Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 !

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Aller en bas

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Empty Re: Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 !

Message  Admin Dim 14 Jan 2024 - 11:19

DE LA PROCHAINE PANDÉMIE DE L'OMS À LA DICTATURE DU NOUVEAU "DEEP STATE" : DÉPORTATIONS, CAMPS DE CONCENTRATION, ETC. !"


Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Unna1325


3 janvier 2024

par laurentcatho

Cette dicatature sera celle du nouveau Deep State.

L’accord mondial sur la préparation aux pandémies (“traité sur les pandémies”), actuellement en cours d’élaboration par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), ouvrira la voie à une “approche fasciste de la gestion sociétale”. Les bénéficiaires seront des entreprises et des investisseurs sans scrupules qui ont profité des mesures de COVID-19. Cela conduira à la perte des droits de l’homme et des libertés individuelles.

C’est ce qu’affirme le Dr David Bell, médecin clinicien et de santé publique, titulaire d’un doctorat en santé publique et ancien collaborateur scientifique et médical de l’OMS. Le traité représente une prise de pouvoir terrifiante qui, si elle réussit, donnera à l’OMS un rôle central de leader et un monopole dans la gouvernance mondiale de la santé.

Dans sa version actuelle, le traité donnera à l’OMS, pendant une urgence sanitaire qu’elle aura elle-même déclarée, le pouvoir d’ordonner des mesures, y compris des contributions financières importantes des différents États, des lockdowns, des restrictions de voyage, des examens médicaux obligatoires et des vaccinations obligatoires.

L’OMS aura le pouvoir exclusif et étendu de déclarer une urgence de santé publique de portée internationale (PHEIC) pour toute menace potentielle ou réelle dans des zones étendues, qu’il s’agisse de menaces biologiques, climatiques ou environnementales. Elle pourra le faire sans preuve appropriée et sera la seule à pouvoir déterminer les mesures et les substances médicales imposées au public sans consentement éclairé.

Ses pouvoirs incluront la censure officielle des informations, y compris la liberté d’expression, c’est-à-dire des opinions contraires à la présentation officielle de l’OMS, et elle ne sera responsable devant aucun parlement national ni limitée par aucune garantie constitutionnelle.

Un groupe d’éminents avocats, médecins et citoyens inquiets a écrit au Premier ministre indien Narendra Modi et au ministre de la Santé et du Bien-être familial, Shri Mansukh L Mandaviya, pour leur demander de rejeter le traité mondial de l’OMS sur la pandémie. Les signataires sont énumérés à la fin de cet article et la lettre de 10 pages peut être consultée dans son intégralité, avec tous les liens et références pertinents, sur le site web d’Awaken India : Traité de l’OMS sur les pandémies Ultra Vires de la Constitution).

Le 1er février 2023, l’OMS a publié un projet zéro de traité de l’OMS (ce “traité sur la pandémie” est désormais officiellement appelé “accord”) comprenant 38 articles, puis un autre projet de 41 articles le 2 juin 2023. Le traité marque un changement fondamental dans le mode de fonctionnement de l’OMS. Elle aspire en secret, à huis clos, à des pouvoirs étendus sous la direction de son directeur général.

Les signataires indiquent clairement qu’en vertu de l’accord proposé, l’OMS peut déclarer une pandémie à sa guise, déclarer une PHEIC, puis prendre les pouvoirs des gouvernements nationaux pour mettre les citoyens en détention, restreindre leurs déplacements, exiger d’eux des carnets de vaccination (tests et vaccins obligatoires) et renforcer la censure des médias sociaux. L’accord fonctionnerait également comme un “accord-cadre”, reconduit année après année et pour une durée indéterminée. Il permet à l’OMS de jouer un rôle dictatorial en s’appropriant un pouvoir illimité.

Deux instruments, l’accord lui-même et les amendements au règlement sanitaire international (RSI) de 2005, sont conçus pour fonctionner en parallèle et conférer des pouvoirs draconiens à l’OMS. Les deux textes confèrent irrévocablement à l’OMS le pouvoir de restreindre la liberté de la santé, ce qui constitue une menace fondamentale pour l’autonomie nationale, médicale et physique.

Dans leur lettre, les auteurs rappellent que l’OMS est un organe externe, non élu, qui ne peut et ne doit pas être nommé à une telle position dictatoriale. Au cours de l’événement COVID-19, le rôle de l’OMS dans le soutien à la tyrannie médicale est apparu clairement.

Elle a préconisé des blocages forcés qui ont détruit les moyens de subsistance de millions de personnes en Inde et dans le monde entier et qui ont provoqué une augmentation des problèmes de santé mentale. Elle a fermé des écoles, faisant ainsi régresser l’éducation de toute une génération. Elle a promu des vaccins incomplètement testés et non autorisés dans le cadre de l’EUA (Emergency Use Authorisation) qui, bien que prétendant être “sûrs et efficaces”, n’avaient rien de tel et ont provoqué une forte augmentation des maladies cardiaques et cérébrales causées par les protéines de pointe.

Si ce traité est adopté à la majorité simple lors de l’Assemblée mondiale de la santé en mai 2024, le “traité sur la pandémie” entrera en vigueur pour tous les pays dans les 12 mois, à moins qu’un pays ne s’y oppose de manière proactive ou n’émette des réserves dans les 10 mois.

Dans la lettre adressée au Premier ministre et au ministre de la Santé, il est dit que le traité et ceux qui le font avancer:

“violent manifestement les droits fondamentaux des citoyens indiens et se trouvent donc Ultra Vires de la Constitution indienne. Dans leur intention réelle, ils annulent le droit fondamental à l’autonomie et à l’intégrité physiques en imposant des procédures médicales, la coercition et d’autres actes grossièrement illégaux”.

La lettre ajoute :

“Il s’agit d’une attaque spectaculaire et effrayante contre les libertés civiles fondamentales. Il doit être fondamentalement compris que la négation de l’intégrité physique de tout être humain signifie la perte de tous les droits de l’homme”.

La lettre fait référence au Code de Nuremberg (1947), qui stipule ce qui suit :

“Le consentement du sujet humain est absolument indispensable. Le Pacte international relatif aux droits civils et politiques a repris cette interdiction des expériences involontaires dans son texte de 1966, qui stipule : “Nul ne peut être soumis à une expérience médicale ou scientifique sans son consentement”.

“Je respecterai l’autonomie et la dignité de mon patient. Je n’utiliserai pas mes connaissances médicales pour violer les droits de l’homme et les libertés civiles, même sous la contrainte. Je respecterai absolument la vie humaine dès sa conception. Je considérerai la santé de mon patient comme ma première préoccupation”.

Les signataires constatent qu’il n’y a guère d’autre solution que de bannir l’OMS de la vie nationale et demandent au Premier ministre et au ministre de la Santé de s’engager à défendre la souveraineté de l’Inde et les droits de tous les citoyens.

Ils ajoutent que des délégués non élus, non responsables et largement inconnus de 194 pays se réunissent à Genève pour les sessions de l’Assemblée mondiale de la santé, y compris en 2022, lorsqu’ils ont adopté des amendements au RSI. La procédure est secrète, autoritaire et tyrannique et, de plus, manifestement opaque et antidémocratique.

Ces délégués nationaux ne sont pas élus et ne représentent pas la population de leur pays. Les signataires demandent:

“Comment peuvent-ils négocier au nom des nations, sans parler d’un règlement sanitaire international/global qui serait contraignant pour 194 pays ?”

Si le “traité mondial sur les pandémies” est imposé, il pourrait y avoir des lockdowns permanents. Parallèlement, les intérêts des entreprises domineront. Les pandémies s’auto-entretiendront en créant une bureaucratie dont l’existence dépendra d’elles.

Les gens seront à la merci de la police et des bureaucrates, qui seront immunisés contre toute sanction pour des actes accomplis de “bonne foi”. Ces actes pourraient prendre la forme de traitements médicaux obligatoires, d’intrusions forcées dans des locaux, d’isolement forcé et de quarantaine.

En 2020, les choses allaient déjà mal lorsque l’État s’est acharné sur le public, notamment sur ceux qui n’étaient pas d’accord avec la politique du COVID. Mais imaginez l’abus de pouvoir qui pourrait se produire si l’OMS obtenait les pouvoirs qu’elle recherche.

Les graines du totalitarisme étaient clairement visibles lorsque Anthony Fauci a déclaré qu’il était “la science”, que l’ancien Premier ministre néo-zélandais Jacinda Arden a déclaré que le gouvernement était “la seule source de vérité” et que des entreprises de médias sociaux ont travaillé main dans la main avec l’État profond pour censurer et démasquer des personnalités éminentes et des scientifiques de renommée mondiale qui remettaient en question le récit officiel.

Nous avons assisté à la suspension des libertés civiles fondamentales sous la menace de la violence d’État, ce qui a souvent conduit à ce que des citoyens soient maltraités par des forces de police paramilitaires de fait parce qu’ils enfreignaient des “règles de pandémie” qui n’avaient aucun fondement scientifique.

Les gouvernements ont déclaré qu’ils “suivaient la science”, mais ce que nous avons vu, ce sont des chiffres de décès gonflés, des données manipulées et l’utilisation frauduleuse de tests RT-PCR pour donner au public l’impression d’une pandémie mortelle. Les lecteurs peuvent lire l’article en ligne Stay Home, Save Lives : Uncovering the COVID Deception (Rester chez soi, sauver des vies : découvrir la supercherie du COVID), qui donne un aperçu des différents faux-semblants qui ont contribué à effrayer la population mondiale en 2020.

L’OMS a également donné une prévision erronée de la mortalité. Cette exagération a provoqué la panique dans la population. Cela faisait partie d’une “pandémie de peur” soigneusement orchestrée et a ouvert la voie à des lockdowns et à l’introduction massive de vaccins vendus au public sur la base de fausses allégations. La protéine de pointe synthétique des vaccins a entraîné la coagulation du sang, des hémorragies, des problèmes cardiaques et de coagulation du sang dans le cerveau, ainsi que des problèmes neurodégénératifs. Et depuis l’introduction des vaccins, nous observons dans tant de pays une surmortalité considérable, sur laquelle les médias restent muets.

En outre, l’OMS travaille au sein d’un complexe biopharmaceutique, un réseau complexe qui s’est formé au fil du temps et qui détermine la politique de santé mondiale. Ce complexe comprend les autorités sanitaires des gouvernements nationaux, dont l’Inde, les États-Unis et le Royaume-Uni, le Forum économique mondial, la Fondation Gates, le groupe Welcome et de grandes entreprises pharmaceutiques. Les accords de “porte tournante” entre ces organisations ont conduit à une appropriation réglementaire.

Le chercheur et activiste Yohan Tengra, du mouvement Awaken India, a enquêté pendant deux ans sur la manière dont cela fonctionne en Inde. Grâce à ses recherches, il a découvert le cartel de milliardaires qui contrôle la Task Force indienne COVID-19. Tengra a non seulement énuméré les noms de ceux qui siégeaient dans cette Task Force, mais il a également exposé en détail la manière dont ils étaient financièrement liés à l’industrie pharmaceutique et à l’industrie des vaccins.

La task force était responsable de l’introduction agressive de lockdowns, de l’obligation de porter un masque, de tests forcés chez les personnes asymptomatiques, de la suppression de l’ivermectine du protocole national, de la suppression des effets secondaires des vaccins et bien plus encore.

Tengra a également révélé comment d’éminentes personnalités indiennes de la santé publique, qui apparaissent régulièrement dans les médias et à la télévision, sont liées à la Fondation Gates, à la Fondation Rockefeller, au Welcome Trust, à l’USAID, à la Banque mondiale et à d’autres aspects de l’État profond mondial.

Nous sommes très préoccupés par un “contrat pandémique” marqué par de puissants intérêts intéressés par la fermeture des économies (voir l’article en ligne Systemic Collapse and Pandemic Simulation de Fabio Vighi), par des programmes de vaccination obligatoires et par la surveillance numérique, qui ne sont que trop disposés à restreindre nos droits fondamentaux à leur propre avantage.

La lettre adressée au Premier ministre et au ministre de la Santé indiens indique clairement que l’OMS devrait être exclue de tout rôle dans la santé mondiale en raison des conflits d’intérêts massifs.

Signataires :

Dr Jacob Puliyel, Delhi, MD, MRCP, MPhil, pédiatre et conférencier international invité.

Prashant Bhushan, New Delhi, avocat principal, Cour suprême de l’Inde

Colin Gonsalves, New Delhi, Senior Advocate, Cour suprême de l’Inde

Nilesh Ojha, Mumbai, président de l’association du barreau indien, avocat à la Cour suprême de Bombay et à la Cour suprême de l’Inde, défenseur des droits de l’homme.

Auteur Dr Amitav Banerjee, Pune, MD, ancien épidémiologiste des forces armées indiennes

Dr Aseem Malhotra, Londres (citoyen indien à l’étranger), MBChB, MRCP. Cardiologue consultant

Aruna Rodrigues, Mhow, pétitionnaire principale : GMO PIL devant la Cour suprême et membre Iridescent Blue Fish (IBF)

Dr. Donthi Narasimha Reddy, Hyderabad, expert en ordre public et directeur de campagne

Dr Megha Consul, Gurugram, pédiatrie, médecin-chef, néonatologue

Dr Pravin Chordia, Pune, spécialiste en chirurgie

Dr Lalitkumar Anande, Mumbai, MBBS, diplôme PG en recherche clinique

Dr Vijay Raghava, Bangalore, MBBS Dr Veena Raghava, Bangalore, MBBS, DA

Dr Kuldeep Kumar, Haridwar, MBBS MS (CHIRURGIE GÉNÉRALE) Dr Praveen Saxena, Hyderabad, radiologue et toxicologue clinique des métaux, MBBS, DMRD Osmania.

Dr Biswaroop Roy Chowdhury, Faridabad, Ph.D. (Diabète)

Dr Gautam Das, Kolkata, MBBS, médecin généraliste

Saraswati Kavula, Hyderabad, réalisatrice de documentaires et journaliste indépendante, Awaken India Movement

Bhaskaran Raman, Mumbai, professeur, département d’informatique et d’ingénierie. Institut indien de technologie de Bombay Avocat

Ishwarlal S. Agarwal, Mumbai Avocat

Tanveer Nizam, Mumbai

Dr Susan Raj, Chattisgrah, BSc infirmière, MSW(M&P), docteur en sciences humaines, spécialiste du comportement

Jagannath Chaterjee, Bhubhaneshwar, activiste social

Dr Abhay Chedda, Mumbai, BHMS, CCAH, FCAH

Dr Gayatri Panditrao, Pune, médecin homéopathe, BHMS, PGDEMS

Dr Rashmi Menon, Mumbai, BHMS, ChT

Rossamma Thomas, Pala, Kottayam, Kerala, journaliste indépendante

Ambar Koiri, Mumbai, Mouvement Réveillez-vous en Inde

Dr G. Prema, Tamil Nadu, homéopathe classique, Aasil Health Care

Dr S. G. Vombatkere, Mysuru, militant des droits de l’homme et avocat

Anand Singh Bahrawat, Indore, avocat à la Cour suprême d’Indore

Vijay Kurle, Mumbai

Avocat L Shunondo Chandiramani, Indore, Cour suprême d’Indore

Source : Letter from India : Stop World Health Organization’s ‘Pandemic Preparedness’ Tyranny (Lettre de l’Inde : mettre fin à la tyrannie de l’Organisation mondiale de la santé en matière de préparation à la pandémie).

SOURCE :

https://profidecatholica.com/2024/01/03/de-la-prochaine-pandemie-de-loms-a-la-dictature-du-nouveau-deep-state-deportation-camp-de-concentration/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66273
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Empty Re: Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 !

Message  Admin Mar 16 Jan 2024 - 13:03

TOTALITARISME ONUSIEN EN VUE SI L'OMS OBTIENT LE CONTRÔLE TOTAL DE LA MÉDECINE !


Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Unna1330


11/01/2024

[Source : businessbourse.com]

Selon la Dr Meryl Nass, l’OMS, agence de l’ONU, est en train de concocter un « Règlement Sanitaire International » ABSOLUMENT DYSTOPIQUE !

La Dr Meryl Nass est une experte en vaccins. Elle a témoigné à plusieurs reprises devant le Congrès. La Dr Nass a mis en garde contre les dangers du vaccin contre le CV19. Des quantités massives de décès et d’invalidités ont été documentées dans le monde entier, causées par ce que de nombreux médecins considèrent comme de simples injections d’armes biologiques. Dès le début, la Dr Nass était partisane du traitement du Covid avec l’ivermectine et l’hydroxychloroquine, avec des résultats exceptionnels pour ses patients. Pour cela, sa licence médicale a été suspendue dans l’État du Maine il y a deux ans. Cela n’a pas empêché la Dr Nass de se battre pour faire connaître le mal causé par les vaccins contre le CV19. Juste au moment où vous pensez que c’est fini et que nous pouvons tous revenir à la normale, la Dr Nass met en garde contre un projet mondial encore plus diabolique qui vise à prendre le contrôle de votre santé (et de votre vie) lors de la prochaine pandémie. L’ONU et l’OMS souhaitent le faire d’ici mai 2024. Voici ce que la Dr Nass explique : « L’OMS est une agence relevant de l’ONU. Un document, qui n’a jamais existé auparavant, s’appelle un “Traité sur la Pandémie”, et ils sont en train de le rédiger en ce moment. L’autre est un document ordinaire appelé “Règlement Sanitaire International”. Ce qui s’est passé, c’est qu’ils veulent utiliser ce document et le modifier massivement. Ils veulent changer complètement le contenu du document et le transformer en ordres auxquels toutes les nations du monde devront obéir. La personne qui donne les ordres est le Directeur général de l’OMS. Ce directeur peut déclarer une pandémie dans toutes les circonstances qu’il veut… Cela donne au directeur général de l’OMS un pouvoir énorme pour dicter les modalités de santé à suivre et surtout concernant n’importe qui dans le monde… Ils veulent avoir la possibilité de vous imposer des vaccins à l’avenir contre les pandémies qu’ils déclarent à volonté, sans aucune norme sur ce que cela implique. Ils veulent avoir la Droit de refuser des médicaments et de faire taire votre médecin. Ainsi, le directeur général de l’OMS, Tedros, qui n’a pas de diplôme en médecine, deviendrait le médecin du monde. »

La Dr Nass poursuit en avertissant que si l’OMS obtient ce pouvoir, elle pourra vous forcer à prendre n’importe quel vaccin qu’elle souhaite vous administrer. Les personnes blessées ou tuées n’auraient aucun recours, car toutes les personnes impliquées bénéficieraient d’une protection contre toute responsabilité. En outre, Nass soutient que l’OMS aurait la Droit de censurer toute personne, dans n’importe quel pays, qui donne un avis différent sur les vaccins ou les options de traitement utilisés pour la prochaine pandémie. En bref, aucune liberté d’expression ne sera autorisée si elle n’est pas un discours approuvé par l’ONU.

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Unnam848

Dr Meryl Nass

Lors de la prochaine pandémie, davantage de vaccins seront développés plus rapidement, sans essais sur les animaux. Au lieu de mettre au point un vaccin qui, ce qui prend plus de 10 ans, ils veulent un nouveau vaccin matérialisé en quatre mois seulement. C’est vrai, quatre mois !!! La Dr Nass (encore une fois, un expert en vaccins) prévient : « La FDA a effectivement accordé une licence à certains de ces vaccins contre le CV19, mais n’a utilisé aucune de ses normes normales. Ce fut un désastre total. Ce qu’ils veulent faire la prochaine fois, c’est créer un vaccin en 100 jours et le déployer auprès de l’ensemble de la population en 130 jours. Quatre mois et une semaine, et ils veulent déployer le prochain vaccin dans le monde entier. C’est complètement fou ! Il n’y aurait aucun moyen d’évaluer si cela fonctionne ou si c’est sûr en 130 jours. C’est ça le véritable projet. C’est le projet de l’OMS et du gouvernement américain, du G7, du G20, de l’UE et ils ont tous dit qu’ils voulaient un vaccin en 100 jours. Ils ont également mis en place tous ces documents pour mettre en place un système permettant de dégager la responsabilité des fabricants… Vous n’avez aucun moyen non plus de poursuivre l’OMS. Ils n’ont absolument aucun compte à rendre au public.

La Dr Nass ajoute que le gouvernement fédéral et l’administration Biden n’ont pas la Droit de superviser les soins de santé. Les soins de santé relèvent de la responsabilité des États, et la Dr Nass affirme que c’est là que l’OMS peut être arrêtée pour ses projets “désastreux”.

SOURCE :

https://usawatchdog.com/disaster-if-who-gets-total-medical-control-dr-meryl-nass/#more-29234

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66273
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Empty Re: Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 !

Message  Admin Dim 21 Jan 2024 - 14:26

LE DIRECTEUR GÉNÉRAL DE L'OMS EN APPELLE AUX DIRIGEANTS MONDIAUX À CÉDER LEURS POUVOIRS NATIONAUX EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE LES PANDÉMIES !


Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Unnam867


21 janvier 2024

Le directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a appelé les dirigeants mondiaux à céder les pouvoirs de leurs nations en matière de « pandémie » aux Nations unies, afin que l’agence bureaucratique non élue puisse soi-disant lutter contre la « maladie X ».

Le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a lancé cet appel lors de son intervention au sommet annuel du Forum économique mondial (FEM) à Davos, en Suisse, cette semaine.

S’adressant aux dirigeants du monde entier, aux élites du monde des affaires et aux puissances mondialistes, Tedros a exhorté les gouvernements des nations souveraines à signer le « Traité mondial sur les pandémies » de l’OMS.

Cependant, comme l’a rapporté Slay News, ce traité a des implications majeures sur la liberté d’expression, la surveillance et les passeports vaccinaux numériques.

Le traité sur les pandémies proposé par l’OMS et les amendements au Règlement sanitaire international (RSI) confèrent à l’organisation mondialiste de nouveaux pouvoirs considérables qui l’emportent sur les lois des nations souveraines.

L’administration du président démocrate Joe Biden a confirmé qu’elle s’engageait à céder l’autorité américaine en matière de pandémie à l’OMS dans le cadre de l’accord « juridiquement contraignant ».

Dans un communiqué de presse publié en février dernier, l’administration Biden a publiquement affirmé l’engagement du gouvernement fédéral américain en faveur de l’accord.

L’accord donnera à l’OMS, l’agence « santé » des Nations unies, liée au Parti communiste chinois, le contrôle ultime sur les politiques américaines en matière de pandémie, telles que le confinement, la censure, le port du masque, l’obligation de vaccination et la surveillance publique.

S’il est adopté, le traité conférera à l’OMS des pouvoirs étendus à l’échelle mondiale considérables et donnera à l’agence des Nations unies l’autorité de déclarer et de gérer les politiques d’urgence en cas de pandémie de nations autrefois souveraines, comme Slay News l’a précédemment rapporté.

Une fois l’urgence sanitaire déclarée par l’Organisation mondiale de la santé, tous les signataires, y compris les États-Unis, doivent se soumettre à l’autorité de l’OMS.

Cela implique de se plier aux exigences de l’OMS en matière de traitements, de confinement, d’obligation de vaccins et de surveillance gouvernementale.

Bien que le « traité sur les pandémies » laisse entendre qu’il est destiné à lutter contre les épidémies de virus, les amendements n’ont cessé d’en étendre la portée.

Selon l’OMS, la définition de « pandémie » inclut désormais le « changement climatique ».

Le traité donne à l’OMS le contrôle ultime sur les nations individuelles pour déclarer une « urgence » et dicter ensuite la réponse à y apporter.

Si l’OMS déclare une « urgence » concernant le « réchauffement climatique », l’agence de « santé » de l’ONU sera en mesure de passer outre les lois des nations souveraines pour imposer des « confinements climatiques ».

Lors d’un discours prononcé au sommet du FEM à Davos, le chef de l’OMS, Tedros, a souligné l’importance de la coopération internationale sous l’égide d’une autorité mondiale unique.

Il a souligné les obstacles potentiels posés par une trop grande importance accordée aux intérêts nationaux.

Tedros a participé à une session intitulée « Maladie X » lors du forum, au cours de laquelle il a souligné ce qu’il estime être l’importance cruciale d’une meilleure préparation aux futures pandémies potentielles.

Il a soutenu l’adoption du traité de l’OMS sur les pandémies, qu’il considère comme un outil nécessaire pour améliorer notre compréhension de ces maladies.

S’adressant au public de Davos, Tedros a déclaré : « Il s’agit d’un ennemi commun.

« Sans une réponse commune, nous serons confrontés au même problème que Covid.

Il a identifié la « maladie X » comme un terme générique qui pourrait être utilisé pour englober des maladies encore inconnues et a réitéré l’importance de la poursuite de la recherche et du développement de traitements.

En début de semaine, l’OMS a collaboré avec le FEM pour plaider en faveur de la mise en œuvre du traité mondial sur les pandémies.

Ce traité, soutenu par l’Union européenne (UE), vise à renforcer la résilience mondiale face aux futures pandémies et prévoit déjà l’introduction d’un passeport vaccinal numérique d’ici au printemps.

Avec une échéance fixée à mai 2024, l’OMS, avec le soutien de l’UE, travaille à la conclusion d’un accord contraignant entre les États membres des Nations unies afin de faciliter la participation mondiale.

Tedros a fait remarquer que « l’importance d’un instrument juridiquement contraignant ne peut être surestimée : il s’agira de notre héritage collectif pour les générations futures. »

La pression exercée par Tedros intervient alors que l’on s’inquiète de plus en plus du fait que l’agence mère de l’OMS, les Nations unies, tente de se positionner comme un gouvernement mondial unique non élu.

L’ONU se prépare à étendre massivement ses pouvoirs et prévoit de dévoiler des propositions pour l’expansion sans précédent de son influence lors de la prochaine conférence « Sommet de l’avenir » en 2024.

Le sommet cherche à dévoiler des plans pour atteindre les objectifs de l’ »Agenda 2030″ du FEM.

Les propositions comprennent des politiques qui accorderaient à l’organisation une « plateforme d’urgence » en cas de « crise mondiale ».

Ces « crises » seraient déterminées par l’ONU elle-même et les « urgences » seraient déclarées par l’agence.

Si une « urgence » mondiale était déclarée par l’ONU, elle permettrait à l’agence de déployer des « pouvoirs d’urgence » pour atteindre les objectifs en matière de « changement climatique » ou pour appliquer des restrictions pendant, ou même avant, les pandémies.

Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a élaboré une proposition visant à lutter contre ce que l’on appelle le « risque de pandémie future », plutôt que d’attendre une pandémie réelle.

Dans le cadre de ce plan, les Nations unies seraient en mesure d’exercer leurs pouvoirs étendus si elles prétendent agir pour empêcher qu’un événement ne se produise.

Pour prévenir un « événement climatique majeur », l’ONU pourrait empêcher le public d’acheter de la viande et des produits laitiers avec ses dollars numériques afin d’enrayer le « réchauffement climatique ».

La proposition de l’ONU contient également des appels à la mise en place « d’identifiants numériques » obligatoires et mondialisées, liées aux comptes bancaires des individus et censées contribuer à atteindre les « objectifs de durabilité » du « Net Zero ».

Comme Slay News l’a précédemment rapporté, António Guterres demande dans le rapport « Our Common Agenda » que tous les individus sous le contrôle de l’ONU aient une carte d’identité numérique liée à leur compte bancaire.

Avec le déploiement éventuel de « l’argent numérique », ou des monnaies numériques des banques centrales (CBDC), les autorités seraient en mesure de surveiller et de contrôler les dépenses des citoyens dans les sociétés sans argent liquide.

Ceux dont les dépenses indiquent qu’ils présentent un « risque » de contribuer à un « événement climatique majeur » pourraient être rapidement sanctionnés.

Traduction de Slay News par Aube Digitale

SOURCE :

https://www.aubedigitale.com/fem-loms-appelle-les-dirigeants-mondiaux-a-ceder-leurs-pouvoirs-a-lonu-pour-lutter-contre-la-maladie-x/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66273
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Empty Re: Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 !

Message  Admin Lun 22 Jan 2024 - 14:05

LESLYN LEWIS AVERTIT QUE LES AMENDEMENTS AU TRAITÉ DE L'OMS SUR LES PENDÉMIES VIOLENT LA SOUVERAINETÉ DU CANADA !


Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Unnam870


par Clare Marie Merkowsky

2 janvier 2024

(LifeSiteNews) - La députée conservatrice Leslyn Lewis a fustigé le nouveau Règlement sanitaire international (RSI) de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), avertissant qu'il compromettrait la souveraineté du Canada.

Le 19 décembre, le Dr. Leslyn Lewis, députée conservatrice de Haldimand-Norfolk, Ontario, a condamné le ministre de la santé, Mark Holland, qui n'a pas protégé la souveraineté du Canada en acceptant les amendements proposés par l'OMS en cas de pandémie, qui donnent à l'organisation internationale un pouvoir accru sur les Canadiens.

"Le Canada a accepté les amendements au Règlement sanitaire international (RSI) de l'OMS, ce qui limite le temps dont dispose le Canada pour répondre à d'autres amendements, malgré les milliers de Canadiens qui ont signé une pétition exprimant leurs inquiétudes", a écrit M. Lewis sur X, anciennement connu sous le nom de Twitter.

En octobre, Lewis a approuvé une pétition demandant au gouvernement libéral dirigé par le Premier ministre Justin Trudeau de se retirer "de toute urgence" des Nations Unies et de son sous-groupe, l'Organisation mondiale de la santé (OMS), en raison de l'atteinte portée par ces organisations à la "souveraineté" nationale et à l'"autonomie personnelle" des citoyens.

Toutefois, malgré les préoccupations des Canadiens, le gouvernement Trudeau a adopté les amendements proposés par l'OMS. Les nouveaux amendements réduire le délai pour "rejeter tout amendement futur au RSI (2005) de 18 mois à 10 mois" et "mettre en œuvre les changements futurs dans le droit interne canadien de 24 mois à 12 mois".

Selon M. Lewis, les amendements modifient le traité original en n'accordant pas suffisamment de temps aux Canadiens pour examiner les changements apportés à l'accord avant leur entrée en vigueur.

M. Lewis a également expliqué que les amendements ont été présentés pour la première fois lors de la 75e Assemblée mondiale de la santé en 2022, en violation de la loi sur le RSI qui stipule que "le texte de toute proposition d'amendement est communiqué à tous les États parties par le Directeur général au moins quatre (4) mois avant l'Assemblée de la santé à laquelle il est proposé pour examen". "

"Ces amendements ont été présentés de manière illégitime et doivent donc être considérés comme nuls et non avenus", a déclaré M. Lewis. "La question est de savoir pourquoi le Canada ne les a pas considérés comme nuls et non avenus.

M. Lewis a souligné que la période de 10 mois "ne laisserait pas suffisamment de temps au Canada pour étudier et examiner de près les plus de 300 amendements actuellement examinés par le RSI".

"Cette période sera bien trop courte pour déterminer l'ampleur de l'impact des amendements proposés sur nos lois nationales et sur le peuple canadien", a-t-elle ajouté.

"Cette période sera également beaucoup trop courte pour que ces amendements soient soumis au processus parlementaire et pour mener les consultations publiques nécessaires sur les changements qui constituent des règles contraignantes pour la réponse du Canada aux urgences sanitaires", a averti M. Lewis.

L'AGENDA 2030 DE L'ONU ET LA "GRANDE REMISE À ZÉRO" DU WEF

Le rejet par le gouvernement Trudeau des préoccupations des Canadiens et l'acceptation des amendements ne devraient pas surprendre si l'on considère les objectifs environnementaux de Trudeau, qui sont en phase avec ceux des Nations unies. Agenda 2030 pour le développement durable."

L'Agenda 2030 a été adopté par l'Assemblée générale des Nations unies en 2015. À travers ses 17 objectifs de développement durable (ODD), il cherche à "transformer notre monde pour le rendre meilleur", en "prenant des mesures urgentes contre le changement climatique", ainsi qu'en "soutenant la recherche et le développement de vaccins et de médicaments".Certains de ces 17 objectifs visent également à étendre les services "reproductifs", notamment la contraception et l'avortement, dans le monde entier, au nom des droits des femmes.

Selon l'ONU, "toutes" les nations travaillant sur le programme "mettront en œuvre ce plan".

Ce plan prévoit notamment l'élimination progressive des centrales électriques au charbon, la réduction de l'utilisation des engrais et la diminution de l'utilisation du gaz naturel au cours des prochaines décennies.Le Canada est l'un des plus grands producteurs de pétrole et de gaz au monde, mais M. Trudeau s'est fixé pour objectif de décimer cette industrie.

Les critiques ont tiré la sonnette d'alarmesur l'implication du gouvernement Trudeau dans le FEM et d'autres groupes mondialistes, soulignant la nature socialiste et totalitaire de l'agenda de la "Grande Réinitialisation" et son potentiel à inaugurer un système de crédit social de type Chine communiste.

Toutefois, le secteur pétrolier et gazier du Canada a récemment obtenu, dans le cadre du programme mondialiste de l'ONU, une réduction de 10 % de ses émissions de gaz à effet de serre par rapport à l'année précédente. énorme victoire après que la Cour suprême du Canada a déclaré que le gouvernement de M. Trudeau n'était pas en mesure d'assurer la sécurité de la population. Loi sur l'analyse d'impact : Le projet de loi "no-more pipelines" est en grande partie "inconstitutionnel".

Quant à Mme Lewis, elle est pro-vie et n'a cessé de dénoncer le gouvernement Trudeau pour avoir imposé aux Canadiens un programme mondialiste et anti-vie.

Au début de l'année dernière, Lewisa noté quele WEF n'est "pas notre gouvernement" et que les Canadiens n'ont pas "signé" pour être rattachés à l'une de ses chartes. Mme Lewis a elle-même contribué à exposer aux Canadiens le fait que le gouvernement libéral de M. Trudeau a signé la charte du WEF en 2020.

SOURCE :

https://www.lifesitenews.com/fr/news/leslyn-lewis-avertit-que-les-amendements-au-traite-sur-la-pandemie-violent-la-souverainete-canadienne/?utm_source=editions_menu&utm_campaign=usa

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66273
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

HUBERT Jeannine aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Empty Re: Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 !

Message  Admin Mar 30 Jan 2024 - 11:04

@ Tous :

Attention !

Écoutez ça, c'est une Bombe :

(Pour visionner la vidéo, cliquez sur l'image)


Super

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66273
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Empty Re: Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 !

Message  Admin Dim 4 Fév 2024 - 13:14

SELON MICHAEL MATT, C'EST L'OMS QUI DÉCIDERA CE QUE VOUS AUREZ LE DROIT DE FAIRE UNE FOIS LE TRAITÉ SUR LES PANDÉMIES ACCEPTÉ !


Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Unna1395


Nouvelle pandémie .... OMS : Préparation du traité : c'est l'OMS qui décidera quand vous pourrez bouger à travers un QR code sur votre téléphone. C'est du crédit social à la chinoise. Vous aurez un passeport vaccinal numérique mondial. Michael Matt du Journal de "The Remnant USA" dit que c'est terrifiant et que presque personne n'en parle. Si vous voulez aller voir vos petits enfants, votre mère dans une maison de retraite, retirer de l'argent à votre banque, ou aller voter, vous aurez besoin d'être vacciné, sinon vous n'aurez accès à rien. Michael dit que c'est une guerre spirituelle. Il parle aussi de l'athéisme qui a toujours conduit historiquement aux guillotines, aux pelletons d'exécution, et aux chambres de gaz. Il ajoute que tout commence maintenant avec cette guerre contre Dieu et contre la religion. (N.S.J.C avait dit à John Leary le 19 octobre 2022 : Soyez prompt à partir pour Mes refuges quand Je vous appelle à venir après l’Avertissement, ou vous pourriez faire face aux chambres à gaz).


Soyez prompt à partir pour Mes refuges quand Je vous appellerai à venir après l’Avertissement, ou vous pourriez faire face aux chambres à gaz.

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Unnam877

MESSAGE DE JÉSUS À JOHN LEARY :

Mercredi 19 octobre 2022 : (Saint Isaac Jogues, Saint Jean de Brébeuf)

Jésus a dit : » Mon peuple, cette fête est pour les prêtres courageux qui ont essayé de convertir les Indiens, mais les Indiens ont tué les prêtres, car ils ont été martyrisés pour leur foi. Soyez prêts, Mes fidèles, car certains d’entre vous pourraient être martyrisés également par les gens du monde unique. Soyez prompt à partir pour Mes refuges quand Je vous appellerai à venir après l’Avertissement, ou vous pourriez faire face aux chambres à gaz. Ces croyants, qui viennent à Mes refuges à temps, auront Mes anges pour les protéger. Dans Mes refuges, Je multiplierai votre nourriture, votre eau et vos carburants. Rendez-Moi grâce et louez-Moi pour avoir protégé Mon peuple avec Mes anges ».

SOURCE :

https://magazinelavoixdedieu.wordpress.com/2024/02/02/nouvelle-pandemie-oms-preparation-du-traite-cest-loms-qui-decidera-quand-vous-pourrez-bouger-a-travers-un-qr-code-sur-votre-telephone-cest-du-credit-social-a-la-chinoise-vous-aurez-un/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66273
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Empty Re: Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 !

Message  Admin Jeu 8 Fév 2024 - 13:13

LE DÉPUTÉ CHRIS SMITH AVERTIT QUE LE TRAITÉ DE L'OMS SUR LES PANDÉMIES CONSTITUE LA PLUS GRANDE MENACE POUR LA LIBERTÉ DANS L'HISTOIRE DE L'HUMANITÉ !


Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Unnam884


Le député Chris Smith avertit que le traité de l’OMS sur les pandémies constitue la plus grande menace pour la liberté dans l’histoire de l’humanité. Les législateurs américains ont mis en garde contre le projet de traité de l'OMS sur les pandémies, qui élargit la définition de "crise sanitaire" à des questions telles que le changement climatique et l'avortement, permettant ainsi à l'OMS d'exercer un contrôle sur les États membres.


par Louis Knuffke

6 février 2024

Washington, D.C. (LifeSiteNews) - Des membres du Congrès américain ont mis en garde lundi contre le fait que la Proposition de traité de l'Organisation mondiale de la santé sur les pandémies qui céderait un pouvoir de gouvernance important sur les nations à des mondialistes autoproclamés dans le cas d'une "urgence sanitaire" nouvellement déclarée, se profile comme la plus grande menace pour la liberté, la souveraineté nationale et le caractère sacré de la vie jamais vue dans l'histoire de l'humanité.

Dans ce que les experts juridiques ont qualifié de prise de pouvoir calquée sur le régime communiste totalitaire chinois, avec un petit comité d'élites mondialistes de gauche s'appropriant le contrôle de toutes les fonctions de base d'une société libre, le traité de l'OMS sur les pandémies serait un accord juridiquement contraignant dont les législateurs ont souligné qu'il répondait à la définition d'un traité, ce qui le rendrait inconstitutionnel pour le président qui le signerait sans l'avis et le consentement du Sénat des États-Unis.

En cas de nouvelle "crise sanitaire" ou de "pandémie mondiale", le traité proposé prévoit céder à l'OMS certains pouvoirs sur les pays membres concernant la "crise".

Les critères d'une telle "crise sanitaire" ont été considérablement élargis pour inclure potentiellement la "santé" de la planète, ainsi que toute crise résultant de restrictions considérées comme des "soins de santé essentiels" par l'OMS, telles que l'avortement et les opérations chirurgicales dites "transgenres".  

Lors d'une conférence de presse tenue lundi après-midi au Capitole avec d'autres législateurs et des experts politiques, le député Chris Smith (R-NJ) a évoqué les menaces pour la démocratie américaine et le caractère sacré de la vie contenues dans les clauses encore débattues du traité proposé.

Attirant l'attention sur la demande explicite de l'OMS de faire de l'avortement un "soin de santé essentiel", un mantra très prisé de l'administration agressivement pro-avortement de M. Biden, M. Smith a déclaré : "[...] l'avortement est un soin de santé essentiel".L'article 6 de l'accord prévoit la "poursuite de la fourniture des services de santé essentiels", ce qui inclut l'avortement sur demande. Il n'y a là aucune ambiguïté. L'avortement est inclus dans les listes des services de santé essentiels publiée par l'OMS en 2020 dans Le COVID-19 a été adopté dans le sillage du COVID-19, bien qu'une majorité de pays restreignent et réglementent l'avortement".  

Détaillant le programme de l'OMS en matière d'avortement, Mme Smith poursuit :

Le paragraphe 13 de l'accord sur la pandémie affirme la nécessité de donner la priorité à "l'équité et au respect des droits de l'homme".25 novembre 2021 L'OMS a clairement indiqué qu'elle considérait le meurtre d'enfants à naître par avortement - démembrement, décapitation et privation de nourriture, et c'est ainsi que fonctionne la pilule abortive - comme un droit de l'homme.

En février dernier, l'OMS a accordé le statut de "relations officielles avec l'OMS" à la Fédération internationale pour le planning familial, qui fournit et promeut l'avortement.

En août, le directeur général de l'OMS a signé un Protocole d'accord (PE)) avec le Forum parlementaire européen pour les droits sexuels et génésiques afin de faire progresser les lois et les politiques conformément aux lignes directrices de l'OMS. Et qu'est-ce que c'est ?

Lignes directrices juridiques et politiques de l'OMS sur l'avortement Vers un environnement juridique et politique favorable à des soins de qualité en matière d'avortement : données factuelles - un supplément à l'OMS. L'OMS propose des actions visant à "créer un environnement favorable" à l'avortement et cherche à faire annuler les lois réglementant ou restreignant l'avortement, y compris les délais d'attente, la notification parentale, l'objection de conscience et toute limite d'âge gestationnel - l'OMS préconise maintenant des lois visant à légaliser l'avortement pendant les neuf mois !

Alors que nous sommes réunis ici aujourd'hui, le Conseil exécutif de l'OMS devrait voter en mai pour accorder à une autre organisation promouvant l'avortement - le Center for Reproductive Rights - le statut de "relations officielles avec l'OMS". Il s'agit d'une organisation qui, comme l'OMS elle-même, fait pression pour modifier la législation et utilise la jurisprudence pour promouvoir l'avortement à la demande pendant les neuf mois.

Le 22 janvier, trente-trois organisations pro-vie, dont le National Right to Life Committee, Susan B Anthony Pro-Life America, AUL, Family Research Council, Heritage Foundation, LifeNews, a signé une lettre rédigée par C-FAM au conseil exécutif de l'OMS, l'invitant à empêcher l'OMS d'établir une relation officielle avec le Center for Reproductive Rights (Centre pour les droits reproductifs).

Les Centres pour la famille et les droits de l'homme (C-Fam) avait également mis en garde en octobre contre l'intention expresse de l'OMS d'imposer l'avortement à tous les États membres signataires du traité proposé. Dans une Séance d'information du 10 octobre C-Fam a écrit :

L'OMS a adopté une position de plus en plus extrême sur l'avortement, publiant récemment une ligne directrice appelant à l'abrogation de toutes les restrictions légales à l'avortement et cherchant à restreindre le droit des prestataires de soins de santé à ne pas pratiquer ou aider à pratiquer des avortements pour une question de conscience.

Dès le début de la pandémie de COVID-19, l'OMS a insisté sur le fait que l'avortement était un service essentiel, exhortant finalement les pays à assouplir les réglementations en matière d'avortement et à envisager d'étendre les mécanismes de télémédecine pour l'administration des médicaments abortifs.

L'OMS s'est ensuite appuyée sur cette recommandation dans sa directive sur l'avortement de 2022, en l'étendant pour la première fois aux contextes non urgents et en faisant explicitement référence à la manière dont la télémédecine avait "contribué à faciliter l'accès à l'avortement et aux services de planification familiale pendant la pandémie de COVID-19".

Étant donné que l'OMS a interprété un prétendu droit à l'avortement dans le texte de presque tous les traités contraignants des Nations unies en matière de droits de l'homme, bien qu'aucun des textes laborieusement négociés ne mentionne cette question, on peut s'attendre à ce que l'organisation utilise l'accord sur la pandémie pour imposer l'avortement aux pays qui sont tenus d'y adhérer.

C'est précisément le type d'activisme en matière d'avortement que l'administration Biden semble attendre de l'OMS dans le cadre d'un nouvel accord sur les pandémies. Dans sa déclaration d'ouverture de la réunion de février 2023 de l'INB, l'ambassadrice des États-Unis a spécifiquement appelé à "l'accès aux services de soins de santé essentiels pendant les pandémies, y compris les services de santé sexuelle et reproductive", un langage couramment utilisé pour promouvoir l'avortement.

Smith a déclaré à LifeSiteNews lundi que l'OMS est devenue "le principal promoteur de l'avortement dans le monde entier". Il a appelé le Vatican à s'opposer "vigoureusement" au traité en raison de son programme en matière d'avortement, affirmant qu'un "effort total" était nécessaire pour l'empêcher d'aller de l'avant.

M. Smith a également déclaré que les dispositions du traité qualifiant l'avortement de "soins de santé essentiels" pourraient facilement être utilisées par l'OMS pour promouvoir l'idéologie transgenre et imposer des mandats médicaux pour la mutilation chirurgicale et la stérilisation chimique des mineurs qui souhaitent effectuer une "transition", une fois encore, sans tenir compte des lois contraires en vigueur dans les États membres. En juin 2023, l'OMS annoncée l'élaboration d'une ligne directrice pro-transgenre préconisant les chirurgies mutilantes et les hormones. La période de retour d'information s'est achevée le 2 février.

Les législateurs ont également tiré la sonnette d'alarme, craignant que le traité proposé ne donne aux mondialistes de gauche à la tête de l'OMS le pouvoir de censurer ce qu'ils considèrent arbitrairement comme de la "désinformation" en ligne concernant tout ce qui pourrait être déclaré comme une "crise sanitaire", une démarche qui n'est pas inconnue de l'administration Biden avec l'histoire du COVID.

D'autres inquiétudes ont été exprimées au sujet d'une clause qui interdirait aux États membres d'émettre des réserves sur les termes du traité, qui les lierait tous entièrement. Smith a souligné que "Le projet d'accord sur les pandémies interdit aux pays, y compris les États-Unis, d'émettre des réserves lorsqu'ils envisagent de ratifier un aspect quelconque de l'accord.Article 26 : "Aucune réserve ne peut être faite à l'Accord de l'OMS sur les pandémies".  

Cette clause va à l'encontre de la Constitution américaine, qui donne au Sénat le droit d'émettre des réserves lors de la ratification d'un traité. Les Nations unies ont explicitement déclaré que le traité sera considéré comme juridiquement contraignant au niveau international pour tous les États qui le signeront.

D'autres experts ont qualifié le traité, qui peut être révisé par des amendements approuvés par un comité central, de "coup de force" inspiré du Parti communiste chinois, visant à faire taire toute dissidence et à prendre le contrôle de tous les pays membres.

Le représentant républicain Brad Wenstrup de l'Ohio, président de la commission de l'environnement, de la santé publique et de la politique des consommateurs de l'Union européenne (UE). Lors d'une audition au Congrès en décembre, il a déclaré que l'OMS n'avait pas donné la priorité à "l'honnêteté, la transparence et la santé des citoyens du monde entier" dans sa réponse à la pandémie de COVID-19, succombant au contraire à "l'influence indue du parti communiste chinois".

L'OMS n'a pas respecté le délai du 27 janvier pour soumettre aux États membres un projet final de dispositions à examiner et à débattre, et maintient pourtant la date du 27 mai pour un vote final sur ce qui semble être un document en constante évolution.

SOURCE :

https://magazinelavoixdedieu.wordpress.com/2024/02/08/le-depute-chris-smith-avertit-que-le-traite-de-loms-sur-les-pandemies-constitue-la-plus-grande-menace-pour-la-liberte-dans-lhistoire-de-lhumanite/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66273
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Empty Re: Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 !

Message  Admin Mar 20 Fév 2024 - 14:52

TOTALITARISME ONUSIEN EN VUE SI L'OMS OBTIENT LE CONTRÔLE TOTAL DE LA MÉDECINE !


Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Oms-co10


par Alain Nicolaï

11/01/2024

[Source : businessbourse.com]

Selon la Dr Meryl Nass, l’OMS, agence de l’ONU, est en train de concocter un « Règlement Sanitaire International » ABSOLUMENT DYSTOPIQUE !

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Image-58

La Dr Meryl Nass est une experte en vaccins. Elle a témoigné à plusieurs reprises devant le Congrès. La Dr Nass a mis en garde contre les dangers du vaccin contre le CV19. Des quantités massives de décès et d’invalidités ont été documentées dans le monde entier, causées par ce que de nombreux médecins considèrent comme de simples injections d’armes biologiques. Dès le début, la Dr Nass était partisane du traitement du Covid avec l’ivermectine et l’hydroxychloroquine, avec des résultats exceptionnels pour ses patients. Pour cela, sa licence médicale a été suspendue dans l’État du Maine il y a deux ans. Cela n’a pas empêché la Dr Nass de se battre pour faire connaître le mal causé par les vaccins contre le CV19. Juste au moment où vous pensez que c’est fini et que nous pouvons tous revenir à la normale, la Dr Nass met en garde contre un projet mondial encore plus diabolique qui vise à prendre le contrôle de votre santé (et de votre vie) lors de la prochaine pandémie. L’ONU et l’OMS souhaitent le faire d’ici mai 2024. Voici ce que la Dr Nass explique : « L’OMS est une agence relevant de l’ONU. Un document, qui n’a jamais existé auparavant, s’appelle un “Traité sur la Pandémie”, et ils sont en train de le rédiger en ce moment. L’autre est un document ordinaire appelé “Règlement Sanitaire International”. Ce qui s’est passé, c’est qu’ils veulent utiliser ce document et le modifier massivement. Ils veulent changer complètement le contenu du document et le transformer en ordres auxquels toutes les nations du monde devront obéir. La personne qui donne les ordres est le Directeur général de l’OMS. Ce directeur peut déclarer une pandémie dans toutes les circonstances qu’il veut… Cela donne au directeur général de l’OMS un pouvoir énorme pour dicter les modalités de santé à suivre et surtout concernant n’importe qui dans le monde… Ils veulent avoir la possibilité de vous imposer des vaccins à l’avenir contre les pandémies qu’ils déclarent à volonté, sans aucune norme sur ce que cela implique. Ils veulent avoir la Droit de refuser des médicaments et de faire taire votre médecin. Ainsi, le directeur général de l’OMS, Tedros, qui n’a pas de diplôme en médecine, deviendrait le médecin du monde. »

La Dr Nass poursuit en avertissant que si l’OMS obtient ce pouvoir, elle pourra vous forcer à prendre n’importe quel vaccin qu’elle souhaite vous administrer. Les personnes blessées ou tuées n’auraient aucun recours, car toutes les personnes impliquées bénéficieraient d’une protection contre toute responsabilité. En outre, Nass soutient que l’OMS aurait la Droit de censurer toute personne, dans n’importe quel pays, qui donne un avis différent sur les vaccins ou les options de traitement utilisés pour la prochaine pandémie. En bref, aucune liberté d’expression ne sera autorisée si elle n’est pas un discours approuvé par l’ONU.

Lors de la prochaine pandémie, davantage de vaccins seront développés plus rapidement, sans essais sur les animaux. Au lieu de mettre au point un vaccin qui, ce qui prend plus de 10 ans, ils veulent un nouveau vaccin matérialisé en quatre mois seulement. C’est vrai, quatre mois !!! La Dr Nass (encore une fois, un expert en vaccins) prévient : « La FDA a effectivement accordé une licence à certains de ces vaccins contre le CV19, mais n’a utilisé aucune de ses normes normales. Ce fut un désastre total. Ce qu’ils veulent faire la prochaine fois, c’est créer un vaccin en 100 jours et le déployer auprès de l’ensemble de la population en 130 jours. Quatre mois et une semaine, et ils veulent déployer le prochain vaccin dans le monde entier. C’est complètement fou ! Il n’y aurait aucun moyen d’évaluer si cela fonctionne ou si c’est sûr en 130 jours. C’est ça le véritable projet. C’est le projet de l’OMS et du gouvernement américain, du G7, du G20, de l’UE et ils ont tous dit qu’ils voulaient un vaccin en 100 jours. Ils ont également mis en place tous ces documents pour mettre en place un système permettant de dégager la responsabilité des fabricants… Vous n’avez aucun moyen non plus de poursuivre l’OMS. Ils n’ont absolument aucun compte à rendre au public.

La Dr Nass ajoute que le gouvernement fédéral et l’administration Biden n’ont pas la Droit de superviser les soins de santé. Les soins de santé relèvent de la responsabilité des États, et la Dr Nass affirme que c’est là que l’OMS peut être arrêtée pour ses projets “désastreux”.

SOURCE :

https://nouveau-monde.ca/totalitarisme-onusien-en-vue-si-loms-obtient-le-controle-total-de-la-medecine/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66273
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 Empty Re: Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 !

Message  Admin Mer 21 Fév 2024 - 13:12

C'EST CONFIRMÉ, L'OMS VISE LES PLEINS POUVOIRS DÈS 2024 !


Le Traité des Pandémies de l'OMS conduira à un Gouvernement Mondial et à l'Implantation du 666 ! - Page 7 1-457_10


25 janvier 2024

par CovidHub

Des experts et des politiques s’insurgent contre les manœuvres de l’OMS. Les «traités pandémiques» pourraient faire du directeur de l’OMS le maître du monde.

Une révolution est en cours dans les coulisses feutrées de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS). Les quelques 300 amendements qui concernent le Règlement Sanitaire International et un futur traité pandémique, s’ils sont adoptés en mai prochain, conféreraient à l’OMS un pouvoir absolu en cas de déclaration d’urgence sanitaire par son directeur.

«Un outil juridique contraignant»

Les 6 au 10 novembre et 4 au 6 décembre derniers se sont tenues à Genève plusieurs réunions préparatoires des pays membres de l’OMS en vue de la 77e assemblée générale de l’organisation qui aura lieu en mai 2024.

Lors de la séance introductive, la délégation du Mexique, s’exprimant au nom de la région «Amériques», dont les États-Unis, le Canada et le Brésil, a mis fin à des spéculations en confirmant l’aspect juridiquement contraignant des futurs outils à disposition de l’OMS (dès la minute 39) :

«D’une façon générale, nous pensons que cette nouvelle structure et le texte proposé est conforme à l’idée que nous nous faisons d’un outil juridiquement contraignant que nous pourrions adopter en mai 2024. (…) Ce ne sera pas seulement un texte de bonnes intentions».

«Ces réformes changeront la nature de l’OMS»

Selon James Roguski, un expert des réformes de l’OMS, le comité de l’OMS chargé d’évaluer les propositions du groupe de travail sur la révision du règlement sanitaire international a clairement affirmé dans un rapport (page 26) daté de février 2023 que les propositions en cours allaient complètement changer la nature de l’organisation. Celle-ci n’émettait jusque-là que des recommandations non contraignantes.

Il est également question de nouvelles contraintes financières pour les États membres puisque les réformes prévoient l’alimentation d’un fonds permanent pour la recherche et la veille pandémique, argent dont les bénéficiaires seront les différents acteurs du complexe sanitaire.

Ces déclarations mettent à mal celle du directeur même de l’OMS. En mars 2023, Tedros Ghebreyesus affirmait l’inverse dans un communiqué dénonçant de fausses informations circulant sur les réseaux sociaux :

«L’affirmation selon laquelle l’accord cédera du pouvoir à l’OMS est tout simplement fausse. C’est une fake news. Aucun pays ne cédera de souveraineté à l’OMS».

Des négociations sans voix critiques

James Roguski décrit ainsi l’état d’esprit qui entoure ces négociations et le manque flagrant de diversité des opinions représentées :

«Les membres des délégations sont persuadés que les vaccins Covid sont une bonne chose, ils n’ont jamais été en contact avec des informations critiques. Leur seul but est de faire en sorte qu’à l’avenir, chaque pays reçoive sa part de doses et que la logistique soit centralisée par le directeur général, pour que chaque humain puisse être vacciné».

Quid des prises d’influence illégitimes ?

S’exprimant dans un documentaire diffusé sur France24 concernant le business autour de la malaria, German Velasquez, un ancien directeur à l’OMS, ne mâche pas ses mots :

«Il y a exactement 25 ans, plus de 50% du budget de l’OMS venait des contributions publiques obligatoires des pays membres de l’OMS. Aujourd’hui, ces contributions publiques obligatoires ne représentent plus que 18 à 20%. Les acteurs privés, comme la Fondation Bill et Melinda Gates, ont pris le contrôle de l’organisation».

Les 80% de contributions volontaires se partagent entre privé et public mais sont affectées de manière orientée par les donateurs. Ceux-ci influencent grandement les projets menés par l’organisation.

Ceci expliquerait-il pourquoi aucun des amendements proposés ne traite justement de la question brûlante des conflits d’intérêts ? Ce manquement est d’autant plus troublant à une époque où l’industrie pharmaceutique cumule les amendes records, à l’instar du groupe Pfizer condamné régulièrement pour ses pratiques illégales et trompeuses.

Plus loin dans ce même documentaire, l’ancien directeur parle d’une réorientation inquiétante au sein même de l’industrie pharmaceutique, passée inaperçue du grand public :

«Pendant les 50 premières années de son existence, l’industrie pharmaceutique fabriquait des médicaments qui guérissaient des maladies. Depuis une vingtaine d’années, elle produit des médicaments qui traitent les maladies, peut-être parce que c’est plus rentable d’avoir un malade qui devient un client. L’objectif est d’abord le profit, avant l’intérêt public».

À la lumière de ces informations, peut-on toujours considérer l’OMS comme une organisation internationale orientée vers le bien commun ? Selon les voix critiques, cette question est essentielle à élucider avant de lui donner plus de pouvoir.

Plus puissant que tous

L’assemblée générale de 2024 fera date dans l’histoire car les modifications proposées, si acceptées, donneront des super-pouvoirs à son directeur, un poste actuellement occupé par Tedros Ghebreyesus, lui-même un proche de l’industrie pharmaceutique et un ancien cadre de l’Alliance du Vaccin (GAVI) créée par Bill Gates et également située à Genève.

En l’état, les réformes de l’OMS, si acceptées, permettront à l’ancien ministre de la Santé d’Éthiopie de faire basculer toute la planète en état de crise, sans aucun droit de recours possible.

Le directeur de l’OMS, malgré le fait qu’il n’a reçu aucun mandat démocratique, deviendrait alors de facto plus puissant que tous les chefs d’États réunis.

Un précédent inquiétant avec la variole du singe…

On se souvient qu’en 2022, Tedros Ghebreyesus avait unilatéralement déclaré la variole du singe comme une «urgence de santé publique de portée internationale», contre l’avis même de son propre groupe d’experts au sein de l’OMS.

Suivant le bon sens, aucun pays membre de l’OMS n’avait suivi son appel à l’époque, mais sa seule déclaration avait ouvert les vannes de financements conséquents en faveur de l’industrie pharmaceutique.

… et la «maladie X»

Une année avant l’apparition du SARS-CoV-2, en 2018, le grand public découvrait la «maladie X» grâce à un article du Telegraph.

Ce concept tiré du jargon militaire désigne «une maladie déclenchée par une mutation biologique, ou peut-être par un accident ou un attentat terroriste, qui prend le monde par surprise et se propage rapidement». Une «inconnue connue».

Cette menace semble encore plus présente que jamais en 2024 puisque ce 17 janvier, une session du Forum économique mondial, le fameux WEF, intitulée «Se préparer à la maladie X» met à l’affiche Tedros Ghebreyesus en compagnie du président du conseil d’administration d’AstraZeneca. En voici la description :

«Alors que l’Organisation mondiale de la Santé vient d’annoncer qu’une «maladie X» inconnue pourrait entraîner 20 fois plus de décès que la pandémie de coronavirus, quels sont les nouveaux efforts nécessaires pour préparer les systèmes de santé aux multiples défis qui les attendent ?»

Le journaliste italien à la retraite Maurizio Blondet a rédigé un billet à ce sujet sur son blog, dans lequel il rappelle qu’une grande épidémie ne se produit en général que tous les 100 à 150 ans et que ce serait la première fois dans l’histoire de l’humanité que deux événements de cette ampleur se produiraient consécutivement.

Le détail le plus troublant étant certainement la certitude que le taux de mortalité de cette future maladie inconnue imminente soit 20 fois plus élevé que pour le SARS-CoV-2.

Sachant qu’aujourd’hui la fuite de laboratoire (avec une tentative de dissimulation de preuves par la CIA) est l’origine la plus probable du virus du Covid selon le Département américain de l’énergie et le FBI, l’affaire a de quoi rappeler le scénario de certains films catastrophe.

Une définition très large de la notion de «crise»

Aujourd’hui, l’OMS édicte ses recommandations sur les urgences sanitaires uniquement dans le cadre de déclaration de crises sanitaires et dans le domaine de la santé.

Si les réformes proposées sont acceptées, les situations lors desquelles l’OMS aura un rôle d’autorité s’étendront aussi à d’autres domaines grâce à l’introduction du concept «One-Health» ou «Une seule santé». Celui-ci recouvre aussi bien l’environnement que la santé animale, le climat et même la santé psychologique.

Le directeur de l’OMS pourra dans toutes ces situations, imaginées ou avérées, contraindre les États-membres à mettre en place les mesures qu’il dictera et qui impacteront tous les aspects de la société.

Liberté de la presse en danger

Des outils de censure sont également prévus pour que seules les informations «officielles» puissent circuler : les États devront prendre des mesures pour identifier et museler les citoyens, les lanceurs d’alerte et les journalistes qui diffuseraient des informations «fausses ou trompeuses» ou qui se livreraient à de la «désinformation».

Ceci est bien entendu contraire aux principes de nombreuses constitutions qui mettent en avant le droit d’être informé et la liberté d’expression.

Opacité des négociations

Bien que les discussions en plénière soient disponibles au public, de nombreux documents et réunions qui jalonnent les négociations ne sont pas accessibles, freinant ainsi le démarrage d’un véritable débat démocratique dans les 190 pays concernés par ces réformes.

Le manque de transparence est ressenti par les délégations elles-mêmes. Lors de la séance d’ouverture du 6 novembre dernier, nous apprenions par la délégation du Mexique qu’une partie des négociations se sont déroulées lors de «réunions informelles très constructives» (dès la minute 41).

Cette même délégation a sollicité les délégués pour qu’à l’avenir, vu leur importance, ces échanges informels soient… formalisés, «pour plus de transparence et éviter que certaines délégations trop restreintes soient exclues de ces discussions importantes».

Délais raccourcis

Des réformes inquiétantes, il y en a déjà eu en 2022, comme le relevait le parlementaire anglais Mark Francois lors d’une intervention à la chambre des Lords le 18 décembre :

«Parmi les cinq amendements au Règlement sanitaire international (RSI) proposés fin mai 2022 – et qui devraient être acceptés tacitement 24 mois plus tard en l’absence d’opposition – il y en a un qui est particulièrement problématique. Il s’agit de la modification de l’article 59, dans lequel le temps disponible pour s’opposer à un amendement passe de 18 à 10 mois».

Selon le député, ceci diminuera la possibilité pour les élus de rejeter de futures modifications du RSI par les voies démocratiques usuelles.

James Roguski affirme que ces amendements de 2022 n’ont pas été adoptés de manière réglementaire. Ceux-ci auraient dû être soumis aux délégations 4 mois avant le vote.

«Le 28 mai 2022, les délégations des USA, du Royaume-Uni et de plusieurs pays de l’Union européenne avaient déposé leur paquet de treize amendements devant l’assemblée de l’OMS pour votation en certifiant que ces amendements avaient été présentés lors de la plénière précédente. Or, on ne retrouve aucune trace de ces amendements dans les enregistrements de ces sessions. Douze parlementaires européens ont réagi le 28 novembre 2023 par une lettre à l’OMS demandant de prouver qu’un vote valable avait bien eu lieu. Sans quoi ces amendements pourraient être légalement invalidés».

Le risque que ce même scénario se reproduise en 2024 pour forcer l’adoption des 300 amendements sans respecter ce délai de dépôt est bien réel, ajoute l’expert.

En principe, les textes définitifs doivent être communiqués aux parties impliquées quatre mois avant le vote à l’Assemblée générale de la santé, en l’occurrence avant le 27 janvier 2024. Ce délai est nécessaire pour que les pays membres puissent réaliser une analyse juridique des réformes proposées.

L’expert rappelle aussi qu’à l’origine, ce sont les États-Unis qui voulaient faire passer de dix-huit à six mois le délai d’opposition des États membres. Une demande pour le moins impromptue à l’aube de réformes majeures, mais qui s’explique peut-être par la volonté de l’administration Biden de mettre sous toit ces réformes, avant la fin du mandat présidentiel en cours, fin 2024.

Référendum populaire en Suisse ?

L’article 141 de la Constitution suisse prévoit que «les traités internationaux qui contiennent des dispositions importantes fixant des règles de droit ou dont la mise en œuvre exige l’adoption de lois fédérales» soient soumis à un référendum facultatif.

Dans une analyse des enjeux du nouveau «traité pandémique» et des modifications du Règlement sanitaire international prévus pour 2024, l’avocat suisse Me Henri Gendre et le Dr Philippe Vallat, expert en santé publique, ont relevé l’existence d’un risque réel que ces accords soient acceptés sans aucun débat démocratique. Ce serait notamment le cas si les autorités venaient à considérer ces amendements comme des changements mineurs d’un traité existant.

Contactée à ce sujet, la Chancellerie fédérale nous a renvoyé vers l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), dont l’essentiel de la réponse est reproduite en fin d’article. En résumé, l’OFSP décrit le processus en détail, mais sans pouvoir déterminer en l’état si oui ou non le peuple suisse sera amené à se prononcer sur l’adoption de ces réformes.

L’OFSP admet que «le calendrier est très ambitieux et les sujets abordés dans ce processus sont cruciaux» et juge «difficile d’estimer sur un résultat qui sera disponible en mai 2024». Ce ne sera qu’une fois les textes finalisés et adoptés par l’Assemblée mondiale de la Santé (AMS) qu’il sera possible de déterminer quel sera le processus d’adoption en Suisse.

Contestations

Alors que de nombreuses pétitions pour arrêter les réformes de l’OMS circulent sur Internet, comme celle de l’ONG CitizenGo qui a récolté presque un demi-million de paraphes, certains politiciens ont déjà pris les devants.

Le Premier ministre slovaque Robert Fico a déjà déclaré vouloir rejeter les deux instruments de l’OMS, estimant que les politiques Covid ont violé les droits humains fondamentaux et que les traités constituent une atteinte à la souveraineté des États.

En Suisse, le Conseil national de droite Franz Grüter a interpellé le Conseil fédéral en septembre 2023. Les autorités fédérales ont affirmé en réponse que le respect des droits fondamentaux était garanti par la loi et la Constitution et que la voie juridique est un garde-fou suffisant contre toute mesure disproportionnée. Une position qui semble chancelante au regard du déroulement de l’expérience du Covid, où la justice n’aura été rapide que pour soutenir les décisions officielles. Les citoyens victimes du zèle des autorités n’ont pu faire que partiellement valoir leurs droits légitimes, souvent au terme de procédures légales longues et coûteuses, trouvant leur issue bien après la fin de la crise, sans compensation pour les dégâts causés.

En Estonie, 11 parlementaires du Parti populaire conservateur ont écrit fin novembre également une lettre à l’OMS pour critiquer et appeler à rejeter les réformes en cours.

La gauche, habituée pourtant à dénoncer l’influence des lobbys sur la marche du monde, est étonnement absente du front des critiques.

Affaire à suivre.

Réponse complète de l’OFSP concernant le processus d’adoption pour la Suisse

Le processus de négociations pour l’Accord de l’OMS sur les pandémies est en cours de négociations et les commissions parlementaires sont actuellement informées du processus conformément à l’article 152 al. 2 LPArl. Les négociations sont en effet prévues pour l’instant jusqu’en mai 2024, toutefois le calendrier est très ambitieux et les sujets abordés dans ce processus sont cruciaux. Par conséquent, il est difficile d’estimer si un résultat sera disponible en mai 2024.

Ensuite, ce n’est qu’une fois que les négociations seront terminées et que le texte sera finalisé, qu’il sera possible de connaître précisément les droits et les obligations qui en découleraient. Le texte sera alors soumis à l’Assemblée mondiale de la Santé (AMS) de l’OMS pour adoption. Si le texte est adopté par l’AMS, alors il sera soumis aux processus nationaux en fonction de son contenu.

Il sera alors possible de déterminer si la compétence décisionnelle en la matière reviendra au Conseil fédéral ou au Parlement. Cette pratique régulière du Conseil fédéral, basée sur les dispositions déterminantes de la Constitution fédérale (art. 184, al. 1, Cst, art. 166, al. 2, Cst ; RS 101), de la loi sur le Parlement (art. 24 LParl ; RS 171.10) et de la loi sur l’organisation du gouvernement et de l’administration (art. 7a LOGA ; RS 172.010) permet de déterminer si un nouveau traité international doit être soumis au Parlement pour approbation. Les processus d’approbations des traités internationaux sont prévus dans la Constitution suisse et dans la législation nationale et s’appliquent de la même manière aux nouveaux traités conclus dans le cadre de l’OMS que pour tous les autres traités multilatéraux que la Suisse a conclu dans le cadre des autres organisations internationales.

Le Conseil fédéral décidera notamment de l’ouverture d’éventuelles consultations publiques et de consultations des commissions parlementaires compétentes. Si le texte ne relève pas de la seule compétence du Conseil fédéral en application de l’article 7a LOGA, celui-ci donnera un mandat au département compétent pour l’élaboration d’un message de ratification au Parlement. Cela sera le cas si l’Accord sur les pandémies dépasserait les domaines prévus à l’article 80 de la Loi sur les épidémies (LEp ; RS 818.101).

Le message d’approbation et l’arrêté fédéral indiqueront si celui-ci est soumis au référendum facultatif. Il n’est pas possible de savoir avant de disposer du texte final si celui-ci remplit les critères de l’article 141 al. 1 let. d Cst.

SOURCE :

https://reseauinternational.net/cest-confirme-loms-vise-les-pleins-pouvoirs-des-2024/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 66273
Date d'inscription : 14/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Page 7 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum