bas

Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !" Empty Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !"

Message  Poirot le Lun 12 Déc 2011 - 18:30

"ULTIME AVERTISSEMENT AU MONDE"
par Don Raymond
Editions Hovine Belgique
- 1995 -


Et Pierre se ressouvint de la parole du Seigneur qui lui avait dit:
“Avant que le coq chante aujourd’hui, tu m’auras renié trois fois.”
Et sortant dehors, il pleura amèrement.
(Luc 22,61-62)


ULTIME AVERTISSEMENT AU MONDE

Le temps passe vite et nous sommes désormais si près des événements annoncés qu'il n'est plus temps, selon l'expression consacrée de "faire de la littérature". Sans doute nous accusera-t-on de chercher à effrayer le monde, de tenter de convertir par la crainte, d'oublier que Dieu est Amour. Nous assumons devant le Seigneur nos propos, et en acceptons d'avance toutes les conséquences. Plus que d’envisager une campagne médiatique de prises de paroles et conférences, notre volonté est, ici, d’offrir au lecteur un ouvrage le plus clair et documenté possible, permettant le recul nécessaire, l’approfondissement, hors du danger bien évident aujourd’hui de toute personnalisation. Pour cela, nous ne reviendrons pas sur certaines questions de foi générales, abordées dans notre précédent ouvrage "L'heure des ténèbres" (1) . Mais, face à l’illusion grandissante et aux événements récents qui la confirment, nous reprendrons, développerons et étofferons celles qui justifient prioritairement les mises en garde actuelles. Une bibliographie particulière des "livres utiles", indiquera au lecteur la source de nos informations, lui permettant tous les reports et approfondissements nécessaires.

Faites connaître ce livre à vos parents, à vos amis, au plus grand nombre. Offrez-le sans préjugés à ceux qui sont loin de Dieu car Sa Miséricorde infinie peut faire des miracles. Demeurez dans la Paix. Préparez-vous en demeurant également vigilant par rapport aux informations nationales ou internationales. Ne vous laissez pas distraire. Pour cela relisez les messages autant de fois qu'il sera nécessaire. Et méditez-les. Mettez les sans attendre en pratique.

Puisse Dieu nous réunir en Son Amour.

Don Raymond, le 28 mars 1995.
1- Éd. Hovine.



“LA MARCHE DU SIECLE” ET LA MORALE PLANÉTAIRE

Cher monsieur, enfin, vous vous trompez ! toutes ces catastrophes que vous nous annoncez, le monde les a déjà connues! Vous agitez des peurs ancestrales ! millénaristes ! Le monde n'est ni meilleur, ni pire qu'avant ! Il en a toujours été ainsi et il en sera toujours de même.

Tel est le langage des média, vous l'avez souvent entendu, vous partagez même peut-être certaines de ces affirmations. En tout cas vous doutez, car vous ne percevez pour le moment aucun des symptomes véritablement inquiétants qui vous amèneraient à remettre en cause votre propre jugement "de bon sens" : certes, la situation n’est peut-être pas tout a fait celle que nous avons connu dans les dernières décennies, mais pourquoi se tracasser ? pourquoi tout à coup tout dramatiser ? avec un peu de patience, de courage et d’optimisme, avec nos week-ends au soleil et nos bons divertissements télévisés pour se changer les idées, tout finira bien par s’arranger, n'est-ce pas? On en a vu d’autres : ce n’est pas une petite crise parmi tant d’autres depuis que le monde est monde, qui empêchera le soleil de tourner. Et tout reprendra, tout continuera comme avant, car il est évident que rien n'arrête le progrès...

La question est précisément de savoir quel point de repère on utilise pour dresser ce constat. Sur la crise actuelle dont on ne peut se dissimuler l'ampleur universelle, les observateurs s'accorderont au moins sur trois points :

-le marasme de l’emploi.
-le malaise profond de la jeunesse inquiète pour son avenir.
-l'insécurité qu'elle entraîne, pour elle comme pour la société.

Ce premier constat est celui qui inspire en général les programmes politiques; pour y faire face, les partis présentent des solutions théoriquement adaptées à la situation nouvelle; hélas, l'expérience démontre peu à peu qu'aucune n'est réellement viable : si rien n'arrête le progrès, rien n'arrête non plus la progression de ces trois préoccupations...
Pire ! rien ne permet d'espérer actuellement un retour en arrière.
Car la crise n'est pas politique, mais MORALE.


C'est précisément l'absence de vraie morale qui rejaillit aujourd’hui sur la politique, et non l’inverse. Il ne suffit pas, en effet, de légiférer, de parler de régime démocratique ou social. La garantie d’efficacité et de stabilité de tout régime, quel qu'il soit, république, monarchie, oligarchie, c'est avant tout et par dessus tout LA MORALE. En dépit des sociétés ou des époques, le bonheur de l’homme réside précisément dans le partage des sentiments avant même le partage matériel qui ne fait que le confirmer : malgré quelques désillusions existentielles ou froideur misanthropique cachant toujours en fait de douloureuses blessures, on ne peut être heureux TOUT SEUL. Par contre on est malheureux quand on est vraiment seul, les exemples de SOLITUDE se multipliant de manière alarmante dans notre société “libérée”. Combien n’est-il point révélateur de constater dans les enquêtes récente sur les “Sans Domiciles Fixes” (déc. 1994), que ces derniers, malgré le froid de l’hiver, l’absence d’hygiène et du moindre confort matériel (déjà terribles), souffrent bien plus de SOLITUDE ! Point donc besoin d’enquête complémentaire pour conclure que d’autres personnes, non nécessairement dans la rue, subissent tout autant ce mal.

Comment a-t-on pu en arriver là, en un temps où précisément les moyens dits de “communication” se sont démesurément développés. Communication à distance sous toutes ses formes ! Moyens de déplacements inimaginables il y a encore un siècle ! et pourtant... D’où vient la solitude actuelle ? Quelle est sa cause réelle, puisque ceux qui l’éprouvent ne placent pas en premier leurs conditions matérielles de vie particulièrement déplorables ? N’est-ce pas là le plus grand des PARADOXES, et la base prioritaire de toute véritable réflexion ? La solitude est bien le stade extrême de l’absence de confiance. Le plus grand des malheurs n’est donc pas l’inconfort matériel, mais l’inconfort sentimental au sens le plus large du terme. Ne plus être aimé de personne, ne plus se savoir aimé de la société toute entière ! N’avoir aucune main à serrer ! Aucun visage où arrêter ses yeux ! Aucune personne à attendre. N’être plus attendu de personne. Vu de personne. Crier sans voix jusqu’à aimer se taire. S’endormir dans les bruits de la rue... Rèver que l’on a TOUT RÉVÉ ! Que TOUT RECOMMENCE !...
Ah ! Maudit jour qui oblige à ouvrir les yeux...

Seule L’ABSENCE DE MORALE de notre société prisonnière de sa course à l’éphémère, a pu produire une telle OEUVRE DE DESTRUCTION ! L’ABSENCE DE MORALE n’est-elle autre chose qu’ABSENCE D’AMOUR ? La morale nous confronte à un code visible dont chacun des points illustre le commandement qui les résume tous : “tu aimeras ton prochain comme toi-même”. On ne peut donc faire un vrai bilan moral de notre siècle sans comprendre que tous les points brièvement énumérés ici, constituent autant de perversions de ce commandement central :


POUVOIR DE DÉTRUIRE LA PLANETE PAR L’ENERGIE ATOMIQUE

La première bombe lancée sur Hiroshima le 6 août 1945, a ouvert une ère nouvelle d’infamie pour l’homme. Or depuis, et aujourd’hui encore, les recherches militaires se sont amplifiées et le nombre des états possesseurs de la bombe atomique a grandi. Plusieurs pays du tiers-monde particulièrement endettés, la possèdent. Par ailleurs d’autres armements chimiques ou bactériologiques tout aussi terrifiants et tenus encore secrets dans l’attente de leur “inauguration”, se sont développés.


IRRESPECT ECOLOGIQUE

Pollution générale de l'air, de l'eau, de la terre : Tchernobyl, Bhopal, Seveso, déchets radio-actifs, fonds marins, rivières, pollutions industrielles, agricoles, urbaines, domestiques, trou dans la couche d’ozone protectrice de la terre, pyralène, constructions en zones dangereuses, sismiques, inondables, etc, etc... Autant de points dont chacun produirait un dossier accablant, clichés de détresse à l’appui. En U.R.S.S., plus de 600 explosions nucléaires souterraines, révélées par un scientifique russe, ont provoqué la pollution des nappes d’eau dont les remontées ont propagé de graves maladies. Qui dédommagera les millions de victimes de ces catastrophes provoquées par l’homme ? Comment pourra-t-on jamais nettoyer les fonds marins où reposent de véritables fléaux latents capables de détruire les océans et ainsi compromettre la vie même sur notre planète ? Qui et quand rendra-t-on la pureté à nos rivières constituant à 80% la source de nos prélèvements pour la fabrication d’eau potable ?


PAUVRETÉ ET FAIM DANS LE MONDE

En 1976, la Banque Mondiale dénombrait déjà dans le monde au moins 900 millions d’individus vivant dans une pauvreté abolue. On les trouvait dans les pays en voie de développement où ils représentaient 40% de la population. Mais dans les pays développés eux-mêmes, malgré la croissance économique et l’amélioration du bien-être social, leur nombre s’élevait à environ 20 millions. Dans les nations les plus pauvres du monde, le taux de nutrition est pour une personne sur deux, au dessous du minimum acceptable, et des millions d’enfants manquent de protéines nécessaires au développement normal du cerveau. Telle est la pauveté dans le monde actuel, lequel, se compose surtout de jeunes: 50% de la population totale a moins de 15 ans ! Hélas, depuis la situation s’est considérablement aggravée.


CORRUPTION GENERALISÉE

- MAFFIAS, camora et réseaux internationaux : trafic d'armes et drogues (bien des nations “respectables” sont compromises); saisies d’héroïne de plus en plus importantes.

- POLITIQUE : corruption à tous les niveaux : chefs d’états, ministres, députés, diplomates, hauts fonctionnaires...

- BANQUES, FINANCE : blanchiment de l'argent sale de la drogue, délits d'initiés, etc...

- JUSTICE : règlements de comptes politiques, pressions financières, corruption; absence de recul pour juger : affaires médiatisées et traitées sur la voie publique en fonction des sondages ou du baromètre de l’opinion publique...

- MÉDECINE : sang contaminé, “guerre des cliniques”, dessous de table, trusts phramaceutiques, détournement de dons (les notes de frais de l’ARC, Association pour la Recherche contre le Cancer, représentaient en fait les 2/3 des dons; frais de voyages, hôtels, restaurants, des dignitaires de l’Association..), trafic des dons d'organes...

- SPORT : caisses noires, "achats" de joueurs ou d'arbitres, dopage sous toutes ses formes chimiques ou médicales (transfusions, emphétamines, excitants mal connus), violence des supporters ou des joueurs, règne de l'argent et de la publicité, récompenses, prix, paies et primes immorales... Le pire a peut-être été (provisoirement) atteint avec le scandale des toutes jeunes athlètes russes aux Jeux Olympiques de Mexico : le premier temps de la grossesse augmentant les capacités physiques, leurs dirigeants les avaient obligées à être enceintes sous peine d’exclusion de la compétition; après leur moisson de médailles, à leur retour, ils les firent avorter !


AUGMENTATION DES VOLS, DES CRIMES, DE L’INSÉCURITÉ

On ne peut même plus les comptabiliser dans les pays pauvres comme le Brésil ! Pour la France, selon les statistiques déjà anciennes (1990) du Service d’Information du Ministère de l’Intérieur, on recense :
3.492.712 vols en France par an; soit :
1 vol toutes les 15 secondes !
1.207 cambriolages par jour : 1 toutes les 70 secondes !
1 vol sur 2 avec vandalisme !
1 vol sur 3 avec agression !
Enfants et viellards “rackettés”...


EMPRISE UNIVERSELLE DU SEXE ET MORALISATION DE L’INFIDÉLITÉ PROPAGÉ PAR TOUS LES MOYENS MODERNES

-Cinéma, télévision, publicité (écrite, parlée, filmée, affichée), téléphone rose, minitel rose, sex-shop, eros-center et autres salons de soins particuliers, détente, techniques “nouvelles” de relaxation, massages spécialisés...
Prolifération des couples échangistes : toute perversion s’accompagne généralement d’un commerce résultant ici du coût de la “mise en scène” de ce lamentable théâtre sexuel : lieux d'accueils reconnus pour les “acteurs”, publicité en totale expansion dans les journaux, revues ou "gratuits" directement accessibles aux ENFANTS MINEURS malgré la LOI qui, “en principe”, les protège de toute incitation à la débauche.
L’ÉTAT, premier proxénète, encaisse les taxes particulièrement lucratives du minitel rose et de toutes les activités pornographiques...
A noter qu’il n’existe en France aucune réglementation concernant la location ou la vente des vidéo-cassettes pornographiques aux MINEURS.


PROMOTION DE L’HOMOSEXUALITÉ ET MARGINALISATION DE LA FAMILLE

Ces deux phénomènes étroitement liés, sont les conséquences de cette pseudo-libération sexuelle. 1994, Année mondiale de la famille, aura vu les plus grandes manifestations d'homosexuels à New-York pendant la coupe du monde de foot-ball : 1 million de personnes dans les rues... Les commentateurs eux-mêmes font état des “excellents” chiffres : 1 américain sur 10 est homosexuel !

Or, les homosexuels, ne se bornent pas à revendiquer leur “différence”, ils s’en donnent les moyens : Magazines “gais” spécialisés, revues et spectacles “gais”, restaurants “gais”, clubs et discothèques “gais”, minitel et téléphone “gais”... Possessseurs de nombreuses revues spécialisées, ils ont bien compris qu’ils ne pouvaient assurer leur reconnaissance et leur promotion sans campagne adaptée dans la presse traditionnelle internationale. C’est pourquoi ils ont investi financièrement dans les média et la publicité. Des magazines et revues “grand public” se voient donc imposer des articles favorisant cette perversion assimilée à la cellule familiale. Le terrain préparé par la manipulation des consciences et la loi de l’argent, arrivent tout naturellement les lois pour entériner cette “parité”. Les trois pays scandinaves d’Europe (Danemark, Norvège, Suède) mettent par exemple sur le même plan juridique les couples et les associations d’homosexuels. Rapportant le “mariage” de deux homosexuels suédois, le 2 janvier 1995, les média français se réjouiront de cette “normalisation”: la loi leur permet désormais d’hériter dans les mêmes conditions que le couple. L’on projette maintenant d’accorder l’adoption aux homosexuel(le)s en oubliant LE DROIT DE L’ENFANT à jouir de VRAIS PARENTS.

Si l’homosexualité a effectivement toujours existé dans les sociétés anciennes ou récentes, elle était cependant infiniment minoritaire. L’ORDRE NATUREL DU COUPLE, fort et stable, permettait ainsi d’intégrer toutes les maginalités. Mais à partir du moment où cet ordre se trouve remis en cause et lui-même finalement maginalisé, on doit raisonnablement s’attendre aux conséquences inévitables de ce déséquilibre. Force nous est de reconnaître que nous nous trouvons, en effet, devant une dégradation morale d’UNE AMPLEUR UNIVERSELLE TOTALEMENT INCONNUE A CE JOUR.

Or, l’on ne pourra jamais changer l’ORDRE NATUREL par un ORDRE ARTIFICIEL ou INTELLECTUEL quel qu’il soit, sans que la société elle-même ne s’écroule et que la nature ne finisse par reprendre le dessus. Cela s’est déjà vu dans l’antiquité, avec la fin de la culture grecque ou la chute de l’empire romain plongé dans la débauche...


DESTRUCTION DE LA FAMILLE ET INSTABILITÉ SOCIALE

Ainsi, oserons-nous encore longtemps parler de COHÉSION SOCIALE et d’EMPLOI, alors qu’il n’y a PLUS DE MORALE pour les garantir ? Car LA STABILITÉ DE L’EMPLOI est du domaine de LA FIDÉLITÉ. Lorsque les média de l’univers détruisent L’IMAGE FAMILIALE DU COUPLE, CELLULE DE BASE DE LA SOCIÉTÉ, comment la société pourraît-elle désormais continuer à croire à la notion humaine de FIDÉLITÉ DANS L’ENTREPRISE ?! Comment un “patron” qui ne fait pas de sentiment avec sa femme ou ses enfants, en ferait il avec ses employés ? Comme des employés qui ne font pas de sacrifice pour leur conjoint en feraient-ils pour leur “employeur”? Ceci explique cela. Or, que n’entend-on citer les droits de l’homme par les hommes politiques et associations diverses ?! Rappelons cet article mille fois bafoué par l’hypocrisie des états dits civilisés :

“Article XVI-3° - LA FAMILLE est l’élément NATUREL et FONDAMENTAL de la société et a droit à LA PROTECTION DE LA SOCIÉTÉ ET DE L’ÉTAT.”
Corrolaire accablant :
“Article XXX- Aucune disposition de la présente Déclaration ne peut être interprétée comme impliquant pour un Etat, un groupement ou un individu un droit quelconque de se livrer à un activité ou d’accomplir un acte visant à la DESTRUCTION DES DROITS ET DES LIBERTÉS qui y sont énoncés.”


LE SIDA CONSEQUENCE DE “LA CULTURE DE L’INFIDÉLITÉ”

Tous les continents sont touchés. L’Organisation Mondiale de la Santé estime qu’avant l’an 2.000, des millions d’africains seront morts du SIDA : malgré l’ampleur de la catastrophe, les effets de cette dévastation ne font que commencer à se manifester en Afrique ! Au centre du continent, le SIDA a déjà atteint LES PROPORTIONS pandémiques de 70% des POPULATIONS. Les statistiques laisent apparaître tout aussi désespérément que PLUSIEURS VILLES D’ASIE subiront LE MEME SORT. La PROGRESSION MONDIALE du fléau révélée par les chiffres de l’O.M.S. est terrifiante:
1993 : 2,5 millions.
1994 (juillet) : 4 millions !

Dans son ouvrage “SIDA : Rage et Réalité” , Gene Antonio écrit :
“Le SIDA est LA PIRE MENACE de l’ère moderne pour la race humaine. Le SIDA a le potentiel de faire autour du monde PLUS DE VICTIMES QUE LES DEUX GUERRES MONDIALES RÉUNIES !... Il est évident que le SIDA est devenu une MALADIE POLITIQUEMENT PROTÉGÉE. La priorité fondamentale d’un gouvernement qui est celle de préserver le bien-être de la société, a été complètement inversée. En d’autres mots, LE CONFORT ET L’INTIMITÉ SEXUELLE de ceux qui sont INFECTÉS du SIDA, PRÉVALENT SUR LES DROITS DES MEMBRES de la société qui ne sont PAS INFECTÉS.”

Le Dr Arthur Mann, Directeur du Centre International du SIDA, à l’Université de Harvard, estime quant à lui, que “LA MALADIE N’A PAS ENCORE ATTEINT SON PAROXYSME et touchera TOUTES LES NATIONS AVANT L’AN 2.000.”

Le Dr John Platt, biophysicien, complète cette appréciation : “Certaines nations seront dévastées, d’autres très affaiblies et certaines presque intouchées. Celles qui souffriront le moins DOMINERONT par la suite, comme ce fut le cas à la suite des épidémies dans l’histoire. En comparaison avec ce fléau, les problèmes de surpopulation, de famines, de destruction de l’environnement ou de l’extinction des espèces animales et végétales, ne sembleront que PRÉOCCUPATIONS MINEURES.” (Gene Antonio, AIDS: Rage and Reality, Why Silence is Deadly, Anchor Books, Dallas, Texas)


RÉSEAUX MONDIAUX DE PROSTITUTION ENFANTINE
EN PLEIN DÉVELOPPEMENT

La prostitution enfantine touche près de 2 MILLIONS d’enfants dans le monde : Asie, Brésil, pays occidentaux...
En France, 5 à 6 enfants et jeunes majeurs disparaissent à jamais tous les jours. C’est comme si chaque année, l’effectif de deux collèges de MILLE ELEVES était ANÉANTI !

Le magazine “gai” international “Spartacus” propose sous forme codée aux touristes amateurs de chair fraîche, les “services” de TOUT JEUNES ENFANTS... Selon les sommes, les visiteurs pourront disposer de FILLETTES VIERGES marquées à vie, de GARCONNETS formés de force à TOUS LES VICES des consommateurs. Non seulement l’horreur, mais L’ENFER ! pour ces enfant soumis à toutes les perversions et guettés par le SIDA !
Or le VIOL DES ENFANTS n’est pas un phénomène juxtaposé ou parallèle à ces pratiques, mais l’ABOUTISSEMENT LOGIQUE d’une recherche toujours plus grande de plaisir dans lequel LA VIRGINITÉ ou L’INNOCENCE suscitent précisément LE VICE SUPREME des homosexuels et échangistes blasés par leurs étreintes sans renouvellement.
On tend à oublier aussi que dans ces même “paradis”, plus de 200 millions d’enfants travaillent POUR RIEN, afin de fabriquer nos vêtements ou nos chaussures...


MINITEL VERT DES ENFANTS MARTYRS SATURÉ

Les incestes, les viols, les coups et mauvais traitements, sont les motifs de ces appels quotidiens, dont un tiers seulement arrive à destination; et très peu à un résultat concret.
-1 viol toutes les dix minutes en France !
-Age des victimes d’INCESTE, de plus en plus bas : jusqu’à CINQ MOIS seulement !
On ne peut se borner à déplorer ces actes sans condamner la pseudo-libération sexuelle qui insidieusement en vient à déséquilibrer l’homme, en faisant primer la pulsion érotique sur la qualité de l’approche sentimentale.


MULTIPLICATION DES SUICIDES

Pour une même catégorie d’âge, les suicides de JEUNES GENS sont plus élevés que les accidents de la route ! On peut y voir le triple effet de la morale actuelle :
-absence de communication avec les parents et manque d’amour véritable;
-inadaptation de l’enfant à l’effort qui le rend encore plus vulnérable.
-corruption de la jeunesse par les media et “educateurs” sans morale : sexualité hypertrophiée au détriment des sentiments; promotion du matérialisme et rejet de la spiritualité.


NON-RESPECT DES PERSONNES AGÉES

Ce rejet ira en s’amplifiant avec le mépris de la famille. Il suffit de voir le ton sur lequel, aujourd’hui, les enfants parlent à leurs parents ou grands parents, comme en témoignent reportages ou films. On multiplierait à l’infini, la traduction de ces exemples dans la vie courante : dans les transports en commun, par exemple, ils ne cèderont certainement pas leur place à des personnes âgées; leurs parents ou “éducateurs” n’ont pas dû le leur apprendre. Réponse irritée des jeunes pourfendeurs de l’exclusion : “J’ai payé ma place !” Inutile donc d’insister davantage sur ces “détails” sans doute trop révélateurs, qui font désormais partie des acquits de notre civilisation actuelle.


PROLIFÉRATION DES MAISONS DE RETRAITE-MOUROIRS

c’est la conséquence logique de la réalité familiale. Que ne se plaît-on à souligner le progrès en ce domaine : combien n’a-t-on pas construit ou équipé de ces maisons dont on vente le confort, le bien-être des pensionnaires, les activités passionnantes ! Hélas, tout ce prétendu luxe, ne cache en fait que LA PAUVRETÉ et LA SÉCHERESSE DE COEUR de notre société. Dans ces asiles aux noms enchanteurs, on voit les personnes âgées faire lentement les cent pas dans les couloirs ou devant les bâtiments, dans l’espoir de la visite raréfiée de leurs enfants ou petits-enfants... qui pourtant leur doivent la vie. Avec un sourire mélancolique, ils excusent toujours bien sûr ceux qui ont tant de travail en cette vie dure, tant de soucis ! (mais aussi les vacances à la neige ou à la plage, le dernier match à la télévision, la sortie en “boîte”, passons...) Combien d’heures s’écoulent à revivre le temps heureux de la maison paternelle, de la table familiale où selon leurs moyens, ils gâtaient leurs fils ou leurs filles (trop sans doute) afin qu’ils réussissent dans la vie. Combien de soirs et de soirs, tombent sur leurs épaules voûtées par la résignation à cette absence...

Enfants, vous-êtes vous demandé à quoi rèvent vos vieux parents, là bas, dans leur chambre où vos photos tout près de leur lit, sont leur seule, vraie, et dernière richesse ? Leur chambre au numéro inscrit sur la porte, qui pourrait être un jour la vôtre. Qui sera peut-être la vôtre. Enfants, ah, combien vous êtes éloquents, lorsque vous parlez avec passion de l’injustice du monde, du partage, et de “l’exclusion”...


Dernière édition par Hercule le Mer 14 Déc 2011 - 18:10, édité 4 fois
Poirot
Poirot
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.

Messages : 93
Date d'inscription : 29/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !" Empty Re: Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !"

Message  Poirot le Lun 12 Déc 2011 - 18:33

"ULTIME AVERTISSEMENT AU MONDE"
par Don Raymond
Editions Hovine Belgique
- 1995 -


MEDIA ET SPIRITUALITÉ


LE CHRIST SANS LA CROIX

En fait, dans notre société dite "moderne”, de “progrès” ou encore de “communication”, comment LE JUGEMENT s'exerce-t-il ?

Essentiellement, comme nous le voyons, par les média. La télévision a pris une place démesurée, envahissant les foyers “qui regardent dans la même direction”... leur petit écran ! Elle y crée l'illusion de la connaissance. Rien de plus pervers : tout y est abordé de manière superficielle en fonction de l'audimat. Pendant quelques jours, par exemple, l'attention demeurera centrée sur les malversations de tel président sportif; la semaine suivante, on s'intéressera au passé de tel chef d'état, aux attentats dans tel pays, à l'arrestation de tel terroriste international, puis à l'affrontement de deux hommes politiques, au déficit de telle société, etc.. Chacune des séquences est, comme il se doit, "solidement documentée" par la réaction de telle ou telle personnalité: une phrase (deux tout au plus) résumant arbitrairement sa position, l'ensemble englobé dans le commentaire partial du présentateur. Et voilà comment le spectateur connaît tout maintenant de la situation et l'explique même à son voisin !...

Pire encore pour les émissions dites "à thème" où la conclusion est pré-orientée par le choix toujours sectaire des participants. On pourra observer, par exemple dans le domaine médical si sensible, que certaines personnalités (en particulier tel Professeur, chirurgien et Prix international de cancérologie), ne sont pratiquement jamais invitées par crainte que leurs prises de position morales "rétrogrades" n’exercent un trop fort impact sur la jeunesse en l'empêchant d'explorer pleinement les charmes de la libération autodestructrice. Et si d'aventure on les invite c'est toujours bien sûr face à la cohorte majoritaire des philosophes et scientifiques garants de l'amoralité "progressiste". Le public indispensable au spectacle est pareillement sélectionné dans le sens de l’émission, de sorte que les défenseurs minoritaires de la morale, copieusement hués sans surprise, servent de faire-valoir aux “invités de choix”; le tout orchestré de manière à laisser croire à l’objectivité et ainsi à la prépondérance et normalité de la débauche...

Si pour ne point avoir de repères solides les jeunes et adolescents ne sont pas totalement responsables, on ne peut en dire autant des adultes qui ont préféré massivement le plaisir égoïste à l’amour, la corruption à l’honnêteté, et tentent maintenant d’imposer leur mode de vie à la jeunesse. En peu d’années, aux mains de professionnels sans vergogne, la télévision a fini par répandre son poison dans les zones rurales ou montagneuses jusque là protégées des expériences factices. En même temps elle a perverti plus facilement encore les pauvres des villes qui avaient naguère une parole et une morale. Ce que l’on considérait jadis comme la dérive de moeurs bourgeoises, est aujourd’hui revendiqué par les mêmes milieux qui autrefois la condamnaient !

Toujours plus grave, il reste maintenant à abattre la source inspiratrice de toute vraie morale : LE CHRIST Lui-même ! Or l’entreprise est beaucoup plus subtile car il ne s’agit pas de discuter son existence, mais de le ramener en fait aux conditions rassurantes d’un homme “comme tous les autres”. Un homme dont la compréhension, la bonté, la miséricorde, feraient de lui L’EXEMPLE REVE et LA CAUTION SUPREME à toute morale laxiste. Ainsi la première préoccupation consiste-t-elle à nier son Sacrifice, nier la Croix, car s’il y a don de la vie du Christ aux hommes, il y a nécessairement alors MORALE ET EXEMPLE CULPABILISANTS ! Tandis que le Christ sans la Croix, n’est plus qu’un philosophe ! On pourra donc disserter sur telle ou telle citation de l’Evangile en oubliant le Sacrifice qui l’éclaire, de manière à l’intégrer au contexte de notre société et justifier l’absence de morale au nom de sa propre “tolérance”.

Or, si Jésus aime les pécheurs et les pardonne, c’est bien précisément pour les inviter à CHANGER DE VIE : à la femme ADULTERE qu’il vient de sauver de la lapidation, il dira simplement: “Je ne te condamne pas. Va ! désormais NE PECHE PLUS !” (Jn 8,11) But inverse recherché par ceux qui, à défaut de mettre en pratique leurs idées généreuses, passent leur temps à la télévision ou dans les revues “branchées”, à jongler avec les mots de l’Evangile pour les détourner de leur véritable sens toujours très clair... L’un des disciples du Christ, écrivant aux Hébreux, prévient déjà sur ces déviations : “Jésus-Christ est LE MEME hier et aujourd’hui, IL LE SERA A JAMAIS.” (Hé 13,8) Rappellant, en ce sens, son enseignement éternel comme l’amour: “Que le Mariage soit honoré de TOUS et le lit conjugual sans tache; car DIEU JUGERA IMPUDIQUES ET ADULTERES.” (Hé 13,4)

Ayant abordé dans “L’heure des ténèbres”, plusieurs des scénarios blasphématoires de la vie de Jésus, nous n’en retiendrons qu’un à titre d’exemple : “L’homme qui devint Dieu” de Gérald Messadié; ce best-seller d’une incohérence affligeante a propulsé l’auteur en de nombreuses émissions télévisées où bien entendu il est accueilli en libérateur. A la suite de l’américain Spencer Lewis ou des auteurs de l’Énigme Sacrée (Michael Baigent, Richard Leigh, Henri Lincoln), Gérald Messadié n’hésite pas en effet à imaginer un simulacre au terme duquel Jésus réchappe à la croix grâce à la complicité de quelques comparses ! Pour cela, il fallait absolument que les blessures infligées ne fussent pas mortelles. Minimisant toute la Passion, le jeûne de la Semaine Sainte, l’agonie au jardin de Gethsémani, la flagellation, le couronnement d’épines et le portement de la croix, il ne lui restait qu’à contourner l’obstacle majeur : le coup de lance rapporté par St Jean qui, des quatre évangélistes était LE SEUL TÉMOIN OCULAIRE. Selon l’auteur qui prétend se référer à ce témoin privilégié, “il sortit de la blessure BEAUCOUP D’EAU et UN PEU DE SANG”, preuve que c’était seulement la plèvre qui avait été atteinte selon l’ordre de cet épanchement, et que Jésus n’était donc pas mort sur la croix ! (op. cit., éd R. Laffont, Livre de poche, p. 870-871)

Or ceci est EN OPPOSITION FORMELLE avec ce que dit St Jean, qui, lui, à la différence de l’auteur, était réellement SUR LES LIEUX :
“Arrivés à Jésus, voyant qu’il était DÉJA MORT, ils ne lui rompirent pas le jambes, mais l’un des soldats lui piqua le côté de sa lance, et aussitôt il en sortit DU SANG et DE L’EAU.” (Jn 19,33-34)

Traduction de l’original grec“haima kai hudôr”, du sang et de l’eau. Ainsi, où l’auteur a-t-il bien pu lire qu’il sortit de la blessure “BEAUCOUP d’eau et UN PEU de sang”? Et où a-t-il encore lu que l’eau sortit EN PREMIER et le sang APRES ?!...

Voilà donc qui suffit aujourd’hui pour bâtir un scénario grotesque, complètement contredit par l’observation de St Jean justifiant pour tous les spécialistes l’épanchement “post-mortem” du Christ. Jésus était bien mort quand il reçut le coup de lance. Et St Jean ajoute à cette constatation :
“CELUI QUI A VU a témoigné, et son témoignage est VRAI, et Celui-là sait qu’il dit VRAI, pour que vous aussi vous croyiez !” (Jn 19,35)
Accouru au tombeau avec Pierre à l’annonce de Marie-Madeleine, il répètera :
“IL VIT ET IL CRUT. Car ils n’avaient pas encore compris l’Ecriture, selon laquelle Jésus devait ressusciter des morts.” (Jn 20,8-9)
Le soir même, les portes du lieu étant fermées par crainte des Juifs, JÉSUS RESSUSCITÉ lui apparaîtra ainsi qu’aux disciples... (Jn 20,19)
La catastrophe pour un pseudo-scientifique (rédacteur en chef-adjoint de “Science et Vie”) est bien de bâtir un ouvrage de 800 pages sur une erreur aussi grave ! La question qui se pose est alors de savoir s’il s’agit d’une erreur involontaire, et donc pardonnable, ou d’une volonté délibérée de destruction. Or l’ouvrage recèle hélas bien d’autres phrases inconnues des évangiles, qui prouvent l’inexcusable montage...

Les média ne sont pas moins complaisants avec le journaliste Jacques Duquesne, ancien secrétaire général de l’Association catholique de la jeunesse et ancien patron de “La Vie” ex “catholique”, auteur d’une vie de Jésus, dans laquelle le surnaturel est nié. Texte saupoudré par ci, par là, de mots hébreux créant l’illusion de l’érudition, mais totale déliquescence sur le fond. Rien à voir avec les recherches de vrais biblistes, tels le Père Carmignac ou Claude Tresmontant.
A titre d’exemple caractéristique de cette négation du surnaturel, relevons simplement que la multiplication des pains a été permise par la femme de l’intendant d’Hérode qui, comme chacun le sait, était très riche et a financé l’opération ! Faisons donc l’effort d’entrer dans cette hypothèse absurde : la foule ayant été “rassasiée” (Jn 6,12; 6,26) par des pains, on peut imaginer que la nourriture par personne était au moins de 400 grammes pour une journée : soit 2 tonnes pour 5.000 personnes. Chaque famille juive cuisait son pain. Combien de personnes vivaient dans le palais d’Hérode? Combien aurait-il fallu de personnes pour cuire 5.000 pains? Comment Hérode aurait-il pu ignorer ou accepter la chose, lui qui cherchait à faire tuer Jésus comme l’en avertirent quelques Pharisiens: “Pars et va-t-en d’ici, car Hérode veut te tuer !” (Luc 8,31) Lui, contre lequel Jésus met en garde les disciples : “Gardez-vous du levain des Pharisiens et du levain d’Hérode !” (Mc 8,15) Avertissement qu’il oppose précisément dans le même passage à la multiplication des pains : “Vous ne vous rappelez-donc pas, quand j’ai rompu les 5 pains pour les 5.000, combien de couffins pleins de morceaux vous avez emportés?” (Mc 8,19) En ce paralléle révélateur, le “pain” de Jésus s’oppose donc indiscutablement au “levain” d’Hérode !
Or, plus invraisemblable encore, juste avant la Passion du Christ, Hérode le reçoit ainsi : “A la vue de Jésus, Hérode fut tout joyeux... Il espérait lui voir faire quelque MIRACLE !” (Luc 23,8) Nous lisons bien “Miracle”: preuve formelle qu’il ne pouvait être directement ou indirectement complice d’un gigantesque supercherie ayant permis de nourrir 5.000 personnes !
Quant aux Noces de Cana, dont l’auteur fait état dans ses tables rondes télévisées, évaluant la capacité des six jarres, il n’hésite pas à penser que c’est un des tours de prestidigitation bien connu à la portée du petit ami de Claudia Schiffer (sic !) Comment Messadié n’a-t-il pas fréquenté plus tôt Duquesne ?! On imagine pour “le coup de lance”, l’inspiration fertile du genre: “En fait la lance du soldat romain qui perça le flanc de Jésus était “télescopique” (n’y avez-vous franchement jamais pensé?); son embout creux contenait du sang et de l’eau déposés au même moment par le soldat soufflant discrètement à l’autre bout, etc, etc...” Si le grandiose miracle du soleil obervé à Fatima et jusqu’à 40 kilomètres de là, par plus de 70.000 personnes, avait été relaté dans les évangiles, nul doute que Duquesne aurait crié à l’affabulation !

Naturellement l’auteur continue à prétendre qu’il est catholique et qu’il a dû réellement se passer quelque chose au moment de la Résurrection. Or, qui peut le plus , peut le moins , “car RIEN n’est IMPOSSIBLE à Dieu !” (Luc 1,37) La Victoire sur la mort est tout autre chose qu’une expérience de magie ! La Victoire sur la mort, c’est la plus grande aventure de l’humanité, rendue possible par un Dieu qui s’est fait homme ! Seuls quelques théologiens ou journalistes limités, peuvent dénier à Dieu le pouvoir d’intervenir dans la Création qui est la Sienne, et plus encore, le faire totalement dépendre d’elle comme tout homme. Mais un Dieu dépendant de la nature est-il Dieu?

Ainsi, de deux choses l’une : ou Jésus est véritablement LE FILS DE DIEU et DIEU LUI-MEME, ou c’est un IMPOSTEUR. Un Christ qui réalise des tours de magie et les fait financer par l’argent d’amis qu’il “tape”, avec la complicité de ses disciples qui auraient, dans un cas distribué les pains, dans l’autre amené le vin aux serviteurs (?), n’est qu’un vulgaire CHARLATAN. Comment l’ENSEIGNEMENT du Fils de Dieu, pour des signes aussi grands que celui de Cana ou la multiplication des pains, et tout autre, reposerait-il sur des TOUR DE PASSE-PASSE ? Comment les apôtres auraient-ils pu consacrer leur vie à un tel individu, vivre précisément selon son enseignement, s’embarquer pour des pays étrangers afin de l’apporter aux autres, et finalement MOURIR POUR LUI ? Si nous êtions Duquesne n’aurions-nous pas honte de croire encore en un tel “GOGO” et à de tels COMPARSES FANATIQUES ! A moins, bien sûr, que notre morale ne soit à l’image de notre imagination douteuse... C’est pourquoi, sur son hypothèse des “Noces de Cana”, nous nous contenterons de renvoyer modestement le lecteur au chapitre spécial de notre ouvrage “L’heure des ténèbres”.


LA VIERGE SANS LA VIRGINITÉ

De ce livre fumeux, l’argument majeur que retiendront bien entendu ces animateurs de fortune, c’est bien le fait que “Jésus avait des frères” et donc que ”Marie n’était pas vierge”. Pour être mille fois ressassé sans nouveauté depuis Renan, voilà bien une révélation (le scoop !) faite pour recueillir les faveurs actuelles de l’audimat et secouer d’un petit rire hystérique ces cénacles de bonne compagnie. Car LA VIRGINITÉ DE MARIE ne peut que s’offrir en RAPPEL CULPABILISANT aux “disciples” libérés. Quoi de plus exécrable à nos féministes que LA PURETÉ de la Vierge, susceptible d’inspirer dangereusement nos jeunes filles, lesquelles, dès le plus jeune âge, ne devraient plus rien ignorer des manipulations scabreuses du préservatif ! Nous avons pareillement dans notre précédent ouvrage, consacré plusieurs chapitres détaillés à la virginité de Marie comme à la divinité de son Fils : c’est pourquoi nous ne répondrons ici que brièvement, espérant pouvoir un jour, si Dieu veut, publier, en collaboration avec quelques prêtres, théologiens, et scientifiques amis, une “vraie vie de Jésus” qui répondra à ces pitoyables écrits.

En ce qui concerne le terme biblique de “frère”, il n’est pas utile d’insister sur le fait que l’Ancien Testament témoigne en bien des passages de l’étendue des grandes familles d’Israël, quasiment générale en Orient, et souvent incompréhensible à nos familles actuelles parées du label “monoparental”. Ainsi en Palestine, les proches parents, cousins, oncles, tantes, beaux-frères et belles-soeurs, sont appelées “frères” ou “soeurs”. (Gn 13,8; 14,16; 29,15; etc..) Le livre de Tobit, l’un des derniers de l’Ancien Testament, éclaire notre discussion: l’original araméen a été perdu, mais nous disposons précisément de deux versions grecques (BA, S) rédigées peu avant la venue du Christ, vers le troisième ou deuxième siècle. Or, en un même passage (BA), Tobit est successivement appelé COUSIN (anepsios) et FRERE (adelphos) par Ragouël :
7,2. “Ragouël dit à Edna, sa femme : “Comme ce jeune homme resemble à MON COUSIN Tobit !”

7,4. “Il (Ragouël) leur dit : “Connaissez-vous mon FRERE Tobit?”

Equivalence qui se passe de tout commentaire !
(Dans un but de simplification, certaines traductions dont celle d’Osty, suppriment le mot “cousin” et répètent le mot “frère” à l’image de la version S, nous privant toutefois d’un exemple parlant qui n’oblige pas à nous référer à d’autres passages)

Mieux encore, à plusieurs reprises la “fille” de Ragouël, cousin de Tobit, qui va être donnée en mariage au jeune Tobias ou Tobie, fils de Tobit, est présentée comme sa SOEUR :
7,12. “Ragouël, père de Sarra, dit (à Tobias) : “Prends-là dès maintenant, conformément au droit; tu es son FRERE (adelphos ) et elle est ta SOEUR (adelphè ) “
En fait les deux époux sont fils de parents cousins ! (BA, S)
8,4. “Tobias se leva du lit et il dit (à Sarra, sa femme): “Lève-toi, ma SOEUR (adelphè)...”
8,7. (Tobias) : “Eh bien , Seigneur, ce n’est pas par fornication que je prends ma SOEUR (adelphè) que voici ...” (BA, S)
Enfin, Edna, femme de Ragouël, appelle son gendre Tobias: FRERE!
“Edna dit (à Tobias) : “FRERE bien-aimé, que le Seigneur du ciel te ramène et qu’il me donne de voir les enfants que tu auras de Sarra, ma FILLE...”

Or, il faut remarquer que le terme COUSIN n’est pas courant dans le texte grec du Nouveau Testament : on ne le rencontre qu’une seule fois dans l’épître de St Paul aux Colossiens (4,10) : “Aristarque, mon compagnon de captivité, vous salue; Marc aussi, le COUSIN (anepsios) de Barnabé.“

Si le terme COUSIN ne se rencontre pas dans les Évangiles, c’est à l’évidence que celui de FRERE, courant dans la langue araméenne parlée en Galilée à l’époque du Christ, le REMPLACE ! La raison en est simple : compte tenu de l’importance de Jésus, tous ses parents seront honorés et rappochés de Lui par ce terme autant affectueux qu’enviable, marquant à travers eux, le respect témoigné au Fils de Dieu par les évangélistes. Or, comme on peut le voir, Marc est présenté comme le cousin et non le frère de Barnabé, lui-même lévite originaire de Chypre et sans parenté avec le Seigneur. Si Barnabé avait été un des “frères” du Seigneur, on peut être certain que Marc aurait été de même situé comme un des “frères” du Seigneur ! C’est donc en ce sens que les Évangiles signalent des “frères” ou “soeurs” de Jésus appartenant à sa proche parenté :

“Est-ce que sa mère ne s’appelle pas Marie, et ses FRERES, JACQUES, JOSEPH, Simon et Jude ? Et ses soeurs ne sont-elles pas toutes chez nous?” (Mt 13,55) (Chez nous, et non chez Lui !)
En effet JACQUES et JOSEPH, frères de Jésus cités en premier, sont les fils d’une Marie disciple du Christ :
“Entre autres, il y avait là Marie de Magdala, MARIE mère de JACQUES et de JOSEPH, et la mère des fils de Zébédée.”(Mt 27,56)
“Il y avait aussi des femmes qui regardaient à distance, entre autres Marie de Magdala, MARIE mère de JACQUES le mineur et de JOSET...” ( Mc 15,40-41)

Cette MARIE désignée de manière significative comme “L’AUTRE MARIE” (Mt 28,1), se trouve donc au pied de la croix (Mt 27,56; Mc 15,40-41), Nous apprenons par Jean qu’elle n’est autre que MARIE, femme de Clopas, et SOEUR DE MARIE, la Mère de Jésus. (Jn 19,25) Elle est encore présente à la sépulture du Christ (Mt 27,61; Mc 15,47) et au matin de sa Résurrection (Mt 28,1; Mc 16,1-2; Lc 24,9-10)

De la confrontation des différents passages des quatre évangiles, on peut facilement déduire que MARIE, Mère de JACQUES et de JOSET ou JOSEPH, parfois simplement appelée MERE DE JOSET ou MERE DE JACQUES, ou encore L’AUTRE MARIE, est en réalité LA SOEUR de la MERE DE JESUS, et la FEMME DE CLOPAS.

Or il est évident qu’il ne s’agit pas d’une “soeur” de la Vierge au sens où nous l’entendons aujourd’hui puisqu’elle porte précisément LE MEME PRENOM QU’ELLE ! Dans les familles juives, comme dans toute famille humaine, on n’a jamais donné expressément le même prénom à deux frères ou deux soeurs réelles ! Nous avons ici la double preuve :
-celle de l’emploi oriental du terme de “frère” ou “soeur”;
-celle du fait que les prétendus “frères” de Jésus ne sont même pas ses cousins germains puisqu’issus d’une mère qui n’est pas la soeur de la Vierge Marie ! JACQUES et JOSEPH étant cités en premier comme “frères” de Jésus (Mt 13,55), Simon et Jude qui suivent ne peuvent dès lors être que des cousins plus éloignés encore ! Quant aux “soeurs de Jésus”, nous en connaissons déjà au moins une : Marie, mère de Jacques et de Joseph, à laquelle s’ajoute probablement la ou les mère(s) de Simon et Jude....

Il est évident que, niant tout surnaturel, Jacques Duquesne, ignore délibérément que la Vierge révéla à Lourdes son Immaculée Conception, c’est à dire sa conception sans le péché originel, précisément le 25 mars 1858, en la fête de l’Annonciation. Or l’Annonciation, dans laquelle l’Ange Gabriel se manifeste à Marie, coïncide avec la divine Conception de Jésus : “L’Esprit Saint viendra sur toi et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre.... car rien n’est impossible à Dieu”. Marie dit alors: “Voici la servante du Seigneur; qu’il m’advienne selon ta parole!” (Luc 135-38)

En cette date de l’Annonciation, Notre-Dame souligne LE LIEN DIRECT entre Son Immaculée Conception et la Conception divine du Christ. Conçu le 25 mars, Jésus naît exactement neuf mois plus tard le 25 décembre, malgré les intellectuels qui contestent cette date retenue par les Pères de l’Eglise. Lesquels avaient autant de bon sens et de connaissances que nos théologiens actuels en voie de libération psychanalytique...

Comment Bernadette Soubirous, âgée de 14 ans, illettrée, pauvre, méprisée, se répétant tout au long du chemin afin de ne pas l’oublier, cette mystérieuse phrase prononcée en patois occitan par la Dame, aurait-elle pu construire une telle relation théologique dont LA TRANSCENDANCE ne s’est imposée aux prêtres que bien plus tard ? Une relation de laquelle, sans étude approfondie, le simple croyant peut lui-même déduire, dans la lecture confiante des évangiles, que la virginité de Marie est bien la CONSÉQUENCE PHYSIQUE de son IMMACULÉE CONCEPTION !

Comme les procès-verbaux des déclarations de Bernadette sont publiés et donc accessibles à qui veut véritablement approfondir cette donnée de l’Evangile à travers le phénomène surnaturel, il ne reste plus à Jacques Duquesne qu’à chercher la solution du canular qui permit à la petite Bernadette, de tenir tête à tous ses interrogateurs, hommes d’Eglise ou d’état ! Un canular auquel elle consacra sa vie en devenant religieuse...


LA NÉGATION DU SURNATUREL ou L’IMPUISSANCE DE DIEU

Ainsi l’on imagine bien le pouvoir séducteur des explications frauduleuses sur un peuple poussé au libertinage, de toutes les manières possibles. La télévision s’affirme par excellence comme l’institution destructrice, car elle se garde bien d’inviter dans ses TRIBUNES PARTIALES (et en nombre équitable) les auteurs sérieux susceptibles de répondre à cette philosophie de roman-photo.

Douze ans avant les apparitions de Lourdes, dans le secret de La Salette communiqué à la jeune Mélanie Calvat, âgée de 14 ans commme Bernadette, Notre-Dame avait Elle-même prévenu :
“LES MAUVAIS LIVRES ABONDERONT SUR LA TERRE...
La sainte foi de Dieu étant oubliée, chaque individu voudra SE GUIDER PAR LUI-MEME et être SUPÉRIEUR à ses semblables...”

En ce sens, le 17 juin 1989, soit cinq ans avant la parution du livre de Duquesne, la Vierge délivra à Don Gobbi, humble prêtre dont nous reparlerons bientôt, ce message révélateur :

“A travers les philosophes, qui commencent à donner une valeur exclusive à la science, puis à la raison, on tend graduellement à constituer comme critère unique de vérité LA SEULE INTELLIGENCE HUMAINE. Naissent alors les grandes erreurs philosophiques, qui se prolongent à travers les siècles jusqu’à nos jours.
L’importance exagérée donnée à la raison, comme critère exclusif de vérité, conduit nécessairement à LA DESTRUCTION de la foi en la Parole de Dieu... CHACUN EST LIBRE de lire et de comprendre la Sainte Ecriture selon son interprétation personnelle! De cette manière, LA FOI dans la Parole de Dieu est DÉTRUITE.”

Rien n’est en fait plus insupportable à l’homme que l’idée de la Révélation. Accepter qu’il ne peut, par sa seule raison et son propre mérite, accéder à la connaissance réelle de Dieu, être obligé de s’en remettre à des textes sans pouvoir les critiquer, sans pouvoir à partir d’eux se faire valoir, voilà qui est bien trop frustrant pour le cher et tendre ego... et ne peut qu’exciter son imagination quand bien même ce serait sa perte !

C’est en effet L’ORGUEIL ET L’ABSENCE DE MORALE qui perdent ces chercheurs, comme ils perdent ceux qui leur font aveuglément confiance. En ne s’en tenant qu’à l’aspect strictement matériel du miracle, si Duquesne, Messadié, et tant d’autres, avaient envisagé avec honnêteté tous les aspects de leur hypothèse dans la confrontation et l’approdondissement rigoureux des Ecritures, ils auraient vite trouvé la faille dans leur raisonnement et y auraient renoncé. Si Duquesne avait vérifié dans le détail les conditions de mise en place de la fameuse multiplication des pains, si Messadié avait d’abord cherché à prendre connaissance de l’original grec de la Crucifixion, il ne se seraient pas tous deux jetés tête baissée dans la production de scénarios pitoyables. Seuls L’ORGUEIL ET L’ABSENCE DE MORALE encouragés par les MEDIA, conduisent aujourd’hui ces romanciers de fortune vers une gloire totalement IMMÉRITÉE. INJUSTE. Qui va de pair avec le silence auquel sont réduits les auteurs sérieux. Ainsi Duquesne est considéré comme un catholique expert qui permet une “lecture dépoussiérée” de l’Evangile, cependant que la présentation de l’ouvrage de Messadié se clôt sur cette phrase hautement révélatrice des moeurs actuelles : “Le récit reste cependant toujours RESPECTUEUX et l’auteur, lui, demeure, CROYANT.” Difficile d’être plus MALHONNETE en si peu de mots ! RESPECTUEUX, un récit qui nie LA CRUCIFIXION et LA RESURRECTION ? Qui déforme St Jean ? Respectueux de quoi ? Et l’auteur, lui, demeure croyant ! Mais croyant EN QUOI ? Puisque le Jésus dans lequel il croit, est tout comme celui de Duquesne, UN CHARLATAN ! Simple point commun entre ces deux auteurs, leur formation JOURNALISTIQUE : le premier a été Patron de “la Vie Catholique”, le second rédacteur en chef-adjoint d’un grand mensuel scientifique...

“Si Dieu existe, s’interroge ingénument André Frossard, juif converti, où est la difficulté de croire aux miracles, puisqu’en toute hypothèse nous sommes un miracle nous même, ou à ce que les esprits rétrécis appellent avec dédain le “merveilleux”?... S’il est, et Il EST, pourquoi ne nous parlerait-il pas un langage simple, à la portée de notre faible entendement, et pourquoi se plairait-Il à nous déconcerter en usant de ces prétendus symboles qui sont les poupées gonflables de l’exégèse contemporaine? L’étrange orgueil que le nôtre, qui pose des bornes à Son action, prétend Le circonscrire dans les limites de notre expérience, et Lui défend de sortir de son statut, comme d’outrepasser les règles qu’Il a fixées, ce qu’Il fait cependant chaque fois qu’Il pardonne !” (Défense du Pape, éd. Fayard, 1993, p. 38-39)

Or, l’influence de la PSYCHANALYSE amène en toute chose à ne voir qu’un signe SYMBOLIQUE et nier ainsi toute réalité SURNATURELLE. En même temps, comme il faut bien justifier la réalité MATÉRIELLE du SIGNE, on lui cherche une explication dans le domaine de la MAGIE ou de L’ILLUSION : le Miracle est un tour de passe-passe, la Crucifixion, une supercherie reposant sur un complot, la Résurrection, une mise en scène. Les “intellectuels” refusant le surnaturel qui échappe à leur contrôle, imposent à leurs lecteurs l’image d’un DIEU FAUSSAIRE, sans pouvoir divin, réduit à emprunter ou s’exprimer par les moyens les plus trompeurs de l’homme. Et c’est ainsi que nous assistons depuis au moins deux décennies, à la mise en place d’une religion intellectuelle psychanalytique aux antipodes de l’humilité, celle de DREWERMAN, théologien psychanalyste qui ne croit pas à la Résurrection (pure “allégorie” symbolique !) et des jongleurs de mots autour de leur nombril.

De fait, le droit à la liberté individuelle d’expression s’impose pour eux comme le droit à L’IMMORALITÉ. C’est à dire LE DROIT de présenter comme MORAL ce qui n’est en réalité que la POSITION IMMORALE bienvenue des MEDIA. Si la Révélation implique le renoncement à tout orgueil personnel, l’humilité qui ne va pas sans déchirement pour les lettrés de notre époque, plus qu’à toute autre les média disposent du pouvoir de tresser aux auteurs, de leur vivant-même et à peu de frais, la plus enviable des couronnes. Ainsi, à la recherche intérieure qui se nourrit de prière, silence, effort et charité, le monde du clip oppose ses paillettes aveuglantes qui transforment le chanteur en philosophe, le clown en académicien présentable, le journaliste en Père de l’Église, et le plus exécrable des enfants gâtés en Sage...

Dans cette même perspective de nivellement par le bas, dernier domaine caractéristique de l’influence délétère de la télévision : le "PARANORMAL". Voilà le "fourre-tout" le plus révélateur ! Le seul but comme toujours est de "faire des images" et non de les approfondir. Telle miraculée authentique de Lourdes, voisinera avec la "voyante psychométrique" de service, la stigmatisée Marthe Robin, avec tel phénomène de foire tordant des fourchettes ou brisant des verres à distance, tel "chaman" marchant sur des braises, tel loup-garou ou vampire, avec tel humble prêtre portant témoignage sur les bilocations de Soeur Yvonne Aimée de Malestroit, passons... Comme pour les “reality-shows”, de pays à pays, l’inspiration est la même et l’on "se refile" les séquences, les présentations variant fort peu.

Quel est le but ? Consciemment ou inconsciemment d'affaiblir les AUTHENTIQUES phénomènes surnaturels. Et c'est précisément ici qu'intervient une fois encore LA MORALE. Car le véritable phénomène surnaturel induit toujours une MORALE, qui est celle de L'UTILITÉ, de LA CHARITÉ. En un mot de l'AMOUR. Quand Marthe Robin, Soeur Yvonne Aimée de Malestroit ou le Padre Pio se dédoublent, ce n'est pas pour faire "un voyage astral", mais pour sauver des personnes d'un péril mortel, d'un naufrage, d'un suicide ! Le Christ a-t-il jamais brisé des verres à distance ou tordu des fourchettes?! Deviner fort approximativement le contenu d’une enveloppe, l’origine floue de tel ou tel objet, n’apporte rien aux badauds subjugués, sinon la glorification futile et fort triste de l’homme au détriment de son Dieu ! A la différence des avertissements de la Vierge que nous examinerons au chapitre prochain, les prédictions vagues de ces “voyants” n’ont jamais pour but et effet concrétisés, d’éviter telle ou telle menace, accident, cataclysme. LES CONSIDÉRATIONS MORALES en sont absentes de manière révélatrice. Observons par exemple que l’étape obligée du sacro-saint tiercé conclue neuf fois sur dix ces enquêtes de haut-niveau... Conséquence dans le milieu rationnaliste comme dans celui des croyants : la confusion, l’assimilation, le désintérêt, voire la négation des authentiques phénomènes d’ordre surnaturel, entraînant ainsi le rejet ou l’inapplication des demandes salutaires. Public infantilisé que l'on amène à tout confondre...

Rappelons-nous comment Satan tenta le Christ en l'invitant à faire DES MIRACLES PARFAITEMENT INUTILES :
"Alors le diable l'emmène dans la Cité sainte, le place sur le faîte du Temple et lui dit: "si tu es Fils de Dieu, jette-toi en bas, car il est écrit : il donnera des ordres à ses anges, et ils te porteront sur leurs mains..." (Mt 4,5-6; Lc 4,9-11)
Considérons aussi la manière dont Satan utilise les Saintes Ecritures afin de les pervertir, imité en cela par les nombreux "mages" modernes...

Or dans ces émissions friandes de "mystères", le nombre de séquences, comme en d'autres celui des participants, empêche de consacrer le temps convenable à l'exposition des faits et à L’ENQUETE RELLE. Mais cela est parfaitement voulu, car au-delà du temps accordé, les véritables questions seraient inévitablement posées et LE DISCERNEMENT ne manquerait pas de se faire. La balance finirait alors par pencher dangereusement du côté de la Vérité :
on découvrirait l'Amour, l'Amour véritable qui est au coeur des manifestations divines authentiques. Chose aujourd'hui inconcevable, insupportable à l'intelligentsia télévisuelle, car cette reconnaissance irait de pair avec celle de LA MORALE. Prendre le risque de consacrer le temps nécessaire à l'enquête ce serait prendre aussi celui de tuer l'émission elle même (du moins dans sa forme actuelle !)

Pour avoir négligé l’étude du surnaturel divin au profit d’une rhétorique purement humaine, l’Église porte aujourd’hui la responsabilité de la perte de sa dimension mystique. Ainsi l’aspect surnaturel étant nié, elle devient peu à peu le reflet de la culture actuelle du monde, avec lequel elle tente de composer puisqu’elle ne l’inspire plus.

Il n’est nullement exagéré d’affirmer que nombre de théologiens se comportent comme les Pharisiens de l’époque, possédant la connaissance des Écritures, mais le nez si fortement plongé dans leurs ouvrages qu’ils sont incapables d’entendre la voix du Christ résonnant auprès d’eux. C’est pourquoi de nos jours, la Parole Écrite est artificiellement opposée à la Parole Vivante. Entendons-là par delà le temps réveiller les oreilles de nos penseurs :
“Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites, parce que vous fermez aux hommes le Royaume des cieux; vous-même en efet n’y entrez pas, et ceux qui voudraient y entrer, vous les en empêchez.” (Mt 23,13)

Faudra-t-il que le Christ leur apparaisse comme au Pharisien St Paul, pour que, cessant de persécuter ceux qui croient, ils achèvent de se convertir. Ce qu’aucune parole humaine n’avait réussi, le surnaturel le permit pour la Gloire de Dieu : ouvrant son coeur, St Paul mit alors en pratique les textes dont il croyait dans son intelligence détenir la clef.

Or, non seulement la raison n’est pas contradictoire à la foi dans le surnaturel, mais unie à elle, elle facilite l’accès à une réalité supérieure, permettant de discerner l’origine des messages et surtout de les vivre !

Le moins qu’on puisse dire, c’est que les apparitions du Christ ou de la Vierge ne suscitent pas aujourd’hui l’enthousiasme débordant de l’Église, la joie profonde et légitime du peuple de Dieu telle qu’elle s’est manifestée au cours des siècles : notre amour est à l’image de notre pauvre foi ! Les esprits supérieurs n’ont pas besoin de signes et le disent ouvertement, bien que l’Écriture n’eût jamais existé sans eux... Dans l’Ancien comme dans le Nouveau Testament, n’est-ce pas le surnaturel qui est à l’origine de la foi ? Ce sont les miracles du Christ qui ont frayé le chemin à sa parole. C’est sa Résurrection qui a fait accourir au tombeau les deux apôtres Pierre et Jean. Et c’est au cours d’une apparition qu’il a fondé l’Église en la confiant à Pierre : “Sois le berger de mes brebis.” (Jn 21,16)

Le Christ ou la Vierge parlent, mais notre impolitesse rend facultative leur parole. Plus encore, c’est à l’homme qu’il reviendrait de juger de l’opportunité de leurs apparitions. Ainsi s’en inquiètent le Père Bajic, Président de l’Académie Mariale Internationale de Rome, ou des prélats comme le Cardinal Cerejeira, Patriarche de Lisbonne. Et le Père René Laurentin de conclure de manière aussi triste que réaliste : “Si les apparitions de Lourdes avaient lieu aujourd’hui, elles ne seraient pas reconnues.”

Imaginons les compte rendus suggestifs de nos média : “Une simplette de quatorze ans, et qui en paraît tout juste dix, dit voir la Vierge dans un village des Pyrénées ! Un petit groupe de curieux et quelques fanatiques l’accompagnent jusqu’à la grotte des prétendues apparitions. Mais l’évêque du lieu et les autorités locales demeurent fortement sceptiques. Du reste le préfêt a dû faire enlever les objets qui instauraient là un lieu de culte illégal et Mr le Maire de Lourdes a pris un arrêté prescrivant la fermeture de la grotte. Malgré cela, quelques fous-furieux ont enlevé les barrières mises en place pour garantir l’ordre public. Singulière conception de la foi ! On ignore pour le moment s’il y a eu des blessés du côté des forces de l’ordre. Mr le préfêt n’entend pas céder aux tentatives d’intimadation ou aux menaces. Au cours de son émission ...., F. de C. invitera Mr X. Z., psychiâtre hospitalier de renommée internationale, spécialiste des phénomènes d’hallucination, qui traitera notamment de ces troubles pathologiques assez fréquents chez les jeunes filles lors de la puberté. Le praticien qui a pu, non sans mal, s’entretenir avec l’adolescente s’exprimant dans un français très approximatif, relève l’attitude suffisante de l’intéressée toute entière immergée dans son jeu, cependant que l’apparition avec laquelle elle prétend s’entretenir se voit contrainte de communiquer avec elle dans le patois de la région de Tarbes ! Mr X.Z., ne manque pas de relever la contradiction entre le contenu du message à prétention universelle, et l’indigence intellectuelle de l’instrument requis par ladite apparition, parlant de plus une langue fortement minoritaire dans le contexte mondial actuel... Quant à Mr. X. Y., Président de la Conférence épiscopale française, aussi gêné qu’amusé, il a fait savoir avec beaucoup de tact et des respect pour l’intéressée et sa famille, qu’il ne souhaitait pas intervenir dans une enquête qui concerne à l’évidence la médecine.... A la suite de cette séquence, Mme F.C., auteur d’un livre très documenté sur les sectes et l’argent, nous entretiendra du phénomène de renouveau des mouvements dits spirituels auquel nous assistons actuellement. On n’a pas oublié les 500 morts de la secte Jim Jones de Guyane, plus près de nous ceux de la la secte du Temple solaire, ou les victimes du gaz Sorin au Japon, etc, etc....”


LA BANALISATION DE SATAN

Ainsi, Mélanie Calvat, la petite bergère de la Salette, à laquelle la Vierge délivra au siècle dernier un secret pour la fin des temps, nous laisse en testament cette phrase à méditer, lourde de conséquence pour notre époque :

"On n'aura pas cru au SURNATUREL DIVIN, on sera pris dans les filets du SURNATUREL DIABOLIQUE !"

Si, malgré les nombreux exorcismes de Jésus dans les Évangiles, les théologiens ne parlent pas ou plus de Satan, sinon sous forme de “projection psychologique de nos tabous intérieurs ou de nos craintes”, il n'en est que plus facile au grand Illusionniste de faire croire à l'origine positive de ses manifestations parfois banalisées sous l'expression d'un pouvoir parapsychologique "naturel". La plus grande RÉUSSITE de Satan, c’est bien précisément d’avoir globalement réussi à faire croire (surtout aux intellectuels) qu’il n’existe pas !

Satan n'existant plus, aucun signe ne pourrait désormais être considéré comme mauvais. Satan n'existant plus, il n'y a plus de combat moral ou spirituel justifié. Ainsi se trouvent avalisés par leurs prétendus pouvoirs ou prestations, la vie peu édifiante et les principes amoraux de tels ou tels gourous, tels animateurs ou telles animatrices. N’est-il pas révélateur que dans la suite logique de son scénario blasphématoire sur la Crucifixion de Jésus, Gérald Messadié récidive avec un nouveau best-seller niant totalement la réalité de Satan. Or, là aussi nous voilà confrontés à la situation morale universelle qui n'épargne pas davantage l'Eglise. Lentement en effet, le filet se referme sur ce peuple avide de sensations, incapable de discerner les signes divins du luciférien miroir aux alouettes. Le Christ nous prévenait ainsi :
"Vois donc si la lumière qui est en toi n'est pas ténèbres ! " (Lc 11,35)

Il faut par ailleurs savoir que les FAUX MESSAGES du spiritisme reposent sur les connaissances évidentes de Satan, être suprêmement intelligent et immortel comme tous les anges. Il possède la science du PASSÉ, le savoir de l’antiquité et de toutes les époques jusqu’à la nôtre. Les spirites qui sollicitent les messages de l’au-delà appellent sans le vouloir, par leur vaine curiosité, les “entités” négatives qui les dupent en leur transmettant des informations souvent exactes qui ne peuvent manquer de les impressionner : connaissances de civilisations disparues ou prétendues vies antérieures basées sur des descriptions par ailleurs authentiques. Mais ainsi que nous l’avons indiqué dans notre précédent ouvrage basé sur des témoignages et expériences vérifiables, face au FUTUR QUI N’APPARTIENT QU’A DIEU, Satan se trouve en fait dans la même position que l’homme (en disposant toutefois d’une vision et d’un pouvoir d’analyse plus larges que lui confère la connaissance du passé)

Deviner avec quelques approximations, le contenu d’une enveloppe, l’origine de tel objet, ne concerne en aucun cas le futur, mais LE PASSÉ ! La photo, l’objet, ont un aspect ou une histoire déjà connus. Prédire, avec autant d’approximations, un enlèvement ou une prise d’otages, en dépit des APPARENCES, ne concerne pas davantage le futur, mais LE PASSÉ ! Le projet ou même l’organisation de cet acte, sont déjà en cours... (Il est certain qu’au moment même où nous écrivons, un attentat est en préparation). Toutefois le voyant ne pourra donner les moyens d’y faire face : pas de précision ou localisation qui empêcheraient l’acte ! Ce n’est évidemment pas l’objectif de Satan, qui demeure prioritairement la promotion de l’ORGUEIL HUMAIN autour de “ses” voyants... Seul Dieu à qui appartient le FUTUR, peut décider de l’issue, selon Sa Volonté, qui n’est pas celle des hommes.

Sur une période donnée, l’on constate alors en toute objectivité, les ERREURS prophétiques irréfutables provenant de ces prétendues communications spirites dont le véritable but, après conditionnement préalable, finit toujours par se révéler... Ce but est identique depuis le commencement : détourner les hommes de l’effort MORAL sans lequel l’AMOUR n’a pas de sens.

Lorsque le Christ ou la Vierge se manifestent réellement, ce n'est pour décrire des civilisations antérieures (fut-ce celle de la Judée en l'an 0) ou faire étalage de leurs connaissances, mais rappeler LE MESSAGE FONDAMENTAL DE L’EVANGILE qui contient TOUT ! Non point FLATTERIES HABILES des communications spirites enrobées de poésie, mais langage limpide de l’EXIGENCE EVANGELIQUE ramenant à l’exemple de la vie du Christ donnée pour nous. Car la mission de l’Amour Rédempteur demeure, en dépit des modes et des philosophies humaines, elle, toujours LA MEME !

Dans le cadre d’un combat spirituel inévitable, les apparitions du Christ ou de la Vierge entraînent, alors, conformément à ce que l'on peut lire dans les récits des apôtres, et à la différence (révélatrice) des messages spirites, LA RÉPLIQUE DE SATAN pour empêcher la diffusion de l’information salutaire et ainsi son application. Son action est double :

-Tous les SAINTS ou MYSTIQUES authentiques porteurs de messages ont subi ses attaques en règle. On connaît l'expérience du Saint Curé d'Ars ou de Padre Pio. Plus près de nous celle de Marthe Robin que l'on retrouvait le matin au pied du lit, le visage tuméfié et rouée de coups, alors qu'on l'avait la veille attachée à sa couche. Plus loin nous verrons comment Satan déguisé en beau jeune homme apparut à la jeune Mirjana de Medjugorje. Nos entretiens avec certains mystiques contemporains, messagers de la Vierge, nous ont permis les mêmes constatations : dans tous les cas, ils avaient subi des attaques sataniques, parfois même en présence de témoins attestant la trace subite des coups reçus.

-Vivant dans l'invisible, Satan possède un pouvoir qu'il tient de Dieu et dont il se sert pour abuser les hommes. Les phénomènes sataniques surnaturels ont donc pour but de FAUSSER leur jugement et les DÉTOURNER ainsi de l'Évangile. Si Dieu accepte pour notre propre édification que nous soyons tentés par Satan, c'est que nous possédons en fait déjà toutes les preuves spirituelles de nature à permettre notre DISCERNEMENT et à le repousser. Nous ne sommes JAMAIS tentés au delà de notre capacité de résistance.

Pour les INTELLECTUELS, la tâche de Satan est particulièrement facilitée. Point besoin de fausses apparitions : Il lui sufit d’instiller en eux LE DOUTE... et la raison supérieure, tirant sur la maille faible, détruit rapidement l’ouvrage ! Point besoin d’apparitions, en effet, car Satan sait très bien qu’une fausse apparition, ACCRÉDITE en fait le SURNATUREL, et de là, le surnaturel DIVIN ! C’est donc un RISQUE MAJEUR qu’il ne prendra en dernier recours qu’auprès de vrais mystiques. En tout autre cas, il ÉVITERA la production d’IMAGES, trop DANGEREUSE, pour lui préférer des “moyens personnalisés”, comme la communication spirite ou l’écriture automatique; ces moyens laissant, par rapport à la “source émettrice”, une place importante et flatteuse à l’expérimentateur, amènent ceux qui s’y prêtent à cultiver leur ego, dans une relation voulue d’élitisme ou de fausse humilité tranchant résolument avec l’attitude d’effacement des vrais voyants.

Ces FAUX SIGNES, signes d'INUTILITÉ, de VANITÉ, amplifiés par les média, SUFFISENT en effet à entretenir la confusion, et finissent toujours par détourner l'homme des véritables phénomènes surnaturels divins qui ne sauraient en aucun cas avoir un caractère GRATUIT ou ABUSER de la détresse humaine, comme en témoigne cette information récente : “Un couple français ayant contracté un emprunt de 75 millions de centimes pour la construction de leur villa, a utilisé cette somme auprès d’un medium “très réputé”, lequel leur avait promis de les mettre en contact avec leur fils unique décédé accidentellement. Résultat : échec total, ruîne, et dépression du couple !” C’est là le cadeau de Satan.

On ne saurait approcher le domaine satanique, avec ceux qui, comme Gérald Messadié, écrivent à “l’occasion” un livre sur le sujet sans AUCUNE EXPÉRIENCE réelle, et dans leur négation de cette réalité, bien sûr, ne rencontreront que peu d’obstacles à sa diffusion... Face au discours théorique d’intellectuels ou théologiens actuels, on se reportera avec profit aux deux ouvrages d’un EXPERT et PRATICIEN, Don Gabriele Amorth, exorciste du dicoèse de Rome : ses 10.000 exorcismes apportent une connaissance et une réflexion qui n’ont pas de prix !
(Don Gabriele Amorth, Un exorciste raconte, 1992, Nouveaux récits d’un exorciste, 1994, éd. O.E.I.L., F-X de Guibert)

Tout aussi convaincant, le témoignage sonore du Révérend Père Mathieu, supérieur du couvent des Capucins de Besançon, philosophe et théologien, et surtout, comme il aime à le rappeler, professeur de théologie morale. Dans cette cassette d’une valeur pédagogique incomparable, le Père verse au dossier un témoignage bouleversant qui contribue à PRÉVENIR ceux qui jouent avec ce genre de communication. “Les COMPLICATIONS” peuvent en effet brutalement survenir même après plusieurs années de pratique, comme pour cet homme s’adonnant au spiritisme depuis sa jeunesse. L’exorcisme dura PLUSIEURS ANNÉES en présence de témoins tels qu’un professeur de médecine, de religieuses, et de villageois qui se convertirent ou se confessèrent à l’issue d’une séance des plus effroyables qui leur fit prendre conscience de la réalité de Satan et de son pouvoir. En ce domaine, seule l’expérience peut ouvrir l’âme des sceptiques endurcis...
(diffusion Diakona-Service, 41600 Nouan-le-Fuzelier)


SYMPATHIE POUR SATAN

Dans la mesure où le libre-arbitre est le don de l’Amour de Dieu à l’homme, Satan intervient pour le réduire. Si l’on constate plus facilement l’influence des média sur la personnalité pour la priver de son “bon sens moral”, la pression invisible des techniques subliminales, surtout auprès des JEUNES, n’en est pas moins réelle et terrible. Il faut absolument se référer à l’excellent livre du Père Regimbal, expert en psychiatrie criminelle, “Le Rock’ n’ Roll”, ainsi qu’à celui de Mgr Corrado Balducci , “Adorateurs du diable et rock satanique”, pour prendre la mesure d’un tel impact (voir bibliogtraphie) Ce dernier ouvrage, fruit d’un vaste et patient travail de documentation, s’appuyant sur le premier, montre les manifestations les plus secrètes d’un monde dont l’horreur dépasse tout ce qu’on peut imaginer. L’auteur, docteur en théologie, en philosophie, et dans les deux droits canoniques et civils, est l’un des spécialistes du discernement scientifique de la possession diabolique. A partir du mage moderne Aleister Crowley (1875-1947), hermétiste, ésotériste, poète, fondateur du “couvent de Satan”, et déquilibré sexuel considéré comme “l’homme le plus pervers du monde”, Mgr Balducci démontre la collusion satanique de la violence, de la drogue, et du sexe, qui n’ont cessé de s’amplifier jusqu’à nos jours. Que ne pourrions-nous à travers ses propres exemples, dégager la conclusion du constat de société dressé dans notre précédent chapitre... Chacun de ces trois “vices théologaux majeurs”, inversion luciférienne de la Foi, de l’Espérance et de la Charité, vise à déconnecter la personnalité de toute réalité afin de la détruire et détruire la société elle-même. La dépendance recherchée de la drogue ou du sexe, par la déchéance physique, amène cette destruction personnelle : sida, avortement, suicide. La violence conjuguée à une “connaissance” non appliquée aux réalités concrètes, conduit toujours à la révolte contre la société : on détruit, mais on ne propose rien en échange, car on attend tout des autres...

On connaît l’importance capitale du sexe, dans les rites sataniques, messes noires, et cas de possessions. “Ce que la plupart ignorent c’est que le terme de rock’n’roll, emprunté à l’argot populaire des ghettos américains, décrit en fait les deux mouvements du corps humain pendant les ébats sexuels sur la banquette arrière d’une auto.” (cf. R.P. Jean-Paul Regimbal, Le rock’n’roll, Québec, 1983, Genève, 1987) La documentation sur les “techniques” sataniques et leur propagation dans la jeunesse, sont proprement effrayantes. La langue anglaise du show-biz permettant une diffusion universelle, pratiquement aucun groupe connu n’échappe à cette recension. Une à une tombent les fausses idôles d’Elvis Presley à John Lennon en passant par Mick Jagger, ou aujourd’hui Michael Jackson ou Prince... A titre d’exemple, citons quelques textes décodés de messages subliminaux sataniques, pris parmi les groupes les plus connus :

*Beatles - Revolution n° 9 : Excite-moi sexuellement, homme mort (cela s’adresserait à Jésus)
*Rolling Stones - Tops : Je t’aime, a dit le diable. Je resterai pour toujours avec le Seigneur (ter).
*Prince - Darling Nikki : Salut, comment ça va ? Je vais bien, parce que je sais que le Seigneur (Satan) va arriver. Viens, viens vite.
*Michael Jackson - Beat it : Je crois vraiment que Satan est en moi.
*Queen - One vision : Mon doux Satan, j’ai vu les abats. J’ai peur, il est en moi.
*Styx - Heavy metal poisonning : Satan, Satan !
*Led Zeppelin - Over the hills and far away : Nous, nous ne sommes pas vraiment riches; tout est pour Satan ! Oui, Satan est vraiment le Seigneur ! Oui, nous resterons en lui. Stairway to heaven : A mon doux Satan, dont me rend triste le petit chemin, dont le pouvoir est Satan. Il te sauvera en remettant 666. Je dois vivre pour Satan.
*Electricity light Orchestra - Eldorado : C’est lui le mauvais. Christ, tu es vraiment infernal. Ou bien on dit que nous sommes morts. Quiconque ayant la marque vivra. (Mgr Balducci, op. cit. p. 139)

Cette dernière phrase s’applique à la marque de la Bête de l’Apocalypse (13,16-18), qui est l’Antéchrist :

“Elle (la Bête) fait que tous, les petits et les grands, les riches et les pauvres, les hommes libres et esclaves, on leur mette une marque sur leur main droite ou sur leur front, en sorte que personne ne puisse acheter ou vendre, s’il n’est marqué au nom de la Bête ou au chiffre de son nom. C’est ici qu’il faut de la sagesse ! Qui a de l’intelligence calcule le chiffre de la Bête; car c’est un chiffre d’homme, et son chiffre est 666.”

Nous reviendrons, naturellement, plus loin, sur ce nombre associé à la marque , qui apparaît dans le message de Led Zeppelin. Bien d’autres groupes encore ou chanteurs louent Satan dans leurs messages subliminaux : Cheap trick, Eagles, Jefferson Starship, Ozzy Osbourne, Black Oak Arkansas, Rush, Meat Loaf, Blue oyster cult, etc...

Si la France est le pays d’Europe le plus touché par le “syndrome déficitaire de la liberté”, tout scintille en l’anagramme de Lucifer, “Fier cul”, l’ange des profondeurs boueuses ouvrant ses ailes au SIDA, selon la chaîne de propagation “vade-retrograde” : “Sodomie Infestation Drogue Adultère”! L’Ange noir sait habiller de poésie morbide ses soupirs d’accueil : Si ! Da !.. soit Oui ! Oui ! inhérents à sa volupté destructrice de “Grand Mettre” !... Ainsi, des succubes à l’incubation, les PARADIS ARTIFICIELS ne tardent pas à se révéler de véritables ENFERS !

A l’imitation des messes noires où tout rituel est inversé (paradis = sida rap !), le procédé consiste le plus souvent à enregistrer les messages à rebours (à une fréquence ou très basse ou très élevée), l’origine de cette technique remontant précisément à Aleister Crowley. Dans un certain nombre d’enregistrements, on découvre des prières telles que le Notre Père, adressées à Satan. (groupes Blue oyster cult, Cheap trick) Plusieurs scientifiques, dont William H. Yaroll, démontrent que contrairement au cerveau gauche, le cerveau droit capte ces messages, les déchiffre, et les enregistre en tant que vérité; phénomène véritablement effrayant, car, même alimenté d’un contenu faux, l’hémisphère droit prime sur les appréciations de l’hémisphère gauche... Alors, comme le prouvent les applications commerciales, l’ordre enregistré se transforme en action ! (cf. article de W. H Yaroll, in Riconquista de Ferrare)

Dans son dernier livre, Vladimir Volkoff présente l’Antéchrist qui, dans “le bar de l’enfer”, met un disque rock pour faire entendre les paroles au commissaire : “Il inversa les bobines, modifia la vitesse, et, par dessus l’orchestre méconnaissable on entendit une voix prononcer à intervalles réguliers : “Satan, prends-moi... Satan, prends-moi...” L’abbé Jean-Marie Onfroy cite précisément le cas d’un garçon perverti par son propre père, lequel lui mettait à écouter durant son sommeil un disque du groupe Black-Sabbath, lancé par Ozzy Osbourne et consacré à Satan comme l’indique son nom. Ce groupe a délibérément exploré toute la veine de l’occultisme et du satanisme, depuis la messe noire jusqu’au sacrifice humain; quant à Ozzy Osbourne, il demeure au premier rang du hit-parade avec Suicide solution, disque délirant préconisant le suicide; on peut l’y entendre dire : “Tu te suicides car tu ne peux échapper au Maître qui te tient captif. Celui qui écoute cette chanson est prisonnier du Diable.”; des parents lui intentèrent un procès pour la disparition de leur fils, John Mac Collum d’Indio en Californie, qui, en octobre 1984, se supprima d’un coup de pistolet en écoutant ce disque. Osbourne fut acquitté. L’ex-leader de Black Sabbath dont le credo est “Killing yourself to die” (Suicidez-vous) déclare: “Notre auditoire est sous l’emprise d’un pouvoir infernal, c’est ce qui explique notre succès”.
En 1988 deux familles du Nevada traînèrent le groupe hard-rock “Judas Priest” (Le Prêtre Judas) en justice; leurs enfants s’étaient suicidés, après avoir passé la nuit à écouter leurs chansons, apologie explicite du suicide, du satanisme et du sado-masochisme.

Le Père Regimbal accuse: “5.000 jeunes Américains se sont suicidés après avoir écouté du hard-rock !”

Les esprits “forts” de notre temps qui ne croient pas à l’existence de Satan, ne s’intéressent nullement à ce type d’enregistrement, sinon pour y voir un simple phénomène propre à la jeunesse, sorte de canular de mauvais goût, sans portée, et donc sans effets. Dans l’exercice si flatteur de la raison, plusieurs questions doivent donc être posées qui se recoupent toutes :

-Pourquoi dans le cadre d’une banale plaisanterie utiliser le cryptage? Pourquoi crypter ce qui ne sert à rien ? Dans quel but ?
-Si le phénomène est purement individuel, pourquoi les messages présentent-ils tous, eux, la même unité, et louent-ils le même “Destinataire”?
-Comment une telle pratique sans intérêt, sans portée, sans effet, peut-elle mobiliser toute une équipe, du chanteur (dont on reconnaît parfois la voix), aux musiciens et techniciens, jusqu’aux dirigeants des maisons de disques ?
-Connaissant la réalité physique du conditionnement du cerveau droit, prouvé dans le domaine publicitaire, quels peuvent être les effets à court ou long terme sur le comportement d’adolescents ou jeunes gens, de messages emmagasinés à leur insu dans leur subconscient ? Ce qui est visible peut se combattre par la raison. Ce qui ne l’est pas, échappant à la critique, ne peut que s’installer en entraînant un conditionnement insoupçonné.
-Pourquoi, enfin, ne trouve-t-on jamais d’incitations positives dans les enregistrements cryptés; par exemple : “aimez-vous les uns les autres”, ou le “Notre Père” ou le “Je vous salue Marie” adressés à leurs véritables Destinataires, et non EXCLUSIVEMENT à leur ADVERSAIRE ?!

Certains groupes ont avoué avoir reçu leur textes sous formes de communication spirite et avoir ensuite “consacré” leur disque, selon la demande qui leur en avait été faite, au cours de messes noires. L’ampleur de ce phénomène de “mauvais goût” accrédite le vieil adage, selon lequel “il n’y a pas de fumée sans feu”. Des Beatles à Michael Jackson ou Prince, la durée même du phénomène incite à penser qu’il ne s’agit pas d’un simple feu mais bel et bien d’un incendie. Comparativement à d’autres musiques, on peut se demander, pourquoi le rock ne passe pas de mode ?...

L’abbé Onfroy rapporte qu’un ami, obligé de faire du stop, est récemment monté dans une voiture. Il voit une pancarte sur laquelle étaient inscrites ces lignes : “Je suis sûr que Dieu existe. Je l’ai rencontré en marchant dessus.” Le conducteur dans une boucle d’oreille portait une croix avec à l’intérieur un Christ la tête en bas. Fort intrigué cet ami demande aux deux transporteurs: “De quelle confrérie êtes-vous?” -“Des messes noires” ; ils habitent une petite ville de Bretagne. Un autre ami lui révèle que nombreuses sont à Paris les sectes lucifériennes qui pratiquent des messes noires et récupèrent à cette fin des hosties consacrées. En Vendée, un enfant qui avait gardé dans sa main une hostie après avoir communié a été suivi par son curé qui a repris l’hostie : “Pourquoi fais-tu ce sacrilège ?” - “On me donne 25 frs par hostie!” (N-D des Temps Nouveaux, n° 3, mai-juin 1991)

Lors de la présentation au public de l’Album blanc , John Lennon, porte-parole des Beatles, déclara :
“Le chistianisme va disparaître, il va régresser, se désagréger. Je n’ai pas à en discuter, j’ai raison, et l’Histoire me donnera raison ; déjà nous sommes plus populaires que Jésus-Christ ! Et je me demande bien qui disparaîtra le premier...”
On connaît la fin tragique de l’idôle, assassinée par l’un de ses admirateurs...

Franck Garlock n’hésite pas à écrire que “la révolution du rock a causé en 30 ans, la plus profonde perversion de la jeunesse que l’histoire ait enregistrée. Selon une enquête américaine de 1981, 87% des adolescents passent de trois à cinq heures par jour à écouter de la musique rock. Depuis l’avènement des “Walkman”, ils en passent sept ou huit ! En une seule année, 90% de tous les disques vendus à travers le monde étaient des disques de rock (130 millions par an !), sans compter les 100 millions d’albums rock. Faut-il plus de statistiques pour nous convaincre que ce phénomène est universel ?!..” (The Big Beat, A Rock Blast, Bob Jones University Press)

La “meilleure” preuve de l’existence de Satan et de la réalité des possessions ? Comme le fait observer le Père Laurentin, si les prêtres mènent ordinairement l’exorcisme en latin c’est afin que le sujet ne puisse saisir et demeure à l’écart du combat spirituel. Or dans les cas de possession réelle, l’esprit incorporé, lui, répond aux questions de manière impressionnante par la bouche du possédé ! Et parfois même dans la langue latine inconnue du sujet... (Le démon, mythe ou réalité? éd. Fayard)

Or, si l’Adversaire a provisoirement réussi à travers ses adeptes plus ou moins conscients, à leurrer l'humanité et discréditer bien des vrais signes, la victoire, comme toujours, après l'épreuve, reviendra au Seigneur. Et Notre-Dame de conclure, dans son message du 5 mars 1955, à Kérizinen :

"Car plus le monde aura été hostile au surnaturel, plus MERVEILLEUX et EXTRAORDINAIRE seront les faits qui CONFONDRONT cette négation du surnaturel !"

A la lumière de ce premier constat moral, nous nous devons maintenant de CONFRONTER les Messages contemporains URGENTS délivrés par le Christ ou la Vierge, à la situation MORALE du Monde décrite dans notre inventaire qui ne saurait, hélas, être complet.


Dernière édition par Hercule le Mar 13 Déc 2011 - 18:18, édité 5 fois
Poirot
Poirot
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.

Messages : 93
Date d'inscription : 29/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !" Empty Re: Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !"

Message  Poirot le Lun 12 Déc 2011 - 18:34

"ULTIME AVERTISSEMENT AU MONDE"
par Don Raymond
Editions Hovine Belgique
- 1995 -


LE MYSTERE D’INIQUITÉ
DES FAUX-PROPHETES A L'ANTECHRIST
DU FAUX RETOUR EN GLOIRE AUX OVNIS

Dans ce même message du 18 septembre 1988 transmis à Don Gobbi, la Vierge annonçant la période de 10 ans au terme de laquelle s'achèvera la grande tribulation avec la réalisation de tous les secrets communiqués à ses enfants et le Retour en Gloire de Son Fils, précise clairement :

"En cette période de dix ans se manifestera LE MYSTERE D'INIQUITÉ préparé par la diffusion de plus en plus grande de l'apostasie." (voir plus haut, chap. 2)

L'apostasie est l'abandon de la religion provoquée par la séduction d'un personnage mystérieux : l'Antéchrist ou Antichrist, comme nous l'annoncent l'Ancien et le Nouveau Testament
(Ezechiel 38-39; 1 Jn 2,18-22; 2 Jn 7-8; 2 Tim 3; 2 Thess 2,1-12)

S'appuyant sur une lecture rigoureuse de l'Ecriture, "le Catéchisme de l'Eglise catholique", qui doit beaucoup à Jean-Paul II, nous éclaire sur ce Mystère d'Iniquité IMMINENT compte tenu des indications de la Madone (éd. Mame/Plon, 1992, art. 675 et 677):

"Avant l'avènement du Christ, l'Eglise doit passer par une épreuve finale qui ébranlera la foi de nombreux croyants. La persécution qui accompagne son pèlerinage sur terre dévoilera le "MYSTERE D'INIQUITÉ" sous la forme d'une IMPOSTURE RELIGIEUSE apportant aux hommes une solution apparente à leurs problèmes au prix de l'apostasie de la vérité. L'imposture religieuse suprême est celle de l'Anti-Christ, c'est à dire celle d'un PSEUDO- MESSIANISME où l'homme se glorifie lui-même à la place de Dieu et de son Messie venu dans la chair.
L'Eglise n'entrera dans la gloire du Royaume qu'à travers cette ultime Pâque où elle suivra son Seigneur dans sa mort et dans sa Résurrection. Le Royaume ne s'accomplira donc pas par un triomphe historique de l'Eglise selon un progrès ascendant mais par une victoire de Dieu sur le déchaînement ultime du mal qui fera descendre du Ciel son Epouse. Le triomphe de Dieu sur la révolte du mal prendra la forme du Jugement dernier après l'ébranlement cosmique de ce monde qui passe."

L'épreuve est NÉCESSAIRE : elle est une confrontation inévitable avec la vérité. Il faut que l'humanité aille au bout de sa Quête de SATISFACTIONS PERSONNELLES, pour que l'expérience serve définitivement. C'est la raison pour laquelle un grand nombre apostasiera. Que le Fils de l'Homme ne reviendra PAS AVANT la dernière et terrible tentative de Satan à travers l'Antéchrist comme le rappelle Saint-Paul :

"Nous vous en prions frères; pour tout ce qui est de l'Avènement de Notre Seigneur Jésus-Christ et de notre réunion avec lui, ne vous laissez pas si vite ébranler l'esprit ni alarmer par quelque révélation prophétique, quelque propos ou quelque lettre soi-disant de nous qui vous ferait croire que le Jour du Seigneur est là. Que personne ne vous abuse en aucune manière. Il faut D'ABORD que vienne l'APOSTASIE et que se révèle L'HOMME D'INIQUITÉ, l'être de perdition, l'Adversaire, celui qui se dresse contre tout ce qui porte le nom de Dieu ou est objet de culte, jusqu'à siéger en personne sur le Temple de Dieu en SE DONNANT LUI MEME POUR DIEU.

Ne vous souvient-il pas que je vous le disais quand j'étais encore près de vous? Et maintenant vous savez ce qui fait obstacle et le contraint de ne se révéler qu'à son heure. Car déjà LE MYSTERE D'INIQUITÉ est à l'oeuvre. Que seulement disparaisse celui qui fait obstacle et se révèlera l'Impie, que le Seigneur fera périr du souffle de sa bouche et anéantira par l'éclat de son Avènement. Car l'Avènement de l'Impie s'accompagnera, selon l'action de Satan, de TOUTE ESPECE DE PUISSANCE, de SIGNES ET PRODIGES MENSONGERS, ainsi que de TOUTES LES SEDUCTIONS DU MAL, pour ceux qui se perdent faute d'avoir accueilli l'amour de la vérité qui les eût sauvés. Voilà pourquoi Dieu leur envoie une puissance active d'égarement qui les fait CROIRE AU MENSONGE, afin que soient condamnés tous ceux qui n'auront pas cru à la vérité, mais auront pris PARTI POUR LE MAL." (2 Thess 2,1-12)

Le triomphe de l'Eglise est donc tout le contraire d'un succés humain. Il n'est pas l'aboutissement d'une progression linéaire et constante, mais au contraire d'une terrible défaite propre à la plonger dans le désespoir, comme l'a connue le Christ lui-même avant sa résurrection, au point de dire sur la Croix: "Père, pourquoi m'as-tu abandonné?" Dans les prophéties des mystiques qui annoncent cette période, revient toujours en leit-motiv cette même terrible phrase : "ON CROIRA TOUT PERDU !".

De même, nous avons vu dans le précédent chapitre qu'en ces temps-là "surgiront de faux prophètes et faux Christs réalisant SIGNES ET PRODIGES au point d'abuser les élus eux-même s'il était possible” et que “les hommes ne supportant plus la saine doctrine, se donneront des maîtres à foison et se tourneront vers les fables".

Ainsi l'Antéchrist ou Antichrist doit-il venir "avant" le Christ (ante : avant) et s'opposer à lui (anti : contre).
Saint Hilaire (+ 430) prévient : “L’Antéchrist enseignera que le Christ était un imposteur et non le Fils de Dieu.”
Ce que confirmera plus tard Sainte Hildegarde (+ 1179) : “Il dira que Jésus de Nazareth n’est pas le Fils de Dieu, mais simplement un imposteur.... Il se proclamera lui-même Sauveur du monde... Il tentera surtout de convaincre les Juifs qu’il est le Messie envoyé par Dieu et les Juifs l’accepteront comme tel...”
En même temps il se présentera comme le Fils d’une vierge, ainsi que nous en prévient Saint Jean Damascène (+ 770) : “Sa mère proclamera qu’elle l’aura enfanté alors qu’elle était encore vierge. L’Antéchrist sera un enfant illégitime sous le pouvoir complet de Satan, et Dieu, connaissant son incroyable perversité future, permettra au démon d’en prendre possession de manière totale et perpétuelle, dès sa conception maléfique.” Ce que soutient également Sainte Hildegarde : “Sa mère maintiendra que son fils lui fut présenté par Dieu de manière surnaturelle, comme le fut l’enfant de la Sainte Vierge. Elle sera alors vénérée comme une sainte par les gens trompés.” (Rév. Gérard Cullerton, Le règne de l’Antéchrist, Tan Books)

Il n'est pas sans danger de révéler son nom, car Satan peut "former" plusieurs antéchrists potentiels et se servir de l'un si l'autre échoue. Parmi les prétendus "êtres de lumière" du "Nouvel Age" qui bénéficient déjà d'une large promotion internationale, les gourous orientaux occupent une place incomparable :

SWAMI PREMANANDA, par exemple, passe pour "LA VERITABLE ET PUISSANTE INCARNATION D'UNE ENERGIE DIVINE". Ses disciples occidentaux diffusent un document vidéo dans lequel "le Maître" matérialise dans sa bouche des "lingams" de pierre, c'est à dire des sexes masculins à l'endroit même où le Christ se donne en communion.

SATHYA SAI BABA, considéré comme un "Avatar mondial", de même accomplit des "miracles", matérialise des objets, guérit les infirmes et semble connaître le passé, le présent et le futur de chaque chose.

Mais nous devons ici accorder une attention toute particulière à MAITREYA, présenté par Benjamin Creme, son dévoué Jean-Baptiste, comme la réincarnation d'un"maître christique" ayant vécu pendant deux mille ans dans l'Himmalaya. Son "prophète" le nomme en effet MAITREYA LE CHRIST, en référence à la seconde venue, non "en Gloire" évidemment, mais dans la chair, du Christ qui, en bouddisme a pour nom Boddisatva Maîtreya.
Le Père Vernette le dénonce clairement dans son ouvrage "Le nouvel âge : à l'aube de l'Ere du Verseau". Les sous-titres mettent tout de suite dans l'ambiance : "Le Christ annoncé de retour est l'Antéchrist". L'apostasie de la fin des temps est engagée. Dans "Emergence" (n° spécial d'information), bulletin de propagande parlant de la future manifestation de ce gourou planétaire on peut lire :

14.5.1982: Benjamin Creme révèle que Maitreya est dans le monde depuis 5 ans et qu'il réside à Londres dans une communauté asiatique (il serait pakistanais).
1988: "Il apparaît miraculeusement aux dirigeants de certains pays."
21 et 22. 4. 1990: "Il apparaît et disparaît à plusieurs reprises, présente sa mission."
1991-1992: "Il apparaît à Mexico, Moscou, Hanovre, Genève, en Roumanie, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord, Inde et Pakistan."
1993: "Apparitions en rythme accéléré en Norvège, Etats-Unis, etc..."
La "1ère édition en français" porte comme titre : "Un grand espoir pour l'avenir : Maitreya, l'Instructeur Mondial vient guider l'Humanité vers une ère de justice, de liberté, de partage et d'amour."
Benjamin Creme nous assure que ”dès que Maitreya sera invité par les média, il révèlera son veritable statut spirituel. Le jour de sa "déclaration", les réseaux internationaux de radio et télévision reliés entre eux l'inviteront à parler au monde entier." Nous verrons son visage à la télévision, chacun entendra intérieurement ses paroles par télépathie dans sa langue maternelle... En même temps se produiront des centaines de milliers de guérisons spontanées: c'est de cette manière que nous saurons que cet homme et LUI SEUL est LE VERITABLE CHRIST !"

Maitreya réunit en effet bien des critères d'universalité. Vivant à Londres, dans un quartier pauvre de West-end, essentiellement habité par des hindous et des pakistanais, il parle anglais, langue des affaires, du show-biz, des sectes et du... "New-Age". Tout en résidant en Europe, il établit le lien avec l'Amérique; et par ses "référénces" à l'Himmalaya, il relie l'Orient à l'Occident !...

Or, ce nouveau "Messie" possède un nom prédestiné comme en témoigne la somme des lettres de son nom transcrit dans la langue biblique :
MAITREYA : mem-aleph-iod-tav-resch-iod-hé :
40+1+10+400+200+10+5 = 666 !
Le chiffre-même de "la Bête" dans l'Apocalypse ! (13,18)
(M.A.I.T.R.I.H: tous les signes de vocalisation peuvent être justifiés; autres façons de l'écrire en permutant le aleph et le hé: M.I.T.R.A.I.H)

Dans la langue grecque du Nouveau Testament, le sens de ce mot confirme pleinement cette valeur :
MAIEIATEREA: accouchement d'un monstre, accouchement d'un prodige, d'un signe extraordinaire !
de maieia : délivrance, accouchement; de terea : prodige, signe extraordinaire, monstre.
L'ambigüité "prodige-monstre" pourrait bien illuster l'Art du Grand Illusionniste !

Précision importante, dans son ouvrage "La réapparition du Christ" (éd Partage 1984), Benjamin Creme annonce que "Maîtreya le Christ est réapparu en fait le vendredi 8 juillet 1977, et vit déjà au milieu de nous, à Londres, comme un extraordinaire homme ordinaire en attendant d'apparaître à la face des peuples comme l'Instructeur qui instaurera L'ORDRE MONDIAL DU NOUVEL AGE." (Réapparu le 8, Il serait en fait arrivé par avion à Londres en provenance de New-Delhi, le 19 juillet 1977; De son côté, Franck Stuart Formosa, philosophe anglais, enseignant au Tara-Center de Rome, déclarera dans une interwiew à Giuseppina Sciascia qu’il était apparu sur terre le 17 juillet...)

Parmi le flou des dates de sa réapparition , celle du vendredi 8 juillet 1977, soutenue par son prophète Benjamin Creme, le désigne à notre attention :
Si Don Stefano Gobbi, reçoit de la Vierge son premier message le 7 juillet 1973, fête du Coeur Immaculé de Marie, c'est en réalité le lendemain 8 juillet qu'Elle emploie pour la première fois la formule révélatrice de Sa Fondation, en déclarant :
"LE MOUVEMENT SACERDOTAL MARIAL EST NÉ DESORMAIS..."
Pendant toute la durée des locutions, de 1973 à nos jours, soit pendant plus de 20 ans, la Madone ne se manifestera PLUS JAMAIS à lui à cette date, sauf précisément LE VENDREDI 8 JUILLET 1977, jour de la dite réapparition de Maitreya le Christ !

Notre-Dame déclare ce jour-là à l'intention des prêtres soumis aux tentations de tout genre :
"Vous devez résister aux embûches de MON ADVERSAIRE, qui JAMAIS COMME CES TEMPS-CI, ne s'est déchaîné contre vous... C'est son arme secrète qu'il utilise contre vous. C'est sa morsure venimeuse par laquelle il tente de nuire à mon humble talon. Votre Maman veut AUJOURD'HUI vous révéler CE QU'IL TRAME ET VOUS METTRE EN GARDE CONTRE SES EMBUCHES..."

On connaît l'importance du Mouvement Sacerdotal Marial, "garde fidèle de la Vierge", à laquelle s'attaque Satan. Par la date de ses deux premiers messages à ses fils de prédilection les prêtres, Notre-Dame devance et annonce peut-être de manière voilée la dite venue de l'ANTECHRIST, en confirmant avec exactitude sa réapparition le vendredi 8 juillet 1977.
Dans cette perspective, la fondation du Mouvement Sacerdotal Marial par la Vierge, serait une réponse directe aux "plans de Satan", à travers l'Antéchrist présenté comme le véritable Messie attendu. Mais méfions nous. Car dans "ses plans", expression plusieurs fois utilisée par Notre Dame à Medjugorje, comme par exemple dans le capital message du 25 août 1991, Satan peut tenir plusieurs Antéchrists potentiels en réserve, en utilisant un autre si l'un d'eux est démasqué... Mais il va de soi que, s'il ne l'était lui-même, Maitreya seconderait de toute évidence efficacement l'Antéchrist...

Il faut ainsi se préparer à une interprétation toute particulière du RETOUR EN GLOIRE de Jésus : si les évangiles et l’Apocalypse nous décrivent la vision céleste du Christ apparaissant SUR LES NUÉES, manifestation cosmique d’Amour ressenti à l’échelle de l’Univers et pour cela directement unificatrice de l’humanité (à la différence de Maitreya techniquement relayé par les réseaux mondiaux de télévision), l’Antéchrist sur terre prétendra habiter UN CORPS TRANSFIGURÉ comme celui de Jésus après la Résurrection et essaiera ainsi par ce subterfuge de tromper la vigilance des hommes et des théologiens pour qui tout est naturellement symbole... Il n’est du reste pas impossible qu’il présente LES STIGMATES DU CHRIST, et les fasse toucher à “tous les saints-Thomas”... St Paul précise bien : “TOUTES ESPECE DE PUISSANCE, de SIGNES et PRODIGES MENSONGERS, ainsi que TOUTES LES SÉDUCTIONS DU MAL...” (2 Thess 2,1-11) Le but d’une telle séduction serait alors de détourner du sens des stigmates, participation mystique aux souffrances du Christ, en niant l’intérêt et l’utilité de tout sacrifice. Le prodige banalisé, chacun serait en droit de proscrire toute inutile souffrance, c’est à dire tout effort pour son prochain ou pénitence offerte au Seigneur, jeûne, privation, etc... C’est pourquoi les prodiges annoncés par les propagandistes de Maitreya et confirmés par LES AVERTISSEMENTS DE L’ECRITURE, doivent constituer pour nous une sévère mise en garde !

Le secret de La Salette communiqué par Notre-Dame à la jeune bergère Mélanie Calvat, le 19 septembre 1846, ne fait que rappeler cet avertissement avec quelques précisions totalement compréhensibles de nos jours :

“LES MAUVAIS LIVRES ABONDERONT SUR LA TERRE, et LES ESPRITS DES TENEBRES répandront partout UN RELACHEMENT UNIVERSEL pour tout ce qui regarde le service de Dieu; ils auront une TRES GRAND POUVOIR SUR LA NATURE : Il y aura DES EGLISES POUR SERVIR CES ESPRITS. Des personnes SERONT TRANSPORTÉES D’UN LIEU A UN AUTRE par ces esprits mauvais, et même des prêtres car ils ne seront pas conduits par le bon esprit de l’Évangile...
LES DÉMONS DE L’AIR avec L’ANTECHRIST feront DES PRODIGES SUR LA TERRE et DANS LES AIRS, et les hommes se pervertiront de plus en plus...
Que le Pape se tienne en garde contre les faiseurs de miracles, car le temps est venu que LES PRODIGES LES PLUS ETONNANTS auront lieu SUR LA TERRE et DANS LES AIRS...”

On prendra garde à cette répétition étonnante concernant LE DOMAINE DES AIRS, car Satan est capable d’abuser les scientifiques eux-mêmes troublés par leurs inexplicables observations. Nombreuses sont aujourd’hui les “EGLISES” fondées sur de prétendus contacts avec les “extra-terrestres”.

Enfin, relevons le mot “TRANSPORTÉES” pour désigner les déplacements de personnes “D’UN LIEU A UN AUTRE” par ces esprits mauvais. Nous sommes en 1846, et personne, encore moins la jeune bergère de La Salette, ne soupçonne le monde de l’aviation... ou pire d’un TRANSPORT AÉRIEN d’un type PARTICULIER ! Aujourd’hui, les récits d’enlèvements par de dits “extra-terrestres”, ne manquent pas. Si certains paraissent relever de l’affabulation pure et simple, d’autres par exemple proposent à notre méditation les déplaisants “STIGMATES” d’un déplacement. En fait le participant involontaire (?) n’est pas toujours à même de faire la part entre l’illusion et le vécu réel. (cf. L’Heure des ténèbres) Quant aux photos exhibées de prétendus extraterrestres, corps sans poil, mains à six doigts, micro ou macrocéphalie du crâne, ce sont des anomalies bien connues “sur terre” que l’on peut voir notamment au muséee de l’homme à Paris, ou en d’autres musées d’anthropologie physique...
Il faut cependant entrer dans la compréhension du surnaturel satanique qui constitue la base des fausses apparitions. Nous avons vu plus haut que Mirjana, de Medjugorje, avait été confrontée à une manifestation inattendue : celle de Satan déguisé en beau jeune homme ! Pareillement à Dozulé Madeleine Aumont fut l’objet de fausses apparitions de Satan. Bien des mystiques rappportent cette même expérience. Dieu la permet pour affermir la foi de ses messagers qui apprennent, et nous apprennent par là, à discerner ce qui vient de Dieu et ce qui vient de l’Adversaire. Car après une imitation plus ou moins longue et plus ou moins habile, Satan est bien OBLIGÉ de dévoiler ses propres plans, pour détourner l’homme de l’exigeance évangélique des vrais messages : la contradiction ne manque pas alors d’apparaître ! De ce fait, nous ne devons pas ignorer que, s’il tente d’influer sur notre pensée, Satan possède également le pouvoir particulièrement convaincant de CRÉATION D’IMAGES.

Nous entrons dans la dimension d’une “physique” ou “balistique” surnaturelle. A échelle réduite, les objets que déplacent les “poltergeists” dans les maisons “hantées”, relèvent des mêmes phénomènes parfois accompagnés de feux spontanés ou tâches de sang humain tout aussi inexplicables. Il seront alors revêtus du commode et rassurant label “parapsychologique”, qui n’en éclaire pas pour autant le mode de matérialisation biologique ou chimique (sang ou feux) ou l’origine énergétique (mouvement). Les esprits mauvais s’attaquent ou prennent pour “boucs-émissaires”, des êtres temporellement perturbés et fragiles, spécialement les adolescents EN RÉVOLTE contre eux-mêmes, leurs parents, ou la société toute entière; on allèguera alors la puberté comme source sexuelle dérangeante et créatrice de forces inconnues. Or, ils se manifestent pareillement aux personnes MORALEMENT ou SPIRITUELLEMENT ISOLÉES, auxquelles ils tentent aussi parfois de s’incorporer comme le révèlent les exorcismes. Il est hélas aujourd’hui aussi courant que simpliste d’attribuer aux personnes perturbées le déplacement d’objets qui souvent les vise elles-mêmes. Le problème doit être inversé dans sa formulation : c’est en réalité PARCE QUE les adolescents sont SPIRITUELLEMENT FRAGILES dans leur puberté, que les esprits mauvais profitent des troubles créés par le développement de leur corps et de leur sexualité. Par ailleurs, le traitement médical peut améliorer l’état des personnes concernées sans interrompre nécessairement les manifestations; seule LA CONFIANCE SPIRITUELLE VÉRITABLE amène des résultats durables ! Or, s’il est vrai que les adolescents sont des cibles de choix, en fait, quel que soit l’âge, des perturbations pouvant apparaître à tous les âges de la vie (cf. l’expression révélatrice du “démon de midi”), la sexualité demeure le terrain de prédilection de Satan : la preuve nous en est indirectement apportée par l’importance universelle de la sexualité dans la magie, pratiquée depuis toujours, à toutes époques et dans toutes les cultures, dont la nôtre....

S’il existe de mystérieux déplacements d’objets sur terre, comment serait-on surpris, à travers les multiples avertissements de l’Ecriture ou des Messages, que le domaine des airs n’échappe pas davantage aux esprits mauvais?! Car il n’y aucune véritable séparation entre les deux, sinon dans la pensée simpliste. Mais, en raison des découvertes de l’aviation et de la recherche spatiale, les phénomènes du ciel, changent aujourd’hui d’interprétation : c’est le plan voulu par Satan, pour rendre ambigüs aux yeux des hommes la création terrestre et le sens universel de la Rédemption. Le mirage est ici celui d’un pseudo-progrès scientifique atteint par de pseudo-civilisations de l’espace, “extra-terrestres initiateurs” des hommes et attendus comme le Messie ! Si dans son pouvoir de création d’images, Satan peut revêtir l’apparence d’anges de lumière, comment ne pourrait-il produire celles de silencieuses aéronefs et moduler leur déplacement à la vitese de la lumière, comparable en cela à celle des bilocations de saints ou de mystiques, tels Marthe Robin, Soeur Yvonne Aimée de Malestroit, Padre Pio, ou à travers les âges, St Antoine de Padoue, St Alphonse de Liguori, etc... (cf. L’heure des ténèbres )

Or les messages spirites, dont nous avons dit un mot en introduction de cet ouvrage et dans “L’heure des ténèbres”, viennent naturellement à l’appui de toutes ces manifestations. On a vite fait le tour de cette prétendue morale ”nouvelle”, comme le “New-Age” et tout le clinquant de Satan. Car elle finit toujours par révéler ses véritables fins. Il n’est que de rapporter l’initiation sexuelle des enfants de la secte raélienne, l’une des “Églises” en attente de la venue prochaine des extraterrestres “pacificateurs”; auxquels des terrains d’accueil ont même été préparés... Sous couvert d’initiation et de connaissance, le tout enrobé dans un langage d’apparente bienfaisance, tout vise à conditionner l’homme à une nouvelle peuso-civilisation qui l’incite à se désintéresser de la sienne. Nous sommes ici bien loin de l’Evangile et du Sacrifice du Christ rendu totalement inutile, selon la grossière mais efficace séduction qui n’épargne guère artistes ou intellectuels trop avides de rève !... La théorie des temps parallèles, résurgence hypothétique du passé ou même du futur, n’aboutit-elle pas à détourner l’homme de la situation présente qui, comme nous le savons, est PARTICULIEREMENT GRAVE ! Observons combien les émissions sur les OVNIS, avec le concours valorisant de scientifiques, se multiplient, cependant qu’une chappe de plomb, d’indifférence, ou même de franche hostilité, empêche l’information salutaire des vrais Messages, particulièrement ceux de Notre-Dame en Bosnie, alors que la guerre y fait rage ! Ceci n’expliquerait-t-il point cela?...

Ainsi, lorsque l’on pose la question aux mystiques qui reçoivent des messages de la Vierge ou du Christ, ils ne se montrent jamais méprisants pour ceux qui sont l’objets de telles séductions, et rappellent avec bienveillance, mais non sans fermeté, telles Vicka de Medjugorje ou Vassula :

“La Vierge ne m’a jamais parlé de cela !...”
“Le Seigneur ne m’en parle jamais !...”

Laissant alors le soin de conclure aux prêtres qui les accompagnent, tels le Père Slavko pour la première, ou le Père Laurentin pour la seconde :

“Oui, les OVNIS sont un phénomène d’origine satanique !”

Or, nous n’avons pas vécu le pire...

Dans ses visons, Ste Hildegarde rapporte la fausse Ascension de l’Antéchrist, sur laquelle Notre-Dame de La Salette clôt ainsi sa révélation :
“Voici le temps; l’abîme s’ouvre. Voici le roi des rois des ténèbres. Voici la bête avec ses sujets, se disant le “Sauveur” du monde. Il s’élèvera avec orgueil DANS LES AIRS pour aller JUSQU’AU CIEL; il sera étouffé par le souffle de St Michel Archange... (cf Ap. 11,7-9) Alors l’eau et le feu purifieront la terre et consumeront toutes les oeuvres de l’orgueil des hommes, et tout sera renouvelé : Dieu sera servi et glorifié.”


Dernière édition par Hercule le Mar 13 Déc 2011 - 18:21, édité 3 fois
Poirot
Poirot
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.

Messages : 93
Date d'inscription : 29/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !" Empty Re: Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !"

Message  Poirot le Lun 12 Déc 2011 - 18:36

"ULTIME AVERTISSEMENT AU MONDE"
par Don Raymond
Editions Hovine Belgique
- 1995 -


L’EUCHARITIE ET L’ANTÉCHRIST
LA RÉVÉLATION DE ST JEAN

Dès lors le combat de Satan consiste à attaquer ce Sacrement Suprême pour en détourner l’homme, le couper de son Dieu, et ainsi de tout discernement . De cela, Jean nous met solennellement en garde dans son Evangile. Et le confirme dans son Apocalypse par le chiffre 666 de la Bête.

Observons tout d’abord que le fameux “discours du pain de vie” s’achève sur l’annonce de la trahison de Judas :
“Jésus savait en effet DES LE DÉBUT quels étaient ceux qui ne croyaient pas, et quel était CELUI QUI DEVAIT LE LIVRER.” (Jn 6,64)
“Jésus leur répondit : “Ne vous ai-je pas choisis, vous les Douze? Et l’un de vous est un DÉMON !” Il parlait de JUDAS, fils de Simon l’Iscariote ; c’est LUI en effet qui devait LE LIVRER, lui l’un des Douze !” (Jn 6,71)

Or, plus tard, c’est précisément lors de la Cène rapportée par le même Jean, que Jésus désigne LE TRAITRE :
“Je ne parle pas pour vous; je sais ceux que j’ai choisis. Mais c’est pour que s’accomplisse l’Ecriture : Celui qui mangeait MON PAIN a levé le talon contre moi....
(le mot pain est en effet cité 15 fois dans “le discours du pain de vie”!)
“En vérité, en vérité je vous le dis : l’un de vous va ME LIVRER.” Les disciples se regardaient les uns les autres, se demandant de qui il parlait. A table, TOUT CONTRE LE SEIN de Jésus, se trouvait un de ses disciples, celui que Jésus préférait. Simon-Pierre lui fait donc signe et lui dit: “demande de qui il parle?” Alors celui-ci se renversant à même la poitrine de Jésus, lui dit : “Seigneur, qui est-ce ?” - “C’est CELUI à qui je donnerai LA BOUCHÉE QUE JE VAIS TREMPER”, répond Jésus. Et, TREMPANT LA BOUCHÉE, il la prend et la donne à JUDAS, fils de Simon l’Iscariote . Et APRES LA BOUCHÉE, alors SATAN fit en lui SON ENTRÉE...” (Jn 13,18-27)

Du “discours du pain de vie” à “la Cène”, la conclusion est identique. Satan entend attaquer l’Eucharistie. Car il s’agit bien ici de la Cène. Observons que Jésus remet à Judas UNE BOUCHÉE qu’il a trempée . Il la lui remet dans “la bouche” comme l’indique le mot grec psômion , car on ne dépose pas dans la main quelque chose qui a été trempé ! (Dans l’apparition du Sacré-Coeur à Marguerite-Marie Alacoque, Jésus lui demandera de prendre “sur son Coeur” la place de Jean au moment de la Cène : c’était le 27 décembre 1673, précisément en la fête de Jean l’évangéliste ! )
Le mot grec psômion désignant la bouchée de pain ou de viande, achève cette lecture transcendante; il dérive du verbe psômizô : mettre les morceaux “dans la bouche” (dict. Bailly) La version grecque des Septante, nous montre les Hébreux au désert se plaignant de la Manne en disant : “Tis hèmas psômei krea ?”, qui nous mettra de la viande dans la bouche ? (Nb 11,4) Dans la Vulgate, la bouchée de la Cène (Jn 13,26) , est désignée par LE PAIN : “Ille est, cui ego intinctum PANEM porrexero. Et cum intixisset PANEM...” Le grec psômion se prête donc à cette double lecture fondamentale : bouchée de pain ou bouchée de viande, c’est à dire PAIN transubstantiable en la CHAIR du Christ !

Mais comme nous le savons, au moment de l’institution de la Cène, l’EUCHARISTIE n’est pas effective : c’est la raison pour laquelle Satan peut faire SON ENTRÉE en Judas, DES L’ABSORPTION DE LA BOUCHÉE ! Par ce geste et son dévoilement à l’apôtre bien-aimé, le Christ nous donne à comprendre en cet instant précis quel est le but réel de SATAN.

C’est ici que l’Evangile de Jean et son Apocalypse, par la même référénce (13,18), nous révèlent de Judas à l’Antéchrist, le plan de l’Adversaire :

Jean 13,18 : “Je ne parle pas pour vous tous; je sais ceux que j’ai choisis. Mais c’est pour que s’accomplisse l’Ecriture : “CELUI qui mangeait MON PAIN a levé son talon contre moi...”

Apocalypse 13,18 : “C’est ici qu’il faut de la sagesse : que celui qui a de l’intelligence calcule le chiffre de la Bête car c’est un chiffre d’homme, et son chiffre est 666 !”

L’expression de la Cène “ceux que j’ai choisis” est le rappel évident de la conclusion du discours sur le pain de vie : “Ne vous ai-je pas choisis vous les Douze” (Jn 6,70)

Reportons nous donc sans délai à la référence 6,66 de ce même discours :

Jean 6,66 : “Dès lors BEAUCOUP DE SES DISCIPLES SE RETIRERENT et CESSERENT d’aller AVEC LUI.”

C’est la conclusion de l’incompréhension de beaucoup de SES DISCIPLES, formulée peu avant : “Beaucoup de ses disciples dirent, après l’avoir entendu : “Ce langage est DUR; qui peut l’entendre ?”

Ainsi “BEAUCOUP DE SES DISCIPLES”(ses propres disciples influencés par les Juifs venus Le questionner, et non simplement ces derniers ! ) quittent le Christ à cause de son discours sur LE PAIN DE VIE, DIVORCE manifesté dans le nombre 666 de la Bête !
Aujourd’hui même, à cause de l’EUCHARISTIE, beaucoup de DISCIPLES DU CHRIST Le quittent. L’Apostasie sera à son comble avec la venue de l’ANTÉCHRIST préparée par la désacralisation de la Communion, les blasphèmes de toutes sortes, enfin l’ordination des femmes...
On connaît en effet déjà le triomphe des féministes en Angleterre, beaucoup de prêtres anglicans ayant de ce fait demandé leur affiliation à l’Eglise Catholique. Losque l’on fit poser à la Madone par le voyant de Schio, Renato Baron, la question sur l’ordination des femmes, Elle se contenta d’indiquer :
“JE N’ÉTAIS PAS PRÉSENTE LORS DE LA CENE.”

C’est ainsi que Notre-Dame répond généralement aux questions concernant l”Eglise, d’une manière brève sans développement théologique ou polémique blessante, comme il convient à la Mère de l’Amour, souhaitant simplement que l’on se reporte d’abord à l’Evangile pour approfondir toute interrogation humaine.

Si Jésus avait souhaité transmettre la prêtrise aux femmes, rien n’aurait pu l’en empêcher. On se souvient comment il s’interposa entre la femme adultère et ceux qui voulaient la lapider. Le temps qu’il consacra à enseigner Marie et Marthe. Témoignage sanspareil, à sa Résurrection, c’est précisément à UNE FEMME, Marie-Madeleine, qu’il réserva sa PREMIERE APPARITION ! (quoique, comme l’a révélé la Vierge à plusieurs mystiques , Jésus lui ait en fait apparu tout d’abord) Il prit PLUSIEURS REPAS en présence de Marie et Marthe, à Béthanie. C’est même au cours de l’un d’eux, lors de la fameuse onction parfumée, qu’il défendit la soeur de Lazare contre les vexations de Judas (Jn 12,7-8). Par conséquent si Jésus avait voulu admettre à la Cène, sa Mère ou les soeurs qu’il enseignait, on ne voit pas très bien qui eût pu l’en dissuader ?!.... Mais la raison était d’un autre ordre, d’odre surnaturel. Si les féministes revendiquent la prêtrise, c’est qu’elles ne croient pas précisément au plus profond d’elles-mêmes au surnaturel et à la présence réelle de Dieu dans l’Eucharistie. En effet, si l’on envisage la Cène symbolique sans réalité transcendante, il est évident que n’importe qui peut effectuer ce service, homme ou femme. Les pasteurs protestants ne consacrent pas les Espèces qui demeurent de simples offrandes. De ce fait, un pasteur femme protestant ne commet aucun sacrilège, étant donné que, Dieu n’est pas réellement présent dans le pain, l’Eucharistie se bornant à un simple mémorial de partage fraternel. Il n’en saurait aller de même pour une femme catholique qui prétendrait recevoir le pouvoir de consécration : désobéissance et sacrilège rejailliraient alors sur ceux qui se prêteraient à ce simulacre véritablement satanique. Dès que l’on approfondit avec le coeur le Sacrifice de Jésus sur la Croix, accompli pour tous les temps, alors l’Eucharistie s’impose comme le plus grand des signes, et ne souffre AUCUNE FANTAISIE HUMAINE qui vienne s’opposer à la Volonté divine. La prétention actuelle des mouvements féministes à la prêtrise est bien l’un des SIGNES RÉVÉLATEURS de l’IMMINENTE manifestation antéchristique visant prioritairement l’Eucharistie. En contrepartie de la prêtrise, que n’eut pas sa Mère pourtant Immaculée, Dieu a donné à la femme le merveilleux don de porter la vie EN elle. Quel homme sensé le lui disputera ?

En Angleterre, à l’approche de Noël 1994, le disque compact “le Rosaire dit par Jean-Paul II”, a battu tous les records de vente, largement en tête devant la compilation des Beatles ! Et les médias stupéfaits devant ce raz-de-marée inattendu, de qualifier le Saint Père de “Superstar” ou même de “Rockstar” ! La question est de savoir, s’il n’y aurait pas un lien occulté par les commentateurs, entre l’ordination des femmes et la semonce pacifique de la Vierge par le Rosaire de “Son” Pape...

Méditons le rôle du disciple bien-aimé dans l’Avertissement sur la Sainte Messe. Seul, de tous les apôtres, Jean a suivi Jésus au pied de la Croix. Il a vécu son Sacrifice, entendu ses dernières paroles, recueilli sa Mère que dès cet instant il prit avec lui. A la bonne nouvelle de la Résurrection, il courut si vite qu’il arriva le premier au tombeau, mais s’effaça pour laisser passer Pierre, lequel par trois fois avait trahi le Christ. Or, de tous les apôtres, seul Jean n’est pas mort sur la Croix : Jean a été FIDELE. Dans l’Apocalypse, le Christ se présente Lui-même à Jean comme le TEMOIN FIDELE (1,5) Par sa FIDÉLITÉ, Jean a donc mérité la grâce de proclamer l’Apocalypse. La FIDÉLITÉ sera LA QUALITÉ ESSENTIELLE des témoins des derniers temps, selon la promesse même du Christ : “Montre-toi FIDELE jusqu’à la mort, et je te donnerai la Couronne de Vie” (Ap 2,10) Qui voudra conserver sa vie, la perdra, et qui la donnera, la gagnera... (le nom de Jean provient de l’hébreu yehôhânân : “YHWH fait grâce”) Cela ne saurait donc être oublié dans les événements qui approchent..

Si par sa FIDÉLITÉ, Jean a mérité d’échapper au martyre, nous devons approfondir la manière dont Jésus le lui révèle :

“Ayant ainsi parlé, Jésus dit à Pierre : “Suis-moi.” Pierre, se retournant, voit venir derrière eux le disciple que Jésus préférait, celui-là même qui, LORS DU REPAS, s’était renversé sur sa poitrine et lui avait dit : “Seigneur, qui est-ce qui va te livrer ?” Pierre donc, le voyant, dit à Jésus : “Seigneur, et celui-ci ?” - “Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, lui répond Jésus, que t’importe ? Toi, suis-moi.” Le bruit courut donc parmi les frères que ce disciple ne mourrait point. Pourtant Jésus n’avait pas dit à Pierre qu’il ne mourrait point, mais : “Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ?” (Jn 21,19-23)

Ce sont ici les dernières paroles du Christ dans l’évangile de Jean : Jésus y établit la relation capitale entre la révélation faite à ce disciple LORS DU REPAS (dans l’absolu sans autre précision : la Cène !), et l’annonce que ce disciple ne mourait point de mort violente comme les autres. Dans sa longévité, Jean a donc été choisi par le Christ pour nous transmettre l’Avertissement de l’Apocalypse. Cette mise en garde concerne l’action de l’Antéchrist à la fin des temps. Jean, à qui la Vierge Marie a rapporté le DIALOGUE EUCHARISTIQUE des Noces de Cana entre elle et son fils, qui a bénéficié du secret de Jésus LORS DU REPAS, qui a compris le sens du SACRIFICE DE L’EUCHARISTIE par sa présence irremplaçable au pied de la Croix, nous permet ainsi de deviner le plan destructeur de Satan sur ce Sacrement. L’Oeuvre de l’Esprit-Saint accomplie dans la numérotation des versets du Nouveau Testament (vers 1550), met en lumière la symétrie des versets 13,18 de l’Evangile et de l’Apocalypse de Jean, résolus par le nombre 666 de la Bête; l’action de l’Antéchrist concernera donc directement L’EUCHARISTIE : c’est pourquoi il revenait à Jean de nous prévenir afin de ne ne jamais renier dans la Sainte Communion, le SACRIFICE DU CHRIST.


LA PERVERSION MACONNIQUE DE LA MESSE

Pourrons-nous dire que les paroles de Jean n’étaient pas assez claires, que nous n’avons pas été, depuis, suffisamment AVERTIS par Notre-Seigneur ou la Vierge Marie ?

“LES FRANCS-MACONS abusent de moi dans les TABERNACLES et dans mon ÉVANGILE. L’iniquité est répugnante. Unissez vos coeur à mes larmes de sang. Voici l’heure où tous s’acharnent à détruire mon Saint Sacrifice de LA MESSE... DES PLANS MALÉFIQUES sont entre les mains des FRANCS-MACONS. Ils sont tous d’accord pour ABOLIR LA MESSE... Satan est au milieu de leurs rangs. Je vous assure que des âmes se sont alliées à Satan.” (Message de Jésus à Soeur Anna Ali, musulmane convertie, 19 janvier 1988)

“Je m’adresse aujourd’hui à vous pour vous dire du fond de mon Coeur les mêmes paroles amères que J’ai prononcées à l’adresse de mes disciples à mon dernier souper : “L’UN DE CEUX QUI PARTAGENT MA TABLE SE REBELLE CONTRE MOI. Je vous le dis MAINTENANT, AVANT QUE CELA ARRIVE, afin que lorsque cela arrivera, vous croyiez que Je suis Celui qui aujourd”hui vous parle.” (Message de Notre Seigneur à Vassula, 17 mars 1993)

“Avec douleur et chagrin dans Mon Coeur, Je dois vous dire tout ce que je vois dans Ma propre Maison: aujourd’hui, le Tyran piétine déjà MON CORPS et veut abolir entièrement MON SACRIFICE PERPÉTUEL. L’un de ceux qui vit sous Mon toit me trahit..
Dis à MES BERGERS d’ouvrir leurs yeux et leurs oreilles à Mes appels angoissés, car BIENTOT ils seront forcés de MANGER et de BOIRE du VENIN...
Satan s’en vient mettre chacun à l’épreuve. Il vient vous mettre en déroute et vous diviser. Il se dirige vers Mon Trône, dans Mon Tabernacle, pour vendre Mon Sang et retirer MON SACRIFICE PERPÉTUEL.” (Message de Notre-Seigneur à Vassula 27 mai 1993)

“Mes ennemis s’apprêtent à envahir Mon Sanctuaire, MON AUTEL et MON TABERNACLE, pour ériger leur désatreuse ABOMINATION.... Par force et par TRAHISON, ils envahiront Ma Maison.... CONSPIRATION et TRAITRES vont ensemble : L’UN DE CEUX QUI PARTAGENT MA TABLE SE REBELLENT CONTRE MOI... Je vous dis cela afin que, LORSQUE LE TEMPS SERA VENU, vous compreniez pleinement Mes Paroles et que vous croyiez que depuis le début, Moi Dieu, j’étais L’AUTEUR DE CES CRIS.
Je vais maintenant vous dire quelque chose qui, pour vous, avait été gardé secret. Je vais vous révéler des choses nouvelles, des choses cachées et inconnues de vous. Beaucoup d’entre vous perdront la foi et honoreront CE MARCHAND parce qu’il usera de flatteries et lui, allié au peuple d’un Dieu étranger - les érudits de votre temps, ceux qui rejettent Ma Divinité, Ma RÉSURRECTION et Mes Traditions - ils piétineront MON SACRIFICE. Comme le coeur des hommes est faible, beaucoup l’accepteront, car il leur confèrera DE GRANDS HONNEURS du moment quer leurs coeurs LE RECONNAITRONT... N’accepez pas les DOCTRINES HUMAINES et FANTAISISTES que Mon Ennemi ajoutera et signera de sa plume...”
(Message du Sacré-Coeur de Jésus à Vassula, le 3 octobre 1994)

“Regarde, durant PLUS DE TROIS ANS, LE SACRIFICE PERPÉTUEL SERA PIÉTINÉ. En raison de cet incroyable blasphème, UN TIERS DE VOS HABITANTS mourront de l’Iniquité...”
(Message de St Michel Archange à Vassula, le 14 octobre 1994)

“Un jour vous verrez dans LE LIEU SAINT celui qui commet L’HORRIBLE SACRILEGE. Le prophète Daniel en a parlé; celui qui lit, qu’il cherche à comprendre (cf. Mt 24,15).
Fils de prédilection, pour comprendre en quoi consiste L’HORRIBLE SACRILEGE, lisez ce qui a été prédit par le prophète Daniel.
Va, Daniel, ces paroles sont cachées et scellées jusqu’à la fin des temps. Beaucoup seront purifiés, deviendront candides, intègres, mais les impies continueront à agir avec impiété. Aucun des méchants ne comprendra ces choses, mais les sages les comprendront.
Donc, depuis le temps où sera ABOLI LE SACRIFICE QUOTIDIEN et où sera dressé l’ABOMINATION DE LA DÉSOLATION, il y aura mille deux cent quatre-vingt-dix jours. Heureux celui qui attendra avec patience et qui parviendra à mille trois cent trente-cinq jours. (cf. Dan 12,9-12)
LA SAINTE MESSE est LE SACRIFICE QUOTIDIEN, l’oblation pure offerte au Seigneur sur tous les autels, du lever au coucher du soleil.
LE SACRIFICE DE LA MESSE renouvelle celui que Jésus a accompli au Calvaire. En accueillant LA DOCTRINE PROTESTANTE, on dira que la Messe n’est pas un sacrifice, mais seulement une cène sacrée, c’est à dire le souvenir de ce que fit Jésus lors de sa dernière Cène. Et l’on supprimera ainsi la célébration de la SAINTE MESSE. C’est dans cette ABOLITION DU SACRIFICE QUOTIDIEN que consiste L’HORRIBLE SACRILEGE accompli par L’ANTÉCHRIST, dont la durée sera d’environ TROIS ANS ET DEMI, c’est à dire, mille deux cent quatre-vingt-dix jours...”
(Message de Notre-Dame à Don Gobbi, le 31 décembre 1992)

Les indications du prophète Daniel se retrouvent avec exactitude dans les Messages transmis à Don Gobbi comme à Vassula. Nous évaluerons plus loin ces durées. L’expression du SACRIFICE PERPÉTUEL donne le véritable sens de la Messe en exprimant son caractère quotidien. Sans cesse dans le monde est célébré le SAINT SACRIFICE de manière ininterrompue. Et cela depuis la Pentecôte, comme le précisent les Actes des Apôtres (2,46) :

“TOUS LES JOURS d’un même coeur, ils fréquentaient assidûment le Temple, et ROMPANT LE PAIN dans leurs maisons (en attendant la construction d’Eglises...), ils prenaient leur nourriture avec allégresse et simplicité de coeur. Ils louaient Dieu et avaient la faveur de tout le peuple.”

L’attaque de Satan porte donc sur les deux termes de l’expression SACRIFICE PERPÉTUEL : abolition du SACRIFICE au profit d’une Cène protestante; suppression de son caractère QUOTIDIEN.

Or la perversion satanique de la Messe a débuté après le dernier Concile Vatican II. Parmi les artisans du nouvel “Ordo Missae”, l’Archevêque Annibale Bugnini, secrétaire de la Commission Conciliaire chargé de la Réforme liturgique : ami personnel de Paul VI, il sera exilé en Iran comme pro-Nonce, lorsque le Saint Père découvrira son appartenance à la FRANC-MACONNERIE ! Auprès de Mgr Bugnini se trouvaient six “observateurs” protestants que Paul VI remerciera publiquement pour leur assistance à la ré-édition de nouveaux textes liturgiques. Le Cardinal Benelli, un des principaux architectes de la nouvelle liturgie déclarera qu’elle reflétait une “nouvelle ecclésiologie”. La nouvelle Messe fut célébrée pour la pemière fois dans la Chapelle Sixtine devant le synode des Évêques en octobre 1967. Un sondage parmi les évêques présents demandant si cette Messe devait être acceptée comme telle révélait : 71 oui; 62 oui avec certaines réserves; 43 rejets complets. La somme majoritaire des rejets et des oui avec réserves aurait dû amener à réviser les graves défaillances. En effet la lettre des Cardinaux Ottaviani et Bacci à Paul VI, en la fête du “Corpus Domini”, Corps du Seigneur ou Fête-Dieu (1969), rend parfaitement compte de la TRANSFORMATION DE LA MESSE en CENE :

“1°) Si l’on considère les ÉLÉMENTS NOUVEAUX susceptibles d’appréciations fort diverses qui paraissent sous-tendues ou impliquées, ILS S’ELOIGNENT DE FACON IMPRESSIONNANTE dans l’ensemble comme dans le détail, de la Théologie Catholique de la Sainte Messe telle qu’elle a été formulée à la 20ème session du Concile de Trente, lequel, en fixant définitivement les “canons” du rite, éleva une BARRIERE INFRANCHISSABLE contre toute HÉRÉSIE qui pouvait porter atteinte à l’INTÉGRITÉ DU MYSTERE...
BREF EXAMEN CRITIQUE :
“1°) On veut faire table rase de TOUTE LA THÉOLOGIE DE LA MESSE. En substance on se rapproche de la THÉOLOGIE PROTESTANTE qui a DÉTRUIT LE SACRIFICE DE LA MESSE.
Voici l’article concerné : n° 7 du second chapitre de l’Institutio Generalis : Structure de la sainte Messe :

“La CENE dominicale est la synaxe sacrée ou RASSEMBLEMENT du peuple de Dieu, se réunissant sous la présence du prêtre pour célébrer le MEMORIAL du Seigneur. C’est poutrquoi vaut éminemment pour l’Assemblée locale de la Ste Eglise, la promesse du Christ : “Là où deux ou trois sont réunis en mon nom, je suis au milieu d’eux.” (Mt 18,20)

“La définition est donc réduite à celle d’une CENE. Tout cela n’implique ni la PRESENCE RÉELLE, ni la RÉALITÉ DU SACRIFICE, ni le CARACTERE SACRAMENTEL du prêtre qui consacre, ni la VALEUR INTRINSEQUE DU SACRIFICE EUCHARISTIQUE, indépendemment de la présence de l’Assemblée.
En un mot cette nouvelle définition ne contient AUCUNE DES DONNÉES DOGMATIQUES qui sont ESSENTIELLES A LA MESSE et qui en constituent la véritable définition. L’OMISSION en tel endroit ne peut être que VOLONTAIRE...
(Lettre publiée dans la revue 30 jours dans l’Eglise et le Monde, n° 6, juin 1992)

Le Père Gottardo Pascaleti essaiera de blanchir Mgr Bugnini en laissant entendre que son exil pour appartenance à la FRANC-MACONNERIE reposait sur de faux documents... Toutefois Jean Guitton, de l’Académie française, ami de Paul VI, déclarera que Mgr Bugnini exerçait une GRANDE INFLUENCE sur le Pape et avait ACCES AUX APPARTEMENTS du Saint-Père auquel il pouvait ainsi SOUMETTRE DIRECTEMENT n’importe quel document. Jean Guitton confirmera que “Paul VI fit tout ce qui était en son pouvoir pour RAPPROCHER LA MESSE Catholique de LA CENE PROTESTANTE (calviniste), aidé en cela par Mgr Bugnini”. Ainsi, pour l’Académicien, “la Messe de Paul VI se présente, premio, comme un BANQUET et insiste beaucoup sur le côté PARTICIPATION A UN BANQUET et beaucoup moins sur la notion de SACRIFICE.” Le Cardinal Journet ira plus loin encore en relatant que Paul VI avait signé le fameux article 7 sur la définition de la Messe SANS MEME LE LIRE ! (cf revue Una Voce, n° 176, mai-juin 1994)

On peut d’ailleurs aujourd’hui en mesurer le résultat concret dans l’Office même du Jeudi Saint, au cours duquel le Christ institua Son Sacrifice, et dans celui de la Fête-Dieu, ou fête eucharistique du Corps du Christ. Toute la fin de l’épître de St Paul aux Corinthiens (1, 11, 20-32), présente sur les Missels antérieurs au Concile a été supprimée. Or cette censure affecte précisément l’obligation de communier AVEC RESPECT APRES EXAMEN DE CONSCIENCE:

“C’est pourquoi, celui qui mangera ce Pain ou boira la Coupe du Seigneur SANS RESPECT, sera COUPABLE envers le CORPS et le SANG du Seigneur. Que chacun S’EXAMINE lui-même AVANT de manger de ce Pain et de boire à cette Coupe; car celui qui mange et boit SANS RESPECT, mange et boit SA PROPRE CONDAMNATION, puisqu’il ne reconnaît pas le Corps du Seigneur. C’est pour ce motif qu’il y a parmi vous quantité de MALADES et de FAIBLES, et que beaucoup sont morts. Si NOUS NOUS JUGIONS NOUS-MEME, NOUS NE SERIONS PAS JUGÉS. D’ailleurs, lorsque le Seigneur nous juge, il nous corrige pour que nous ne soyons pas CONDAMNÉS en même temps que ce monde.”

Comme on le voit, cette suppression volontaire, a entraîné la vague de Communions sans Confession et sans Respect, désacralisation de la Messe dont se plaint la Madone dans ses nombreux messages et avertissements !

L’intimité du Saint-Père et de Mgr Bugnini étant parfaitement prouvée, on ne peut dès lors croire que Paul VI ait exilé son ancien ami sans ENQUETE RELLE, simplement sur des rumeurs ou faux documents... En ce sens, Jean Guitton souligne que Mgr Bugnini n’a pas toujours eu “sa confiance”... Le Père Gottardo Pascaleti révèle qu’en 1975, Mgr Bugnini, ex-secrétaire du Concilium, fut “non seulement ÉLOIGNÉ, mais LES TRACES de son passage furent également EFFACÉES et ce qu’il avait “construit” fut DÉTRUIT. Aujourd’hui, lorsqu’un prélat de la Congrégation des rites évoque la période de la Réforme liturgique, IL EVITE DE CITER le nom de Mgr Bugnini !...” Le Père Congard n’hésite pas à parler de “REVOLUTION D’OCTOBRE DE L’EGLISE”, accréditant ainsi la thèse du COMPLOT MACONNIQUE autour de la MESSE. Dans l’un des documents suspectés que reproduit la revue citée, ordre était donné par le Grand Maître du GRAND ORIENT à Buand, nom de code de Mgr Bugnini, de “DECHRISTIANNISER au moyen de la confusion des RITES et des langues” (suppression générale du latin défendu par le Concile, malgré les interprétations qui lui font généralement dire le contraire). Mgr Giacomo Lercaro, Cardinal de Bologne, allié de Mgr Bugnini pour la dite Réforme, était encore en vie lorsque Ortolani, l’un des CHEFS DE FILE DE LA LOGE P2, fit faire sa statue... Les scandales financiers ont fini par révéler L’ACTION OCCULTE DE LA LOGE P2, et ainsi LA MAIN-MISE DE LA FRANC-MACONNERIE sur la banque du Vatican !

Or, deux ans avant l’exil de Mgr Bugnini par Paul VI, Notre-Dame délivrait à Don Gobbi ces messages particulièrement révélateurs :

“Actuellement, le Pape souffre de LA TRAHISON et de l’abandon de beaucoup : même SES PLUS PROCHES COLLABORATEURS lui désobéissent et l’entravent ; de nombreux Prêtres TANT AIMÉS DE LUI, s’opposent à Lui ; beaucoup de mes fils, victimes de Satan, le raillent, le condamnent...” (30 octobre 1973)

“A côté de ceux qui, à l’instar de Judas, trahissent chaque jour mon Fils Jésus et son Eglise, combien sont nombreux désormais les vacillants, les indécis, les INFIDELES ! Ils célèbrent LA SAINTE MESSE, ils administrent les Sacrements et ils ne croient plus... Leurs SACRILEGES ont désormais atteint la limite qui ne peut être dépassée sans que soit méprisée la justice de Dieu elle-même...” (28 décembre 1973)

Or, l’année même qui avait suivi la fin du Concile, St Michel Archange avait, au nom de la Très Sainte Vierge Marie, transmis ce Message au fillettes de Garabandal, le 18 juin 1965 :

“...Auparavant la coupe de la colère divine se remplissait, maintenant elle déborde.
Nombreux sont LES PRETRES qui marchent sur le chemin de la perdition, ENTRAINANT AVEC EUX BEAUCOUP D’AMES !
On donne DE MOINS EN MOINS D’IMPORTANCE à L’EUCHARISTIE !...”

En réalité, l’ange avait dit bien plus précisément :
“BEAUCOUP DE CARDINAUX, D’EVEQUES, ET DE PRETRES marchent sur le chemin de la perdition...”, mais dans une lettre datée du 3 février 1966, la jeune voyante Conchita avoue qu’elle a simplifié , car pour elle ils étaient “TOUS PRETRES et ne faisaient qu’UN !”

Depuis, si la notion de Sacrifice s’efface de plus en plus devant la CENE “fraternelle”, son caractère quotidien est semblablement contesté. Nous ne pourrions jamais, en un seul ouvrage, rapporter toutes les attaques contre l’Eucharistie émanant de prêtres ou de théologiens connus. A simple titre d’exemple, au cours de l’année 1994, nous entendons l’abbé Pierre, que les média ont rendu infaillible et qui a lui-même tendance à le croire, expliquer qu’une messe pour les jeunes trois ou quatre fois par an, c’est largement suffisant, vu que les églises ne sont remplies que de “bigotes” (sic!) : naturellement, il vaut bien mieux pour eux s’occuper à des taches plus utiles, plus nobles; et de citer la lettre d’une jeune fille qui s’ennuie à la messe ! (débat sur la 5ème chaîne arte, 1994)


666 ET “LA TRADITION”

A défaut d’un portrait physique exact de l’Antéchrist, bien que tous les mystiques aient décrit Satan ou Lucifer comme les plus beaux des anges, trait que l’on peut sans doute logiquement lui prêter, les précédents chapitres et ce dernier nous permettent de nous préparer à son immense pouvoir de séduction. Nous savons déjà qu’il flattera l’orgueil des hommes en distribuant habilement les honneurs. Le Seigneur insiste auprès de Vassula, sur son érudition :

“Par cet ENVAHISSEUR, tu seras éprouvé par le feu, Mon peuple. L’ENVAHISSEUR EST UN ÉRUDIT, de ces érudits qui servent la BETE et nient MA DIVINITÉ, MA RESURRECTION et MES TRADITIONS. Ce sont ceux dont l’Ecriture dit : “gonflé d’orgueil, tu as dit: je suis un dieu; je siège sur le trône de Dieu, entouré par les mers; quoique tu sois un homme et non un dieu, tu te considères comme L’EGAL DE DIEU...” (cf. Ez 28,2)
Continuez à défendre Ma Parole, MES TRADITIONS, et n’acceptez pas les DOCTRINES HUMAINES et FANTAISISTES que MON ENNEMI ajoutera et signera de sa plume. Sa signature se fera DANS LE SANG, le sang PRIS AUX ENFANTS, utilisés dans LEURS INITIATIONS MEURTRIERES, ces initiations dont le but est SA PROMOTION !..”
(Message du Sacré Coeur de Jésus à Vassula, le 3 octobre 1994)

Le mot Tradition revient plusieurs fois dans ce message et dans bien d’autres: “Ils errent pour suivre une TRADITION qui ne vient pas de moi. Ils abandonnent les Saintes Règles que je leur avais données.” (Message du Christ à Vassula, le 27 mai 1993)

L’Antéchrist s’imposera lui-même comme le garant et le représentant authentique de la Tradition, Tradition primordiale, Tradition initiatique, ésotérique, opposant la “connaissance” à l’Amour.

L’ambigüité réside donc dans l’appropriation des merveilles de la Création par l’Antéchrist. 6 est à l’origine le chiffre de la Création, l’homme ayant été formé le 6ème jour de “la Grande Semaine”. Par le péché originel, ce chiffre est devenu celui de la Connaissance et de l’Imperfection humaine, celui de Satan. Observons que la Crucifixion de Jésus a lieu le vendredi, 6ème jour, et que la foule par ses cris, le condamne à mort “vers la 6ème heure” de ce même jour, ainsi que le rapporte St Jean qui était au pied de la croix (19,14). Or, signe prémonitoire de son sacrifice, le Christ à Cana change en vin l’eau de 6 jarres. L’eau utilisée pour les ablutions rituelles, amenant au baptême de repentir prêché par Jean, rappelle aussi probablement le déluge, conséquence du péché de l’homme. C’est précisément au chapitre 6 de la Génèse que Dieu annonce le Déluge. Et en 6,6 nous lisons : “YHWH se repentit en son coeur d’avoir fait l’homme sur la terre et il s’irrita en son coeur.” Noé avait 600 ans au moment du Déluge (Gn 7,6). Ainsi en changeant l’eau en vin passionnel, Sang de l’Eucharistie, le Christ rachète en ces 6 jarres le péché de l’humanité. Et il le fait précisément en nous montrant la Voie du véritable amour aux antipodes du discours scientifique.

Si tous les nombres sont divins sans exception, 666 aurait pu continuer à traduire l’harmonie originelle de la Création que l’homme devait couronner : 666 est en effet le poids des talents d’or qui parvenaient en une année à Salomon (1 Rois 10,14) Il faut y voir le prélèvement d’un impôt sacré affecté aux oeuvres réalisées par Salomon pour YHWH, contrepartie humaine, reconnaissance de la faute de l’homme, passant par la sagesse de Salomon. Or à la fin de sa vie, Salomon trahit tous les dons de son Dieu, en adorant les idoles et élevant pour elles des constructions blasphématoires (1 Rois 11,4 et s.) qui obligèrent YHWH à lui retirer le Royaume, “arraché à la main de son fils “ (1 R 11,11 et s.)
Ainsi, le péché de l’homme, une nouvelle fois consommé en ce Roi infidèle à Dieu, a jeté sur ce nombre le terrible voile de discrédit, transcendé de manière luciférienne dans le chiffre de l’Antéchrist. 666 est devenu “le summum” de l’Imperfection; si l’on ose dire l’Imperfection absolue incarnée dans le Mystère d’Iniquité. De la même manière que Salomon, l’homme le plus sage de son temps, a détourné la CONNAISSANCE au service des FAUX-DIEUX, l’immense pouvoir de séduction et “sagesse” de l’Antéchrist entraîneront au néant ceux qui n’ayant pas reconnu le Fils de Dieu dans sa première Venue, et ignorant pareillement de ce fait son Retour en Gloire, accueilleront le nouveau Christ ou prétendue réincarnation au nom d’une “prodigieuse connaissance”: c’est l’habileté-même de Satan: “vos yeux se dessilleront et vous serez COMME DES DIEUX, sachant le bien et le mal.” (Gn 3,5) On sait que les grecs ne possédant pas de système numéral distinct, comptaient avec les lettres de l’alphabet : or n’est-il pas révélateur qu’en cette langue, celle des évangiles, le mot désignant la Tradition ait précisément pour valeur :

PARADODSIS : 80+1+100+1+4+70+200+10+200 = 666 !

Ce mot est employé dans la Bible (Septante) pour traduire l’hébreu qabbâlâ , d’où la kabbale. Il convient donc de distinguer la Tradition (humaine) de la Loi (divine), comme Jésus le rappelle aux lettrés juifs :

“Et vous, pourquoi transgressez-vous le commandement de Dieu au nom de VOTRE TRADITION ?... Et ainsi vous avez annulé la Parole de Dieu au nom de VOTRE TRADITION ! “ (Mt 15,3.6)

“Laissant de côté le commandement de Dieu, vous observez LA TRADITION DES HOMMES.” Et Il leur disait : “Comme vous vous entendez à rejeter le commandement de Dieu pour garder VOTRE TRADITION !... annulant la parole de Dieu en faveur de LA TRADITION que vous vous êtes transmise.” (Mc 7,8.9.13)

Ce sont LES DOCTRINES HUMAINES ET FANTAISIES dont parle le Christ à Vassula. Dans l’absolu, l’ANTÉCHRIST se servira de la TRADITION initiatique pour l’opposer à la Loi, comme le révèle ce passage de l’Apocalypse nous mettant solennellement en garde contre LES PROFONDEURS DE SATAN :

“Mais à vous je le dis, aux autres fidèles de Thyatire qui ne partagent pas cette doctrine, qui n’ont pas connu LES PROFONDEURS DE SATAN - comme ils disent - : je ne vous impose pas d’autre fardeau; seulement ce que vous avez, TENEZ-LE FERME jusqu’à ce que j’arrive...” (Ap 2,24-25)

Dans le terme de PROFONDEURS (ta bathea tou satana; altitudines satanae), tous les commentateurs entrevoient celles D’UNE DOCTRINE ESOTERIQUE OU SES PARTIES LES PLUS SECRETES (Osty-Trinquet). Or, cette perversion pourrait bien affecter un substitut possible de l’Eucharistie, fondé sur cette prétendue “connaissance” ou “Tradition”... Il est alors très important de se rappeler que le “DON DE DIEU” (donum Dei), Esprit-Saint transmis aux apôtres lors de la Pentecôte (actes 8,20), ne s’achète pas, ne se fabrique pas, ne s’arrache pas à la nature souillée qui ne contient en elle-même aucun germe de rédemption (Gn 3,17).

Plusieurs auteurs confirment en effet dans l’entourage initiatique immédiat d’Hitler, la tenue d’offices particuliers avec recours à la magie. N’est-il point singulier, que cet avant-coureur de l’Antéchrist, ainsi nommé dans les prophéties, ait fait imposer sur le ceinturon des soldats la devise allemande “GOTT MIT UNS”, soit “Dieu avec nous”, qui comme nous ne l’ignorons plus, est la traduction exacte de l’hébreu Immanouel définisant la MISSION EUCHARISTIQUE de Jésus !

A propos de l’Eucharistie à la fin des temps, Marie-Julie Jahenny entendait la voix des autorités impies déclarer :
“Nous te permettront encore cette chose... mais HORS DE LA MANIERE et HORS DE LA MAISON (église) où tes folies ont habitué les dévôts à se rendre.” (30 juin 1880)
Rappelons nous l’appel angoissé de Notre-Seigneur à ses prêtres qui bientôt seront “forcés de manger et boire du VENIN....” (à Vassula, 27 mai 1993)


Dernière édition par Hercule le Mar 13 Déc 2011 - 18:28, édité 3 fois
Poirot
Poirot
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.

Messages : 93
Date d'inscription : 29/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !" Empty Re: Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !"

Message  Poirot le Lun 12 Déc 2011 - 18:37

"ULTIME AVERTISSEMENT AU MONDE"
par Don Raymond
Editions Hovine Belgique
- 1995 -


LE SACRE-COEUR ET LA MISSION DE LA FRANCE

Les apparitions de portée universelle et les messages de la fin des temps dont elle a bénéficié ou bénéficie encore, sa sensibilité de tout temps aux problèmes internationaux, posent la question du rôle de la France dans les proches événements prophétisés. Il apparaît alors indispensable, même dans le cadre réduit de cet ouvrage, d'esquisser à grands traits l'histoire mystique de ce pays, de sa relation privilégiée avec Dieu. Cela-même dans le but de compréhension de l'ultime Message du Christ, précisément délivré à cette nation.

Les mystiques comme Soeur Catherine Emmerich évoquent la venue de Marie-Madeleine en Gaule, avec son frère Lazare et sa soeur Marthe. La tradition, ainsi que les témoignages archéologiques, nous la montrent vivant en ermite dans la grotte de la Sainte Baume en Provence (ce qui sera prouvé plus loin). Au XVIIIème siècle, ses reliques contiennent ses cheveux jugés " jugés encore aussi naturels que si dans l'instant ils eussent été coupés" et il persiste une partie de chair sur le front (peut-être là où le Christ l'avait touchée en disant : "ne me touche pas" )

Marie-Madeleine, l'humble pécheresse repentie, est, hormis Sa Mère, le premier être humain à avoir deviné la mort du Christ, et pour cela prémonitoirement oint ses pieds de sa longue chevelure (Jn 12,7) La première, de bon matin elle se rendit au tombeau (Jn 20,1). Et la première (après Sa Mère) Il lui apparut ressuscité! (Jn 20,14-18) Par son immense repentir, elle mérita cette suprême faveur de Jésus.
Le choix de la terre qui allait devenir la France par Marie-Madeleine demeure donc un grand mystère spirituel et sans doute tout ne peut-il être dit dans cet ouvrage. Or, sa retraite et sa mort ne conditionnaient-elles pas l'histoire d'une nation semblablement pécheresse, appelée pourtant, elle aussi, à voir LA PREMIERE le Retour en Gloire du Christ?...

Et les chercheurs de s'interrroger: Sa venue en France fait-elle de celle-ci un pays à la mission privilégiée, devenue "fille aînée de l'Eglise" depuis le baptême de Clovis et des Francs en 496?

A ce titre, comme le souligne le R. P. Lacordaire dans son opuscule sur la sainte (Paris, 1860) , les rois de France lui ont rendu l'hommage qui lui est dû : Louis XI "la traita comme une fille de France, et légua à ses descendants son pèlerinage comme LE PERLERINAGE PROPRE DE LA MONARCHIE FRANCAISE". Charles VII, Louis XII, François 1er, Charles IX, Louis XIII, enfin Louis XIV firent successivement le pèlerinage des Saints-Lieux de Provence. Des rois d'autres nations y vinrent aussi, ainsi que plusieurs Papes d'Avignon."

Officiellement le Royaume commence avec Clovis, fondateur de la monarchie franque et seul roi de toute la Gaule, dont la conversion au catholicisme doit surtout à son épouse Ste Clotilde. En la nuit de Noël 496, St Rémi, archevêque de Reims et légat pontifical, le baptise dans sa basilique archiépiscopale, lorsque se déroule un prodige que nous fait revivre dans ses archives Hincmar, le pieux abbé de Reims :

"Soudain, une lumière plus éclatante que le soleil inonde l'église. Le visage de l'évêque en est irradié. En même temps retentit une voix: "La paix soit avec vous! C'est moi! N'ayez point peur! Persévérez en ma direction!"
Quand la voix eut parlé, une odeur céleste embauma l'atmosphère. Le roi, la reine et toute l'assistance épouvantés se jetèrent aux pieds de saint Rémi qui les rassura et leur déclara que c'est le propre de Dieu d'étonner au commencement de ses visites et de réjouir à la fin.
Puis, soudain illuminé d'une vision d'avenir, la face rayonnante, l'oeil en feu, le nouveau Moïse s'adressant directement à Clovis, chef du nouveau peuple de Dieu, lui tint le langage de l'ancien Moïse à l'ancien peuple de Dieu:
"Apprenez mon fils, que le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l'Eglise Romaine, qui est la seule Eglise du Christ. Ce royaume sera un jour grand entre tous les royaumes. Et il soumettra tous les autres peuples à son sceptre. Il durera jusqu'à la fin des temps. Il sera victorieux et propère tant qu'il sera fidèle à la foi romaine. Mais il sera rudement châtié toutes les fois qu'il sera infidèle à sa vocation."

Au commencement du Royaume de France, une prophétie qui en fait "la fille aînée de l'Eglise", la gardienne de la foi jusqu'à la fin des temps. Et cette prophétie est scellée en des termes qui rappellent directement ceux de l'Ancienne Alliance de Dieu avec son peuple. Plus encore, un signe vint attester l'origine divine de cette royauté. Le pieux Hincmar raconte comment un nouveau miracle devait se produire le jour même du baptême de Clovis:

"Dès qu'on fut arrivé au baptistère, le clerc qui portait le chrème, séparé par la foule de l'officiant, ne put arriver à le rejoindre. Le Saint Chrème fit défaut. Le Pontife alors lève au ciel ses yeux... et supplie le Seigneur de le secourir en cette nécessité pressante. Soudain apparaît, voltigeant à la portée de sa main, aux yeux ravis et étonnés de l'immense foule, une blanche colombe tenant en son bec une ampoule d'huile sainte dont le parfum d'une inexprimable suavité embauma toute l'assistance. Dès que le prélat eut reçu l'ampoule, la colombe disparut."

Par la suite, les archevêques de Reims revendiquèrent le privilège de l'employer pour l'onction royale. Celle-ci ne put donc être faite que dans leur métropole.

Le cérémonial du sacre des Rois de France reconnaît que comme au baptême du Christ, c'est "le Saint-Esprit qui, par l'effet d'une grâce singulière, apparut sous la forme d'une colombe et donna ce baume divin au Pontife."
"Très véritablement le Roi de France était L'OINT, le Consacré du Seigneur. Ce privilège unique était reconnu dans le monde entier. Dans toutes les cérémonies diplomatiques, en effet l'Ambassadeur du Roi de France avait le pas sur ceux de tous les autres Souverains parce que son Maître était "sacré d'une huile apportée du Ciel", ainsi que le reconnaît un décret de la République de Venise, daté de 1558. Quant au Saint Chrème, dangereusement convoité, il échappera aux destructions de la Révolution française et demeurera caché dans l'attente de l'onction du Grand Monarque de la fin des temps" (cf. Marquis de la Franquerie, Saint Rémi, thaumaturge et apôtre des Francs, éd. Résiac, p. 10)

A la différence de l’empire romain et des autres royaumes qui durent se convertir, la France naquit chrétienne au baptême de Reims. L'autorité du Roi franc lui vient donc directement de Dieu. Il est totalement souverain dans le domaine temporel et ne doit obéissance au Pape que dans le domaine spirituel. Lorsque plusieurs siècles plus tard, interviendra une controverse, nous pourrons juger de l'attitude du clergé et de la noblesse, par les lettres que chacun d'eux adressa au Pape Boniface VIII. On lit dans la première:

"Le 10 avril (1302), lorsque nous nous trouvâmes à Notre-Dame de Paris, en présence du Roi (Philippe le Bel), il nous fit informer (par Pierre de Flotte) qu'à en croire vos lettres, il vous serait soumis même au point de vue temporel, en ce qui concerne son royaume, et qu'il tiendrait celui-ci de vous, alors que, jusqu'à présent, on était généralement convaincu que lui et ses prédécesseurs ne tenaient ce royaume que de Dieu seul... Nous répondîmes, non sans grand trouble, qu'en parole et en action, nous prendrions la défense du Roi, de sa personne, de sa famille, de ses propriétés et de sa liberté en tant que par la posession de duchés, de comtés, de fiefs, nous étions obligés au serment de fidélité."
Ainsi pour le clergé lui-même, ce serment impose la fidélité temporelle à l'égard du Roi plutôt qu'à l'égard du Pape (cf. Jean de Pange, Le Roi Très-Chrétien, éd. Fayard 1949, éd. Arma Artis, 1985, p. 106)

Dans la famille des premiers rois de France, outre Clotilde, épouse de Clovis, plusieurs saints ou reines furent canonisés.
Tout d'abord Ste Radegonde (518-587), reine mérovingienne, fille de Berthaire, roi de Thuringe. Elle épousa Clotaire Ier, fils de Clovis. Consacrée à Dieu, Clotaire lui fit bâtir à Poitiers un monastère dédié à Notre-Dame où elle vécut dans l'humilité des emplois les plus modestes. En 569, l'empereur Justin lui envoya un fragment de la Croix du Christ que Radegonde reçut dans son monastère: celui-ci prit désormais le nom de Sainte Croix.
Premier roi de France canonisé, St Gontran (+592), roi de Bourgogne et fils de Clotaire Ier, fit beaucoup pour l'évangélisation et les ordres religieux. Peut-être même termina-t-il sa vie comme moine. La fête de ce PREMIER SAINT ROI DE FRANCE, le 28 mars, revêt comme nous le verrons plus loin une importance capitale dans le message de la fin des temps délivré par le Christ à Dozulé : En effet, Notre Seigneur a demandé que ce jour-là, chaque année l'on vienne en procession s'y recueillir et s'y repentir au pied de la Croix Glorieuse.
Saint Cloud ou Clodoald (vers 522-vers 560), petit-fils de Clovis et de Ste Clotilde, troisième fils de Clodomir, se retira dans un petit village près de Paris, où il fonda un monastère qui prit son nom.
Ste Bathilde (+680), d’origine anglo-saxonne, épouse de Clovis II, est la mère de Clotaire III, Childéric II et Thierry III. Veuve en 657, elle régente le royaume durant la minorité de Clovis III. Entourée de conseillers religieux comme saint Léger ou saint Ouen, elle signe plusieurs actes qui privilégient des abbayes, notamment Saint-Germain-des Prés, Saint-Médard-de-Soissons, Jumièges, Luxeuil, Corbie... Elle lutte contre la simonie et l’esclavage...

Or, l'un des traits significatifs du destin mystique de la France, réside sans doute dans l'arrêt de l'invasion arabe par Charles Martel, fils de Pépin II d'Heristal. La bataille eut lieu en 732 à Poitiers, ville où s'était jadis retirée Ste Radegonde. Comment éviter la relation entre cette victoire et la présence en cette ville du fragment de la vraie Croix d’autant que 732 marquait précisément le centenaire de la mort du “prophète” Mahomet ! (bien plus tard, toujours à Poitiers, le mercredi saint 28 mars 1923, fête de Saint Gontran, Soeur Josepha Menendez, humble religieuse coadjutrice de la Société du Sacré-Coeur, sera conduite en vision au pied de la Croix, où elle assistera à Son Crucifiement)

Les Carolingiens tiendront à rappeler qu'ils descendent de Clovis. Charlemagne, roi des francs et empereur d'Occident, ayant reçu l'onction papale sera dit "Christ" du Seigneur, c'est à dire "Oint". De même le Pape Léon IV déclarera que Lothaire Ier, également empereur d'Occident, est "l'Oint du Seigneur"... Au prestige du sang royal, s'en ajoute un autre. Selon la remarque de Fustel de Coulanges, les Carolingiens sont une famille qui compte au moins huit saints dont leur ancêtre, Saint Arnulf, est le plus célèbre.

Au moyen-âge la prophétie de saint Ange, juif palestinien converti, religieux de l'ordre des Carmes mort martyr en 1125, vient rappeler le dessein de Dieu sur la France et sa mission jusqu'à la fin des temps. Y apparaît la mission du Monarque ultime. Questionné par le moine, Jésus lui répond :

"Un roi s'élèvera finalement de l'antique race des rois de France, d'une insigne piété envers Dieu. Il sera honoré par les princes chrétiens et dévoué à la foi orthodoxe; il sera aimé d'eux et sa puissance s'étendra au loin sur la terre et sur la mer. Alors l'Eglise étant comme retirée d'une certaine destruction, ce roi s'unira au Pontife Romain et le soutiendra. L'erreur sera détruite parmi les chrétiens. L'Eglise sera rendue à l'état que les bons ont choisi pour elle. Il enverra une armée à laquelle s'uniront spontanément de nombreux guerriers, s'élançant au combat pour l'amour de mon Nom; et l'amour de la Croix qui les transportera, leur obtiendra des trophées dont l'éclat s'élèvera jusqu'au ciel. Le Monarque passera les mers et rendra à l'Eglise les contrées perdues par elle."

C'est pour ce Monarque, la mission clairement rappelée de protection de l'Eglise, lorsque celle-ci aura atteint le point le plus bas. Comme on peut le voir, contrairement aux dénégations maçonniques, les prophéties concernant le Grand Monarque de la fin des temps n'apparaissent pas au XIX s., mais constituent à travers les siècles une donnée permanente de la Révélation divine aux âmes privilégiées.

Précisément nous traversons le temps à grands pas, jusqu'à Ste Jeanne d'Arc, dont la mystérieuse mission épouse celle non moins mystérieuse de la France. Sa vie dérangeante n'a pas fini d'irriter les penseurs et historiens matérialistes. A leurs yeux elle est telle que l'ont faite cinq siècles de guerres nationales et deux cent ans d'idéologie révolutionnaire, soit une héroïsme du nationalisme étroit animée par la haîne de l'étranger. C'est donc ce sentiment qui l'aurait poussée à partir de son village pour entrer en guerre... Or à treize ans et demi, l'enfant qui ne sait ni lire ni écrire, entend la voix de l'Archange Saint Michel évoquer "la pitié qui est au royaume de France". D'autres voix, celles de Ste Catherine et de Ste Marguerite, l'encouragent à assumer la tache de rétablir la situation quasiment désespérée du "petit roi de Bourges". Elle gardera trois ans ce lourd secret.

Le problème qui se pose en son temps est celui de la légitimité du Roi. Une terrible crise de conscience est ouverte depuis la mort de Charles VI. En effet, le Roi ayant été frappé de folie dans la forêt du Mans, son épouse Isabeau, exerce la régence. Par le traité de Troyes, en 1420, elle livre le royaume de France à l'Angleterre en reconnaissant traîtreusement son gendre anglais pour seul héritier et désavouant ainsi son fils Charles VII. Dans les chaumières comme dans les châteaux on se demande: "Où est le Roi?"
Il y a un gouvernement légal, reconnu par les autorités constituées. Comment expliquer que le Parlement et l'Université de Paris soient si fermement attachés à la Double Monarchie, s'il est vrai qu'elle signifie la subordination de la France à l'Angleterre et la fin des grandes traditions dont la France est dépositaire? Mais quelles sont ces traditions et pourquoi Jeanne d'Arc, née hors des frontières du Royaume vient-elle avec une petite escorte trouver le Dauphin le 8 mars 1429, après quinze jours de chevauchée?
A Charles VII qui la reçoit à Chinon, elle parle d'un "secret" qu'il est seul à connaître. Le Roi la fait alors soumettre à un examen qui lui est favorable.
Comme le peuple lui-même, Charles VII doute de sa propre légitimité. Au delà d'un secret personnel, la mission de Jeanne auprès du Dauphin n'est-elle pas avant tout d'ordre spirituel: le conduire à Reims afin que par le sacre reçu dans les formes traditionnelles, soit restaurée l'unité du Roi Très-Chrétien, seul capable de ramener l'ordre et la paix dans le Royaume? Celui que, guidée par l'Eglise et les voix célestes, elle cherche depuis son enfance, est-il seulement le Roi de France, dont elle ne prononce jamais le nom? N'est-il pas plutôt le Roi Très-Chrétien, "l'Oint du Seigneur", la figure du Christ? (cf. Jean de Pange, op. cit., p. 8)

Peu importent alors les péripéties de la guerre pour laquelle la jeune fille, revenue à Chinon, est équipée. Elle se fait faire un étendard où l'on voit “la Vierge à l'Annonciation à laquelle l'ange présente un lys". Etrange équipée, et miracle en soi, comment les soudards de cette armée française disparate ont-ils pu accepter de chevaucher derrière "la pucelle" au céleste étendard, pour défendre une cause aussi discutée que difficile?
Or, premier acte décisif qui a valeur de signe, deux mois jour pour jour après son entrevue avec le Roi, le 8 mai, fête de l'Archange Saint Michel protecteur de la France qui lui a révélé sa mission, elle chasse les anglais d'Orléans !
Après une campagne de libération en Champagne et en Bourgogne, Charles VII est sacré le 17 juillet en la cathédrale de Reims; la Sainte Ampoule a été amenée par l'abbé de Saint-Remi, Jean Canard, monté sur une mule blanche, jusqu'au grand portail de la cathédrale. Là, elle a été portée et reçue au maître-autel par l'archevêque: désormais, Charles VII est vraiment ce que Jeanne voulait qu'il fût: pas seulement le Roi de France, au sens étroit et sans idéal où on l'entend aujourd'hui, mais "l'Oint de Dieu".
Philippe le Bon, duc de Bourgogne et vassal du Roi, n'étant pas venu au sacre, Jeanne qui l'a attendu jusqu'à la dernière minute, lui adresse le même jour une lettre pathétique, véritable prière "les mains jointes" afin qu'il cesse de faire la guerre au saint royaume de France... Tous ceulx qui guerroient au dit saint royaume de France guerroient contre le roi Jhesus, roy du ciel et de tout le monde, mon droicturier et souverain Seigneur." (Procès, t. V, p. 126)

Ce sacre s'insère dans un dessein spirituel à l'évidence bien plus large dépassant de beaucoup la personnalité du Roi, dont la gratitude ou la grandeur n'ont pas toujours été à la mesure de cette mission...
En septembre, tentant de reprendre Paris sur les anglo-bourguignons, Jeanne est blessée. Et sa “passion” commence: cependant que Charles VII conclut une trêve avec le duc de Bourgogne, les bourguignons la capturent. Par l'intermédiaire de l'évêque de Beauvais, Pierre Cauchon, réfugié à Rouen, les anglais réussissent à acheter la prisonnière. Déclarée hérétique et schismatique, puis relapse, Jeanne sera brûlée vive le 30 mai 1431. Les témoins diront en voyant encore battre son coeur si lié à Celui de Jésus:
"Nous avons brûlé une sainte !"
Mais le royaume de France est sauvé.
Si Jeanne d'Arc n'avait pas été là, non seulement la France serait devenue anglaise, mais également protestante puisque, quelques années plus tard, Henri VIII, roi d'Angleterre, rompt avec l'Eglise afin de pouvoir changer d'épouse !
Or, après le martyre de Jeanne, l'impulsion qu'elle a donnée ne se ralentit pas. Au bout de vingt ans de luttes où se distinguent Richemont, la Hire, Xaintrailles, Jean Bureau, etc... les anglais battus à Formigny (1450) et à Castillon (1453), sont chassé de France où ils ne conservent que Calais.

Moins d'un siècle après la mort de Ste Jeanne d'Arc, St François de Paule (1416-1507), fondateur de l'ordre franciscain des Minimes, est mandé en France par le roi Louis XI auquel était parvenu le bruit des guérisons miraculeuses qu'il opérait. Encouragé par le Pape, il demeure à la Cour de France jusqu'à sa mort, jouissant du même crédit auprès de Charles VIII et de Louis XII.
Il nous laisse cette prophétie :
"De par la vertu du Très-haut, LE GRAND MONARQUE anéantira les hérétiques et les incroyants. Il disposera d'une grande armée et les anges combattront à ses côtés. Il exterminera tous ceux qui se rebellent contre Dieu. Il sera comme un soleil au milieu des étoiles et il exercera son empire sur le monde."

C'est le rappel très clair de la mission universelle conférée au royaume de France en son ultime GRAND MONARQUE dont la dénomination, il faut le reconnaître, précède nettement celle des quatrains de Nostradamus.

Un siècle et demi plus tard, le Christ va s'adresser à l'une des filles de France, Soeur Marguerite-Marie Alacoque, religieuse visitandine, prédestinée à sa mission par sa naissance le 22 juillet 1647, fête de Ste MARIE-MADELEINE. Le 27 décembre 1673, fête de St Jean l'évangéliste, Jésus l'invite à prendre sur son Coeur la place de l'apôtre bien-aimé au moment de la Cène. En juin 1689, soit très exactement un siècle avant la révolution française, il lui délivre ce message capital destiné au roi Louis XIV:

"Fais savoir au Fils aîné de mon SACRÉ-COEUR que comme sa naissance temporelle a été obtenue par la dévotion aux mérites de ma Sainte-Enfance, de même il obtiendra sa naissance de grâce et de gloire éternelle par la Consécration qu'il fera de lui-même à mon Coeur adorable qui veut triompher du sien, et par son entremise, de celui des grands de la terre. Il veut règner dans son palais, être peint sur ses étendards et gravé dans ses armes pour les rendre victorieuses de tous ses ennemis, en abattant à ses pieds ces têtes orgueilleuses et superbes, pour le rendre triomphant de tous les ennemis de la Sainte Eglise."

Ainsi, par deux fois, sainte Marguerite-Marie écrit à la Mère de Saumaise, à Dijon; d'abord le 17 juin 1689, puis en août 1689 où elle insiste:

"Le Père Eternel, voulant réparer les amertumes et les angoisses que l'adorable Coeur de son divin Fils a reçues dans la maison des princes de la terre, parmi les humiliations et les outrages de sa Passion, veut établir son empire dans le coeur de notre grand Monarque, duquel il veut se servir pour l'exécution de ce dessein qu'il désire voir s'accomplir en cette manière, qui est de faire un édifice où serait le tableau de ce Divin Coeur pour y recevoir la consécration et les hommages du Roi et de toute la Cour."

Le roi de France est nommé par le Christ Lui-même, "Fils aîné de mon Sacré-Coeur", dans le prolongement du Message délivré à Clovis selon lequel la France est depuis dite "Fille aînée de l'Eglise". Le Seigneur lui demande donc trois choses:
1- Se consacrer à Son SACRÉ-COEUR pour le triomphe de la Ste Eglise.
2- Faire apposer l'image du SACRÉ-COEUR sur le drapeau et les armes de la France.
3- Faire un édifice dédié au SACRÉ-COEUR où serait effectué la Consécration de la France par le Roi en présence de toute la Cour.

Il est aujourd’hui prouvé que le message fut bien transmis à Louis XIV qui n’était pas personnellement hostile à la dévotion du Sacré-Coeur puisqu’il avait tenu à envoyer deux mille livres à Saint Jean Eudes pour la construction de la première chapelle érigée en France en l’honneur du Sacré-Coeur; mais son confesseur très influent, le Père de la Chaize, l’en a dissuadé...

(cf. Marquis de la Franquerie, le Sacré-Coeur et la France, éd Résiac, p. 20-21; Jean Vaquié, Bénédictions et malédictions, prophéties de la révélation privée, éd. Dominique Martin Morin, p. 80-82; Pierre Salgas, Le Message de 1689 du Sacré-Coeur à la France, éd. Résiac; Renée Casin, Le message de 1689 du Sacré-Coeur à la France, in "le sourire de Marie", n° 196, juin-juillet 1992, p. 37-42, éd. Résiac)

En 1744, Mère Hélène Coing, supérieure du Monastère de Paray-le-Monial, rappelle à l'évêque de Lens, Mgr Languet, le message du siècle précédent. Le culte du Sacré-Coeur se répand, et en 1765, la reine Marie Lecsinska, épouse de Louis XV, obtient des évêques de France qu'ils en établissent la fête publique dans tous les diocèses. Le Dauphin fait ériger une chapelle du Sacré-Coeur au palais de Versailles. Cependant aucune des trois demandes n'est réalisée.

Le roi Louis XVI, prisonnier au Temple en 1792, prend l'engagement de prononcer un acte de consécration de la France au Sacré-Coeur s'il recouvre la liberté. La preuve écrite en a été trouvée dans les papiers de son confesseur, feuille de quatre pages intitulée : "Consécration de la France au Sacré-Coeur" découverte par les délégués de la Convention. On connaît la suite...

Le 21 juin 1823, Mère Marie de Jésus (1797-1854), religieuse du couvent des oiseaux de Paris, reçoit ce message du Sacré-Coeur qui lui apparaissait déjà depuis de nombreuses fois:

"La France est toujours bien chère à MON COEUR, et elle lui sera consacrée. Mais il faut que ce soit le Roi lui-même qui consacre sa famille, sa personne et tout son royaume à MON DIVIN COEUR et qu'il lui fasse élever un autel comme on en a élevé un, au nom de la France, en l'honneur de la Sainte Vierge.
Je prépare à la France un déluge de grâces, lorsqu'elle sera consacrée à MON DIVIN COEUR, et toute la terre se ressentira des bénédictions que je répandrai sur elle. La foi et la religion refleuriront en France par la dévotion à MON DIVIN COEUR."

Vers la même époque, entre 1810 et 1830, la religieuse de Bellay dicte des prophéties évoquant le règne du Grand Monarque qui surviendra après une période de persécution des chrétiens. Elle prophétise ce que Notre-Dame redira à La Salette: à savoir que "ces événements se produiront lorsque les méchants auront répandu UN GRAND NOMBRE DE MAUVAIS LIVRES."

Le 20 novembre 1843, c'est au tour de Soeur Marie Lataste, religieuse de la Congrégation du Sacré-Coeur, d'être gratifiée d'une vision dans laquelle Jésus lui rappelle le rôle de la France, et sa mission sans cesse détournée.

En juillet-août 1870, notre pays subissant les premières défaites, l'Empereur Napoléon III étant à la frontière, l'Impératrice régente s'apprête à célébrer cette consécration officielle à Notre-Dame de Paris, vêtue de deuil et suivie des Corps constitués. Le croira-t-on? Elle en est dissuadée par l'archevêque de Paris, Mgr Darboy, future victime de la Commune.

Cette même année 1870, Madame Royer (1841-1924), au cours des visions du Sacré-Coeur de Jésus, reçoit ses premiers messages concernant la France; comme elle l'écrira, c'est le 22 juillet 1870, en la fête de Ste MARIE-MADELEINE que la compréhension du véritable dessein de Jésus sur ce pays lui sera donnée :

"J'ai toujours cru que les desseins miséricordieux du SACRÉ-COEUR étaient pour le monde entier... Les choses spéciales qui m'ont été montrées pour la France, m'ont sans doute fait mettre la France en avant... Mais la première lumière que j'ai eue pour l'association, le 22 juillet 1870, me montrait Notre-Seigneur tenant la triple couronne du Saint-Père, qui est le Pape du monde entier. J'ai cru entendre très distinctement un peu plus tard qu'il voulait, par Lui, LE SACRÉ-COEUR, amener les lumières de la foi... Ce qui m'est resté de plus frappant c'est cette lumière partant du Sacré-Coeur pour la conversion des nations infidèles, hérétiques et schismatiques...
Si LE SACRÉ-COEUR appelle d'abord la France à la pénitence, c'est comme il a appelé MADELEINE, parce que la France a beaucoup à expier, et doit, en retour, beaucoup aimer ! Chose que je n'avais point remarquée, c'est le 22 juillet, jour de la sainte MADELEINE, que j'ai eu les premières lumières sur les malheurs de la France. A Montmarte, en 1877, j'ai cru (et je l'ai écrit au R. P. Rey) voir LE SACRÉ-COEUR se préparant un trône éclatant de lumière et de gloire, d'où son amour, sa miséricorde, en rayon de feu, embrasait le monde entier..."

Le rôle de MADELEINE est capital : si lors de la Résurrection, elle fait le lien avec les apôtres auxquels elle court annoncer la bonne nouvelle, par son voyage et sa fin mystérieuse sur le futur sol de France, elle fait aussi le lien entre le Christ et son futur Royaume. Par Ste Marguerite-Marie comme par Madame Royer, LE SACRÉ-COEUR relie intimement la France à MARIE-MADELEINE.

Le 24 juillet 1873, l'Assemblée nationale vote l'édification de la basilique du Sacré-Coeur par 382 voix contre 138 :
"Est déclarée d'utilité publique la construction d'une église sur la colline de Montmartre, conformément à la demande qui en a été faite par l'Archevêque de Paris. Cette église, qui sera construite avec des fonds provenant de souscriptions, sera à perpétuité affectée à l'exercice catholique."
C'est donc le gouvernement de la France qui a répondu officiellement à l'appel du Seigneur par les voix catholiques de l'Assemblée.
Cependant, toujours point de Consécration officielle...

Le 1er décembre 1896, Marie-Julie Jahenny, la stigmatisée bretonne de La Fraudais près de Blain, souvent comparée à Marthe Robin, reçoit ce Message prophétique du SACRÉ-COEUR :

"Après le coup de ma Justice (l'épreuve de la fin des temps), sous une belle aurore d'un matin plein d'espérance, sortira un sauveur qui sera béni, choisi par moi. Il bénira mes oeuvres, favorisera mes desseins; il sera l'ami de Dieu... Le Roi ne viendra qu'au milieu de la crise puisqu'il la terminera... Le poison est resté sur le trône, il faut qu'il soit purifié car c'est un autre saint Louis qui doit s'y asseoir sur les lys embaumés. Le Roi doit venir dans le fort de l'orage pour être l'héritier de la couronne méritée qui lui a été ravie. Laissez dire aux hommes qu'il ne viendra jamais... Quand viendra le règne de ce prince, la France se trouvera très affaiblie, mais Dieu la récompensera par de grands prodiges après l'avoir criblée et faite souffrir... C'est avec la bannière du SACRÉ-COEUR que nous marcherons... Nous tiendrons sous nos pieds tous les ennemis de Dieu et toute cette franc-maçonnerie."

Comme son prédécesseur Léon XIII, en 1909 St Pie X a une vision au cours d'un sommeil inopiné. Revenu à lui, il déclare:

"Ce que je vois est effrayant. Sera-ce moi? Sera-ce mon successeur? Ce qui est sûr, c'est que le pape quittera Rome et que pour sortir du Vatican, il lui faudra passer sur les cadavres de ses prêtres." (J. Vaquié, op. cit., p. 212)

Le 21 novembre 1911, il tient à des cardinaux français récemment nommés, un singulier discours. Son assurance montre qu'il disposait indubitablement de sources prophétiques, ou bien qu'il en avait eu lui-même la révélation comme semble l'accréditer sa précédente vision :

"Que vous dirai-je à tous, chers fils de la France, qui gémissez sous le poids de la persécution? Le peuple qui a fait ALLIANCE AVEC DIEU aux fonts baptismaux de Reims, se convertira et retournera à sa première vocation. Sans doute les fautes ne resteront pas impunies, mais la fille de tant de mérites, de tant de soupirs, de tant de larmes, ne périra jamais.
Un jour viendra -et il ne tardera guère- où la France, comme autrefois Saul sur le chemin de Damas, sera enveloppée d'une lumière céleste et où elle entendra une voix qui lui répètera: "Ma fille, ma fille, pourquoi me persécutes-tu?"
Et sur sa réponse: "Qui êtes-vous, Seigneur?", la voix répliquera: "Je suis Jésus de Nazareth. Il t'est dur de regimber contre l'aiguillon, parce que dans ton obstination tu te ruines toi-même." Et elle, frémissante et étonnée, dira: "Seigneur, Seigneur, que voulez-vous que je fasse?"
Et Lui: "Lève-toi, lave-toi de tes souillures qui t'ont défigurée, réveille dans ton sein les sentiments assoupis et LE PACTE DE NOTRE ALLIANCE, et va, fille aînée de l'Eglise, va, NATION PREDESTINÉE, vase d'élection, va porter comme par le passé mon Nom devant tous les peuples et les rois de la terre."

Cette fois par la bouche même d'un Pape italien, le Christ rappelle le Pacte de son Alliance et la Mission universelle de la France. A ses paroles font écho de nos jours celles de Jean-Paul II lors de sa venue à Lourdes:
"France, es-tu fidèle au voeu de ton baptême?"

Deux mois avant le début de la première guerre mondiale, le 24 mai 1914, Mme Royer confie à l'abbé Domain les révélations de Notre-seigneur sur la guerre imminente accompagnées de prophéties sur l'époque qui la suivrait :

"La paix qui suivra sera une fausse paix. La lutte continuera sous des formes diplomatiques, sociales, économiques, financières. LE MONDE CROULERA DANS L'IMPIÉTÉ, L'IMPURETÉ, LE COMPLET OUBLI DE DIEU ET COURRA A SON CHATIMENT. Les français iront jusqu'aux confins du désespoir. Ils ne reprendront courage que contre eux-mêmes. UNE A UNE les solutions proposées pour porter remède à leurs maux échoueront. C'est seulement quand tous les recours aux moyens humains seront épuisés, et QUANT TOUT SEMBLERA PERDU, que LE SACRÉ-COEUR INTERVIENDRA. Alors apparaîtra l’élu de Dieu et la France ne pourra nier qu'ELLE DEVRA AU SACRÉ-COEUR SON SALUT."

En 1915, Mme Royer écrit encore :
"LE SACRÉ-COEUR NOUS SAUVERA, mais quand? avec qui? avec quoi?, c'est son secret... La France sera comme désemparée... Les mauvais se détruiront eux-mêmes. Alors, arrivera celui qui doit tout restaurer. Il faudra bien accepter celui que la providence enverra."

Ainsi, pendant cette guerre terrible, Notre-Seigneur confie à une âme privilégiée, Claire Ferchaud (1896-1972), la mission de demander au Président de la République qu'il fasse apposer l'image du Sacré-Coeur sur le drapeau français. Elle lui écrit le 1er janvier 1917. Le 21 mars, Raymond Poicaré la reçoit pour un entretien privé. Face à sa demande renouvelée, le président franc-maçon tergiverse. La jeune fille lui révèle alors quelques secrets concernant sa vie privée. Troublé, il lui déclare à la fin de sa visite: "Vous avez fait votre devoir en noble française." Le 1er mai 1917, elle lui envoie cette lettre capitale consignant les paroles que le Sacré-Coeur lui a dites à la basilique de Montmartre, dans sa nuit d'adoration du 15 au 16 mars 1917 précédant d'une semaine la fameuse entrevue:

"Le peuple de France est à deux doigts de sa perte. Le traître vit au coeur de la France. C'est la Franc-Maçonnerie qui, pour obtenir la perte éternelle de ce pays, d'accord avec l'Allemagne, a engendré cette guerre. Les trahisons se poursuivent, et si quelqu'un pouvait pénétrer à l'intérieur de plusieurs cabinets, il y découvrirait les pièges... Sans moi (le Sacré-Coeur), la France serait perdue; mais mon amour qui veut la vie de cette France, arrête le fil électrique qui communique à l'ennemi le secret de la France.
La Franc-Maçonnerie sera vaincue, de terribles châtiments fondront sur elle. Mais je demande aux braves petits soldats de France, jusqu'aux généraux qui sont aux armées de déployer le drapeau du SACRÉ-COEUR, malgré la défense formelle qu'on en fera autour d'eux; et que tous, généraux, officiers et simples soldats aillent de l'avant ! JE LEUR PROMETS LA VICTOIRE! La secte franc-maçonnique, le gouvernement actuel seront châtiés; on découvrira tous leurs engins; plusieurs seront mis à mort."

Qui dira l'influence que cette lettre a pu avoir sur Raymond Poincaré ? N'oublions pas que si, par respect humain et sans doute par son inscription à la Loge, il ne put ou ne voulut pas croire aux méfaits de la haute Maçonnerie et à l'Appel du Sacré-Coeur, en tout cas, le 19 octobre 1918, il signe le décret contre Mrs Caillaux, Loustalot et Comby "accusés d'attenter contre la Sûreté de l'Etat et de faits connexes, indépendamment des faits d'intelligence avec l'ennemi." (cf. Claude Mouton, Au plus fort de la tourmente, Claire Ferchaud, éd. Résiac, 1983, p. 14)

Or, en ce combat de l'ombre, peu après la réception de Claire Ferchaud par le Président Poncaré, la Franc-Maçonnerie s'efforce précisément de faire apposer un emblème sur le drapeu de la Société des Nations, représentant "le Coeur de l'Humanité"... (Claude Mouton, op. cit., p. 37)

Devant l'inertie du Président et le désastre des armées, le 7 mai 1917, Claire Ferchaud adresse cette lettre à quinze généraux français:

"Mon Général,
C'est pour obéir à Dieu que j'ai l'honneur de faire connaître sa volonté à tous ses généraux de France.
Notre-Seigneur qui aime tant les Francs leur demande d'accomplir un acte de foi vis-à-vis de sa royauté divine et de réclamer près du chef de l'Etat que l'image du SACRÉ-COEUR, signe d'espérance et de salut, brille officiellement sur nos couleurs nationales.
En récompense de cet hommage rendu par Dieu à nos vaillants défenseurs, LE SACRÉ-COEUR leur promet le salut et la victoire sur tous nos ennemis. C'est aussi pour éviter une catstrophe que Dieu fait avertir nos généraux de la perte que risque notre pauvre pays de France, qui est conduit par un gouvernement impie, et dont la franc-maçonnerie dirige la France à sa perte par d'affreuses trahisons..."
Elle évoque alors pour les généraux l'extase durant laquelle le Sacré-Coeur dénonça les agissements de la franc-maçonnerie, "l'ennemi intérieur qui veut la perte de la religion catholique", et elle invite tous les chrétiens à s'agenouiller en bons français devant l'étendard du Sacré-Coeur pour se relever vainqueurs. (Claire Ferchaud, notes autobiographiques, t. II, Mission Nationale, éd. Téqui, 1974, p. 39-40)

La démarche de Claire Ferchaud va porter ses fruits. Bien que le Président Poincaré, Malvy, Ministre de l'Intérieur, Painlevé, Ministre de la guerre, le général Pétain, chef d'état-major général, s'y opposent, de très nombreux soldats français placent L'IMAGE DU SACRÉ-COEUR sur (ou sous...) leurs capotes à titre personnel.
Comme l'avait prédit Claire Ferchaud, les allemands arrivent aux portes de Paris. En juin 1918, le général Foch, DRAPEAU DU SACRÉ-COEUR EN TETE, réussit à repousser les quinze divisions allemandes. Devenu généralissime, au cours d'une cérémonie privée dans son quartier général à Bombon en Seine-et-Marne, IL CONSACRE SES ARMÉES AU SACRÉ-COEUR dans la nuit du 18 au 19 juillet 1918. Nombreux sont les historiens catholiques qui attribuent sa victoire militaire à cette consécration. Lors du limogeage de Joffre à la fin de l'année 1916, le Gouvernement s'était efforcé d'écarter Foch et priver la France de ses services sous prétexte que, selon le mot de Viviani à Raymond Recouly, il était trop "mystique"". Une campagne sournoise avait même été déclenchée contre lui, parce qu'il "allait trop souvent à la messe".

Claire Ferchaud dénoncera l'attitude du haut clergé français allant (déjà) dans le sens de la Franc-Maçonnerie. Elle dit (le 26 octobre 1930) au Père Lémius:

"Je pleure surtout sur l'Episcopat français qui, le premier, devait répondre à cet appel si bon du SACRÉ-COEUR: "Je suis là"...
Je ne puis retenir un frisson d'épouvante sur les responsabilités de cet Episcopat, sourd à la voix de Dieu... par égard à un petit nombre d'hommes, la plupart athées, agents de cette Maçonnerie qui tue notre France chrétienne.
Que de maux, de douleurs on aurait évités si la France avait voulu entendre en 1917, le "passage" de la divine Miséricorde ! Jésus alors ne venait pas pour frapper, mais pour sauver... Et que demandait Jésus pour prix de son grand Amour pour la France?... Simplement SON COEUR sur notre drapeau ! Et dans cette demande divine et dans l'obéissance de la France, tout un plan s'élabore, puis se déroule dans notre cher pays..." (Claude Mouton, op. cit., p. 40)

Selon la demande du Christ, Claire Ferchaud avait le sentiment et elle l'a écrit, qu'en faisant apposer l'emblème du Sacré-Coeur sur le drapeau de la République, celui de la Royauté lui serait bien vite substitué... C'est pourquoi, comme pour 1918, la paix de 1944 ne constituera à ses yeux qu'une trève avant la grande épreuve.

Prophétisant la fin des temps, Marie-Julie Jahenny dira en 1934 au cours d'une extase:
"Saint Michel a déployé son drapeau avec LE COEUR DE JÉSUS tout lumineux. Ce drapeau abritera les amis du Divin Coeur et obtiendra la victoire du royaume de Marie."

Or, de 1938 à 1965, le Christ et la Sainte Vierge apparaissent en terre de Bretagne à Kérizinen. La Madone se présente sous le nom de "Notre-Dame du Très Saint Rosaire" à la voyante Jeanne-Louise Ramonet, née précisément le 7 octobre 1910 en la fête du Rosaire et baptisée le même jour. Si lors de sa première manifestation, le 15 septembre 1938, Notre-Dame annonce la menace de la guerre, le 31 octobre 1956, elle rappelle la Mission de la France et de son Grand Monarque préposé depuis Clovis à la défense de l'Église:

"Voyez, déjà la paix semble fuir le Monde. Dieu pourrait, bientôt, affirmer ses droits en frappant rigoureusement ce Monde pécheur. Depuis le temps que je vous préviens! Quel cas fait-on de mes avertissements pourtant si maternels? C'est dans ces temps d'angoisse, dans ces temps lugubres que vous le comprendrez, que vous le sentirez, le miracle de ma présence parmi vous. Car visiblement, de ma protection, je couvrirai ces terres bretonnes, desquelles doit surgir une France chrétienne, gouvernée par ce GRAND MONARQUE, envoyé spécial de Dieu comme défenseur de l'Eglise et de la liberté, et sous le règne duquel toute justice sera rendue."

De même, le 28 avril 1959, Notre-Dame lui rappelle LA DEMANDE DU SACRÉ-COEUR transmise à Sainte Marguerite-Marie:

"...Car la France aura beau déployer ses forces et exploiter ses richesses, si l'essentiel lui manque, à savoir Dieu Lui-même, tout ce qu'elle pourra entreprendre sera de nouveau compromis. Elle ne sera justifiée dans ses espoirs les plus légitimes que si elle retrouve sa vocation de nation chrétienne. A cause même des attentions divines dont elle a été et dont elle est toujours l'objet, elle est plus qu'aucune nation coupable d'apostasie. Qu'elle fasse donc de nouveau confiance à Dieu qui lui a tant de fois donné des marques de sa protection.
Et moi, je l'ai choisie pour être l'escabeau de mes pieds. Combien de fois n'ai-je pas touché son sol, pour que bientôt, et de nouveau, elle fléchisse les genoux devant Dieu et RÉPONDE À L'APPEL DIVIN qui lui a été adressée, EN PROCLAMANT, dans un grand élan d'amour et de reconnaissance, LA ROYAUTÉ DE MON FILS, QU'IL A LUI-MEME DEMANDÉE IL Y A PRES DE TROIS SIECLES..."

Avant dernier acte, le Christ laisse en dépôt à la petite bretonne Olive Danzé (1906-1968), en religion Soeur Marie du Christ-Roi, une triple invocation pour SON REGNE IMMINENT et lui réclame l'élévation d'un SANCTUAIRE consacré à sa ROYAUTÉ, en plein Paris. Le Cardinal Verdier en pose la première pierre et en bénit les cloches. Le Cardinal Suhard en consacre l'autel, le cardinal Feltin, l'édifice. Tout cela s'accomplit de 1932 à 1956.
Mais les affaires culturelles soudoyées par la Franc-Maçonnerie, en décident la démolition. Le 2 février 1977, sous le septennat de Giscard d'Estaing, l'église du CHRIST-ROI est livrée aux démolisseurs. Après cette lâcheté des autorités qui ne sont pas intervenues pour sauver l'édifice, le Seigneur dit à Soeur Olive:

"La destruction de mon sanctuaire entraînera celle de Paris.
Cet endroit (de la rue Tournefort) m'appartient jusqu'à la fin du monde et mon sanctuaire sera rebâti QUAND LA PAIX SERA REDONNÉE AU MONDE. Ce sera LE PREMIER OUVRAGE D'HENRI DE LA CROIX après la restauration de son Palais."

Henri de la Croix est le nom du GRAND MONARQUE, instrument de Dieu qui vaincra l'Antéchrist, règnera sur la France et le monde...

Depuis, le CHRIST-ROI dont la Mission sur la France est clairement annoncée, continue à subir les attaques en règle des pseudo-progressistes. En 1994, le Secours Catholique qui a choisi (?) la fête du Christ Roi pour sa journée annuelle, n’abandonne-t-il pas étrangement la Messe de cette solennité, pour une liturgie sans rapport ?! C’est, dans une ingratitude sans nom, la négation de la Royauté du Christ au nom d’une cause humanitaire qui prétend se réclamer de Lui: or en aucun cas l’urgence n’efface la priorité ! Mais, sans doute est-il assez révélateur que cela se soit passé en France, dans la poursuite d’une logique contradictoire observée depuis plusieurs siècles...


Dernière édition par Hercule le Mar 13 Déc 2011 - 18:34, édité 4 fois
Poirot
Poirot
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.

Messages : 93
Date d'inscription : 29/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !" Empty Don Raymond et la Fin des Temps : Un ultime avertissement au

Message  Poirot le Lun 12 Déc 2011 - 18:42

"ULTIME AVERTISSEMENT AU MONDE"
par Don Raymond
Editions Hovine Belgique
- 1995 -


LE MESSAGE DU SACRÉ-COEUR A DOZULE
confirme la Mission de la France
à la fin des temps

De 1972 à 1978, LE SACRÉ-COEUR de JÉSUS délivre son ultime message à la France et, à travers elle, au monde. Pour cela il se manifeste dans un petit village de Normandie, Dozulé, à 25 km de Caen. Au total 49 apparitions célestes dont 41 du SACRÉ-COEUR visible par son humble servante MADELEINE Aumont, mère de cinq enfants, née le 27 octobre 1924, jour de la fête du CHRIST-ROI.. Toutes se produisent dans l'église ou la chapelle, à la place-même du TABERNACLE ou de l'OSTENSOIR irradiant une splendide lumière confirmant ainsi la PRÉSENCE RÉELLE de Jésus dans LE SAINT-SACREMENT. Fait unique dans l'Eglise, sur ordre de l'Evêque, le prêtre et trois religieuses du village recueillent les messages. Une 50ème apparition exceptionnelle de St Michel-Archange envoyé par le Seigneur, se déroule dans l'église le 6 août 1982. Notons que pareillement, à Garabandal, en 1965, après LE MEME DÉLAI de 4 ans, St Michel Archange délivrait l’ultime Message, objet de contestation, dont nous reparlerons au prochain chapitre.

A MADELEINE dont il prononce neuf fois le nom en français et quatre fois en latin, le SACRÉ-COEUR annonce LA GRANDE PURIFICATION de l'humanité et suivi de SON RETOUR EN GLOIRE AVANT LA FIN DU SIECLE, soit avant l'an 2.000. Rappelons les termes de son mesage du 1er mars 1974, dont le recul nous permet aujourd'hui de mesurer la gravité :

"Dites à l'Eglise qu'elle renouvelle son Message de Paix au Monde entier, car L'HEURE EST GRAVE. Satan dirige le Monde, il séduit les esprits, les rend capables de DÉTRUIRE L'HUMANITÉ EN QUELQUES MINUTES. Si l'humanité ne s'y oppose pas, Je laisserai agir et ce sera LA CATASTROPHE, telle qu'IL N'Y EN A PAS ENCORE EUE DEPUIS LE DÉLUGE - et cela AVANT LA FIN DU SIECLE. Tous ceux qui seront venus se repentir au pied de la Croix Glorieuse seront SAUVÉS. Satan sera détruit, il ne restera que Paix et Joie."

Trois mois plus tard, le 31 mai, après lui avoir montré ses plaies et notamment celle du côté par laquelle SON COEUR fut traversé, les mains tendues vers elle, le Christ dicte lentement à Madeleine Aumont:

"Jésus demande d'annoncer au Monde entier la prière qu'il vous a enseignée. Il demande que la Croix Glorieuse et le sanctuaire soient élevés pour la fin de la Sainte Année. Car elle sera L'ULTIME SAINTE ANNÉE. Que chaque année y soit célébrée une fête solennelle le jour où Madeleine a vu la Croix pour la première fois (le 28 mars, fête de Saint Gontran, premier roi de France canonisé) Tous ceux qui pleins de confiance, seront venus s'y repentir, seront SAUVÉS EN CETTE VIE ET POUR L'ÉTERNITÉ. Satan n'aura plus de pouvoir sur eux..."

Or, il y a une Année Sainte tous les 25 ans. 1975 est une Année Sainte, LA DERNIERE! La prochaine aurait donc dû être l'an 2.000...

Le vendredi 27 juin 1975 (pendant symétrique du 27 décembre, dont nous allons reparler), le Christ demande "à la religieuse qui n'habite pas cette ville de venir ici vendredi" afin qu'Il lui communique un message. Ainsi, le 4 juillet 1975, premier vendredi du mois dédié au SACRÉ-COEUR, Soeur JEANNE D'ARC (!) est chargée par le Christ de transmettre ce message au Pape, chef de l'Eglise:

"Bienheureux les appelés de Mon Père qui ont trouvé la Paix et la Joie sur cette terre de Dozulé, mais combien le nombre sera grand quand LE MONDE ENTIER SERA VENU SE REPENTIR AU PIED DE LA CROIX GLORIEUSE que je vous demande de faire élever. Car le temps n'est plus où Je ressuscitais les corps, mais le moment est venu où Je dois ressusciter les esprits."

Le choix de Soeur JEANNE D'ARC par le Christ, rappelle très clairement la Mission de la France choisie pour élever la Croix Glorieuse, signe de la fin des temps, dont nous allons reparler.

Le SACRÉ-COEUR occupe UNE PLACE CAPITALE A DOZULÉ. Dans les 6 premières manifestations, Madeleine a vu la croix Glorieuse et entendu une voix très douce dans le ciel. Au cours de la 7ème, le Christ se révèle à elle, en lui apparaissant réellement le 27 décembre 1972, fête de St Jean, l'apôtre bien-aimé. On se rappelle qu'en cette même fête, le 27 décembre 1673, le Christ était apparu à Marguerite-Marie pour lui demander de prendre sur son Coeur la place de St Jan, au moment de la Cène !... De cette première apparition de Jésus, Madeleine dit: "Il avait les mains ouvertes comme pour m'accueillir". Disposition évoquée par les peintures ou statues du Sacré-Coeur illustrant précisément la 4ème antienne des vêpres du Sacré-Coeur empruntée à l'évangile de Matthieu (11,28) : "Venez à moi, vous tous qui peinez et ployez sous le fardeau, et je vous rendrai courage."

Dès la huitième manifestation, en fait la seconde apparition, Jésus dit à Madeleine:
"Ayez la bonté de venir ici CHAQUE PREMIER VENDREDI DU MOIS."

C'est le rappel net et précis de la dévotion au premier vendredi de chaque mois que Sainte Marguerite-Marie Alacoque réussit à faire instituer à la requête du Christ !
Au cours de cette seconde apparition, après avoir demandé l'élévation de la Croix dont nous allons reparler, le Christ dit à Madeleine:
"QUAND CETTE CROIX SERA ÉLEVÉE DE TERRE, J'ATTIRERAI TOUT A MOI."
Cette phrase éclaire la 3ème antienne des vêpres du Sacré-Coeur:
"Dieu nous a aimés d'un amour sans limite: IL A ÉTÉ ÉLEVÉ DE TERRE ET NOUS ATTIRE A SON COEUR MISÉRICORDIEUX."
On retrouve cette promesse de Jésus annonçant son élévation sur la croix, dans trois passages de l'évangile de Jean:
"Et de même que Moïse éleva le serpent au désert, ainsi faut-il que soit ÉLEVÉ le Fils de l'Homme, pour que tout homme qui croit en Lui, possède LA VIE ÉTERNELLE." (Jn 3,14)
"Quand vous aure ÉLEVÉ le Fils de l'Homme, vous saurez alors que je suis et que je ne fais rien de moi-même, mais je dis cela même que le Père m'a enseigné." (Jn 8,28)
"Pour moi, une fois ÉLEVÉ DE TERRE, J'ATTIRERAI TOUT A MOI tous les hommes." Il disait cela pour signifier de quel genre de mort il devait mourir." (Jn 12,32)

Au cours de la 17ème apparition, le vendredi 31 mai 1974, l'Archange St Michel demande à Madeleine de commencer une neuvaine LE JOUR DU SACRÉ-COEUR. Puis d'aller voir l'Evêque. Le rendez-vous était possible et c'était bien LA SEMAINE DU SACRÉ-COEUR. Madeleine elle-même se sentait poussée à se rendre auprès de l'Evêque. Mais le prêtre en décida autrement et elle ne fut reçue que trois mois plus tard.
Pendant cette NEUVAINE CAPITALE DU SACRÉ-COEUR, l'Archange révéla à Madeleine neuf mystères concernant le Sacré-Coeur. A partir de la 35ème apparition, Madeleine a LA VISION DU SACRÉ-COEUR DE JÉSUS dont sortent des rayons rouges et blancs. Il lui dit:

"LES FLAMMES DE MON COEUR ME BRULENT. Plus que jamais, Je veux les verser à chacun d'entre vous. Voici ce que Je promets à l'humanité tout entière, quand elle connaîtra Mon Message et le mettra en pratique:
-J'adoucirai l'amertume où se plonge l'âme des pécheurs.
-Je multiplierai de grâces l'âme des prêtres et des religieuses, car c'est par elle que doit être connu Mon Message.
-JE GARDERAI PRES DE MON COEUR les âmes pieuses et fidèles, elles M'ont réconforté sur le chemin du Calvaire.
-Je verserai les rayons de Ma grâce au moment où ils connaîtront Mon Message, aux païens et à tous ceux qui ne Me connaissent pas encore.
-J'attirerai à l'unité de l'Eglise l'âme des hérétiques et des apostats.
-JE RECEVRAI DANS LA DEMEURE DE MON COEUR les enfants et les âmes humbles, afin qu'ils gardent une affection spéciale à notre Père des Cieux.
-J'accorderai des grâces de tout ordre à ceux qui, connaissant Mon Message, persévèreront jusqu'à la fin.
-Je soulagerai les âmes du Purgatoire, Mon Sang éteindra leurs brûlures.
-Je réchaufferai les coeurs les plus endurcis, les âmes glacées, celles qui blessent le plus profondément MON COEUR.
-Je promets à tous ceux qui viendront se repentir au pied de la Croix Glorieuse, et qui diront tous les jours la prière que je leur ai enseignée, qu'en cette vie, Satan n'aura plus de pouvoir sur eux, et que, pour un temps de souillure, en un instant, ils deviendront purs et seront Fils de Dieu pour l'éternité...
Dans vingt jours (soit le 25 décembre, jour de Noël), vous commencerez une neuvaine, elle se terminera LE PREMIER VENDREDI DU MOIS. Je vous dirai chaque jour la prière que je viens de vous enseigner. Cette neuvaine prolongera l'Année Sainte."

Puis à partir de Noël, Jésus fait tous les jours prier Madeleine. Lorsqu'il écarte sa robe, de son SACRÉ-COEUR sortent des rayons rouges et blancs. Lorsqu'il écarte sa robe, l'autre main est tendue vers Madeleine...

Ainsi, par-delà le temps, STE MARIE-MADELEINE et MADELEINE Aumont annoncent au Monde le Message de la Résurrection et du Retour en Gloire du Christ. Le sol de France relie leurs vies en cette Nouvelle Alliance. Jésus dit à la seconde, humble mère de famille ignorant le latin:
"ô sorte nupta prospera Magdalena ! Annunciate virtutes ejus qui vos de tenebris vocavit in admirabile Lumen Suum."
"ô Madeleine qu'un sort heureux a fait épouse ! Annoncez les merveilles de celui qui vous a appelée des ténèbres à Son admirable Lumière."

C'est la fusion des deux Madeleine dans le rappel de l'évangile. De Marie de Magdala, dite Marie-Madeleine, Jésus a expulsé sept démons, c'est à dire une multitude... (Mc 16,9; Lc 8,2)
Ces paroles latines, Jésus les a prononcées le 27 décembre 1972 en la fête de St Jean, apôtre bien-aimé. Trois siècles plus tôt, le 27 décembre 1673, Jésus avait invité Ste-Marguerite-Marie à prendre sur Son Coeur la place de St Jean au moment de la Cène. Or, prédestinée au grand Message du SACRÉ-COEUR, Ste Marguerite-Marie était précisément née le 22 juillet 1647, FETE DE STE MARIE-MADELEINE !

Madame Royer donnait elle-même à comprendre par LE SACRÉ-COEUR DE JÉSUS la relation mystique de la France à MARIE-MADELEINE. Message de pénitence et d'amour, heureux ceux qui se repentiront au pied de la Croix Glorieuse avec la tristesse infinie de Madeleine à la XIIème et XIIIème station du chemin de croix.

"Si LE SACRÉ-COEUR APPELLE D'ABORD LA FRANCE à la pénitence, dit Madame Royer, c'est COMME IL A APPELÉ MADELEINE, parce que la France doit beaucoup expier, et doit, en retour, beaucoup aimer! Chose que je n'avais point remarquée, c'est le 22 juillet, JOUR DE LA SAINTE MADELEINE, que j'ai eu les premières lumières sur LES MALHEURS DE LA FRANCE..."

Le vendredi 7 juillet 1978, premier vendredi du mois dédié au Sacré-Coeur, lors de la 48ème apparition, Jésus devant le Saint-Sacrement dit à Madeleine:

"Attention, vous tous qui tenez voilées les Paroles prophétiques qui vous ont été remises, le livre que je tiens entre Mes Mains, c'est LE LIVRE DE VIE, que Mon Père vient de Me donner le pouvoir d'ouvrir, et c'est sur cette montagne bénie et sacrée, lieu qu'il a choisi, que va se rénover toute chose.
C'est ici que vous verrez LA CITÉ SAINTE, LA JERUSALEM NOUVELLE.
Et voici qu'apparaîtra LA DEMEURE DE DIEU parmi vous.
Mais alors se frapperont la poitrine ceux qui luttent et refusent d'entendre les paroles que cette humble servante a prononcées. Vous à qui j'ai demandé d'annoncer Mon Message, VOUS ETES COUPABLES DE LAISSER LE MONDE DANS L'IGNORANCE DE CE QUI DOIT ARRIVER BIENTOT. Ne vous appuyez pas sur votre propre réflexion. Pourquoi luttez-vous, puisque Je vous ai donné Ma Grâce dogmatique? Par pitié, Je vous demande de M'écouter, Mon Coeur déborde de Miséricorde.
Dites au prêtre et à tous ceux que vous rencontrerez, ce que vous venez de voir et d’entendre ! "

Voilà le plus grand Message de tous les temps qui éclaire le texte de l'Apocalypse. Dozulé est LA JERUSALEM NOUVELLE, LA DEMEURE DE DIEU de l'Apocalypse, expliquant Sa complaisance pour la France, terre bénie:

"Puis je vis un ciel nouveau et une terre nouvelle, car le premier ciel et la première terre avaient disparu; et la mer n'est plus. Et je vis la Ville sainte, JERUSALEM NOUVELLE, descendre d'auprès de Dieu, prête comme une fiancée parée pour son époux. Et j'entendis venant du trône, une voix puissante qui disait :
Voici LA DEMEURE DE DIEU avec les hommes : Il demeurera avec eux, et eux seront son peuple, et Dieu Lui-même sera avec eux." (Apoc. 21,1-3)

Or, depuis, la descente de la LA JERUSALEM NOUVELLE sur la terre, a été annoncée à d’autres mystiques. Notre Dame révèle à Don Gobbi, le 15 août 1991:

““La nouvelle ère qui vous attend, corrrespond à une particulière rencontre d’amour, de lumière et de vie entre le paradis, où Je me trouve dans la parfaite béatitude avec les anges et les saints, et la terre où vous vivez, mes fils, au milieu de tant de périls et d’innombrables tribulations.
C’est LA JÉRUSALEM CÉLESTE qui descend du Ciel sur la terre, pour la transformer complètement et former ainsi UNE NOUVEAU CIEL et UNE NOUVELLE TERRE.”

A Theresa Lopez de Denver, Elle révèle encore:

“Lorsque tous les châtiments seront passés, il y aura une dernière heure de grâce. Et durant cette heure, même le pire d’entre les pires pécheurs qui auront vécu les châtiments, se verra donner une dernière occasion de se convertir. LA NOUVELLE JÉRUSALEM s’établira alors sur la terre. Tout le mal aura disparu et nous serons dans un paradis perpétuel tel que Dieu l’avait planifié dès le début de la Création.” (conférence du 11 novembre 1992)

Jésus n'avait-il point annoncé aux grands prêtres et aux Pharisiens:

"Le Royaume de Dieu vous sera ôté, et il sera donné à un peuple qui en produira les fruits." (Matthieu 21,43)

Saint-Paul rappelant les paroles d'Osée (2,1; 2,21) et Isaïe (10,22-23 Septante), prophétisait de même dans l'épître aux Romains (9,25):

"J'appellerai MON PEUPLE celui qui n'était pas mon peuple et BIEN-AIMÉE celle qui n'était pas ma BIEN-AIMÉE !"

Pareillement, dans les premiers jours de ses apparitions à Paray-le-Monial, Jésus avait dit à Ste Marguerite-Marie:

"Ecoute ma fille, vois et tends l'oreille, oublie la maison de ton père et le Roi sera épris de ta beauté... O MA JERUSALEM, Maison d'Israël ! Le Seigneur te guidera en toutes tes voies..."

La Sainte Vierge révèlera plus précisément encore à Kérizinen, le 6 mars 1949:

"C'EST LE PEUPLE DE FRANCE QUE J'AI CHOISI POUR RENOUER LES LIENS BRISÉS DU MONDE AVEC DIEU."

Or, si Dozulé est le lieu de la JERUSALEM NOUVELLE, c’est qu’en effet, comme nous l’avons vu plus haut, “ROME PAIENNE SERA DÉTRUITE”, selon l’annonce précisément faite pour la première fois EN FRANCE, à La Salette, par Notre Dame, confirmée à la bretonne Marie-Julie Jahenny, et à bien d’autres mystiques dont Vassula...

Ainsi, le Christ révèle la descente de la JÉRUSALEM NOUVELLE à Dozulé, le 7 juillet 1978, 5ème anniversaire du premier message délivré par la Madone le 7 juillet 1973, à Don Stefano Gobbi, fondateur du Mouvement Sacerdotal Marial. Le 7 juillet est la fête des saints Cyrille et Méthode, apôtres du peuple slave, et nous savons combien la conversion “finale” de la Russie revêt d’importance. Or c’est cette précisément cette fête que Pie XII avait choisi, le 7 juillet 1952, pour effectuer la Consécration particulière du monde et de tous les peuples de la Russie au Coeur Immaculé de Marie, consécration non effectuée par les évêques...

Il est tout aussi capital de préciser qu’en deux lieux d’apparitions mariales contemoraines, Medjugorje et Schio, la question a été posée aux voyants de l’authenticité des manifestations de Dozulé. Notre Dame a répondu dans les deux cas:

“DOZULÉ, mais c’est MON FILS !”

A Renato Baron, voyant de Schio, qui ignorait tout de ces apparitions, Notre Dame a ajouté :
“Ce Message a été dicté par Mon Fils, il est TRES URGENT de le faire connaître AU MONDE ENTIER, il va se réaliser RAPIDEMENT !”.
C’est pourquoi Renato Baron a fait part de son intention de rencontrer le Saint Père pour lui parler de Dozulé.
(L’auteur de ces lignes s’est lui-même assuré de ces informations)


LA CROIX GLORIEUSE DE DOZULÉ, SAGESSE OU FOLIE ?

“La Sagesse divine se reconnaît aux nombres imprimés en toute chose.
Le monde physique et le monde moral sont construits sur des nombres éternels, la beauté est une cadence, un nombre harmonieux.” St Augustin.

Certains seront surpris de l’indifférence, voire de l’hostilité manifestée au Message de Dozulé. Spectacle affligeant auquel participent certains hommes d’Eglise. Mais pourquoi s’étonner? Jésus vint-il dans une reconnaissance générale ?...
Tous les apôtres, sauf Jean, s’enfuirent terrifiés au moment de sa condamnation. Ce n’est donc certainement pas par hasard qu’à Dozulé, le Christ se révèle et révèle son nom (“Je suis Jésus de Nazareth”) en la fête de l’apôtre bien-aimé, le 27 décembre 1972; tout comme il s’était manifesté à Ste Marguerite-Marie, le 27 décembre 1673. Confirmant ainsi par ce “Message de la fin des temps”, que Jean l’évangéliste est bien le rédacteur du “Livre de la fin des temps”.
L’Apocalypse est claire. Ce livre de visions accordées à l’apôtre fidèle et bien-aimé, décrit les épreuves terribles précédant le Retour en Gloire du Christ. Le sommet en est le Mystère d’Iniquité qui consommera la Passion de l’Eglise, Corps Mystique du Christ. Oui, on croira TOUT PERDU !
Comment donc le Message de Dozulé pourrait-il être dès à présent accueilli et entendu de tous ? C’est le contraire qui serait “inquiétant” ! La reconnaissance générale sera, elle, acquise à l’Antéchrist, préparée par la corruption universelle. Le tout, bien entendu, au nom d’une nouvelle morale libératrice de l’homme. Que les hommes de bonne volonté ferment donc leurs oreilles aux voix trompeuses du monde et se mettent à l’écoute du Christ en commençant par dire quotidiennement la prière qu’il nous demande. Et surtout en la mettant en pratique...

Ainsi voici venir l'incompréhension ou la révolte de l'homme.Dès la première apparition, le 28 mars 1972, fête de Saint Gontran, premier Roi de France canonisé, Madeleine Aumont voit une immense croix doucement se former dans le ciel, en partant des extrêmités pour converger vers le milieu de la croix, la base, les bras et le haut. Cette vision annonce la demande du Seigneur pour cette Nouvelle Alliance qui sera scellée avec l'homme en ce lieu.

Le 20 décembre 1972, jour de la 5ème apparition, il charge Madeleine de cette Mission:
"Dites au prêtre,
Que la Croix Glorieuse élevée en cet endroit soit comparable à Jérusalem."
Le vendredi 5 octobre 1973, premier vendredi du mois dédié au Sacré-Coeur, il ajoute en sa onzième apparition :
"La Croix Glorieuse élevée sur la Haute-Butte doit être comparable à la ville de Jérusalem par sa dimension verticale. Ses bras doivent se dresser de l'orient à l'occident. Elle doit être d'une grande luminosité."
Le vendredi 5 avril 1974, premier vendredi du mois dédié au Sacré-Coeur, il précise encore:
"Ses bras doivent se dresser de l'orient à l'occident. Chaque bras doit mesurer 123 m et sa hauteur 6 fois plus."
Soit au total 6 x 123 = 738 m, représentant en effet LA HAUTEUR DU GOLGOTHA de Jérusalem où le Christ a été élevé sur la croix.

Le vendredi 3 mai 1974, premier vendredi du mois, le Christ fait cette demande suivie de ses explications:

"Dites à l'Eglise qu'elle envoie des Messages dans le monde entier et qu'elle se hâte de faire élever, à l'endroit indiqué, LA CROIX GLORIEUSE et au pied un Sanctuaire. TOUS VIENDRONT S'Y REPENTIR et y trouver la Paix et la Joie. La Croix Glorieuse ou LE SIGNE DU FILS DE L'HOMME, est l'annonce du PROCHAIN RETOUR DANS LA GLOIRE DE JÉSUS RESSUSCITÉ. Quand cette Croix sera élevée de terre, J'attirerai tout à Moi."

C'est la confirmation de Ses Paroles dans l'Evangile et l'Apocalypse :
"Et alors paraîtra dans le ciel LE SIGNE DU FILS DE L'HOMME, et alors se frapperont la poitrine toutes les tribus de la terre, et elles verront le Fils de l'Homme venir SUR LES NUÉES DU CIEL AVEC PUISSANCE ET GRANDE GLOIRE." (Mt 24,30; Mc 13,24-26; Lc 21,27, Ap 1,7)

Non seulement ce message a été donné par Jésus le premier vendredi du mois dédié au Sacré-Coeur, mais encore le 3 MAI, fête de l'INVENTION DE LA SAINTE-CROIX. Ce jour célèbre la découverte par Ste Hélène, mère de l'empereur Constantin, de la Croix du Golgotha longtemps demeurée enfouie : par le choix de cette date, le Christ manifeste donc sa "réapparition" glorieuse. La messe-même de ce jour précise en sa lecture : “C’est pour cela que Dieu L’a élevé et Lui a donné un Nom plus glorieux que tout autre nom, (on se met à genoux) afin qu’à ce Nom de Jésus, tout genou fléchisse, au ciel, sur la terre et dans les enfers.” (Phil 2,5-11) La demande du Christ à Dozulé, le 3 mai, amplifie cet agenouillement: “Tous viendront s’y repentir et y trouver la Paix et la Joie.”

Les dimensions imposantes de la Croix viennent troubler les esprits rationnalistes de l'Église, habitués à discuter les demandes du Seigneur, et ainsi à les détourner. Or, dans la progression de l'Alliance entre Dieu et l'homme, le Seigneur a situé la contrepartie du travail de ce dernier dans la logique de son avancée technologique. Dans sa demande, le Seigneur ne mérite-t-il pas au moins les égards réservés à certaines réalisations profanes ?

L'Ecriture nous montre que dans chacune de ses Alliances avec l'homme, Dieu lui a donné des indications très précises pour un travail toujours à la mesure de ses possibilités. Et dans chacun des cas l'homme obéit. Ainsi, à l'orée de la punition du Déluge, y eut-il d'abord l'Arche de Noé, vaisseau ponté qui sauva l'homme et une partie de la Création. Puis, lors de la traversée du désert, l'Arche d'Alliance, coffre d'accacia recouvert d'or au propitiatoire sculpté de deux chérubins. Enfin le Temple de Jérusalem, construit par les meilleurs ouvriers sous l'autorité de Salomon et les ouvriers d'Hiram, qui réalisèrent le décor merveilleux avec le bois de cèdre, l'or, les colonnes d'airain aux chapiteaux ornés, le bassin circulaire représentant la mer, etc...

Aujourd'hui le Christ indique les dimensions de la dernière construction humaine DIGNE de Son Retour en Gloire. Cette construction concerne à l'évidence notre technologie moderne : elle est tout à fait à la mesure de notre évolution. Comparativement aux Hébreux qui, malgré les précaires conditions de la traversée du désert réalisèrent l'artistique travail de l'Arche nécessitant la fonte de l'or, ou aux ouvriers qui édifièrent le Temple avec les plus beaux matériaux connus, elle ne représente pas un ordre de difficulté supérieur.

Le 1er novembre 1974, premier vendredi du mois et fête de la Toussaint, Jésus précisa :
"Si l'homme n'élève pas la Croix, Je la ferai apparaître mais il n'y aura plus de temps."

Ainsi est-il à craindre que la Croix de Dozulé ne soit pas élevée, malgré les avis des architectes concluant à sa faisabilité. On s'apprête pourtant actuellement à construire au Japon une tour de plus de 1.000 m de hauteur. L'architecte français Jean-Claude Destievan qui, à l'occasion des Jeux Olympiques, a dressé les plans de la Space Tower (tour de l'Espace) haute de plus de 600 m à Los Angeles, assure que pour lui, construire jusqu'à 1.000 m ne pose aucun problème insoluble. (cf Jean Stiegler, La Croix Glorieuse, éd. Résiac 1990, p. 90)

A Barcelone, l'église de "la Sagrada Familia" est la seule "cathédrale" du monde encore en chantier où les artisans et artistes travaillent dans l'esprit des bâtisseurs du moyen-âge. Hélas, les autorités religieuses et civiles ont refusé de subventionner cette construction, estimant que l'argent serait mieux employé ailleurs. Mais la population de Catalogne, fière de l'édifice, n'a pas suivi ses responsables religieux ou civils, continuant de plein gré à effectuer des dons qui permettent la poursuite des travaux. Cet exemple révélateur d'un édifice exceptionnel consacré à LA SAINTE FAMILLE, alliant la technologie du XXème s. à la tradition séculaire, élevé par les dons et la volonté des fidèles, doit être médité...

Dans tous les cas de l'Alliance, jusqu'à présent l'homme s'était incliné sans chercher à discuter les demandes de son Dieu. Pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, la "mauvaise foi" a pris le dessus. Dans ce même état d'esprit, nos constructeurs du moyen-âge qui ne disposaient ni de grues, ni d'échaffaudages métalliques spohistiqués, ni de bêton armé, ni de moyens de transport rapide et de grande capacité, n'auraient jamais édifié la moindre cathédrale dont chaque flèche lancée vers le ciel, traduisait l'élan spirituel du peuple et son amour pour son Créateur. Cela eut été, comme aujourd'hui, jugé disproportionné. Inutile. Vaniteux. Sans intérêt.

Or la technologie moderne permet d’envisager l’élévation de la Croix sans aucune construction “solide”. L’inspiration de cette solution a été trouvée dans la vision même de Madeleine : elle vit la Croix très lumineuse se former dans le ciel à partir des extrêmités des 4 branches en convergeant vers le centre. Le Seigneur Lui-même n’en a pas indiqué le matériau, mais simplement fait cette demande: “Que la croix soit TRES LUMINEUSE.” Ces deux indications conjuguées, nous permettent raisonnablement d’envisager l’utilisation de la technique laser associée à celle des aérostats :
-Pour la branche verticale, on gonfle un ballon à l’helium, relié à la terre par un cable plastique léger, permettant d’obtenir ainsi avec précision la hauteur de 738 m; ce ballon emporte avec lui un projecteur laser dirigé vers la terre: voici réalisée la branche verticale de la Croix.
-Pour les branches latérales, on gonfle deux ballons pareillement reliés à la terre par un cable léger; ces deux ballons s’écartent chacun de 123 m de la branche verticale; leur hauteur doit être de 738 - 123 = 615 m (on tiendra compte dans ces deux cas de la dénivellation, en particulier à l’ouest où elle est importante : on rajoutera de ce fait le nombre de mètres nécessaires afin d’obtenir cette hauteur). Chacun des ballons emportera sur son flanc, droit ou gauche selon le cas, le même projecteur laser pointé latéralement vers son ballon jumeau symétrique par rapport à l’axe vertical de la Croix. Chacun de ces deux ballons arrêtera ainsi le faisceau de l’autre, de manière à former la branche latérale de la Croix. Un quatrième faisceau laser peut partir du bas pour doubler, dans la branche verticale, le projecteur du haut.
De ce fait, la construction traduit parfaitement la vision très lumineuse de Madeleine, dans laquelle la Croix se formait à partir des extrêmités de chacune des branches en convergeant vers le centre. Et l’on ne peut nier qu’une telle réalisation soit TRES LUMINEUSE !
Chacun des trois ballons pourrait être réalisé dans un tissu adéquate d’un blanc lumineux, voire PHOSPHORESCENT. Comme, du reste, les cables légers contenant les relais des projecteurs laser.
Quelles que soient les difficultés rencontrées, il est évident qu’elles demeurent parfaitement solubles, sans commune mesure avec celles qui découleraient d’une construction en dur, que le Christ du reste ne semble pas avoir imposée.
Il est bon de se rappeler que les aérostats sont nés en France, sous le règne de Louis XVI, grâce à l’invention des frères Joseph et Etienne de Montgolfier, en 1782, soit peu AVANT la Révolution...
(A l’heure actuelle, dans une entière transparence financière, l’association “Ressources” collecte des dons pour l’élaboration des calculs de constructibilité que l’Église seule peut édifier)

Le vendredi 19 septembre 1975, le Christ renouvelle SA DEMANDE d'un ton pathétique qui répond à l'indifférence de l'homme. Il dit à Madeleine en regardant l'assistance:

"Dites ceci à haute voix:
"Vous PRETRES ET RELIGIEUSES chargés du Message, ne laissez pas l'humanité courir à sa perte. Je vous ai demandé de travailler pour faire élever la Croix Glorieuse. Ne voyez-vous pas que le moment est venu à cause des phénomènes qui s'ensuivent. Car le temps s'écoule, et Mon Message reste dans l'ombre. S'il en est ainsi, LE NOMBRE DES SAUVÉS SERA PETIT. Mais vous, qui n'exécutez pas la Parole de Mon Père, VOTRE CHATIMENT SERA GRAND. Car c'est par le nombre des sauvés que vous serez jugés.
N'employez pas le moyen de la sagesse et de la réflexion, mais ECOUTEZ LA FOLIE DE MON MESSAGE. Car c'est par ce Message qu'il plaît à Dieu de sauver le Monde. Ne soyez pas comme LES JUIFS QUI DEMANDENT DES SIGNES... Souvenez-vous, les jours seront abrégés à cause des élus, mais malheur à ceux qui n'exécutent pas la Parole de Dieu."
Aujourd'hui le monde exalte la folie de l'homme, tout en s'irritant contre celle de son Dieu. Pourtant vingt siècles plus tôt, St Paul nous PRÉPARAIT expressément à ce Message :

"Car Christ ne m'a pas envoyé baptiser, mais annoncer l'Evangile, et sans recourir à la sagesse du langage, pour que ne soit pas réduit à néant LA CROIX DU CHRIST. LE LANGAGE DE LA CROIX EST EN EFFET FOLIE pour ceux qui se perdent, mais pour ceux qui se sauvent, pour nous, il est PUISSANCE DE DIEU. Car il est écrit:
Je détruirai la sagesse des sages, je rejetterai l'intelligence des intelligents. Où est-il le sage? Où est-il l'homme cultivé? Où est-il le raisonneur d'ici-bas? Dieu n'a-t-il pas frappé de folie la sagesse du monde? Puisqu'en effet le monde, par le moyen de la sagesse, n'a point reconnu Dieu dans la sagesse de Dieu, c'est PAR LA FOLIE DU MESSAGE qu'il a plu à Dieu de SAUVER LES CROYANTS.
Oui tandis que LES JUIFS DEMANDENT DES SIGNES et que les grecs sont en quête de sagesse, nous prêchons, nous, un Christ crucifié, scandale pour les juifs et FOLIE pour les païens, mais pour ceux qui sont appelés, Juifs comme grecs, c'est Christ, puissance de Dieu et sagesse de Dieu. Car ce qui est FOLIE DE DIEU est PLUS SAGE QUE LES HOMMES, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes." (1 Co 1,17-25)

Nous n'épuiserons jamais cette épître prophétique lourde de conséquences... L’indifférence pour la Croix Glorieuse, reflète en fait l’indifférence profonde d’une partie de l’Église pour la croix du Seigneur, signe de Son Sacrifice. André Frossard, disparu en début d’année 1995, écrivait fort à propos:

“Quant à la Croix du Christ, elle est toujours suspendue au fond des absides, mais elle n’a plus grand sens dans le système de l’école capitularde, dont le christianisme liquéfié se coule avec ravissement dans la tubulure ascendante de l’évolutionnisme. “Scandale pour les Juifs, folie pour les Gentils”, s’écriait saint Paul. Les chrétiens de l’école capitularde tiennent à passer pour des gens raisonnables auprès des Gentils. Ils se détournent de la folie de la Croix, et ils moquent le Pape qui lui reste attaché.
Sans passion du Christ, plus de vérité pour le chrétien; et c’est justement ce que veut le christianisme dépassionné, rallié au subjectivisme intégral.” (Défense du Pape, éd Fayard, 1993, p. 31)

Nous n’avons pas manqué de remarquer le ton sévère du Christ en son message du 19 septembre 1975, adressé aux PRETRES et aux RELIGIEUSES en ce même anniversaire de l’unique apparition de Notre Dame de La Salette, dans laquelle la Vierge Marie reprochait précisément déjà la désobéissance des prêtres à son Fils :
“Malheur aux prêtres et aux personnes consacrées à Dieu lesquelles, par leur INFIDÉLITÉ et leur mauvaise vie crucifient de nouveau mon Fils !” (J. Vaquié, Béndictions, malédictions, p. 130)

Ainsi en cet anniversaire de La Salette, le Seigneur déclare:
“Mais VOUS QUI N’EXÉCUTEZ PAS la Parole de Mon Père, VOTRE CHATIMENT SERA GRAND. Car c’est par le nombre des sauvés que vous serez jugés.”

Deux ans plus tard, dans la 45ème apprition, le vendredi 1er Juillet 1977, face à la désaffection du clergé, Il étend son Message A TOUS :

“Dieu a fait connaître ce qui doit arriver demain A L’AURORE... Mais Malheur au monde à cause des prêtres intrépides qui luttent et refusent... Il (Jésus) donne Sa Grâce à TOUS CEUX qui L’écoutent et proclame BIENHEUREUX CEUX QUI FONT CONNAITRE SON MESSAGE et le mettent en pratique.”

Dans la 47ème apparition, le vendredi 3 février 1978, où Jésus dénonce la tentative de Satan de pervertir le Message auprès de Madeleine, Il indique clairement:

“Vous Madeleine, qui êtes le seul Signe visible pour Mon Message, VOUS NE TOMBEREZ PLUS DANS L’ERREUR. Désormais faites LE SIGNE DE CROIX dès qu’une LUMIERE apparaîtra. Si c’est Satan à l’instant même tout disparaîtra”

Ce qui permet de valider SANS AUCUNE HÉSITATION le contenu de la 50ème apparition du 6 août 1982, CONFIRMANT la mission confiée aux laïcs. Madeleine la relate ainsi sur son cahier :
“J’aperçois la LUMIERE. Je fais LE SIGNE DE LA CROIX, comme Jésus me l’avait demandé. Puis je vois St Michel Archange....”
Sans commentaires. Force nous est ainsi de reconnaître l’authenticité de ce message qui ne contient aucun élément nouveau et reprend presque mot à mot les éléments de la 45ème apparition :

“Mais à cause de la désobéisance des prêtres, Jésus donne Sa Grâce à TOUS CEUX qui font connaître Son Message, car LE MONDE ENTIER ne doit pas rester plus longtemps dans l’ignorance de ce qui doit arriver demain A L’AURORE.”

Pourquoi encore s’insurger quant cette MISSION CONFIÉE AUX LAICS ne fait que répondre à celle dictée par Vatican II :

“LES LAICS peuvent et DOIVENT même à travers leurs occupations et leurs soucis temporels, exercer une action précieuse POUR L’ÉVANGÉLISATION DU MONDE.” (Lumen Gentium, 35)

Nous avons bien lu ! Nulle autre mission que celle du Message de Dozulé ne peut mieux résumer l’Évangélisation du monde. Quant au titre de Lumen Gentium, “LUMIERE des peuples”, nous verrons un peu plus loin, le lien qui l’unit Dozulé.

(Le texte, recopié de la main-même de Madeleine, est publié dans l’ouvrage de Jean Stiegler: La Croix Glorieuse, Ultime Message du Christ à Dozulé, éd Résiac, p. 201-202. Et l’abbé Marian, théologien, de s’exclamer : “J’ai l’expérience de plus de 50 ans de ces choses-ci. Je vous prie: Cessez d’attaquer le dossier ! Personne, ni MADELEINE, ni aucun prêtre n’a le droit d’en changer quoi que ce soit. C’est l’Eglise seule qui tranchera. On ne peut pas supprimer les messages parce qu’ils parlent contre nous. Chacun peut tomber. Il faut être humble. Qui s’humiliera, sera élevé. JÉSUS A RAISON quand il reproche LA DÉSOBÉISSANCE DES PRETRES. L’expression concernant l’Évêque “homme” est à sa place. C’est le cas précis justifié. Alors NE RIEN CHANGER, NI SUPPRIMER, NI INTERPRÉTER. Le 50ème message appartient logiquement au TOTAL DES MESAGES. Il n’est nullement diabolique. QUI LE DIT EST RIDICULE. QUI EST CONTRE CE MESSAGE, EST CONTRE LE DOSSIER ENTIER. A ROME a été transmis un autre DOSSIER SUR DOZULÉ. Ce sont les textes dans lesquels Jésus explique les MESSAGES DE DOZULÉ, interprète l’APOCALYPSE et la GENESE et autres passages de la Bible jusqu’ici peu clairs. Dozulé les met dans la juste lumière. DANS CES TEXTES figure le 50ème MESSAGE A SA JUSTE PLACE !...” )

LES MYSTERES DE LA CROIX GLORIEUSE

Quant au DERNIER MESSAGE DE JÉSUS délivré dans la 49ème apparition, il se situe, le vendredi 6 octobre 1978, premier vendredi du mois dédié au Sacré-Coeur, dans cet ÉTRANGE INTERVALLE reliant la mort de Jean-Paul 1er, le 29 septembre, et l’élection de Jean-Paul II, le 16 octobre, fête de sainte Edwige, Reine et Patronne de la Pologne, mais surtout, fête de Marguerite Marie, PREMIERE MESSAGERE DU SACRE COEUR ! Ainsi le dernier Message du Christ à Dozulé, situé dans L’ANNÉE DES TROIS PAPES, nous invite à méditer cette succession, confirmation évidente de la MORT DE L’ÉGLISE et de ce que Jean-Paul II est bien LE PAPE DE LA FIN DES TEMPS ! LE DERNIER VERITABLE PAPE !

Observons que, dans cette même sombre année 1978, Paul VI, est mort le 6 août, fête de la Transfiguration. Ce phénomène lumineux est, comme nous le savons, intimement lié au Retour du Christ en Gloire dans les évangiles (voir chap. Le Retour en Gloire du Christ ) tout comme dans le Message de Dozulé (voir chap. suiv. Dozulé la Lumière ). La date de la disparition de Paul VI (lequel avait au cours de son voyage en Terre Sainte, prophétiquement préféré son moment de recueillement personnel au Mont Thabor de la Transfiguration !), n’accrédite-t-elle point encore la 50ème et dernière apparition de Dozulé, le 6 août 1982, au terme d’un délai exceptionnel ?! Jean-Paul II, datera lui-même son encyclique “Veritatis Splendor”, du 6 août 1993...

Ainsi, qui pourrait raisonnablement croire à l'approximation des mesures de la Croix indiquées par le Christ? Comme il nous y invite, n'employons pas la sagesse, mais écoutons la folie de Son Message.

La hauteur de 6 fois 123 m, les deux bras de 123 m, donnent à la Croix la proportion de 6/2, précisément celle du Temple de Salomon:

"soit 60 coudées de longueur sur 20 de largeur." (1 Rois 6,2)
60/20 = 6/2 = 738/246.

Le Temple, DEMEURE DE DIEU, élevé à Jérusalem, contenait le Témoignage de la Loi déposé dans l'Arche d'Alliance. La Croix, de même élevée à Jérusalem, est le Témoignage de l'accomplissement de cette Loi par le Christ. A Cana, comme nous l’avons vu plus haut, Jésus annonce déjà en signe le rachat de l’humanité par son sacrifice en changeant en vin l'eau de 6 jarres! (Jn 2,6) Les 6 unités de la Croix en donnent la hauteur. Dans l'ordre de la Création, l'homme fut créé le 6ème jour. Il y a donc d'une certaine manière dans l'Alliance de Dieu avec l'homme, recréation de l'humanité par l'amour. Si nous avions daigné obéir en présentant nos 6 jarres au Christ, c'est à dire en élevant avec confiance la Croix demandée, il nous aurait miséricordieusement fait entrer en cette Jérusalem Nouvelle dans l'allégresse des Noces.

Si la hauteur du Golgotha doit être reproduite avec exactitude en ses 738 m, c'est qu'elle contient de toute évidence un enseignement accessible à ceux qui avaient en garde la Loi, et ne l'on pas gardée. Dans "la langue du Golgotha" où les lettres ont aussi valeur de chiffres ou de nombres, pour obtenir avec la plus petite somme de lettres le total 738, il n'existe qu'une seule solution:

tav = 400, schin = 300, lamed = 30, heth = 8.
Or, ces lettres composent la forme verbale hébraïque
"TU VAINCRAS" !
tav-heth-lamed-schin : 400+8+30+300 = 738 !
Observons que cette forme en 4 lettres, symbole des 4 branches de la Croix, résulte de l'ajout du tav initial, image ancienne de la croix (Ezechiel 9,4-6), marquant la deuxième personne masculin du futur et la troisième personne féminine du futur, à la racine heth-lamed-schin signifiant "vaincre".
A entendre donc: "TU VAINCRAS !" ou "ELLE VAINCRA !" (la Croix)

Or, comme nous allons le voir, cette inscription associée à la Croix Lumineuse, en lui donnant la victoire, convertit précisément l’Empereur romain Constantin.

Cette équivalence stupéfiante est donc une perche tendue aux Pharisiens et lettrés juifs qui n’ayant pas reconnu Jésus dans sa première Venue, ont ici encore, en leurs descendants, une DERNIERE CHANCE. Cabbalistes, ésotéristes, si prompts à jongler en virtuoses avec les chiffres qui flattent votre perspicacité, saurez-vous à temps venir déposer votre érudition au pied de cette Croix, où le Seigneur vous attend ? Puissiez-vous y trouver, selon Sa promesse, “la Paix et la Joie”, qu’aucun savant calcul ne saurait vous procurer...

Ainsi, pour la demande d'édification de la Croix Glorieuse, avons-nous souligné l'importance de la date du vendredi 3 mai 1974, 1er vendredi du mois dédié au Sacré-Coeur, et fête de l'INVENTION DE LA SAINTE-CROIX par Ste HELENE, mère de l'empereur CONSTANTIN.
Or, lorsque la Croix Lumineuse du Seigneur apparut dans le ciel à Constantin allant combattre contre Maxence sous les murs de Rome en 312, il fit peindre ce signe sur son étendard ou "labarum", accompagné de la phrase latine que son armée victorieuse, comme lui, avait lue dans le ciel :

“In Hoc Signo Vinces”, c'est à dire
"par ce signe TU VAINCRAS !"

Cette devise latine est composée de 16 lettres en 4 mots, expression symbolique parfaite des 4 branches de la croix (4 x 4 = 16).
Quant aux initiales de chacun des mots, elles constituent l'acrostiche : I. H. S. V. , qui phonétiquement s'énonce: iêsou , forme évocatrice du latin Jesus, prononcé tout comme en grec: iêsous (les graphies latines du I et du J sont indentiques, celle du H correspond à l'êta grec; v et u semblablement gravés en latin, se prononcent: ou )

Les deux apparitions du Sacré-Coeur en France accompagnées de Ses Demandes annoncent cette Victoire :

PARAY-LE-MONIAL + DOZULÉ = 61+17+64+83 = 225
PAR CE SIGNE TU VAINCRAS = 35+8+54+41+87 = 225 !

De l'hébreu au latin, du Golgotha à Rome, de Paray-le-Monial à Dozulé, la traduction française harmonisée au Message final: "PAR CE SIGNE TU VAINCRAS", établit la certitude du TRIOMPHE DE LA CROIX du Christ et de la Conversion Universelle. Vaincre par la Croix, c'est d'abord à l'image de Jésus, accepter la Croix, SE VAINCRE. Par la Croix acceptée, comme Jésus, VAINCRE LA MORT et Ressusciter. Ce sont, dans l'Apocalypse, les sept promesses de Jésus concluant chacune des lettres aux sept Eglises:
"Au VAINQUEUR, je lui donnerai à manger de l'arbre de vie qui est dans le paradis de Dieu." (2,7), "la Couronne de Vie" (2,10), "de la Manne cachée, un caillou blanc, et sur ce caillou un nom nouveau" (2,17), "l'Etoile du Matin" (2,28), "des habits blancs et je n'effacerai pas son nom du Livre de Vie" (3,5), etc...

Importante date donc que ce 3 mai 1974, fête de l'INVENTION DE LA SAINTE-CROIX, et demande d'élévation de la Croix Glorieuse par le Christ. Or, combien n'est-il point surprenant de constater qu'elle constitue précisément le
123ème JOUR de l’année !

Le nombre 123 représente, comme nous le savons, le multiple de la Croix Glorieuse, qui multiplié par 6 selon l’indication du Christ Christ permet d'obtenir la hauteur de 738 m !

Dans le prolongement du bras oriental de la Croix, Jésus a demandé que l'on creuse un bassin destiné à la purification, à l'emplacement même d'un pommier penché, symbole du PÉCHÉ :

"Venez-y tous EN PROCESSION et ne craignez pas de vous laver dans cette EAU DE POUSSIERE, car sachez que vous êtes poussière et que vous retournerez en poussière (Gn 3,19). Mais VOTRE ESPRIT SERA PURIFIÉ. Cette eau n'est pas une source. C'est une eau qui sort de terre. Heureux celui qui viendra s'y purifier sans craindre de se salir." (3 août 1974)
"Quand LA CALAMITÉ DE SÉCHERESSE PRÉDITE s'abattra sur LE MONDE ENTIER, seul le bassin que Dieu a fait creuser contiendra de l'eau, non pour la consommation, mais pour vous y laver EN SIGNE DE PURIFICATION." (1er novembre 1974)

Le Message de Dozulé est un Message de REPENTIR et de PURIFICATION pour l'humanité entière: l’un ne va pas sans l’autre. De Sainte Marie-Madeleine à Madeleine Aumont, ultime Messagère du Sacré-Coeur, le rôle de la France apparaît dans sa lumière comme dans ses ombres. Ste MARIE-MADELEINE, LA PÉCHERESSE a suivi Jésus jusqu'au pied de la Croix. Elle vint en Gaule avec son frère et sa soeur. Par excellence, MADELEINE est cette SAINTE DE LA FIN DES TEMPS, sainte d’une humanité enfoncée dans les délices sexuels, SAINTE DE LA FRANCE, NATION EUROPÉENNE LA PLUS TOUCHÉE PAR LE SIDA !

Malgré la tradition la plus ancienne, quelques théologiens ont voulu nier l'dentité de la pécheresse de l'évangile avec Marie-Madeleine et Marie de Béthanie. Or, Marie de Béthanie oignit les pieds de Jésus avec un parfum de très grand prix et les essuya avec ses cheveux, attirant sur Judas cette remarque capitale de Jésus: "Laisse-là; elle a voulu garder ce parfum pour LE JOUR DE MA SEPULTURE" (Jn 12,7)

Sur ce parfum de grand prix, nous n’ignorons pas que Marie Madeleine, était précisément au nombre de plusieurs femmes “qui assistaient les apôtres de LEURS BIENS” (Luc 8,3) Il est compréhensible que le fidèle et doux Jean omette le passé de Marie-Madeleine car le repentir a droit à la discrétion. Elle avait donc conservé ce parfum depuis longtemps. Mais "6 jours avant Pâque " (Jn 12,1), l'heure étant arrivée, elle ne pouvait désormais le garder. Ainsi, dans le même évangile de Jean (20,1), Marie-Madeleine se rend-elle au tombeau de grand matin, SEULE, et ainsi LA PREMIERE, voit-elle LE CHRIST RESSUSCITÉ ! Or comment dans ce même texte, Marie de Béthanie, précisément LA SEULE à avoir deviné la mort du Christ et accompli cette extraordinaire onction prémonitoire révélée par Jésus, aurait-elle été absente au moment suprême, au pied de la Croix et plus encore au tombeau concernant son ACTE PROPHÉTIQUE? Cela est totalement invraisemblable !

Lorsque Jésus ressuscité s'adresse à elle, il l'appelle par son prénom "Marie !", démontrant ainsi son intimité avec elle. Elle lui répond "Rabbouni !", et Jean nous dit que cela signifie en hébreu "Maître"; nous lisons dans le manuscrit grec original: didaskale , vocatif de didaskalos , c'est à dire "celui qui enseigne, le précepteur" (Jn 20,16). Or, toujours dans le même évangile (Jn 11,28), c'est par ce mot que Marthe, soeur de Marie de Béthanie, s'adresse à elle: "Le Maître est là qui t'appelle !", grec didaskalos . Luc nous présente en effet "Marie assise aux pieds du Seigneur, en train d'écouter sa parole" cependant que Marthe s'agite et que Jésus la reprend : "C'est Marie qui a choisi la meilleure part et elle ne lui sera pas ôtée." (Lc 10,39.42) Il est clair que Jésus a prioritairement enseigné Marie de Béthanie afin de la ramener vers Dieu, et c'est pourquoi elle l'appelle ainsi au tombeau... Si le terme hébreu rabbi pour désigner le maître apparaît en d'autres passages de l'évangile traduit par didaskalos (Jn 1,38), celui araméen de rabbouni , plus affectueux parce qu’emprunté à la langue populaire, n’est employé que par Marie et l’aveugle de Jéricho (Mc 1O,51). " Rabbouni ! " répond ainsi à "Marie !", dans une démonstration éloquente de la relation spirituelle “maître-disciple” unissant les deux personnages.

Les dimensions de la Croix Glorieuse indiquées par le Christ lèvent le voile sur ce grand mystère en reliant directement la pécheresse de l'évangile et Marie de Béthanie, à Marie-Madeleine qui se trouvait en effet au pied de la Croix: la hauteur 738 et son unité 123, communiquées par le Christ, désignent avec une étonnante précision les deux versets-clés 7.38 et 12.3 des évangiles de Luc et Jean prouvant cette identité !

Celui de Luc décrit en effet la pécheresse dont il préserve l'anonymat :

7.38 : "Se plaçant derrière, tout en pleurs, à ses pieds, elle se mit à lui arroser les pieds de ses larmes; puis ELLE LES ESSUYAIT AVEC SES CHEVEUX."

Jean relate pareillement ce moment particulier de la scène concernant cette fois Marie de Béthanie , qui étant devenue l'amie de Jésus, ne sera jamais bien entendu présentée comme une pécheresse. Jean s'abstient de critiquer les amis de son Maître :

12.3 : "Marie donc prenant une livre de parfum de vrai nard d'un grand prix, oignit les pieds de Jésus et LES ESSUYA AVEC SES CHEVEUX; et la maison s'emplit de la senteur du parfum."

Ainsi, en cette MEME SCENE touchante reproduisant les mêmes gestes, la pécheresse et Marie de Béthanie se trouvent providentiellement reliées par les mesures de la Croix Glorieuse, nous amenant à comprendre qu'elles ne font qu'un avec le personnage qui était au pied de la Croix : Marie-Madeleine !

Vérification non moins troublante, si l’on additionne la valeur alphabétique de chacune des lettres composant le lieu controversé de la Sainte Baume où vécut Marie-Madeleine, on obtient :

LA SAINTE BAUME : (12+1) + (19+1+9+14+20+5)+(2+1+21+13+5) = 123 !
(a = 1; b = 2; c = 3;... x = 24; y = 25; z = 26)

Observons maintenant que les deux autres références des mêmes évangiles concernent directement Dozulé :

Luc 12.3 : "C'est pourquoi tout ce que vous avez dit dans les ténèbres sera entendu au grand jour et CE QUE VOUS AVEZ DIT A L'OREILLE dans les pièces les plus retirées SERA PROCLAME SUR LES TOITS."
le Christ dit en effet en latin à Madeleine Aumont qui ignore cette langue, le 12 juin 1973:
"Attendite, quod in aure auditis, predicate super tecta. Per te Magdalena, Civitas Dozulea decorabitur per Sanctam Crucem et aedificat Sanctuarium Domino in monte ejus."
"Attention ! CE QUE VOUS AVEZ ENTENDU A L'OREILLE, PROCLAMEZ-LE SUR LES TOITS. Par vous Madeleine, la Cité de Dozulé sera ornée par la Sainte Croix, et elle édifie un Sanctuaire au Seigneur sur sa montagne."

Jean 7.38 : "CELUI QUI CROIT EN MOI, comme l’a dit L’ECRITURE, des fleuves d'eau vive couleront de son sein."
Cette dernière référence prise chez Jean qui comme Marie-Madeleine accompagna le Christ au lieu de son supplice, représente la hauteur totale de la Croix Glorieuse. Il faut entendre prophétiquement cette Parole jusque dans le dernier Message de Dozulé. CELUI QUI CROIT EN JESUS participera à l'élévation de la Croix demandée et diffusera son Message selon la mission confiée aux prêtres comme aux laïcs, et des fleuves d'eau vive couleront de son sein car la foi est toujours récompensée. Dans sa promesse le Christ fait référence à l’Ecriture; les commentateurs songent non sans raison à Isaïe. Or, vérification stupéfiante à laquelle nous convie le multiple de la Croix Glorieuse, c’est en Isaïe 12.3, soit 123, que nous trouvons cette véritable “source” :

12.3 : “Vous puiserez de l’eau avec allégresse aux sources du SALUT.”
La version de la Septante admet la possibilité d’une traduction : “aux sources du Sauveur” (ek tôn pègôn tou sôtèriou ), qui est celle de la Vulgate: “Haurietis aquas in gaudio de fontibus Salvatoris ”.
Du reste le verset précédent affirme: “Voici le Dieu de mon Salut.” Impossible d’ignorer que le nom de Jésus, Yeshoua en hébreu, signifie précisément “YWWH est SALUT” ou “YHWH SAUVE”! La hauteur de la Croix Glorieuse et son multiple éclairent de manière transcendante une relation occulte de l’Ecriture. L’annonce du prophète, dans le multiple, se trouve élevée à la hauteur de la Croix, par le Christ Sauveur !

DOZULÉ LA LUMIERE

Le Message de Dozulé nous invite logiquement à relire et entendre les prophéties de la fin des temps dans la langue du pays choisi par le Christ. Ainsi Dieu ne pouvait donner de plus grand signe que celui de la LUMIERE. La valeur numérale alphabétique du lieu choisi par Dieu, comme celui de la Nouvelle Jérusalem, en est l’accomplissement (a=1; b=2; c=3;... x=24; y=25; z=26) :

DOZULÉ : 4+15+26+21+12+5 = 83.
LUMIERE : 12+21+13+9+5+18+5 = 83.

L’Image bien connue se trouve vérifiée par cette même valeur :

“DIEU EST LUMIERE” : 39+44+83 = 83 + 83.

“Dieu est Lumière et il n’y a point en Lui de ténèbres” (1 Jean 1,5).
“DIEU EST” implique en Lui-même ou par Lui-même la LUMIERE.
La Création commence avec la LUMIERE et repose sur la LUMIERE :
“Dieu dit qu’il y ait de la LUMIERE ! et il y eut de la LUMIERE. Dieu vit que la LUMIERE était BONNE, et Dieu sépara la LUMIERE des ténèbres.” (Gn 1,3)
Observons que Dieu ne dit pas : “Qu’il y ait des ténèbres !”
car seule la LUMIERE est Principe de Vie.
C’est la négation des philosophies dualistes: les ténèbres ne sont que l’absence de Lumière, et de ce fait rien ne peut être créé à partir d’elles.
“Or le fruit de la LUMIERE, c’est tout ce qui est BON, juste, et vrai.” (St Paul, Eph 5,9)

C’est pourquoi la Venue du Fils de Dieu en ce monde, est annoncée par la LUMIERE :
“Le peuple qui marche dans les ténèbres a vu une grande LUMIERE. Ceux qui habitent le pays de l’ombre, sur eux une LUMIERE a brillé.” (Isaïe 9,1)
Matthieu l’évangéliste rappellera cette prohétie à l’orée du ministère du Christ (4,16). Dans le prologue de son évangile se référant à la Génèse (“Au commencement...”), Jean reconnaît le FILS DE DIEU et DIEU LUI-MEME dans cette LUMIERE :

“Par Lui tout a paru, et sans Lui rien n’a paru.
Ce qui a paru était Vie en Lui
et la Vie était la LUMIERE des hommes....
Et la LUMIERE luit dans les ténèbres...
La VRAIE LUMIERE qui éclaire tout homme, faisait son entrée dans le monde.” (Jn 1,14.18)

Le Credo de Nicée dira du Christ :
“Il est Dieu, né du vrai Dieu,
LUMIERE né de LA LUMIERE,
engendré non pas créé...”

Mais c’est aux Pharisiens, les défenseurs de la Loi, les théologiens, les lettrés de l’époque, que Jésus répond signigicativement:
“JE SUIS la LUMIERE du monde.” (Jn 8,12)

De même à Dozulé, lorsque Jésus apparaît à Madeleine, le 1er mars 1974, celle-ci s’écrie :
“Voici la LUMIERE.”
Et peu après Jésus lui dit :
“JE SUIS la LUMIERE du monde et la LUMIERE luit dans les ténèbres et les ténèbres ne l’ont point comprise.”
Ce sont donc les termes mêmes de l’évangile de Jean (1,5 et 9,5) qui mérita bien du Christ la grâce de publier l’Apocalypse.

Or, “JE SUIS” est le nom sous lequel se révèle Dieu dans l’Exode (3,14) :
“Elohim dit à Moïse: “JE SUIS qui JE SUIS !” Puis il dit : “Tu parleras ainsi aux fils d’Israël : JE SUIS m’a envoyé vers vous !”
Pareillement, seul Jésus, Fils de Dieu et Dieu Lui-même, peut se permettre d’employer ce Nom :
“En vérité, en vérité, je vous le dis,
avant qu’Abraham parut JE SUIS.” (Jn 8,58)
Les lois de la grammaire sont bouleversées. Ce n’est pas seulement l’antériorité de Jésus sur toute création (nous aurions “avant qu’Abraham parut, je fus” ou même “j’étais”), mais l’évidence de son intemporalité. “JE SUIS” signifie dans l’absolu : “J’étais - je suis - je serai.” soit “JE SUIS éternellement”. Et c’est en ce sens que Jésus authentifie ses annonces prophétiques :
“Je vous le dis dès à présent avant que la chose n’arrive, pour qu’une fois arrivée, vous croyiez que JE SUIS.” (Jn 13,19)

A la mystique grecque orthodoxe Vassula, Il dicte le 4 mars 1991, cette prière :
“JE SUIS sera de retour; JE SUIS reviendra. JE SUIS sera avec nous. Gloire au Très-haut !”
(La vraie vie en Dieu, éd. OEIL, F-X de Guibert, supplément 1, exergue)


Dernière édition par Hercule le Mar 13 Déc 2011 - 18:39, édité 4 fois
Poirot
Poirot
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.

Messages : 93
Date d'inscription : 29/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !" Empty Re: Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !"

Message  Octo le Mar 13 Déc 2011 - 1:35

@ Tous :

Je recommande à chacun de nos membres de lire ce dossier sur la Fin des Temps !

Beaucoup d'informations nous dévoilent des choses restées jusque-là cachées !

Octo !

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Octo
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16998
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 119
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !" Empty Re: Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !"

Message  Invité le Mar 13 Déc 2011 - 4:02

Oui en effet il y a beaucoup à lire et à réfléchir....
Cependant pourriez-vous nous dire qui est Don Raymond? Je n'en ai jamais entendu parler....


Dernière édition par Lorena le Mar 13 Déc 2011 - 4:29, édité 1 fois
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !" Empty Re: Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !"

Message  Poirot le Mar 13 Déc 2011 - 4:16

Bonjour Lorène,

Don Raymond est un laïc qui écrit dans la discrétion, la paix et la prière, loin des honneurs et des vanités de ce monde.

Meilleures pensées
Poirot
Poirot
Poirot
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.
Deuxième Demeure : Je m'applique à l'oraison.

Messages : 93
Date d'inscription : 29/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !" Empty Re: Don Raymond et le Code de la Fin des Temps : "Ultime Avertissement au Monde !"

Message  Invité le Mar 13 Déc 2011 - 4:32

j'ai cherché sur Google. En effet, il n'y a pas grand chose à part le fait qu'il serait peut-être sur Facebook! https://www.facebook.com/don.raymond1
Il y a une citation aux éphésiens en guise de présentation.....
Anonymous
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 6 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum