DIEU AFFIRME QU'IL N'Y A JAMAIS EU D'EVOLUTION
Viens, Seigneur Jésus !
Bienvenue sur le Forum "Viens, Seigneur Jésus!"

Forum catholique consacré à la Fin des Temps, à la diffusion des Messages du Ciel, à la dénonciation du Nouvel Ordre Mondial et à la préparation de la Nouvelle Civilisation de l'Amour et au Second Retour de Jésus !

DIEU AFFIRME QU'IL N'Y A JAMAIS EU D'EVOLUTION

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet

Page 1 sur 10 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

DIEU AFFIRME QU'IL N'Y A JAMAIS EU D'EVOLUTION

Message  Invité le Mer 28 Juil 2010 - 11:49

Il n’y a pas eu d’évolution, mais Création voulue par le Créateur.



- extraits des pages 132 à 134 de l’ouvrage « Leçons sur l’Epître de Saint Paul aux Romains » donné par Notre Seigneur Jésus à Maria Valtorta :



«[…] Il n’y a pas eu d’auto-genèse, il n’y a pas eu d’évolution. Il y a eu simplement la Création voulue par le Créateur. Votre raison, dont vous êtes si orgueilleux, devrait suffire à vous convaincre qu’à partir de rien, on ne peut former quelque chose d’initial, et qu’à partir d’une chose initiale unique, on ne peut former le tout.

Dieu seul peut mettre de l’ordre dans le chaos et le peupler d’innombrables créatures qui forment la Création. Ce Créateur très puissant n’a pas eu de limites dans ses actes créatifs, qui ont été multiples. Pas de limites non plus dans la création de créatures déjà parfaites, parfaites selon le but pour lequel chacune d’elles a été conçue. Voilà une sottise que de croire que Dieu, après avoir décidé de se donner une Création, ait pu faire des choses informes ou incomplètes, et attendre d’en être glorifié seulement à la fin du cycle évolutif, lorsque chaque créature, et toutes les créatures ensemble, auraient atteint la perfection de leur nature en devenant enfin aptes à satisfaire le but naturel ou surnaturel pour lequel elles auraient été créées.

De même qu’une telle théorie ne peut s’appliquer aux créatures inférieures, dont le but naturel est situé à l’intérieur d’un espace de temps limité, de même et à plus forte raison elle ne peut s’appliquer à l’homme, créé dans un but surnaturel et destiné à la gloire du Ciel. Pourrait-on seulement imaginer un Paradis dont les légions de Saints glorifiant Dieu autour de son trône seraient le produit dernier d’une longue évolution de bêtes sauvages ?

L’homme actuel n’est pas le résultat d’une évolution qui monte, mais le résultat douloureux d’une évolution qui descend, car la faute d’Adam a entamé pour toujours la perfection physique, morale et spirituelle de l’homme initial. La blessure a été tellement grave que même la Passion de Jésus-Christ, qui pourtant redonne la vie de la Grâce à tous les baptisés, ne peut effacer les résidus de la faute, les cicatrices de la grande blessure, c'est-à-dire les mauvais appétits qui sont la ruine de ceux qui n’aiment pas Dieu, ou très peu, et qui sont le tourment des justes qui ne voudraient pas se sentir attirés par la voix de ces appétits, et qui luttent de façon héroïque, et pendant toute leur vie, pour gagner cette bataille et demeurer fidèles au Seigneur.

L’homme n’est pas le résultat d’une évolution, de même que la Création n’est pas le produit d’une auto-genèse. Une évolution suppose toujours ne première source créative. De plus, penser que les innombrables espèces existantes puissent dériver d’une seule cellule auto-engendrée, est un pur absurde […] ».





Dernière édition par Joannes Maria le Sam 31 Juil 2010 - 17:01, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: DIEU AFFIRME QU'IL N'Y A JAMAIS EU D'EVOLUTION

Message  Invité le Mer 28 Juil 2010 - 12:00

Pas de limites non plus dans la création de créatures déjà parfaites, parfaites selon le but pour lequel chacune d’elles a été conçue.


Nous avons été créés PARFAIT,à l'image et à la ressemblance de Dieu, donc L'Évolution est impossible.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: DIEU AFFIRME QU'IL N'Y A JAMAIS EU D'EVOLUTION

Message  Octo le Mer 28 Juil 2010 - 12:29

@ Joannes Maria :

Merci pour cette mise au point importante !

Les choses sont claires maintenant !

Octo !

_________________
"N'éteignez pas l'Esprit, ne dépréciez pas les dons de prophétie; mais vérifiez tout : ce qui est bon, retenez-le; gardez-vous de toute espèce de mal." 1 Thess 5, 19-22

*Venez prier et adorer en direct sur le Forum VSJ via le Web* :

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/
avatar
Octo
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !
C'est la Béatitude Éternelle du Ciel !

Messages : 16998
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 116
Localisation : Montréal, QUÉBEC

http://viens-seigneur-jesus.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: DIEU AFFIRME QU'IL N'Y A JAMAIS EU D'EVOLUTION

Message  Invité le Mer 28 Juil 2010 - 14:22

J'espère également prochainement poster les références les plus importantes du Magistère sur le sujet.

Bien cordialement en Jésus et Marie.

Joannes Maria.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: DIEU AFFIRME QU'IL N'Y A JAMAIS EU D'EVOLUTION

Message  Invité le Mer 28 Juil 2010 - 18:35

Bien sur Dieu a créé l'homme à son image et Dieu ne change pas et l'homme non plus.

Merci Joannes Maria


Cordialement dans le Christ
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

L'homme n'est pas le résultat de l'évolution

Message  Isaïe le Mer 28 Juil 2010 - 19:12

@Joannes Maria.
Joannes Maria a écrit: L’homme n’est pas le résultat d’une évolution, de même que la Création n’est pas le produit d’une auto-genèse. Une évolution suppose toujours une première source créative. De plus, penser que les innombrables espèces existantes puissent dériver d’une seule cellule auto-engendrée, est un pur absurde […] ».
Merci pour cette affirmation pigée sur le site de Maria Valtorta. Ça va tout à fait dans le sens de ma perspective. L'homme n'est pas le résultat de l'évolution. L'homme ne descend pas du singe. L'homme a été créé de façon directe et immédiate par Dieu (en tant que personne d'autre part). De même les différentes espèces animales ne sont pas apparues par évolution ou sélection naturelle. Elles ont été aussi créées de façon directe et immédiate par Dieu..instantanément..dans le temps de Dieu..dans son instant éternel ou dans son éternel présent.

Et Dieu dit et cela fut ainsi (Genèse chap. 1, versets 24 et 25)..


Dernière édition par Omega3 le Ven 24 Sep 2010 - 20:30, édité 7 fois
avatar
Isaïe
Sixième Demeure : C'est la Nuit de l'esprit. Je pratique l'abandon, la patience, la pauvreté.
Sixième Demeure : C'est la Nuit de l'esprit.  Je pratique l'abandon, la patience, la pauvreté.

Messages : 1256
Date d'inscription : 14/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

L'homme n'est pas le résultat de l'évolution

Message  Isaïe le Mer 28 Juil 2010 - 19:36

De Dieu à Maria Valtorta..


Dernière édition par Omega3 le Jeu 29 Juil 2010 - 8:39, édité 1 fois
avatar
Isaïe
Sixième Demeure : C'est la Nuit de l'esprit. Je pratique l'abandon, la patience, la pauvreté.
Sixième Demeure : C'est la Nuit de l'esprit.  Je pratique l'abandon, la patience, la pauvreté.

Messages : 1256
Date d'inscription : 14/04/2010

Revenir en haut Aller en bas

Vatican et évolution

Message  martin_l le Mer 28 Juil 2010 - 22:05

Je viens un peu mêlé,

http://veille-education.org/post/2008/09/18/Le-Vatican-en-accord-avec-une-theorie-de-levolution-theiste

Le Vatican pour ou contre?

Merci de m'aider à voir la lumière.

Pourquoi Dieu dans sa création instantané se serait-il donné la penne d'incruster dans la pierre toute sorte de créatures qui n'auraient pas existés.

Je crois qu'il est tellement respectueux de notre liberté de croire en lui ou non, qu'il a pris la penne de nous créer à son image sur une très très longue période afin qu'on ne puisse faire la démonstration scientifique claire qu'il existe.

Si tel était le cas, nous n'aurions plus le choix ni la liberté de croire en lui. Ce serait une obligation, preuve évidente étant faite.

Mais peut-être que je suis dans l'erreur. Merci de m'éclairer.

martin_l
avatar
martin_l
Première Demeure : J'évite le péché mortel.
Première Demeure :  J'évite le péché mortel.

Messages : 18
Date d'inscription : 22/07/2010
Localisation : Bois-Francs Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: DIEU AFFIRME QU'IL N'Y A JAMAIS EU D'EVOLUTION

Message  Invité le Jeu 29 Juil 2010 - 2:37

la citation de Martin :

"Je viens un peu mêlé,

http://veille-education.org/post/2008/09/18/Le-Vatican-en-accord-avec-une-theorie-de-levolution-theiste

Le Vatican pour ou contre?

Merci de m'aider à voir la lumière
."

C'est une question qui a longuement été débattue au sein de l'Eglise. Plusieurs remarques me semble t-il sont à formuler :

1°) Attention à ce que l'on peut lire sur internet y compris sur zénit, car quelquefois la substance du message qu'entend laisser passer le Saint Père particulièrement est légèrement modifiée...cela peut être le cas pour beaucoup d'articles sur le sujet, c'est la raison pour laquelle avec la grâce de Dieu au plus tôt je publirai quelques éléments authentiques du Magistère, qui sont sans équivoque.

2°) A ma connaissance le Souverain Pontife qui s'est le plus avancé sur cette question de façon précise est le Saint Père Benoît XVI...Jean-Paul II pour sa part n'ayant pas été aussi affirmatif à mon humble connaissance....tout en sachant que gouverner l'Eglise faite d'êtres humains n'est pas chose aisée et que certaines affirmations, doivent être données en leur temps, c'est à dire lorsque les personnes ont une maturité suffisante pour l'admettre, sinon cela peut produire des effets très négatifs et dévastateur pour l'Eglise, la prudence est donc de mise, sachant que la foi la science et la raison devraient logiquement travailler ensemble.

3°) La théologie et l'enseignement de l'Eglise ont donc évolué sur le sujet, mais à petits pas avec prudence, car l'ensemble des médias ont vite fait de tirer à boulets rouges.

la citation de Martin :

"Pourquoi Dieu dans sa création instantané se serait-il donné la penne d'incruster dans la pierre toute sorte de créatures qui n'auraient pas existés".

Du minéral créé par Dieu aucune vie propre n'existe à proprement parler (voir post les différents règnes créés par Dieu sous Maria Valtorta je pense). En aucun cas la vie ne peut donc surgir d'un élément inerte alors que la cause et source première de la vie est Dieu et qu'il n'en a pas décidé ainsi.

Ce n'est qu'à partir du règne végétal (puis animal et humain) que la vie est donnée par le Créateur.

la citation de Martin :

"Je crois qu'il est tellement respectueux de notre liberté de croire en lui ou non, qu'il a pris la penne de nous créer à son image sur une très très longue période afin qu'on ne puisse faire la démonstration scientifique claire qu'il existe".

Nous sommes créés à l'image et à la ressemblance de Dieu certes, pour autant une chose est la Création de l'Univers, qui s'est vraisemblablement opérée sur des milliards d'années autre chose est la création de l'être humain qui a été créé en dernier (le 6 ième jour) fort logiquement par Dieu selon le récit symbolique mais réel du livre de la Genèse, car il fallait bien qu'il puisse vivre sur la paradis terrestre qu'était notre belle planète bleu (avant la chute de Gn 3) dans une harmonie et une perfection totale, ce qui implique la création d'un air respirable, une température normale, etc..en résumé des conditions de vie adéquates.

L'ensemble de la mystique chrétienne (Vénérable Maria d'Agréda, Bienheureuse A-C Emmerick en particulier...) s'accorde sur le point particulier de la présence de l'homme sur la terre depuis environ 6000 ans ni plus ni moins, soit la création d'Adam et Eve qui ont vraiment existé, 4000 ans avant l'Incarnation du Verbe en la personne de Notre Seigneur Jésus-Christ (voir post sur le forum).

la citation de Martin :

"Si tel était le cas, nous n'aurions plus le choix ni la liberté de croire en lui. Ce serait une obligation, preuve évidente étant faite".

Dieu nous a créé libre car c'est la condition nécessaire pour que l'amour entre le Créateur et sa Créature soit vrai. On ne peut véritablement aimer sous l'effet de la contrainte.

En ce sens, Dieu a voulu que l'homme n'aime pas par obligation, mais par choix libre et volontaire.

Au cours des siècles Dieu nous donne des signes réels et observables de Son existence, à travers les miracles eucharistiques, la non corruption des corps des saints, et toute une foule d'oeuvres et prodiges qu'Il opère aux yeux des hommes de bonne volonté depuis que le monde est monde, dont l'essentiel nous est relaté dans la Sainte Ecriture et tout au long de de ces 2000 ans en particulier d'histoire chrétienne (voir forum des miracles sur le site).

Dieu veut d'abord que nous le connaissions davantage par la foi et l'expérience de Son amour et de Sa tendresse, que par la vision qui impliquerait effectivement une certaine obligation de l'aimer : Heureux ceux qui ont cru sans avoir vu, telle est notre béatitude en ce monde, et la plénitude de la vision béatifique dans l'éternité du paradis céleste.

Votre servante,

Joannes Maria.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

LA FICTION DE CETTE FAMEUSE EVOLUTION

Message  Invité le Jeu 29 Juil 2010 - 4:48



- extraits de la lettre encyclique « Humani Generis » (sur quelques opinions fausses qui menacent de ruiner les fondements de la doctrine catholique), donnée le 12 août 1950 par le Pape Pie XII :



«[…] Quiconque observe attentivement ceux qui sont hors du bercail du Christ découvre sans peine les principales voies sur lesquelles se sont engagés un grand nombre de savants. En effet, c'est bien eux qui prétendent que le système dit de l'évolution s'applique à l'origine de toutes les choses; or, les preuves de ce système ne sont pas irréfutables même dans le champ limité des sciences naturelles. Ils l'admettent pourtant sans prudence aucune, sans discernement et on les entend qui professent, avec complaisance et non sans audace, le postulat moniste et panthéiste d'un unique tout fatalement soumis à l'évolution continue. Or, très précisément, c'est de ce postulat que se servent les partisans du communisme pour faire triompher et propager leur matérialisme dialectique dans le but d'arracher des âmes toute idée de Dieu.

LA FICTION DE CETTE FAMEUSE EVOLUTION, faisant rejeter tout ce qui est absolu, constant et immuable, a ouvert la voie à une philosophie nouvelle aberrante, qui, dépassant l'idéalisme, l'immanentisme et le pragmatisme, s'est nommé existentialisme, parce que, négligeant les essences immuables des choses, elle n'a souci que de l'existence de chacun. […] Ces opinions nouvelles, qu'elles s'inspirent d'un désir condamnable de nouveauté ou de quelque raison fort louable, ne sont pas exposées toujours avec la même hâte, la même précision et dans les mêmes termes; ajoutons qu'elles sont loin d'obtenir l'accord unanime de leurs auteurs. En effet ce que certains aujourd'hui enseignent d'une façon voilée avec des précautions et des distinctions, d'autres le proposeront demain avec plus d'audace, en plein jour et sans mesure aucune, causant ainsi le scandale de beaucoup, surtout dans le jeune clergé, et un grave tort à l'autorité de l'Eglise. Si l'on montre plus de prudence en s'exprimant dans les ouvrages édités, on est plus libre en privé dans les dissertations qu'on se communique, dans les conférences et les assemblées. Et ces opinions ne sont pas seulement divulguées parmi le clergé séculier et régulier, dans les Séminaires et les instituts religieux, mais aussi parmi les laïques et principalement parmi ceux qui se consacrent à l'instruction de la jeunesse.

Voilà pourquoi négliger, rejeter ou priver de leur valeur tant de biens précieux qui au cours d'un travail plusieurs fois séculaire des hommes d'un génie et d'une sainteté peu commune, sous la garde du magistère sacré et la conduite lumineuse de l'Esprit-Saint, ont conçus, exprimés et perfectionnés en vue d'une présentation de plus en plus exacte des vérités de la foi, et leur substituer des notions conjecturales et les expressions flottantes et vagues d'une philosophie nouvelle appelées à une existence éphémère, comme la fleur des champs, ce n est pas seulement pécher par imprudence grave, mais c'est faire du dogme lui-même quelque chose comme un roseau agité par le vent. Le mépris des mots et des notions dont ont coutume de se servir les théologiens scolastiques conduit très vite à énerver la théologie qu'ils appellent spéculative et tiennent pour dénuée de toute véritable certitude, sous prétexte qu'elle s'appuie sur la raison théologique.

[…] Quelques-uns aussi se demandent si les Anges sont des créatures personnelles, et Si la matière diffère essentiellement de l'esprit. D'autres corrompent la véritable gratuité de l'ordre surnaturel, puisqu'ils tiennent que Dieu ne peut pas créer des êtres doués d'intelligence sans les ordonner et les appeler à la vision béatifique. Ce n'est pas assez ! Au mépris de toutes définitions du Concile de Trente, on a perverti la notion du péché originel, et du même coup, la notion du péché en général, dans le sens même où il est une offense à Dieu, et ainsi la notion de la satisfaction offerte pour nous par le Christ. Il s'en trouve encore pour prétendre que la doctrine de la transsubstantiation, toute fondée sur une notion philosophique périmée (la notion de substance), doit être corrigée, de telle sorte que la présence réelle dans la Sainte Eucharistie soit ramenée à un certain symbolisme, en ce sens que les espèces consacrées ne seraient que les signes efficaces de la présence spirituelle du Christ et de son intime union avec les membres fidèles dans le Corps Mystique.

[…] Il nous reste à dire un mot des sciences qu'on dit positives, mais qui sont plus ou moins connexes avec les vérités de la foi chrétienne. Nombreux sont ceux qui demandent avec instance que la religion catholique tienne le plus grand compte de ces disciplines. Et cela est assurément louable lorsqu'il s'agit de faits réellement démontrés; mais cela ne doit être accepté qu'avec précaution, dès qu'il s'agit bien plutôt d' "hypothèses" qui, même si elles trouvent quelque appui dans la science humaine, touchent à la doctrine contenue dans la Sainte Ecriture et la "Tradition ". Dans le cas où de telles vues conjecturales s'opposeraient directement ou indirectement à la doctrine révélée par Dieu, une requête de ce genre ne pourrait absolument pas être admise.

C'est pourquoi le magistère de l'Eglise n'interdit pas que la doctrine de l' " évolution ", dans la mesure où elle recherche l'origine du corps humain à partir d'une matière déjà existante et vivante - car la foi catholique nous ordonne de maintenir la création immédiate des âmes par Dieu - soit l'objet, dans l'état actuel des sciences et de la théologie d'enquêtes et de débats entre les savants de l'un et de l'autre partis : il faut pourtant que les raisons de chaque opinion, celle des partisans comme celle des adversaires, soient pesées et jugées avec le sérieux, la modération et la retenue qui s'imposent; à cette condition que tous soient prêts à se soumettre au jugement de l'Eglise à qui le mandat a été confié par le Christ d'interpréter avec autorité les Saintes Ecritures et de protéger les dogmes de la foi. Cette liberté de discussion, certains cependant la violent trop témérairement : ne se comportent-ils pas comme si l'origine du corps humain à partir d'une matière déjà existante et vivante était à cette heure absolument certaine et pleinement démontrée par les indices jusqu'ici découverts et par ce que le raisonnement en a déduit; et comme si rien dans les sources de la révélation divine n'imposait sur ce point la plus grande prudence et la plus grande modération.

Mais quand il s'agit d'une autre vue conjecturale qu'on appelle le polygénisme, les fils de l'Eglise ne jouissent plus du tout de la même liberté. Les fidèles en effet ne peuvent pas adopter une théorie dont les tenants affirment ou bien qu'après Adam il y a eu sur la terre de véritables hommes qui ne descendaient pas de lui comme du premier père commun par génération naturelle, ou bien qu'Adam désigne tout l'ensemble des innombrables premiers pères. En effet on ne voit absolument pas comment pareille affirmation peut s'accorder avec ce que les sources de la vérité révélée et les Actes du magistère de l'Eglise enseignent sur le péché originel, lequel procède d'un péché réellement commis par une seule personne Adam et, transmis à tous par génération, se trouve en chacun comme sien.

Comme dans le domaine de la biologie et de l'anthropologie, il en est qui, dans le domaine de l'histoire, négligent audacieusement les limites et les précautions que l'Eglise établit. Et en particulier, il Nous faut déplorer une manière vraiment trop libre d'interpréter les livres historiques de l'Ancien Testament, dont les tenants invoquent à tort, pour se justifier, la lettre récente de la Commission Pontificale biblique à l'Archevêque de Paris, Cette lettre, en effet, avertit clairement que les onze premiers chapitres de la Genèse, quoiqu'ils ne répondent pas exactement aux règles de la composition historique, telles que les ont suivies les grands historiens grecs et latins et que les suivent les savants d'aujourd'hui, appartient néanmoins au genre historique en un sens vrai, que des exégètes devront étudier encore et déterminer: cette Lettre dit encore que les mêmes chapitres, dans le style simple et figuré, bien approprié à l'état des esprits d'un peuple peu cultivé, rapportent les vérités essentielles sur lesquelles repose la poursuite de notre salut éternel, ainsi qu'une description populaire de l'origine du genre humain et du peuple élu. Si par ailleurs, les anciens hagiographes ont puisé quelque chose dans les narrations populaires (ce qu'on peut assurément concéder), on ne doit jamais oublier qu'ils l'ont fait sous l'inspiration divine qui les a préservés de toute erreur dans le choix et l'appréciation de ces documents.

Mais tout ce qui a été emprunté aux narrations populaires et accueilli dans les Saintes Lettres ne peut absolument pas être équiparé aux mythologies ou aux fables du même genre, qui procèdent bien plutôt de l'imagination dénuée de tout frein que de ce remarquable souci de vérité et de simplicité qui éclate dans les Saintes Lettres, même de l'Ancien Testament, à ce point que nos hagiographes doivent être proclamés nettement supérieurs aux écrivains profanes de l'antiquité.

Nous savons, certes, que la plupart des maîtres catholiques dont les travaux profitent aux lycées, aux séminaires, aux collèges d'instituts religieux demeurent éloignés de ces erreurs aujourd'hui répandues ouvertement ou on secret, soit par passion de nouveauté, soit même par un propos mal réglé d'apostolat. Mais nous savons aussi que ces nouveaux systèmes peuvent gagner des imprudents ; c'est pourquoi Nous préférons Nous opposer à elles dès leur principe, plutôt que d'avoir à porter remède à un mal déjà invétéré ».



avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 10 1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum