Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions !

3 participants

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Aller en bas

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Empty Re: Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions !

Message  Admin Mar 2 Jan 2024 - 18:16

@ Tous :

Dieu avait déjà parlé par l'entremise du Livre de la Vérité :

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Unnam828

D\\'accord !

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67076
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Empty Re: Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions !

Message  ParAmourPourJésus Mer 3 Jan 2024 - 13:03

CE SERAIT VRAIMENT « Être Naïf de notre part » De CROIRE QUE LES REFORMES DÉMONIAQUES DE ROME SERONT VALIDÉES PAR LA DIVINE PROVIDENCE ..
ParAmourPourJésus
ParAmourPourJésus
Cinquième Demeure : C'est l'Union de volonté. Je suis fidèle à la Foi et à l'Obéissance.
Cinquième Demeure : C'est l'Union de volonté. Je suis fidèle à la Foi et à l'Obéissance.

Messages : 725
Date d'inscription : 03/12/2017

Admin aime ce message

Revenir en haut Aller en bas

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Empty Re: Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions !

Message  Admin Mer 3 Jan 2024 - 16:26

MGR MARC AILLET (FRANCE) : "OUI, AUX BÉNÉDICTIONS DE PERSONNES INDIVIDUELLES; NON, AUX BÉNÉDICTIONS DE COUPLES HOMOSEXUELS !


Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Wl7q2x10


1er janvier 2024

Déclaration très argumentée de Mgr Aillet :

« Le Dicastère pour la Doctrine de la Foi (DDF) vient de publier, le 18 décembre 2023, avec l’approbation du Pape François, la Déclaration Fiducia Supplicans « sur la signification pastorale des bénédictions ».

Saluée comme une victoire par le monde laïque, et en particulier par les lobbies LGBT qui y voient enfin une reconnaissance par l’Eglise des relations homosexuelles malgré les multiples restrictions rappelées par le document romain, elle fait l’objet d’une désapprobation publique inédite de la part de conférences épiscopales entières, en particulier d’Afrique et d’Europe de l’Est, ainsi que d’évêques de tous les continents. En outre, de nombreux fidèles, y compris des recommençants, et nombre de prêtres, qui font face, dans une société en perte de repères, à des situations pastorales complexes, en faisant preuve d’autant de fidélité à l’enseignement du Magistère que de charité pastorale, expriment leur trouble et leur incompréhension.

Interpellé par ces réactions et après avoir pris le temps de la réflexion, je souhaite adresser, comme évêque, aux prêtres et aux fidèles de mon diocèse, une note en vue des les aider à accueillir cette déclaration dans un esprit de communion avec le Saint-Siège apostolique, en donnant quelques clés de compréhension, tout en interrogeant respectueusement certains points de la déclaration susceptibles de clarification. Enfin, je voudrais inviter les prêtres de mon diocèse à la prudence, vertu par excellence du discernement. J’ai conscience que cette note est dense, mais il me semble important de traiter la question avec suffisamment de hauteur théologique et pastorale.

Une doctrine inchangée sur le mariage

Fiducia supplicans commence par rappeler que l’enseignement de l’Eglise sur le mariage, comme union stable, exclusive et indissoluble entre un homme et une femme, naturellement ouverte à la génération de nouvelles vies, reste ferme et inchangée (n. 4). C’est la raison pour laquelle, insiste le texte, il est impossible de donner une bénédiction liturgique ou rituelle à des couples en situation irrégulière ou de même sexe, ce qui risquerait d’induire une grave confusion entre le mariage et les unions de fait (n. 5). Il est ainsi précisé que c’est la raison pour laquelle l’ancienne Congrégation pour la Doctrine de la Foi, dans une réponse ad dubium, le 22 février 2021, avait conclu à l’impossibilité de donner une bénédiction aux « couples » de même sexe.

Distinction entre les bénédictions liturgiques et les bénédictions pastorales

Il est proposé ensuite tout un parcours biblique pour fonder la distinction entre les bénédictions liturgiques (n. 10) et les bénédictions que l’on qualifiera de pastorales, en vue d’éclairer la possibilité d’une bénédiction accordée à une personne qui, quelle que soit sa condition de pécheur, peut la demander à un prêtre, hors contexte liturgique ou rituel, pour manifester sa confiance en Dieu et sa demande d’aide afin de « mieux vivre » et de mieux ajuster sa vie à la volonté de Dieu (n. 20). Cela fait d’ailleurs partie d’une pratique pastorale élémentaire et bimillénaire de l’Eglise, en particulier dans le cadre de la dévotion populaire (n. 23-24), où il ne s’agit jamais d’exercer un contrôle sur l’amour inconditionnel de Dieu envers tous ni d’exiger un certificat de moralité, étant entendu qu’il s’agit ici d’un sacramental, qui n’agit pas comme un sacrement ex opere operato, mais dont l’efficacité de grâce dépend des bonnes dispositions de celui qui la demande et la reçoit. Jusqu’ici, le texte n’apporte rien de nouveau à l’enseignement ordinaire de l’Eglise, en ces matières.

Une bénédiction pastorale étendue aux couples de même sexe

De la pratique multiséculaire de bénédictions spontanées et informelles, qui n’ont jamais été ritualisées par l’autorité ecclésiale, on passe à ce qui a été présenté dans l’introduction du document comme son objet propre : « C’est précisément dans ce contexte [ celui de la « vision pastorale du Pape François ] que l’on peut comprendre la possibilité de bénir des couples en situation irrégulière et les couples de même sexe, sans valider officiellement leur statut ni modifier en quoi que ce soit l’enseignement pérenne de l’Eglise sur le mariage » (Présentation). Il sera même précisé que « ce geste ne prétend pas sanctionner ni légitimer quoi que ce soit » (n. 34).

C’est ainsi que dans la troisième partie de la déclaration, on glisse subrepticement de la possibilité de bénir une personne, quelle que soit sa situation, à une bénédiction accordée à un « couple » en situation irrégulière ou de même sexe.

Malgré toutes les précisions sur le caractère non liturgique de ces bénédictions et l’intention louable « de s’associer ainsi aux prières des personnes qui, bien que vivant une union qui ne peut en aucun cas être comparée au mariage, désirent se confier au Seigneur et à sa miséricorde, invoquer son aide et être guidées vers une plus grande compréhension de son dessein d’amour et de vérité » (n. 30), on est bien obligé de constater que cela a été reçu, quasi unanimement par les pro comme par les contra, comme une « reconnaissance par l’Eglise des relations homosexuelles » elles-mêmes. Or, c’est malheureusement souvent dans ce sens qu’est comprise la pratique – déjà en usage dans certaines Eglises locales – de bénir des « couples » de même sexe, notamment en Allemagne ou en Belgique, et de manière parfaitement publique. Il est à craindre qu’ils se sentent ainsi encouragés, comme en témoigne déjà un certain nombre.

Questions qui mériteraient des éclaircissements

On comprend le souhait légitime du Saint-Père de manifester la proximité et la compassion de l’Eglise envers toutes les situations, même les plus marginales : n’est-ce pas en effet l’attitude du Christ dans l’Evangile, « lui qui faisait bon accueil aux publicains et aux pécheurs » (cf. Mt 9, 11), et qui constitue une bonne part de notre ministère ordinaire ? Il y a néanmoins quelques questions qui restent en suspens et demanderaient de vrais éclaircissements, tant du point de vue doctrinal que pastoral.

Ces bénédictions ne seraient-elles pas en contradiction avec la notion de « sacramental » qu’assume toute bénédiction ?

Il convient de souligner que la raison avancée par le Responsum ad dubium de 2021 mettait moins en avant le contexte liturgique de la bénédiction que sa nature de « sacramental » qui demeure quel que soit le contexte : « Pour être cohérent avec la nature des sacramentaux, lorsqu’une bénédiction est invoquée sur certaines relations humaines, il est nécessaire – outre l’intention droite de ceux qui y participent – que ce qui est béni soit objectivement et positivement ordonné à recevoir et à exprimer la grâce, en fonction des desseins de Dieu inscrits dans la Création et pleinement révélés par le Christ Seigneur. Seules les réalités qui sont en elles-mêmes ordonnées à servir ces plans sont compatibles avec l’essence de la bénédiction donnée par l’Eglise » (Note explicative du Responsum). C’est la raison pour laquelle l’ancienne Congrégation pour la Doctrine de la Foi déclarait illicite « toute forme de bénédiction » à l’égard des relations qui impliquent une pratique sexuelle hors mariage, comme c’est le cas des unions de personnes de même sexe. Il faut certes reconnaître et valoriser les éléments positifs que comportent ces types de relations, mais ils sont mis au service d’une union qui n’est pas ordonnée au Dessein du Créateur.

N’y a-t-il pas une distinction à faire entre bénir une personne et bénir un « couple » ?

L’Eglise a toujours tenu que « Ces bénédictions s’adressent à tous et que personne ne doit en être exclu » (n. 28). Mais, si l’on se réfère au Livre des Bénédictions et au Directoire sur la piété populaire et la liturgie, on constate qu’ils concernent essentiellement, sinon exclusivement, des personnes individuelles, même réunies en groupes, comme des personnes âgées ou des catéchistes. Mais dans ces cas, ce n’est pas la relation qui les unit, et qui n’est d’ailleurs qu’extrinsèque, qui est l’objet de la bénédiction, mais bien la personne.

Ainsi, nous touchons là à la nouveauté de la déclaration Fiducia supplicans qui ne réside pas dans la possibilité de bénir une personne en situation irrégulière ou homosexuelle, mais d’en bénir deux qui se présentent en tant que « couple ». C’est donc l’entité « couple » qui invoque la bénédiction sur elle. Or, si le texte prend soin de ne pas utiliser les termes d’union, de partenariat ou de relation – utilisés par l’ancienne Congrégation pour son interdiction –, il ne fournit pas pour autant une définition de la notion de « couple », devenu ici un nouvel objet de bénédiction.

Une question sémantique s’impose donc qui n’est pas résolue : la dénomination de « couple » peut-elle raisonnablement être donnée à la relation de deux personnes de même sexe ? N’a-t-on pas intégré un peu hâtivement la sémantique que le monde nous impose mais qui jette la confusion sur la réalité du couple ? Dans son exhortation apostolique Ecclesia in Europa (2003), Jean Paul II écrit : « On observe même des tentatives visant à faire accepter des modèles de couples où la différence sexuelle ne serait plus essentielle » (n. 90). Autrement dit : la différence sexuelle n’est-elle pas essentielle à la constitution même d’un couple ? C’est une question anthropologique qui mériterait d’être précisée pour éviter toute confusion et ambiguïté, car si le monde a élargi cette notion à des réalités qui n’entrent pas dans le Dessein du Créateur, la parole magistérielle ne doit-elle pas assumer une certaine rigueur dans sa terminologie pour correspondre le mieux possible à la vérité révélée, anthropologique et théologique ?

Quid des relations homosexuelles ?

Accorder une bénédiction à un « couple » homosexuel, non plus seulement à deux personnes individuelles, semble cautionner par le fait même l’activité homosexuelle qui les relie, même si, encore une fois, on précise bien que cette union ne peut pas être assimilée au mariage. Cela pose donc la question, qui n’est pas abordée dans cette déclaration, du statut moral des relations homosexuelles. Or l’enseignement de l’Eglise, conformément à l’Ecriture Sainte et à l’enseignement constant du Magistère, tient ces relations pour « intrinsèquement désordonnées » (Catéchisme de l’Eglise Catholique n. 2357) : si Dieu ne répugne pas à bénir le pécheur, peut-il dire du bien de ce qui n’est pas conforme concrètement à son Dessein ? Cela ne contredirait-il pas la bénédiction originelle de Dieu quand il crée l’homme à son image : « homme et femme il les créa. Dieu les bénit et leur dit : ‘soyez féconds et multipliez-vous’ » (Gn 1, 28) ?

N’y a-t-il pas des actes qui sont intrinsèquement mauvais ?

Pour mettre un terme aux controverses qui avaient agité les moralistes catholiques depuis les années 70, sur l’option fondamentale et la moralité des actes humains, le pape Jean Paul II a publié une encyclique magistrale, Veritatis splendor (1993), sur quelques questions fondamentales de l’enseignement moral de l’Eglise, et dont nous avons célébré en 2023 le 30ème anniversaire. Cette encyclique, qui vient confirmer la Partie morale du CEC et en développer certains aspects, a rappelé

en particulier l’enseignement constant du Magistère sur l’existence d’actes intrinsèquement mauvais (n. 79-83) qui demeurent interdits semper et pro semper, c’est-à-dire en toutes circonstances. Cet enseignement est loin d’être facultatif et il donne une clé pour le discernement des situations auxquelles nous sommes confrontés dans le ministère pastoral. Sans doute un comportement qui est objectivement en désaccord avec le Dessein de Dieu n’est pas nécessairement imputable subjectivement – d’ailleurs « qui suis-je pour juger ? », pour reprendre la célèbre expression du pape François –, mais il n’en devient pas moralement bon pour autant. La déclaration Fiducia supplicans évoque souvent le pécheur qui demande une bénédiction – « ceux qui se reconnaissent humblement pécheurs comme tout le monde » (n. 32) –, mais reste muette sur le péché particulier qui caractérise ces situations. L’expérience montre d’ailleurs qu’il n’est pas certain que cette possibilité de bénédiction « sans condition » soit une aide à la conversion.

L’exercice de la charité pastorale peut-il être déconnecté de la mission prophétique d’enseignement ?

Il est heureux que cette déclaration renvoie au ministère du prêtre et il faut rendre grâce au Saint-Père de susciter toutes sortes d’occasions pour permettre à des personnes, éloignées de l’Eglise et de sa discipline, de rencontrer un prêtre, comme il en exprime le souhait dans son exhortation apostolique Amoris laetitia (2016), pour faire l’expérience de la proximité d’un « Dieu tendre et miséricordieux, lent à la colère et plein d’amour » (Ps 144, 8). Mais alors, il ne saurait être question pour deux personnes de même sexe engagées dans une activité homosexuelle et se présentant comme telles, ou pour des couples en situation irrégulière, de recourir à une bénédiction accordée, même de manière informelle, sans un dialogue pastoral auquel le pape François encourage précisément souvent les pasteurs.

En ce sens, on ne saurait séparer, dans le ministère du prêtre, l’exercice de la charité pastorale de sa mission prophétique d’enseignement. Et le cœur de la prédication de Jésus demeure l’appel à la conversion, dont on peut regretter qu’il n’en soit pas question dans cette déclaration. Quand Jésus manifeste sa compassion vis-à-vis du pécheur, il l’exhorte toujours à changer de vie, comme on le voit, entre autres exemples, dans le récit de la femme adultère : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus » (Jn 8, 11). Que serait une sollicitude pastorale qui n’inviterait pas le fidèle, sans juger ni condamner personne, à évaluer sa vie et son comportement par rapport aux paroles de l’Alliance et à l’Evangile ? Ces paroles disent le dessein bienveillant de Dieu à l’égard des hommes, en vue d’y conformer leur vie, avec la grâce de Dieu, et selon un chemin de croissance, appelé par Jean Paul II : « loi de gradualité ou voie graduelle » (cf. Familiaris Consortio n. 34). La bénédiction accordée à deux personnes unies par une relation homosexuelle ou à un couple en situation irrégulière ne risquerait-elle pas de leur faire croire que leur union est une étape légitime dans leur cheminement ? Or Jean Paul II a bien pris soin de préciser : « C’est pourquoi ce qu’on appelle loi de gradualité ou voie graduelle ne peut s’identifier à la gradualité de la loi, comme s’il y avait, dans la loi divine, des degrés et des formes de préceptes différents selon les personnes et les situations diverses » (Ibid.).

Peut-on opposer pastorale et doctrine ?

Par ailleurs, peut-on opposer accompagnement pastoral et enseignement doctrinal, comme si l’intransigeance était du côté de la doctrine et des principes, au détriment de la compassion et de la tendresse que nous devons pastoralement aux pécheurs ? Face aux pharisiens qui le mettent à l’épreuve, à propos du divorce et de l’acte de répudiation consenti par Moïse, Jésus renvoie sans concession à la « Vérité du commencement » (cf. Gn 1 et 2), affirmant que si Moïse a consenti à leur faiblesse, c’est en raison de « la dureté de leur cœur » (cf. Mt 19, 3-9). C’est Jésus qui apparaît même comme le plus intransigeant. Il faut dire que la loi ancienne ne rendait pas juste : mais avec Jésus, nous sommes désormais sous le régime de la Loi nouvelle que saint Thomas d’Aquin définissait, en s’inspirant de saint Paul, comme « la grâce de l’Esprit Saint donnée à ceux qui croient au Christ » (Somme de Théologie I-II 106, 1). Tout acte de ministère, y compris les bénédictions, devrait donc être placé sous le régime de la loi nouvelle, où nous sommes tous appelés à la sainteté, quelle que soit notre condition de pécheur.

Comme le précisait le Cardinal Joseph Ratzinger, alors préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, dans une lettre adressée aux évêques de l’Eglise catholique sur la pastorale à l’égard des personnes homosexuelles (1986) : « Il convient de bien faire comprendre que l’éloignement de l’enseignement de l’Eglise ou le silence à son sujet n’est, dans un effort de prise en charge pastorale, ni la marque d’un vrai sens de la responsabilité ni celle d’un véritable ministère pastoral. Seul ce qui est vrai peut finalement être pastoral. Ne pas prendre en compte la position de l’Eglise, c’est priver des hommes et des femmes homosexuels de l’attention dont ils ont besoin et qu’ils méritent » (n. 15).

Et saint Jean Paul II de prévenir : « La doctrine de l’Eglise et, en particulier, sa fermeté à défendre la validité universelle et permanente des préceptes qui interdisent les actes intrinsèquement mauvais est maintes fois comprise comme le signe d’une intolérable intransigeance, surtout dans les situations extrêmement complexes et conflictuelles de la vie morale de l’homme et de la société aujourd’hui, intransigeance qui contrasterait avec le caractère maternel de l’Eglise. Cette dernière, dit-on, manque de compréhension et de compassion. Mais, en réalité, le caractère maternel de l’Eglise ne peut jamais être séparé de la mission d’enseignement qu’elle doit toujours remplir en Epouse fidèle du Christ qui est la Vérité en personne (…) ‘’En réalité, la vraie compréhension et la compassion naturelle doivent signifier l’amour de la personne, de son bien véritable et de sa liberté authentique. Et l’on ne peut certes pas vivre un tel amour en dissimulant ou en affaiblissant la vérité morale, mais en la proposant avec son sens profond de rayonnement de la Sagesse éternelle de Dieu, venue à nous dans le Christ, et avec sa portée de service de l’homme, de la croissance de sa liberté et de la recherche de son bonheur’’ (Familiaris Consortio n. 34). En même temps, la présentation claire et vigoureuse de la vérité morale ne peut jamais faire abstraction du respect profond et sincère, inspiré par un amour patient et confiant, dont l’homme a toujours besoin au long de son cheminement moral rendu souvent pénible par des difficultés, des faiblesses et des situations douloureuses. L’Eglise, qui ne peut jamais renoncer au principe ‘’de la vérité et de la cohérence, en vertu duquel elle n’accepte pas d’appeler bien ce qui est mal et mal ce qui est bien’’ (Reconciliatio et paenitentia n. 34), doit toujours être attentive à ne pas briser le roseau froissé et à ne pas éteindre la mèche qui fume encore (cf. Is 42, 3). Paul VI a écrit : ‘’Ne diminuer en rien la salutaire doctrine du Christ est une forme éminente de charité envers les âmes. Mais cela doit toujours être accompagné de la patience et de la bonté dont le Seigneur lui-même a donné l’exemple en traitant avec les hommes. Venu non pour juger, mais pour sauver (cf. Jn 3, 17), il fut certes intransigeant avec le mal, mais miséricordieux envers les personnes’’ (Humanae vitae n. 29). » (Veritatis splendor n. 95).

« Ne vous modelez pas sur le monde présent »

J’ai bien conscience que la question est délicate et je souscris pleinement à la volonté du Saint-Père d’insister sur la charité pastorale du prêtre appelé à rendre proche de tout homme l’amour inconditionnel de Dieu, jusqu’aux périphéries existentielles de l’humanité si blessée d’aujourd’hui. Mais je pense à cette parole lumineuse de l’Apôtre Paul à Tite, que nous entendons proclamer dans la liturgie de la nuit de Noël, qui résume toute l’Economie du Salut : « Car la grâce de Dieu s’est manifestée pour le salut de tous les hommes. Elle nous apprend à renoncer à l’impiété et aux convoitises de ce monde, et à vivre dans le temps présent de manière raisonnable, avec justice et piété (…) Car il s’est donné pour nous afin de nous racheter de toutes nos fautes, et de nous purifier pour faire de nous son peuple, un peuple ardent à faire le bien » (Tt 2, 11-12. 14). La charité pastorale qui nous presse – « Caritas Christi urget nos » (2 Co 5, 14) – de rejoindre tous les hommes pour leur montrer combien ils sont aimés de Dieu – la preuve, c’est que le Christ est mort et ressuscité pour tous –, nous presse, de manière indissociable, de leur annoncer la Vérité de l’Evangile du Salut. Et la Vérité est ainsi formulée par Jésus à tous ceux qui veulent devenir ses disciples : « Si quelqu’un veut venir à ma suite, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive. Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la trouvera » (Mt 16, 24). Saint Luc précise qu’il le disait « à tous » (Lc 9, 23) et pas seulement à une élite.

Une parole de saint Paul résonne encore en moi pour éclairer notre attitude pastorale : « Ne vous modelez pas sur le monde présent, mais que le renouvellement de votre jugement vous transforme et vous fasse discerner quelle est la volonté de Dieu, ce qui est bon, ce qui lui plaît, ce qui est parfait » (Rm 12, 2). Tous les hommes, y compris les couples en situation irrégulière ou de même sexe, aspirent au meilleur, car l’inclination au bien, au vrai et au beau est inscrite par Dieu dans le cœur de tout homme : c’est respecter sa dignité et sa liberté fondamentale que de le reconnaître. Et cela vaut la peine de « mouiller sa chemise » pour aider tout homme, quelle que soit sa situation de péché ou de contradiction avec le Dessein de Dieu tel qu’il est révélé dans le Décalogue et l’Evangile, à le découvrir et à cheminer, moyennant des processus de croissance et l’aide de la grâce de Dieu, pour y parvenir. Et cela ne peut pas se faire en faisant l’économie de la Croix.

Attitude pastorale pratique

Aussi, en conclusion, et vu le contexte d’une société sécularisée où nous connaissons une crise anthropologique inédite, qui conduit immanquablement à des ambiguïtés tenaces :

– J’invite les prêtres du diocèse, face aux couples en situation irrégulière ou aux personnes engagées dans une relation homosexuelle, à faire preuve d’un accueil plein de bienveillance : il faut que les personnes ne se sentent pas jugées, mais accueillies par un regard et une écoute qui disent l’amour de Dieu pour elles.

– Je les invite ensuite à instaurer un dialogue pastoral et à avoir le courage, pour le bien des personnes et avec la délicatesse qui convient, sans les juger et en s’impliquant personnellement dans la relation pastorale, de leur dire clairement la Vérité que l’Eglise enseigne sur leur situation.

– Enfin, je les invite, si les personnes le demandent, à leur donner une bénédiction, à condition que ce soit à chaque personne individuellement, en les appelant à la conversion et en les invitant à demander le secours de la grâce que le Seigneur accorde à tous ceux qui le lui demandent pour conformer leur vie à la Volonté de Dieu ».

Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar et Oloron

Bayonne, le 27 décembre 2023

En la fête de saint Jean, Apôtre

SOURCE :

https://gloria.tv/post/7YMHvF3DR9pp4K7koSjPjh1YM

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67076
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Empty Re: Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions !

Message  Admin Mer 3 Jan 2024 - 17:59

@ Tous :

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Unnam834

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67076
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Empty Re: Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions !

Message  Admin Mer 3 Jan 2024 - 22:37

@ Tous :

Pris sur le Peuple de la Paix :

Si une Eglise synodale est souhaitée par le pape François,il devrait tenir compte de la levée de boucliers des multiples évêques dont certains représentent des continents entiers, contre son dernier décret.

Flèche  Flèche  Flèche

Là est le VRAI synode.

SOURCE :

https://lepeupledelapaix.forumactif.com/t45343p240-le-pape-francois-et-le-droit-a-une-union-civile-pour-les-couples-homosexuels#505474

En effet, face aux levées de boucliers un peu partout dans l'Univers Catholique, il est facile de constater que le "Bon Catholique" ne partage aucunement les propositions du Document de Rome !

Mais lea Modernistes ont un Agenda à mettre en place et se foutent de ce que en pense le Catholique moyen !

Comme les Globalistes avec la Vaccination Forcée, ils nous rentrent de force leur Agenda Diabolique !

Le feu de l\'enfer !

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67076
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Empty Re: Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions !

Message  Admin Jeu 4 Jan 2024 - 14:05

FIDUCIA SUPPLICANS TROUBLE DES CATHOLIQUES DU MONDE ENTIER !


Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Pretre12


par Agnès Pinard Legry

20/12/23

La publication le 18 décembre de "Fiducia Supplicans", document du dicastère pour la Doctrine de la foi permettant de "bénir les couples en situation irrégulière et les couples de même sexe" jette le trouble chez les fidèles et religieux du monde entier.

Surprise, trouble, incompréhension… Partout dans le monde, des fidèles ne cachent pas leur trouble depuis la publication de Fiducia Supplicans lundi 18 décembre. Publié par le dicastère pour la Doctrine de la foi et approuvé par le Pape, le document autorise la bénédiction des « couples en situation irrégulière et les couples de même sexe » à condition de ne pas « créer de confusion avec la bénédiction propre au sacrement du mariage ».

En Afrique, des fidèles, des prêtres et des évêques n’ont pas hésité à partager leur incompréhension. Dans une déclaration de trois pages, la Conférence des évêques catholiques du Kenya (KCCB) a noté que certains aspects de la déclaration « provoquaient de l’anxiété et même de la confusion parmi les chrétiens et, en général, parmi le peuple de Dieu ». « Dans notre réalité, ici en Afrique, nous sommes très clairs sur ce qu’est une famille et un mariage », indique le communiqué. En Zambie, la Conférence des évêques du pays a déclaré que ce document devait faire l’objet « d’une réflexion plus approfondie et non d’une mise en œuvre » dans le pays.

Afin « d’éviter de créer une confusion parmi les fidèles », la Conférence épiscopale du Malawi a indiqué pour sa part le 19 décembre que « pour des raisons pastorales, les bénédictions de toute sorte et pour les unions homosexuelles de quelque nature que ce soit ne soient pas autorisées au Malawi ». En Côte d’Ivoire, plusieurs prêtres ont mis en garde sur le risque de confusion que cette déclaration pouvait entraîner comme « l’impression de normaliser les situations dites irrégulières ».

Une formulation ambiguë

Au Danemark Mgr Czesław Kozon, évêque de Copenhague, n’est pas tant en désaccord avec le fond qu’avec « la manière dont elle (la déclaration du dicastère ndlr) sera reçue et interprétée », a-t-il indiqué le 19 décembre. Aux Pays-Bas, l’évêque de Haarlem-Amsterdam, Mgr Jan Hendricks, préfère prendre le temps de la réflexion avant de s’exprimer. « Nous sommes tous occupés en ce moment à préparer Noël et cela m’inclut. J’espère revenir courant janvier sur la déclaration », a-t-il réagi.

Sur X Mgr José Ignacio Munilla, évêque d’Orihuela-Alicante, a tenu à rappeler que « la charité pastorale est un appel pour que tous les pécheurs soient bénis, mais pas pour bénir notre péché ».


Pour la Conférence épiscopale ukrainienne, la déclaration du dicastère revêt un « danger par sa formulation ambiguë qui provoque des interprétations divergentes parmi les fidèles ».

Au Kazakhstan, pays visité par le pape François à l’été 2023, l’archevêque Tomash Peta et l’évêque Athanasius Schneider – respectivement chef et auxiliaire de l’archidiocèse de Sainte-Marie à Astana, ont affirmé que le texte du dicastère pour la Doctrine de la foi approuvait des pratiques qui contredisaient « la révélation divine et la doctrine et la pratique ininterrompues et bimillénaires » de l’Église catholique. « Nous exhortons et interdisons aux prêtres et aux fidèles de l’archidiocèse de Sainte Marie d’Astana d’accepter ou d’accomplir toute forme de bénédiction de quelque nature que ce soit aux couples en situation irrégulière et aux couples de même sexe ».

SOURCE :

https://fr.aleteia.org/2023/12/20/fiducia-supplicans-trouble-des-catholiques-du-monde-entier/

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67076
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Empty Re: Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions !

Message  Silvano Jeu 4 Jan 2024 - 15:42

Ce "Matt" est sinistre et ne fait que répandre son venin depuis quelques années sur YT. Il devra répondre un jour devant la Justice de Dieu car il ne rend pas compte du mal qu'il y a à séparer, diviser, accuser et faire le job de l'adversaire.

L'Eglise a déjà assez à faire avec les francs-maçons qui la mettent à genoux depuis des décades pour ne pas recevoir de couteau dans le dos de ce Matt et de toutes ces chaînes de média d'influence anglo-saxonnes (donneuses de leçons).

Fr. Ianuzzi explique très bien que, doctrinalement, ces nuances que le Pape - seul - a le droit de se permettre pour trancher et faire des arbitrages ne doivent pas servir de prétexte pour nous diviser. Nous devons rester loyaux au Pape QUOI QU'IL ARRIVE et même QUOI QU'IL DISE ! => même s'il se trompe (!!) on doit prier pour lui mais en aucun cas on a le droit de monter au créneau (comme Luther en son temps) et jeter l'anathème ; (Luther n'avait aucune idée du mal titanesque qu'il avait engendré en croyant bien faire et dénoncer quelques maladresses ou abus qu'étaient les "indulgences"... Quand il a ouvert le yeux (en mourant) il a dû voir et il a dû payer (cher) pour revenir en Grâce à mon avis (si tant est qu'il a préféré le remord et l'amour à l'entêtement et l'orgueil "d'avoir raison".

Grande tentation que d'AVOIR RAISON...

IDEM pour le Frère +Elie de l'Eglise Byzantine qui se croit malin à demander à tous les chrétiens de sortir de l'Eglise en écrivant une lettre... ("Ya ka"... prendre la kalachnikov)...

Qui es-tu pour juger?

Ecoutons plutôt les analyses pleines d'esprit et d'humour de ce révérend asiatique,  Rev. Fr. Frank Vargas, C.M. qui déjoue tous les pièges et explique avec doigté qu'il ne faut pas en faire une affaire de morale mais que cela doit rester une affaire de charité.

https://www.youtube.com/watch?v=mZeHDoMwp1c

Ne serons nous pas jugé à notre charité plutôt qu'à notre perfection morale / perfection de moeurs.... ?

Les courants puritains, jansénistes et autres vivent leur revival bolchévique aujourd'hui: dans sa cave, le "Matt" sur fond de briques avec aucune image du Sacré-Coeur de Jésus ou de Marie ou d'un Saint ou d'une belle Eglise ou d'un ange... etc.. sévit en distillant son venin communiste/maoïste /puriste... Il croit que le Pape ne connaît pas les prophéties de Fatima et autres? Le Pape sait très bien qu'il n'en a plus pour longtemps au Vatican et qu'ils ("ILS") vont le chasser et qu'il va devoir lutter pour survivre (probablement vont-il l'assassiner (pour son bien voyons / pour le bien de l'Eglise...)... mais alors attendez et ouvrez les yeux et là vous le verrez l'Antichrist qui remplacera le Pape François et je peux vous assurer que cela "rigolera moins" : vous l'aurez votre purge et votre remise dans l'ordre... Attendez et voyez quelle bête (maçonne) prendra sa place et vous pourrez alors mettre les sacs de jute et la cendre sur vos têtes avec regrets car vous réaliserez que vous avez contribué, pendant des années, à couper le tronc, couper les liens, saboter l'Edifice de la Sainte Eglise Catholique Romaine.

Mais bon, que ce qui doit arriver, arrive: le Pape le sait (il l'a même dit avec humour qu'il n'en "avait pas pour longtemps"...).


Il ajouta qu'il fallait que le Fils de l'homme souffrît beaucoup, qu'il fût rejeté par les anciens, par les principaux sacrificateurs et par les scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il ressuscitât le troisième jour. a écrit:"Il ajouta qu'il fallait que le Fils de l'homme souffrît beaucoup, qu'il fût rejeté par les anciens, par les principaux sacrificateurs et par les scribes, qu'il fût mis à mort, et qu'il ressuscitât le troisième jour.


L'Eglise aussi doit vivre sa passion, mourir et ressusciter...

On doit passer par là pour mériter la grande joie de la nouvelle terre (de la Divine Volonté donnée à Luisa Piccarreta) sans quoi cela ne serait pas mérité et trop facile...

Avec toute mon amitié et sans méchanceté (je persiste et signe) et suis "tenace" comme vous dites.

Merci pour ce dialogue même si nos positions divergent (j'essaie d'être persuasif mais je ne veux pas empêcher les gens de lire ou croire à ce qu'ils jugent bon (jugez l'arbre à ses fruits).
Silvano
Silvano
Première Demeure : J'évite le péché mortel.
Première Demeure :  J'évite le péché mortel.

Messages : 12
Date d'inscription : 24/04/2023
Age : 57
Localisation : Helvetia

Revenir en haut Aller en bas

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Empty Re: Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions !

Message  Admin Jeu 4 Jan 2024 - 17:16

@ Silvano :

Que faites-vous de tous ces Prêtres, de tous ces Évêques, de tous ces Cardinaux qui rejettent la Bénédiction Homosexuelle ?

On ne parle plus de Matt, ici, mais bel et bien de Consacrés qui ont étudié la Théologie et qui savent de quoi ils parlent !

C'est le Pape qui crée la DIVISION avec dette Déclaration rocambolesque, mais surtout pas ceux qui s'opposent à cette nouvelle HÉRÉSIE !

D\\'accord !

L'Administrateur

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67076
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Empty Re: Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions !

Message  Admin Dim 7 Jan 2024 - 20:13

L'ÉVÊQUE ELEGANTI RÉPOND AU PAPE FRANÇOIS : "UNE PRATIQUE ET UNE UNION PÉCHERESSE NE PEUVENT ÊTRE BÉNIES" !


Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Unnam837


L'évêque Eleganti répond au pape François : "Une pratique et une union pécheresses ne peuvent être bénies". Il n'en reste pas moins qu'une pratique et une union pécheresses ne peuvent être bénies parce qu'elles contredisent l'ordre de la création et la volonté de Dieu et que, dans ce cas, la bénédiction ne peut être ni donnée ni reçue avec fruit", écrit l'évêque Eleganti.


par Andreas Wailzer

20 décembre 2023

(LifeSiteNews) - L'évêque Marian Eleganti a réagi à la déclaration du Vatican Fiducia supplicans par expliquant les raisons pour lesquelles les couples de même sexe ne peuvent être bénis. "Le soi-disant magistère de François, qui est présenté comme quelque chose de nouveau et d'inédit par rapport à la tradition, est un néologisme conceptuel absurde du cardinal Fernandez, car les papes, comme les évêques, sont les gardiens de l'enseignement de l'Église et de sa tradition ininterrompue", a déclaré M. Eleganti. a écrit dans un essai publié par kath.net.

"Les vérités sont éternelles et ne changent pas avec l'esprit du temps. En d'autres termes, les papes et les évêques n'apportent rien de personnel, mais interprètent la foi constante de l'Église dans la ligne de la tradition, sans rompre avec elle". "Il reste donc qu'une pratique et une union pécheresses ne peuvent être bénies parce qu'elles contredisent l'ordre de la création et la volonté de Dieu, et dans ce cas, la bénédiction ne peut être ni donnée ni reçue avec fruit (cf. la justification dans la Responsum ad dubium de la Congrégation pour la doctrine de la foi sur la bénédiction des unions de personnes du même sexe à partir de 2021 sous le card. Ladaria)." "L'Église a toujours enseigné cela", a déclaré l'ancien évêque auxiliaire de Coire. Eleganti a expliqué qu'une bénédiction est un sacrement et qu'elle n'est donc valable que si le destinataire et l'administrateur sont dans de bonnes dispositions. Elle diffère des sept sacrements, qui sont toujours valables indépendamment des croyances intérieures de chacun. "Les bénédictions sans la bonne disposition intérieure de l'administrateur et du bénéficiaire sont inefficaces car les bénédictions ne fonctionnent pas. ex opere operato (du travail effectué) comme les sacrements", a déclaré l'évêque suisse.  "Ce sont des sacramentaux. Il n'y a pas de nouvelle compréhension élargie à cet égard, mais seulement de fausses affirmations. Selon la conception traditionnelle, il n'y a pas de bénédiction de première classe (liturgique) et de seconde classe (spontanée) par les prêtres". "Cependant, si la bonne disposition intérieure est donnée dans notre contexte, alors ces personnes essaient de se repentir, d'abandonner une pratique objectivement pécheresse (concubinage et interaction sexuelle) et de la corriger", a-t-il poursuivi.  "Pour cela, ils peuvent recevoir la bénédiction pour la croissance dans la grâce et pour le succès de leurs efforts moraux et de leurs prochains pas dans la bonne direction, mais pas en tant que couple à cause de l'incompréhension et de l'impossibilité d'une telle bénédiction".

"'Que l'Éternel t'accorde une juste compréhension, qu'il te fortifie dans le bien et qu'il t'affermisse dans ta décision d'observer ses commandements. Qu'il t'accompagne de sa grâce dans ton repentir ! Tout ce qui va au-delà relève du sophisme et n'adhère pas aux enseignements de l'Église, mais les sape", a déclaré M. Eleganti. "Il s'agit de théologie et non de psychologie. L'Église ne peut pas se contredire à travers les âges, mais grandit dans sa compréhension de la révélation. L'évaluation négative de l'homosexualité appartient à cette dernière."

Eleganti a également abordé la distinction sémantique entre la "bénédiction" d'un "couple" et d'une "union".

"Les individus peuvent toujours être bénis si leur disposition intérieure est appropriée", a-t-il déclaré. "Étant donné que, selon l'article 'fiducia supplicans. Si l'on considère que les unions homosexuelles ou les concubinages (relations dites irrégulières) ne peuvent être bénis liturgiquement afin de ne pas les confondre avec le mariage ou de ne pas créer de confusion quant à leur évaluation inchangée [du caractère pécheur des actes homosexuels], il s'ensuit logiquement que ces couples ne devraient pas être bénis du tout, pas même avec une sorte de bénédiction dégradée selon la 'compréhension élargie'".

"On ne peut pas bénir un couple mais ne pas bénir son union, bénir un couple mais ne pas 'valider' son style de vie objectivement pécheur (cf. FS), comme on tente de le faire".

"Ce sont des gestes qui ne fonctionnent jamais dans la pratique. C'est le contraire qui se produira. La presse a déjà publié les gros titres correspondants. Ils montrent comment la question est accueillie sur le terrain."

Eleganti a également abordé la tentative constante du magistère actuel de dissocier l'enseignement orthodoxe de l'"expérience vécue" pécheresse dans la pratique.

"Toute action est imprégnée de théorie", a écrit le prélat suisse. "L'orthodoxie et l'orthopraxie ne doivent donc pas être mises en opposition ou en contradiction l'une avec l'autre, comme cela a été fait constamment depuis le Concile et au cours de ce pontificat.

"Comme si une contradiction avec la doctrine dans la pratique pastorale (2 plus 2 égale 5) était justifiée, voire nécessaire, parce que la réalité (de la vie) est supposée être au-dessus de l'idée (de la doctrine) (un principe absurde, parce que les idées changent la réalité, se traduisent en action, se sont souvent révélées révolutionnaires en renversant la soi-disant réalité de la vie ; les idées appartiennent à la réalité et sont très efficaces dans la pratique ; pas d'action sans théorie)".

"L'orthodoxie et l'orthopraxie sont congruentes, sinon elles ne méritent pas leur nom. Elles ne s'annulent pas l'une l'autre", a-t-il poursuivi. "Là où elles s'annulent, nous sommes arrivés à l'hérésie et au schisme dans l'Église, à son autodissolution par la pratique. Ce n'est ni une réforme ni une bénédiction".

Alors que Mgr Eleganti s'est élevé contre le document hétérodoxe du Vatican, la conférence épiscopale suisse a salué la nouvelle déclaration qui autorise la "bénédiction" des couples de même sexe dans certaines situations.

"La décision [du Vatican] correspond au souhait des évêques suisses d'une Église ouverte qui prend au sérieux, respecte et accompagne les personnes dans des situations relationnelles différentes", a déclaré le 19 décembre la Conférence des évêques suisses dans un communiqué de presse.déclaration lit. Les chefs des Allemand et Autrichien Les conférences épiscopales ont également salué et félicité Fiducia supplicans.

Toutefois, les évêques du Malawi ont officiellement déclaré qu'aucune bénédiction ne peut être donnée pour des unions homosexuelles de quelque nature que ce soit dans ce pays. Les évêques du Kazakhstan ont déclaré qu'aucune bénédiction ne pouvait être donnée aux "couples en situation irrégulière et aux couples de même sexe".

SOURCE :

https://www.lifesitenews.com/fr/news/leveque-eleganti-explique-pourquoi-la-benediction-des-couples-homosexuels-signifie-intrinsequement-la-benediction-dune-union/?utm_source=editions_menu&utm_campaign=usa

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67076
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 Empty Re: Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions !

Message  Admin Lun 8 Jan 2024 - 16:16

FIDUCIA SUPPLICANS OU QUAND LA CONFIANCE VACILLE !


Déclaration "Fiducia Supplicans" sur la Signification Pastorale des Bénédictions ! - Page 2 20240110


FIDUCIA SUPPLICANS OU QUAND LA CONFIANCE VACILLE

04/01/2024

Comme l’ont observé nos amis de l’Entente catholique de Bretagne il faut convenir que les humoristes de la curie romaine manient l’ironie avec une remarquable dextérité. Quand un texte s’attaque à la Tradition de l’Église ils l’intitulent Traditionis custodes, gardiens de la tradition, quand un autre document érode la confiance que l’on peut avoir en l’Église romaine et dans le magistère pontifical ils l’intitulent Fiducia, la confiance.

De multiples protestations

Ainsi donc le 18 décembre 2023 le Dicastère pour la Doctrine de la Foi a publié, sous la signature du cardinal Victor Manuel Fernandez, une déclaration, Fiducia supplicans, approuvée par le pape François. Ce document prévoit essentiellement que les couples homosexuels ou en situation irrégulière puissent bénéficier, dans certaines circonstances, d’une bénédiction « non ritualisée et spontanée ». Ce texte a déclenché de très nombreuses protestations de cardinaux, d’évêques, de conférences épiscopales. Citons le cardinal Müller, ancien préfet de la congrégation pour la doctrine de la foi et à ce titre prédécesseur de Mgr Fernandez, qualifiant ce texte de « blasphème », NNSS Peta et Schneider de l’archidiocèse d’Astana au Kazakhstan affirmant, quant à eux, que « le pape François (…) ne marche pas droit selon la vérité de l’Évangile », de nombreuses conférences épiscopales en Afrique (Côte d’Ivoire, Cameroun, Zambie, Kenya, Malawi, etc.) et en Europe de l’Est (Pologne, Hongrie, Ukraine) notifiant qu’elles n’appliqueraient pas ce texte. En France la seule réaction connue à ce jour est celle de Mgr Marc Aillet, évêque de Bayonne, Lescar, Oloron qui, dans un communiqué, a précisé qu’il interdisait les bénédictions de couples mais autorisait les bénédictions personnelles des personnes concernées. Il est rare dans l’histoire de l’Église qu’un texte approuvé par l’autorité suprême suscite une telle opposition. Le seul précédent est sans doute la bronca provoquée par la publication de l’encyclique Humanae Vitae (25 juillet 1968) de Paul VI sur la régulation des naissances. Le pape fut d’ailleurs à ce point traumatisé qu’après avoir publié sept encycliques en quatre années (1964-1968) il n’en publia plus une seule durant les dix années suivantes de son pontificat jusqu’à sa mort en 1978. Le pape François aura-t-il cette sagesse ? Rien n’est moins sûr car il apparaît que les qualités d’habile « politique » que chacun s’accordait à lui reconnaître ont été là totalement prises en défaut. L’ampleur et la vigueur des protestations sont très importantes en particulier dans l’épiscopat africain. Or l’Afrique est le continent qui porte la croissance numérique du nombre de catholiques dans le monde. On peut penser que lors du prochain conclave les papabili qui se recommanderont du pape François ou apparaîtront dans sa filiation intellectuelle et spirituelle partiront avec le handicap d’avoir contre eux les 19 cardinaux africains sur 132 électeurs. Ironie de l’histoire, le pape des « périphéries » risque de voir son héritage mis à mal par les représentants des « périphéries » en question.

Des objections de fond

Sur le fond, les objections à ce texte sont nombreuses et de nature diverse.

Notons tout d’abord que toute « nouveauté » dans l’Église doit, par nature, être accueillie avec une extrême circonspection. Il s’agit de l’Église du Christ et non celle de Pierre, Paul ou Jacques. La révélation se clôt à la mort du dernier apôtre et on a peine à croire que pendant 2 000 ans l’Église aurait méconnu des pratiques pastorales particulièrement fécondes et porteuses de grâces.

Ensuite, mettre sur le même plan des unions certes irrégulières mais conformes à la nature et des unions contre-nature est une incongruité doctrinale et pastorale.

Bénir des couples et non des personnes sans prétendre pourtant donner aucune légitimité à ces couples, c’est nous prendre pour des zozos. Cela rappelle les subtilités de la réunion d’Assise : ne pas confondre prier ensemble et être ensemble pour prier !

Quelle est la crédibilité d’une institution qui déclarait le 15 mars 2021, il y a un peu moins de trois ans, par la voix du cardinal Ladaria, prédécesseur du cardinal Fernandez : « Il n’est pas licite de donner une bénédiction aux unions de personnes du même sexe »,et qui professe aujourd’hui la position contraire ?

Enfin on peut s’interroger sur la nature du message envoyé aux personnes qui s’efforcent de vivre leurs tendances homosexuelles dans la chasteté ou de rester intégralement fidèles à leur unique conjoint dans le respect des saintes lois du mariage.

Quant aux personnes bénéficiant de cette bénédiction n’est-ce pas une tromperie d’une rare gravité que de ne pas les inciter, par cette bénédiction même, à sortir d’une situation qui objectivement met en péril leur salut éternel ? N’est-ce pas, d’ailleurs, l’acte le plus grave contre la charité que de ne pas rappeler au pécheur qu’il met ainsi, par sa pertinacité dans le péché, son âme en danger de mort éternelle ?

Juger l’arbre à ses fruits

Comme toujours, conformément aux paroles de l’Écriture, il convient de juger l’arbre à ses fruits. Le pape François a fait le choix de négliger, voire mépriser ceux que Joseph Malègue qualifiait de « classes moyennes du salut ». C’est-à-dire les chrétiens médiocres que nous sommes qui s’efforcent, bon an mal an, de respecter les commandements de Dieu et de l’Église, tombent mais se relèvent sans prétendre au statut iconique de pécheurs publics portés par les courants dominants des valeurs du monde. Qui niera d’ailleurs qu’à l’heure du triomphe du polyamour et à celle de l’omnipotence du lobby LGBT ce texte pontifical semble bien en phase avec les valeurs fondatrices de la société moderne ? Les médias partisans de ce que Jean-Paul II appelait la culture de mort s’en sont d’ailleurs réjouis. Dis-moi qui te loue, je te dirai qui tu es ! Après dix années de pontificat il semble d’autre part légitime de s’interroger sur les résultats concrets de cette nouvelle orientation pastorale. Les fruits n’en apparaissent pas évidents.

Enfin nous livrerons au Saint-Père cette réflexion un peu désabusée de l’historien Alain Besançon, ancien membre du Parti Communiste français et revenu au catholicisme, décédé le 8 juillet dernier : « Il a pu paraître beau et même sublime de se proclamer « évêque des autres ». « Evêque des siens » pour être moins sublime et plus humble, est un éloge qui vaut la peine d’être recherché ».

Jean-Pierre Maugendre

SOURCE :

https://renaissancecatholique.fr/blog/fiducia-supplicans-ou-quand-la-confiance-vacille/?fbclid=IwAR0fw679cWDhLYwgCXAiFs0MuxyAHDou9ImP_uq7KJiPzOTJ7lD35UJMQzI

_________________
"Le garant de ces révélations l'affirme :

"Oui, mon retour est proche!
Amen, viens, Seigneur Jésus!"


Apocalypse, 22, 20


*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
Admin
Admin
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 67076
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 123
Localisation : Montréal, Québec, CANADA

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com

Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum